Catch

Poète poète

La poésie, c’est une façon qu’il a le poète

De te dire les choses de manière qu’elles deviennent belles .

Va donc toi enculé !

Patrick Timsit

 

Pour un show inutile, il fallait une review inutile : tout en vers. Pardon familles tout ça. Et les pieds, on s’en fout, c’est has been.

 

 

– Ah ah mon plan diabolique continue! Une review en vers!

– Heu John, c'est pour NXT, tout le monde s'en branle…

– FUCK!

 

 

Nalyse de NXT du 19  octobre

 

 

Comme chaque semaine,

Voici l’heure funeste

Où l’analyste amène

Devra de sa main leste

Trouver quelque crédit

Au minable NXT…

 

Ce n’est pas tâche facile, sache-le cher lecteur,

Que de trouver quoi dire devant pareille erreur…

 

 

Allez, on s'entraîne:

Maître Corbeau, sur un arbre perché…

 

 

Acteurs lamentables, scénario décousu,

Ribaudes en goguette, narrateurs déconfits,

Pauvreté des décors, public anéanti,

De quoi pouvoir penser qu’on l’avait dans le dos.

 

Las, dès l’ouverture, il faut se résigner :

Un Striker maussade, qu’on devine abattu,

Annonce, la mine grise, un concours abhorré

Et l’on est fort marri qu’il ne se soit pas tu…

La corde, il est vrai, fait partie du décor,

Les athlètes en reçoivent souvent la dure morsure,

Mais on comprend bien vite, à sa triste figure,

Qu’il vient d’entrouvrir la boîte de Pandore.

 

La vérité, hélas, est pire à tous égards,

Car les concurrents doivent, attachés l’un à l’autre,

Courir autour du ring s’emparer d’étendards,

Pour de Redemption devenir l’apôtre.

 

Je laisse à vos esprits sagaces et féconds

Le soin d’imaginer ce spectacle abscons.

Un Bateman hérissé y mit fort vite un terme,

Se lançant avec rage sur la rivale baderne.

Cela devait suffire pour le disqualifier,

Et l’épreuve finissait sans avoir commencé.

 

Je passerai sous silence l’hétaïre irritante

Qui du bras de Jason semble s’être éprise,

Car si la bête est belle, peut-être même excitante,

On ne voit dans ses yeux qu’une triste sottise,

Je tairai néanmoins, avec charité,

Qu’elle n’est pas même capable de parler en anglais,

Puisqu’entre ses lèvres habituées aux errances

Endurance devient enrudance…

 

 

La femme est l'avenir de l'homme…

C'est ça ouais…

 

 

L’heure enfin du combat semble devoir sonner,

Et l’on voit s’approcher un Hawkins estropié.

Reks à ses côtés, il proclame avec rage

Que c’est aux frères Uso qu’il devait cet outrage.

D’une voix de fausset, son partenaire simiesque

Tente de se donner des allures de Levesque.

Hélas, cent fois hélas, il démontre surtout

Qu’on peut être fort, un peu, mais ridicule : beaucoup.

 

L’adversaire du soir se nomme Yoshi Tatsu,

Qui de clown bondissant est devenu Bushi.

Que la fédération méprise son pays,

Ce n’est en vérité, pas un secret pour nous,

Mais que lui y consente, sans réelle dignité,

Voilà qui n’est guère digne d’un fier Japonais.

 

 

Ah oui, j'oubliais: je tue des baleines,

je travaille 40 heures par jour, je fais du cosplay,

je lis des mangas et je suis un sale hypocrite vénal.

Voilà, je suis un vrai japonais vu par les Gaijin.

 

 

Lors, le vaillant Nippon se voyait opposé à l’improbable singe

Opposant à la force le feu de ses méninges…

Pourtant le match vint, et c’est inespéré,

Couronner un vainqueur pour le moins surprenant,

Car c’est Tatsu qui, de son catch virevoltant,

Devait sur son rival obtenir le tombé.

On notera d’ailleurs, avec quelque surprise

Que Reks semble encore loin de la terre promise

Car après plusieurs mois à la fédération

Il n’est même pas capable de bien porter un gnon !

 

Retour en coulisses, et AJ et Kaitlyn

Entendent bien punir l’exécrable Maxine

Qui a fait parvenir à la petite geekette

De la part de son nain une impossible lettre.

AJ est revancharde, elle attend punition,

Mais c’est pourtant Kaitlyn qui ira au carton

Et c’est plutôt bien vu car la solide athlète

Mettra son adversaire cul par-dessus la tête

Lui imposant par une soumission

De taper sur le sol en signe d’abandon !

Kaitlyn a quelques bases, Maxine n’en a guère,

Autant dire que le match fut d’une grande misère…

 

Le show traîne en longueur, toujours rien de concret

Qui permette au nalyste enfin de s’extasier…

Et ce n’est pas le final, le clou de la soirée

Qui semble avoir de quoi pouvoir nous rassurer…

Car à l’équipe que forment Titus et son Percy

Sont opposés Bateman et l’odieux JTG.

 

Ne désespérons pas, ayons quelque espoir

Car il arrive parfois que JTG puisse être

Non pas un handicap, bien plus qu’un faire-valoir…

Gageons donc qu’il voudra briller pour bien paraître.

 

 

Et félicitations à JTG qui avec cette nouvelle défaite

gagne un mois de plus à NXT. Minimum.

 

 

De fait c’est bien de lui qu’est venue la lumière

Dans un match qui sinon eût été bien austère…

Car devant l’apathie de ses trois partenaires,

Le rappeur a semblé ne même plus toucher terre !

Virevoltant, bondissant, ses mouvements uniques

Ont sauvé cette affiche d’un déroulement tragique,

Mais malgré sa vaillance, malgré tous ses efforts,

Ce sont ses adversaires qui furent les plus forts.

 

C’est sur ces quelques rimes que se conclut ma prose

Et j’espère que vous saurez pardonner cette audace,

Car dans une nalyse la rime n’a guère sa place

Aussi je vous fais grâce d’une trop forte dose !

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut