Catch

Here comes wrestling !

I won a gold medal with a broken freakin' neck!

Kurt Angle

 

Nouvelle semaine, nouvel épisode du meilleur de CDC-NXT, avec le retour de Brock Lesnar! Cette fois, c'est Major Tom qui s'y colle, pour vous parler d'un match de légende contre l'actuel taulier de la TNA. Non, pas Hogan, l'autre, le médaillé olympique bien sûr! Major, à toi de jouer!

 

 

Cédant à la volonté populaire, je vous livre donc un nouvel épisode de la carrière de Brock Lesnar.

 

 

Best of CDC-NXT, Round #2

Coffre à catch : Nalyse du match Brock Lesnar vs. Kurt Angle, Wrestlemania XIX

Par Major Tom

 

 

Dans un Wrestlemania 19 qui fut le deuxième à ciel ouvert après la neuvième édition, dans un Wrestlemania qui vit des affrontements aussi marquants que Shawn Michaels contre Chris Jericho, ou encore Vince McMahon contre Hulk Hogan, dans un Wrestlemania qui vit le troisième et dernier combat entre The Rock et Stone Cold Steve Austin au Grandest Stage Of Them All et qui marqua le dernier match du Texas Rattlesnake, dans un Wrestlemania, enfin, qui est encore aujourd'hui considéré comme l'un des tout meilleurs de l'Histoire, le match que je vais vous présenter tient une place toute particulière.


Il s'agit en effet du main-event du show du 30 mars 2003, du moment que tout le monde attend avec impatience toute la soirée, toute l'année même, le sommet annuel de la WWE, le duel qui opposera deux des plus grandes stars du moment dans un match qui, forcément, restera dans les mémoires. Ce main-event de Wrestlemania fut souvent source de déception et de matchs bidesques (coucou, Randy Orton et Triple H!), et c'est tout au mérite des combattants du soir d'avoir su répondre aux attentes et ne pas décevoir un public qui, à juste titre, attendait beaucoup. Leur match reste aujourd'hui dans les mémoires à la fois pour un botch monumental sur lequel je reviendrai, mais aussi (et, j'ose croire, surtout) pour avoir été l'affrontement épique de deux guerriers au sommet de leur forme, deux lutteurs au sens noble du terme, deux monstres physiquement autant que techniquement, dans un match de 1264 secondes, toutes indispensables. Une apothéose à une soirée formidable pour les 54 097 spectateurs du Safeco Fields de Seattle ce soir là, rien de moins.

 

 


Tire plus fort, Kurt! J'ai les chevilles qui ont enflé après tous ces compliments, j'arrive plus à retirer mes bottes!

 

 

Mais, et pour une majorité de lecteurs pas forcément familiers des deux forces en présence, un tale of the tapes ne semble pas de trop.

 

À ma gauche, Kurt Angle, la Wrestling Machine: trois fois champion de la WWE, médaillé d'or en lutte aux Jeux Olympiques d'Atlanta, King of The Ring 2000, cinquième catcheur à réaliser le grand chelem, à la tête de la Team Angle, avec ses élèves Shelton Benjamin et Charlie Haas, il a fait abandonner à peu près tout le roster de la fédération avec son Ankle Lock. Et à ma droite, Brock Lesnar, le Monstre: arrivé à la WWE en 2002, il remporte cette année-là le King of The Ring, avant de devenir champion à Summerslam en battant nul autre que le Rock, défait l'Undertaker dans un Hell In A Cell la même année, vainqueur du Royal Rumble 2003, capable de soulever le Big Show sur ses épaules pour lui porter sa prise de finition, le F-5.


La rivalité entre les deux hommes commence de façon croisée, avec le Face-turn de Lesnar : aux Survivor Series 2002, alors que celui-ci défend son titre contre le Big Show, son manager, Paul Heyman, le trahit, causant la victoire du géant, et le passage du coté des gentils de la bête destructrice qu'était le natif du Minnesota jusqu'alors. Kurt Angle allait pendant la même période faire le chemin inverse, trahissant son partenaire Chris Benoit, alors qu'ils étaient les tout premiers détenteurs du WWE Tag Team Championship, mis en service à No Mercy cette même année, s'adjoignant par la suite non seulement le soutien de la World Greatest Tag Team, mais aussi de nul autre que Paul Heyman! Alors qu'en toute fin d'année, à Armageddon, Angle affronte le Big Show pour le titre, Lesnar fait son retour surprise, portant un F-5 à son Némésis, et permettant au médaillé olympique de remporter son troisième championnat du monde en trois ans passés à la WWE.


Vient le Royal Rumble, dans lesquels de vieux comptes sont réglés : alors que Angle conserve son titre contre Benoit dans un grand match, Lesnar se débarrasse une bonne fois pour toutes du Grand Spectacle dans un match de qualification à l'événement principal de la soirée, avant d'éliminer l'Undertaker en dernier pour obtenir sa place au main-event de Wrestlemania. Dès lors, ses objectifs sont clairs: il ne visera pas le titre de Triple H à Raw, son avenir se situe bel et bien à Smackdown, et c'est à Kurt Angle qu'il s'attaquera pour tenter d'obtenir son deuxième titre mondial. Prémice à cet affrontement, l'équipe Angle au complet affronte Lesnar et Benoit à No Way Out dans un handicap match (Edge devait participer, mais était victime d'un beatdown dans les vestiaires), pour une victoire malgré tout des Faces. Mais Lesnar ne veut pas attendre la fin du mois de mars pour regagner sa ceinture, et le 6, il bat Heyman dans un match en cage pour obtenir un title-shot la semaine suivante!

 

 


Heyman, un homme dont l'honnêteté transpire pourtant immédiatement quand on le voit.

 

 

Ce match pour le titre sera pour le moins chaotique : dès le début de la rencontre, Kurt échange sa place avec son frère Eric, puis profite d'une intervention de Benjamin et Haas pour revenir dans le ring et battre Lesnar d'un petit paquet. La Général Manager de l'époque, la très autoritaire Stéphanie McMahon, ne l'entend pas de cette oreille, et indique que si Angle recommence ses stratagèmes à Wrestlemania, si un seul des membres du clan pose un seul orteil dans l'aréna pendant le main-event, le titre reviendrait directement à Brock. Le décor était planté, passons au fameux match en question.


Le match, donc. J'ai déjà mentionné qu'il était excellent, et sans surprise, il vit s'opposer la puissance brute de Lesnar à la technique d'Angle, chaque homme étant également capable de jouer dans le registre de l'autre. Il serait fastidieux de décrire le match dans son intégralité (et même de faire la liste de prises utilisées durant celui-ci), j'en retiendrais les points forts : les 8 ou 9 German Suplex infligées par Angle à son adversaire sur l'ensemble du match, dont une directement contre le turnbuckle, et surtout une version ultime Super Saïyen 3, la double belly to bell overhead suplex de Lesnar qui fait traverser à Angle tout le ring en diagonale, ou encore le F-5 contré en Ankle Lock.

 

Surtout, le storytelling du match ne semble jamais poussif, chacun des deux acteurs est parfaitement à l'aise dans son rôle, dans sa partition, et le manque de temps morts rend le match vraiment très agréable à regarder, sans que le combat ne tourne jamais au spotfest. Et puis, il y a cette fin: alors que chacun des deux hommes s'est relevé de la prise de finition de l'autre, Lesnar arrive finalement à porter un deuxième F-5, et semble avoir le match gagné. Mais la brute a une autre idée, monte sur la troisième corde, et… SHOOTING STAR PRESS!

 

Gros "Oh My God!" moment, évidemment, mais surtout gros botch, puisque Brock sous-estime la distance à parcourir, et atterrit la tête la première contre Angle, se causant au passage une bonne commotion. La fin du match est improvisée: Angle se relève, troisième F-5, et compte de trois pour le deuxième titre de champion du monde de Lesnar.

 

Au-delà du fait que ce fut le premier et le dernier essai de cette prise par le Minnesotien (prise qu'il avait pourtant réussie plusieurs fois avec succès à la OVW), le Shooting Star Press serait par la suite banni de la WWE, car considéré comme trop dangereux, avant qu'un petit homme fasse bouger les choses en 2008 (et il y a fort à parier qu'Evan Bourne a dû refaire son plongeon des dizaines de fois devant Vince McMahon pour prouver qu'il n'y avait pas de danger).

 

 


C'est aussi à lui qu'on doit le retour du air-Tombstone Piledriver, d'ailleurs.

 

 

Ce botch n'aura finalement pas de conséquence autre que d'être la première image associée à ce match, mais ne ternit finalement pas l'image de celui-ci, car elle montre combien les deux athlètes sont allés au bout d'eux-mêmes, tentant certaines choses qu'on ne peut se permettre qu'à Wrestlemania. Autre signe de cet état de fait, l'étreinte entre les deux hommes à la fin de ce main-event, geste de fair-play bien inhabituel du médaillé olympique, qui vient conclure une rencontre épique, récompensé par une note de ****1/4 bien méritée par Dave Meltzer à la fin de l'année.


Si Lesnar récupère plutôt bien de sa commotion, en défendant son titre contre le déjà très ambitieux John Cena à Backlash, avant de reprendre sa rivalité avec le Big Show, qu'il bat à Judgment Day dans un match de la civière (c'est aussi à cette période qu'on aura droit à cette fameuse superplex) c'est plus difficile pour Angle, qui souffre de multiples blessures au cou et à la colonne vertébrale. Celui-ci parvient à diminuer son délai d'invalidité d'un an à seulement trois mois, et est de retour en juin, mais est devenu un gars honnête et droit, et un mois plus tard, à Vengeance, il remporte à nouveau le titre dans un Triple Threat sans disqualifications contre le Big Show et Lesnar. Ce dernier semble apporter son soutien à son ancien ennemi, mais deux semaines après Vengeance, alors que Kurt Angle arbitre un match entre Vince McMahon et Brock, pour déterminer si ce dernier peut l'affronter à Summerslam, les deux adversaires se retournent contre Angle, officialisant ainsi le Heel-turn de Lesnar. Las, malgré l'aide du diabolique patron à Brock, Angle conserve son titre à Summerslam.

 

Tout se règlera finalement à Smackdown, le 13 septembre, dans un Iron Man Match de 60 minutes. Et c'est Lesnar qui a le dernier mot, gagnant 5-4 dans un autre très grand classique (le match de Summerslam autant que celui de Smackdown étant récompensé par la note de ****1/4, toujours par Meltzer).


Les deux hommes prendront ensuite un peu de distance, et à No Mercy, Lesnar conserve son titre dans un nouveau combat contre l'Undertaker (dans un Biker's chain match), alors qu'Angle bat John Cena dans une mini-feud entre les deux, avant que les deux hommes fassent la paix.

 

Une dernière rencontre entre Lesnar et Angle aura lieu aux Survivor Series, où chaque homme sera à la tête d'une équipe, l'affrontement finissant à l'avantage de l'équipe Angle, les deux derniers survivants étant Chris Benoit et John Cena. Par la suite, Angle repasserait Heel, alors que Lesnar le resterait, perdant son titre contre Eddie Guerrero à No Way Out 2004, avant de partir de la fédération juste après Wrestlemania XX après un match de triste mémoire contre Goldberg. Le même soir, Angle échouerait à regagner le titre de Smackdown, toujours contre Guerrero, mettant fin à une année de grâce pour les deux catcheurs.


Au-delà de l'affrontement de deux catcheurs au sommet de leur art, la rivalité entre Angle et Lesnar aura été la principale attraction de l'année 2003, et trustera complètement les récompenses à la fin de l'année, particulièrement chez Pro Wrestling Illustrated: "Match de l'année" pour le Iron Man de Smackdown, "Feud de l'année", "Meilleur retour", "Catcheur le plus populaire", et surtout "Meilleur catcheur de l'année" pour Kurt Angle, devançant Lesnar, deuxième dans cette dernière catégorie. L'affrontement de Wrestlemania n'est bien sur qu'un seul des sommets de cette feud qui en compte plusieurs, mais reste une valeur sûre, un match merveilleux qui mérite bien sa place dans le panthéon du catch.

 

Un grand merci à Major Tom pour cet article! C'est la fin de notre "séquence Lesnar", qui nous a permis d'inaugurer le best-of de CDC-NXT, j'espère que ça vous aura plu. La semaine prochaine, on change de décor, car je vous inviterai à passer une journée avec un catcheur… Lequel? Vous le saurez la semaine prochaine!

 

 

Tu veux vraiment pas nous dire qui sera la vedette de la semaine prochaine?! Comment t'es trop pas sympa, en fait…

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut