Catch

Un vendredi soir sur la Terre

I can take it. The tougher it gets, the cooler I get.

Richard Nixon

 

Vous ne vous êtes pas trompé de site ! Vos rédacteurs chéris ayant eu un empêchement de dernière minute (aux dernières nouvelles ils cherchaient de l’acide fluorhydrique pour se débarrasser du cadavre d’une prostituée), Axl m’a ordon… pardon, m’a demandé d’assurer la nalyse du Smackdown de cette semaine. Et puisque je suis une taupe envoyée par un site concurrent des CDC, je vais faire une nalyse toute pourrie pour que plus personne ne lise les Cahiers ! Nyhin hin hin ! L’occasion fait le larron, comme disait ma grand-mère. De plus, ce Smackdown étant le dernier show avant Survivor Series (n’oubliez pas de faire vos pronostics !), j’étais persuadé qu’il serait sans intérêt, participant ainsi de la médiocrité de mon papier.

 

 

Si Axl avait vu ma tronche, il se serait méfié…

 

 

Nalyse de Smackdown du 18 novembre

 

 

C’est vrai, quoi, on aurait pu penser que la team John Cena / The Rock suffisait amplement pour vendre Su-Se (j’écris Su-Se car je n’ai pas envie d’utiliser SS comme contraction, et parce qu’en phonétique ça fait sucer) et donc que la WWE allait se montrer paresseuse et nous offrir un spectacle mou de la couille, dans lequel les participants de Su-Se allaient tout faire pour ne pas se blesser.

 

Malheureusement j’en suis pour mes frais, car le show bleu de cette semaine est en fait de très bonne facture ! Et cela pour une raison très simple ; il remplit parfaitement son rôle, qui est de hyper le pay-per-view de dimanche, Survivor Series. Je refais la phrase pour les gens qui ne maîtrisent pas la langue de Titus O’Neil : il remplit parfaitement son rôle, qui est de faire de la pub pour l’émission-qu’il-faut-payer-pour-voir de dimanche : les Séries de la Survie.

 

Tout commença avec  Mark Angry beatdownant (attention, ne pas confondre avec « bedonnant », Mark est très sensible sur la question) Daniel Bryan dans les coulisses. Comme ça, au débotté. Sans même attendre le générique. En fait, le WSM/WHC enseignait le respect au béjaune à coup de tarte dans la ganache, façon Ventura.  Puis il le traîna sur le ring tel un homme des cavernes remorquant sa bourgeoise à leur nuit de noces, et lui porta un splash – ou plutôt, s’agissant de Mark Henry, un SPLASH – puis deux World Strongest Slam pour faire bonne mesure. Il empoigna ensuite un micro pour promettre au Big Show, son adversaire aux Su-Se, plus de douleur encore que n’en a ressentie la tache de sang sur le sol autrefois connue sous le nom de Daniel Bryan.

 

 

T’aurais pas dû bouffer mon sandwich au jambon, mec !

–  Arg… c’est pas… pas moi. Je mange… pas de viande.

Mais oui, j’avais oublié ! Sans rancune ?

 

 

Le Big Show, totalement ignorant du drame qui se déroulait, arriva un peu plus tard dans le show. Il interrompit une discussion backstage entre Alicia Fox, Justin Gabriel et Zack Ryder, qui lui apprirent la branlée infligée à Bryan. Ni une ni deux, le Gros Spectacle se mit en quête du WHC pour lui faire passer le goût du (hall of) pain, non sans passer d’abord à l’infirmerie pour voir Danny la beubar et lui promettre de le venger, comme s’il était un flic de cinéma et Bryan son partenaire décédé. On peut noter qu’il n’apporte ni fleurs ni chocolats au convalescent, ce qui montre que c’est un gros enfoiré.

 

Plus tard encore on apprendra de la bouche de Tyson Kidd que Henry, ce couard, avait quitté le bâtiment, la ville, l’état, et s’était engagé comme mousse sur un navire en partance pour Papeete. Bon j’exagère un peu, mais il s’était vraiment barré, ce coyote à foie jaune ! Show passa ses nerfs sur Jinder Mahal en lui collant une grosse beigne dans sa gueule, ça lui apprendra à pas vouloir parler en anglais. Salopard. Puis il se rendit sur le ring pour se fendre d’une promo du style « tu m’as fait mal, et ben moi aussi je vais te faire mal. Tout à l’heure tu as dit que j’aurai mal dimanche, mais c’est toi qui auras mal, tête de nœud ! ». Sur ce, il se mit à donner des coups de poings dans le vide, face caméra, ce qui a bien dû faire marrer le champion s’il a vu ça, tellement c’était peu impressionnant.

 

 

Tu dirais pas ça si tu n’étais pas à des milliers de kilomètres !

 

 

Les deux mastodontes sont remontés comme des coucous !  Voilà qui donne envie de voir le match pour le World Heavyweight Championship, les fans de matchs Goliath vs Goliath et les habitués du salon de l’agriculture seront ravis.

 

Autre match que nous verrons à Su-Se : le WWE Divas Championship match, qui opposera la championne Beth Phoenix à Eve Torres. D’ailleurs Eve n’a pas eu de match lundi, et elle n’en aura pas non plus dans ce Smackdown, ce qui n’est pas l’idéal pour la crédibiliser avant la rencontre. Mais il y a des raisons de se réjouir, car Beth et Natty font équipe ce soir pour affronter Kaitlyn et AJ. Si le talent des deux Heels n’est plus à prouver, et si AJ a déjà montré de fort belles choses dans le ring, je suis dubitatif concernant la gagnante de NXT (saison chépucombien, celle avec les meufs). Pardon, j’étais. Car il semble qu’elle a bien progressé, c’est en tout cas l’impression qu’elle m’a donné ce soir. Elle a montré sa résistance et a sorti quelques belles prises qui ont mis en valeur sa puissance. Elle a même fait un dropkick, c’est dire ! Malgré tout son courage, son équipe s’est inclinée, à cause de cette gourdasse d’AJ qui s’est fait plier en huit par le Sharpshooter de la Canadienne. Il est intéressant de noter que pendant que la geekette souffrait, Kaitlyn lui tendait la main en attendant le tag. Elle n’est pas montée sur le ring pour casser la prise ! C’est pas une sale tricheuse comme ce junkie d’Evan Bourne ! Après le match, Kaitlyn semblait déçue de sa partenaire, façon « mais t’as foutu quoi, bouffonne ?». Peut-être une storyline pour ces deux Divas ?

 

 

Johnny Curtis aura beau s’y employer toute sa vie, jamais il ne pourra illustrer l’expression « roulé sous les aisselles » aussi bien qu’AJ.

 

 

Mais l’âme des Su-Se, c’est avant tout le match 5 vs 5. A-t-il été mis en valeur dans ce Smackdown ? me demanderez-vous.  Bien sûr, puisque j’ai dit que ce go-home show remplissait parfaitement son rôle ! C’est assez agaçant de devoir se répéter.

 

Pardon de m’être emporté. On fait la paix ? Allez, je vous fais un Monsieur et Madame, et on est quittes. Monsieur et madame « Pas ta voiture » on un fils, quel est son prénom ? La rédac offre un beau cadeau pour chaque bonne réponse !

 

Bref, le 5 vs 5. Les membres de chaque équipe furent opposés aux membres de l’équipe adverse, avec en Main-Event un Orton et Sheamus contre Barrett et Rhodes. On a donc pu voir Sin Cara (contrairement à ce qu’on pourrait croire, mon pseudo ne fait pas référence au luchador) affronter Ziggler, Swagger se coltiner Ryan, et Kingston se friter avec Hunico.

 

Dolph, arrogant en diable lors de ce match, a mis à mal l’homme masqué. Môssieur s’est même payé le luxe de lancer des sourires puant l’autosatisfaction à la foule, et a claqué un saut carpé, l’air de rien. Bon je dis ça, mais je fais pareil le matin en me levant, sauf que moi personne ne me compare à SHAWN Michaels. Malgré une résistance héroïque, Sin Cara s’est incliné, son roll-up ayant été contré en roll-up Kelly Kelly Style !

 

 

Dolph Ziggler Fact #75 : même cul-de-jatte, Dolph reste meilleur catcheur que la plupart du roster.

 

 

Le finish fut brouillon et le Mexicain, peu satisfait de l’issue du match, attaqua le blondinet, qui fut sauvé par son comparse Jack Swagger. Les Vickie Boys infligèrent au luchador le terrible combo Brouette/Fame Asser, avant que Mason Ryan se pointe pour sauver son équipier et envoyer Ziggler sur orbite (et je veux dire VRAIMENT sur orbite).

 

 

C’est la dernière seconde de jeu ! Mason Ryan tente le panier de l’autre bout du terrain !

 

 

La présence de Musclor ainsi que celle de Swagger, étaient opportunes, car les deux avaient justement un match ! Je vous avoue que je suis très loin d’être un fan de Masonix le Gallois, mais sa prestation ne fut pas mauvaise, si on excepte ses mimiques et provocations ridicules. De fait, malgré l’expérience et la hargne de Swagger, Vladimir Batistov remporta l’épreuve de force et parvint à placer son MASTERL – hé non – Full-Nelson Slam (il l’a porté à deux ou trois reprises ces derniers temps donc c’est maintenant son finisher officiel), piqué à Jinder Mahal (aux dents, puisqu’il s’est pris une mandale) et à couvrir Jacky pour le compte de trois.

 

 

Bordel ! C’est encore plus humiliant que de perdre contre Santino et les Muppets !

 

 

Un autre membre, ou plutôt ex-membre, de la team Barrett est apparu ce soir : il s’agit de Christian. Celui-ci, bien que claudiquant et minervé, est venu nous gratifier d’une bonne promo pour assurer Wade & co de son indéfectible soutien, menacer Teddy Long qu’il juge responsable de son état, et accessoirement s’attirer sifflets et quolibets.

 

Le match Kingston/Hunico, je le résume en trois mots : rapide-lent-rapide. Le début très enlevé, le milieu un brawl un peu plan-plan, et la fin sur les chapeaux de roues. Kofi l’emporta grâce à son SOS. Le Mexicain, dégouté de la life, engueula l’arbitre comme du poisson pourri. Saloperie de gangs ! Pour vendre de la drogue y a du monde, mais quand il s’agit d’être bon perdant y a plus personne ! Moi si j’avais les mêmes ratiches que lui je ferais profil bas !

 

 

– Hola qué tal !  A donde està la mama de Pedro ! Ay caramba muchas gracias !

– Cessez de vous en prendre à moi, Hunico ! Ma décision est irrévocable !

–  Un dos tres ! Un pasito pa’lante Maria !

– Modérez vos propos !

 

 

Il m’énerve celui-là, bordel ! Bon ! Le main event ! J’étais content de voir Barrett et Rhodes (qui a encore eu droit à une vignette introductive dans laquelle il joue le beau gosse psychotique)  à la fin du show ! Mais franchement, avec Orton – qui a enfin rasé sa rouflabarbe – et le Great White en face, je ne donnais pas cher de leur peau.

 

 

– Moi je pourrais tirer un bon prix de leur peau. Surtout celle de Cody, elle est si douce…

– Tu me fais flipper, fella !

 

 

Et j’ai eu raison, comme d’hab’ . Sheamus dans le ring et la vipère au coin, Rhodes a eu tôt fait de changer avec son capitaine. Les Heels ont d’ailleurs très astucieusement joué avec le tag, et ont donné du fil à retordre aux deux héros. En particulier Barrett, qui a bien résisté aux assauts du psychopathe et de la brutasse, et les a mis en difficulté. Christian, fidèle à sa parole, était venu au bord du ring pour profiter du spectacle. Mais cette petite salope de Christian est incapable de résister à un coup de pute ! Avec sa béquille il fit un croc-en-jambe à l’Irlandais au moment où celui-ci préparait son Brogue Kick. Puis il le frappa à la gorge, toujours avec sa béquille, provoquant ainsi la disqualification de son équipe.

 

 

Être une ordure, c’est tip-top!

 

 

Barrett et Rhodes, unis dans le vice, mirent à profit la cohue provoquée par cet acte pour tabasser Sheamus. Las, le guerrier Celte est sur la voie de l’invincibilité et les a repoussés, Brogue Kickant le pauvre Cody et permettant à Orton de revenir RKOter Wade. Puis Sheamus, impitoyable comme seul un irlandais peut l’être, porta sa High Cross sur le re-Dashing One. Les deux Faces saluent le public débordant de joie. Fin du show.

 

 

Sheamus en profite d’ailleurs pour jouer au « Air exhibitionniste devant les écoles », pendant qu’Orton joue au « Air enchaîné dans un donjon ».

 

 

Fin ? Non, car le show s’est terminé avec… David Otunga ! Vous n’avez pas la berlue. Otunga. Après le main event de Smackdown. Faisant de la publicité pour TLC. En slip. Voilà, voilà.

 

J’allais oublier, Ted DiBiase a affronté et vaincu… Derrick Bateman. Oui, le frisé de NXT, qui était venu avec sa rombière, l’exhibo de service, j’ai nommé Maxine ! Teddy poursuit sa série de victoires en battant des mecs de plus en plus faibles. Impressionnant !

 

 

Oh mince, Derrick est en mauvaise posture, je dois l’aider ! Je… je vais prendre des photos de ma chatte !

 

 

The Rock et Cena ne peuvent pas se blairer, Del Rio et Punk sont prêts à s’entretuer, la Team Orton semble plus puissante que la Team Barrett, les Divas of Doom  sont dominantes, et le Big Show et Mark Henry se détestent cordialement, voilà ce qu’on sait après le Raw et le Smackdown de cette semaine. Le premier grâce à la présence de stars, le second avec de bons matchs. Les braises des rivalités ont été correctement attisées pour nous offrir, je l’espère, un feu de joie dimanche lors de Survivor Series ! Et ça tombe bien car Su-Se c’est génial ! J’adore Su-Se !

 

 

Mais est-ce que Su-Se, c’est tromper ?

18 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut