Catch

Presse le pas, facteur!

En relisant ta lettre,

Je me suis aperçu que l'orthographe et toi, ça fait deux.

Henri Death, avant que je ne poste mon article.

 

Bonjour à tous, et bienvenue dans le seul show qui vous empêche de pioncer le soir (le Journal du Hard ne comptant pas), dans le seul show que vous pouvez confondre avec une machine à café Senséo, bienvenue dans la pause CITB. Et aujourd'hui, presque deux ans après avoir écrit au Père Noël, je me relance dans un papier éposti… opistél… épsito… dans un papier qui ressemble à une lettre, mais pas tout à fait.

 

 

Je remercie The Rock de m'avoir prêté sa langue pour pouvoir coller le timbre.

 

 

Nalyse d'un mois de Superstars, du 3 au 24 novembre

 

 

Chère doublevé-doublevé-eu,

 

Je t'écris, petite fleur, car ça y est, c'est fait, on a pris le pouvoir. Les smarts débarquent, et ils sont graves venères! Ça se voit d'ailleurs que vous commencez à flipper votre race. CM Punk champion, Zack Ryder en mid-carder, Daniel Bryan qui cashe sa mallette mais en fait non, John Cena, The Rock… Que de grands noms appréciés de toute la communauté Internet, que de préférés qui sont mis sur le devant de la scène.

 

 

Oui, enfin, il subsiste des exceptions.

 

 

Alors tout ça, c'est fort sympathique, hein. Mais voilà, y en a que pour les autres. Et ça me les bouffe.

 

Je sais bien que SuperStars n'est pas votre priorité, mais bon, devoir commenter un match Tyson Kidd-Ezekiel Jackson, alors que les autres se régalent devant un match de RAW ou de SD!, je me dis que le monde est mal fichu. Et puis, j'ouvre la porte de mon bureau, je vois passer dans le couloir Kovax, Julius, Silver ou lechacha, les pupilles dilatées par le spectacle la merde proposée à NXT. Et là, je retrouve le sourire.

 

 

Ça, le café, deux jumelles chaudasses, mon homonyme et un mec qui me paie.

 

 

Vous allez me dire que tout n'est pas noir dans le show violet. Que c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Qu'il faut que je me mette au vert et que je voie la vie en rose. Et que j'arrête les stupides jeux de mots sur les couleurs. Et c'est pour cette raison que je vais vous énumérer de suite ce qui m'a plu lors de ce mois de novembre, pour finir par ce qui était vraiment à jeter. Oui, je suis un salaud.

 

 

Les raisons pour lesquelles il faut regarder Superstars, sinon pas de Noël, pas de chocolats, pas de chèque la Fnac, pas de dinde fourrée, pas de bûches, pas de Uncharted III…

 

Non, c'est vrai qu'on te critique beaucoup, ma petite deubliou, mais c'est vrai aussi que tu offres de beaux cadeaux parfois, plus souvent qu'on ne le croit d'ailleurs, et il est normal que je recense les bons points dans cette lettre.

 

Nous avons par exemple, Yoshi Tatsu. Oui, toi qui lis cette lettre, Yoshi Tatsu, le kamikaze de NXT (cette phrase fait 52 points au scrabble), a livré une très belle performance, tout en agilité, face à Tyson Kidd. Ce fut fort agréable à voir, et ça me fait chialer parce que ce genre de matches me fait penser à mon premier amour, la divison cruiserweight. Snif…

 

 

C'est lui qui a humilié à jamais la ceinture cruiserweight! TUE!

 

 

John Morrison a lui aussi livré une dernière très belle performance à Superstars, face à sa némésis préférée, Drew "Mr. Superstars" McIntyre. Une fois de plus, les deux hommes ont réalisé un combat parfait en tout point, Mojo Jojo produisant des coups dont lui seul a le secret, et Drew excellent dans son rôle de mec déterminé à tout frapper, et gagnant un peu à la surprise générale sur son shock DDT (sa première victoire depuis le 14 juin dernier face à Vladimir Kozlov). Fallait-il le voir comme une dernière humiliation pour le Shaman, ou une façon de clore leur feud qui n'a jamais réellement fini? Quoiqu'il en soit, après son départ, John Morrison va manquer à la WWE, et Drew McIntyre semble malheureusement repartir comme jobber de luxe qui remonte le niveau in-ring d'un match, comme contre Alex Riley. Que les temps sont durs.

 

 

Très durs, mêmes.

 

 

Le seul match tag-team du mois, le 17 entre les Usos et Primo & Epico, a été particulièrement bon. Sans être génial, il a permis de passer un bon moment. Victoire des Portoricains grâce à un Backstabber de Epico sur Jimmy. Agréable à voir.

 

Ted DiBiase n'a pas eu l'occasion de montrer grand-chose, mais le peu de temps qu'il avait, il l'a bien utilisé. Victoire fin novembre face à Drew McIntyre.

 

Parlons maintenant, ma petite chérie, du pilier de la maison violette (accrochée à la colline), Tyson Kidd. L'autre monsieur Superstars tient la baraque à chacun de ses matches, cherchant toujours à ne jamais ennuyer le public. Des fois, ça marche (contre Yoshi ou contre Barreta), des fois pas du tout (Ezekiel Jackson), mais il est toujours plaisant de le voir dans un ring.

 

Terminons la liste de tes points positifs avec THE MARK F'N TIME OF THE WEEK! Daniel Bryan contre William Regal. L'élève contre le maitre. Le futur contre le passé. Le petit jeunot futur champion contre celui qui ne l'a jamais été. Deux mouilleurs de slips (au sens de mouilleurs de maillots, bande de vicelards), deux grands techniciens étaient en action. Et même si vous vous doutez du résultat, le match fut néanmoins prévu comme très bon, il a été excellent! Surtout lors de l'entrée de l'Anglais, qui m'a fait jouir comme une pucelle avec une poupée gonflable de Justin Bieber.

 

 

Les Cahiers du Catch, le seul site où vous pouvez trouver ce genre d'images.

 

 

Les raisons pour lesquelles on se dit que bon, à part "Tout le Monde veut prendre sa place", y a-t-il autre chose que plus pourri que Superstars? Voyons… Tiens, regardons la TNA!

 

J'ai longuement hésité à intituler cette partie "La WWE ne sait pas gérer les poids lourds sans charisme". Tant tu ne sais pas quoi foutre d'eux, on dirait. 

 

Jinder Mahal, un au hasard. Vous tenez là le Great Khali du pauvre. Oui, celui-ci a été livré avec des genoux neufs, mais bordel de diantre! POURQUOI LUI FAIRE FAIRE DES PROMOS EN HINDI, ALORS QUE LA TOTALITÉ DES SPECTATEURS PARLE ANGLAIS??? Déjà que le pauvre gus a un manque flagrant de talent in-ring, tu t'obstines à le faire parler dans la langue de Vishy Anand. Et Matt Striker n'est absolument pas crédible en traducteur officiel, sans rire. 

 

 

– Jinder vient de dire "j'aurais pas dû reprendre de la choucroute ce midi,

les choux commencent à me faire de l'effet".

– Mais Matt, comment vous faites pour comprendre les propos de Mahal?

-Simple, depuis que je suis à NXT, j'ai eu le temps d'apprendre

76 dialectes, dont 32 langues régionales et de déchiffrer cinq langues mortes. Mais j'ai un peu de mal avec le crétois ancien.

 

 

Sinon, l'Indien réussit l'exploit de décrédibiliser les poids légers. J'étais plutôt attentif lorsqu'il affronta Justin Gabriel (victoire du Bafana, si si, paie ta cohérence), je me suis ennuyé ferme lors du squash sur Trent Barreta (sur un Camel Clutch, paies ta prise de finition). Et le mieux, c'est qu'il a une feud avec Ted DiBiase.

 

Continuons la visite de notre musée des horreurs, avec Michael McGuillicutty. Chère WWE, tu ne dois même pas le savoir, mais ce dernier a eu une rivalité avec Alex Riley. Et merci pour les fans de catch, cette feud est passée totalement inaperçue. Déjà, on a envie de se marrer en voyant débarquer MMG avec une casquette jaune et noire mise à l'envers, en mode rappeur adolescent des années 1990. Inutile de préciser que les matches étaient d'un niveau peu élevé, mais au moins il essaie de gagner en charisme. Le fils de Mr. Perfect n'offre absolument rien d'intéressant, un peu comme un diner spécial Saint-Valentin pour deux lorsqu'on est célibataire. Au fait, MMG a gagné le dernier match face à Riley, ce qui a eu le don de me réveiller.

 

 

Je ne comprends pas, c'est moi qui lui avais conseillé le port de la casquette.

 

 

Petite parenthèse sur Curt Hawkins. Lui donner  du temps d'antenne, soit, ton intention partait d'un bon sentiment. Mais le mec était blessé. Blessé! Alors certes, faire croire qu'il allait gagner grâce à son gros bâton de réglisse (je parle de sa canne, espèce de dégueulasses!), c'était là aussi une bonne idée, mais sous les yeux de l'arbitre qui ne pipe pas mot (!), paie ton Eddie Guerrero!

 

Poursuivons avec Alex Riley. Il a eu 27 minutes de match ce mois-ci, c'est 27 minutes de trop. Certes, il provoque de jolies pops, mais c'est tout. Qu'on le foute manager d'un rookie, par exemple, et qu'on n'en parle plus! Ce mec-là, outre les deux bouses avec MMG, a réussi à rendre un match de Drew McIntyre mauvais. Si vous avez une cousine, ou une belle-mère que vous pouvez pas sacquer, offrez-lui le DVD des meilleurs matches d'Alex Riley. Normalement, vous n'en entendrez plus parler.

 

 

Et sinon, j'ai en stock la cassette audio des meilleures interventions de Booker T, "WUDAHELL vol. 2"!

 

 

Et finissons notre foire aux monstres avec Ezekiel Jackson. Il a la capacité d'accumuler les défauts des trois autres précédemment cités, sans posséder une seule de leurs qualités. Je crois même que si il se mettait à faire du hoola-hoop pendant un match, il m'intéresserait davantage. Et malgré la bonne volonté de Tyson Kidd, il gagne ce main-event par son Torture Rack.

 

Puis, chère vé-vé-eu, je poursuis ma lettre en te comdamnant à la mort par le tchi-tchi. Commençons les hostilités avec Justin Gabriel. Il nous a pondu deux matches (face à Jinder Mahal et Curt Hawkins) corrects, pas forcément exceptionnels, pas non plus foireux. Bref, un poids léger sous lexomil, un aérien sous somnifères, un maigrichon sans Red Bull.

 

 

Justin Gabriel, champion de air-trapèze.

 

 

Parlons du cas Trent Barreta. Le garçon est talentueux, jeune, un minimum charismatique et plaît au public. Vous, WWE de mes deux, le mettez éternellement en jobber pour catcheurs en mal de confiance, comme ce fut le cas face à Tyson Kidd et Jinder Mahal. Oui, il a besoin de temps d'antenne, mais si le premier match a été prenant (car oui j'avoue, entre le jobber officiel face et le jobber officiel heel, je ne savais qui allait l'emporter), le second a été largement plus emmerdant, et je n'avais qu'une hâte : que Mahal foute une bonne grosse powerbomb à son adversaire pour qu'on en parle plus.

 

Alors, s'il te plait, donne un push à Trent. À moins que ce ne soit une storyline en préparation, le prochain mec qui perdra face à Barreta aura  envie de se venger et donnera au DudeBuster un sacré push. Comme un Razor Ramon perdant face au Kid (que l'on appelera 1-2-3 Kid à cette occasion, puis plus tard X-Pac, mais ça c'est une autre histoire).

 

Eh bien, ma petite WWE d'amour, j'espère que tu auras compris la leçon : moins de gros, plus de légers, avec de vrais catcheurs! Pour finir de te convaincre, voici mes top 5 des meilleurs et des pires matches de ce mois-ci.

 

 

Ben putain, il ne s'emmerde pas!

 

 

Top 5 qu'il faut regarder en famille, avec vos amis, votre patron, votre amant, votre maitresse ou un dinosaure partouzeur de droite.

5. Ted DiBiase vs Drew McIntyre, 24 novembre

4. Trent Barreta vs Tyson Kidd, 17 novembre

3. Yoshi Tatsu vs Tyson Kidd, 3 novembre (désolé pour le match qui a commencé)

2. John Morrison vs Drew McIntyre, 3 novembre

1. Daniel Bryan vs William Regal, 10 novembre

 

 

Top 5 que vous devez filer à votre pire ennemi, un terroriste ou à Vince Russo.

5. Alex Riley vs Michael McGuillicutty, 24 novembre (appréciez le commentaire de la vidéo)

4. Alex Riley vs Drew McIntyre, 17 novembre

3. Alex Riley vs Michael McGuillicutty, 10 novembre

2. Ezekiel Jackson vs Tyson Kidd, 24 novembre

1. Trent Barreta vs Jinder Mahal, 24 novembre

 

 

Je t'embrasse très fort, ma petite WWE, n'oublie pas que désormais tu es en notre pouvoir.

 

Affectueusement,

 

Kofi Indabank

 

 

Il n'aura fallu qu'à Randy Orton qu'une heure et sept minutes pour tout lire! Record à battre!

8 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut