Catch

Ceinture de Plomb 2011, présentation et module de vote

Ce que j'adore dans ma nomination aux Oscars, c'est l'idée que je figurerai sur cette liste jusqu'à la fin des temps.

Julia Roberts

 

Bien sûr, le seul fait d’être incorporé à la liste des quinze nominés à la Ceinture de Plomb constitue déjà un immense honneur. Mais les heureux élus ne veulent pas s’arrêter en si bon chemin et rêvent tous de succéder à Hornswoggle et à Matt Hardy, sacrés respectivement en 2009 et 2010. Membres du CDC Universe, il vous appartient de remettre la récompense la moins prestigieuse du catch mondial. Nous espérons que vous avez conscience de l’immense responsabilité qui vous incombe.

 

 

Battez-vous à mort, car il ne saurait en rester qu’un.

 

 

Ceinture de plomb 2011, liste des candidats et module de vote

 

 

C’est peu dire que les débats ont été âpres au moment d’établir la liste des quinze nominés. Chacun des sept individus consultés (McOcee, Silvernights, Spanishannouncetable, Axl, Julius Ostermark, Lecharentais, Kovax) avait des candidats indiscutables, des vétos définitifs et des doutes existentiels. C’est parfaitement logique, puisque le concept de Ceinture de Plomb, de même que celui de son glorieux cousin le Ballon de Plomb, est propice à toutes les interprétations. Les uns veulent punir un catcheur inepte dans le ring, d’autres veulent dénoncer un booking scandaleux, d’autres encore s’horrifient des revers infligés à des individus méritants par Dame Fortune… Comme nous le disions l’année dernière à la même époque, si on proposait à cent fans de catch d’établir chacun sa propre liste de quinze nominés à la Ceinture de Plomb, on aboutirait probablement à cent listes différentes. Il n’empêche que celle que nous avons fini par élaborer nous semble fort emblématique de la lose made in WWE. Il y a là des nullités ambulantes, des grands talents malchanceux, des monstres surpushés à cause de leur physique, des promesses qui ont tourné au désastre…

 

 

Tiens, on avait oublié de prévenir Icare que s’il sautait trop haut, la chaleur des projecteurs ferait fondre ses ailes.

 

 

Avant de vous les présenter, rappelons que la liste n’était ouverte qu’aux catcheurs ayant pris part à au moins un match cette année à la WWE. Nous avons écarté les commentateurs (Cole, Lawler, Ross, Booker, Striker) quand bien même il leur est arrivé de catcher, car ils auraient avant tout été jugés sur leur boulot de commentateurs, précisément.

 

 

Et puis on n’est même pas sûrs qu’ils aient vraiment catché, en fait, vu qu’on éteignait notre écran dès qu’ils apparaissaient dans le ring.

 

 

Voici les noms évoqués dans la discussion intra-rédactine, mais finalement non retenus : DH Smith, Kaitlyn, Ezekiel Jackson, David Otunga, Gail Kim, Lucky Cannon, JTG, Triple H, Kane, Ted DiBiase, Tyler Reks, Kelly Kelly, Brodus Clay, Yoshi Tatsu, Husky Harris. Qu’ils se rassurent, ils pourraient bien revenir l’année prochaine.

 

 

Ouf, mon gabarit fluet m’a permis de passer entre les gouttes!

 

 

 

 

Les candidats

 

 

Passons maintenant à la présentation des quinze nominés. Vous voterez ensuite en les classant de 1 à 15, le premier étant celui qui, à vos yeux, mérite le plus la Ceinture de Plomb, et le quinzième celui qui la mérite le moins. Clôture des votes le. Les malheureux sont présentés par ordre alphabétique.

 

 

 

Johnny Curtis

 

Johnny Curtis, ou l’imposteur. Son année a commencé par une énorme imposture : alors qu’il n’avait rien montré d’intéressant tout au long de la saison 4 de NXT (il a même fini avec le plus faible ratio de  victoires / match de tous les aspirants), il fut à la surprise générale proclamé, le 1er mars, vainqueur de la saison, devançant le seul rookie impressionnant du lot, Brodus Clay. Imposture suivante à l’été : pour annoncer ses prochains débuts à Smackdown (le Tag Team Title Championship Match en compagnie de son pro R-Truth, qu’il avait gagné en remportant NXT, étant passé par la fenêtre), on lui fit tourner des promos décalées, dans lesquelles il prenait au mot de la lettre telle ou telle expression de la langue anglaise. Primo, ce n’était pas drôle (notre sondage à ce sujet l’étant bien plus). Secundo, il s’agissait d’un détournement éhonté d’un des procédés à l’œuvre dans « The True Long Island Story » de Zack Ryder, où l’Internet Champion se montrait par exemple en train de « run with the ball » ou reprochait à la WWE de « miss the boat » le concernant. Le public ne mordit pas, et Curtis ne suscitait aucun intérêt, tandis que la cote de Ryder ne cessait de grimper. Quand il débuta enfin, on constata l’ampleur de l’imposture : pour son premier match, il ne tint que 54 secondes dans le ring, il est vrai face à Mark Henry. Tétanisé, il se terra quelques mois dans une cave dont il finit par ressortir début novembre, pour… revenir à NXT, saison 5 cette fois. Peut-on imaginer pire aveu de faiblesse ? L’imposteur paraît au moins conscient de son niveau réel… Quoi qu’il en soit, une fois de retour dans le confortable et confidentiel show jaune, il est entré en feud avec Derrick Bateman pour lui voler sa fiancée Maxine, dans une storyline sans queue ni tête (mais avec une chatte, c’est déjà ça). Les hasards de l’alphabet en font le premier candidat de la liste, mais avec une telle année 2011, il est à coup sûr l’un des favoris pour la victoire.

 

 

– Qui donc ? Johnny Curtis ?! Mais que diable viens-tu donc faire ici, l'ami ?

Haha ! Je viens incarner l’expression « filer comme un pet sur une toile cirée ! »

 

 

 

The Great Khali

 

Voilà un autre candidat fort sérieux : en 2009 comme en 2010, le Great Khali a échoué à la deuxième place de la Ceinture de Plomb, devancé d’un rien par Hornswoggle puis par Matt Hardy. Il est d’ailleurs le seul individu à avoir été nominé chaque année depuis l’apparition de la Ceinture, une vraie gageure. Cet exercice sera-t-il enfin le sien ? Il le mériterait, au vu de ses performances, plus lamentables que jamais entre les cordes et devant la caméra. Utilisé avec parcimonie en début d’année (offert en sacrifice lors du Royal Rumble au dernier monster heel en date, Mason Ryan, puis atomisé d’une série de coups de chaise par le champion Miz en mars), il gagne la bataille royale des jobbers qui fit office de dark match à Wrestlemania : pas une raison de pavoiser, puisque l’année dernière, elle avait été remportée par Yoshi Tatsu, qui connut par la suite le succès que l’on sait. Même résultat pour Khali. Drafté de Raw à Smackdown en compagnie de son irritant « frangin », il eut cependant droit à une vraie storyline, puisque le 29 avril il croisait dans les couloirs un rookie nommé Jinder Mahal. Les deux finiraient par s’allier, Khali assassinant au passage Ranjin Singh (au moins merci pour ça) et opérant un heel turn qui suscita quelques espoirs : autant il ne pouvait plus être sérieux en tant que candidat à des titres individuels, autant il pouvait encore efficacement assurer un rôle de garde du corps. Las, au bout de quelques semaines, et à l’issue d’une révélation extrêmement décevante (Mahal aurait épousé la sœur de Khali et menaçait de la répudier si le géant ne lui obéissait pas…), Khali se détourne de son associé (on ignore si ce dernier en profita pour divorcer de sa sœur), se retrouve face, et est servi en guise d’amuse-gueule à Mark Henry, qui lui pète la jambe sans même sembler s’en rendre compte : depuis, le World’s Strongest Man rappelle régulièrement qu’il a cassé la jambe au Big Show et à Kane, mais n’évoque même pas Khali, comme s’il s’agissait de qualité négligeable. Suite à cette blessure in kayfabe, le contrat du colosse avec la WWE a pris fin dans l’indifférence générale, et il est paraît-il reparti en Inde, où son nom serait mentionné à propos du prochain projet local de la TNA. Oui, ça fait peur. Quoi qu’il en soit, c’est la dernière année où l’on peut lui offrir la Ceinture de Plomb qu’il a encore amplement méritée cette année en affichant une immobilité comparable seulement à son inexpressivité. Cela dit il est tellement nul qu’il pourrait bien finir encore une fois deuxième et devenir ainsi officiellement le Poulidor de la CDP…

 

 

– Wow ! Y a du jabroni de compétition là! Désolé, le Russkoff, le Rital et le Jap, mais  le Rock sélectionne le nain nudiste et le géant travelo !

Nain déjà gagné 2009, camarade Rock, lui pas éligible.

Ah ? Eh bien en ce cas, le Rock ne voit pas qui peut battre le travelo.

– Attends voir suite liste, camarade.

 

 

 

Jinder Mahal

 

Le cas Khali évacué, voici son comparse. Le personnage de Jinder Mahal, avec ses grimaces d’un autre siècle et ses promos en hindi, sort tout droit des années 1980. Pris dans une storyline débile avec son compatriote Khali, il en sortit par le bas, squashé par le géant le 23 septembre. Il a depuis essayé de se refaire en s’en prenant à l’autre richard du coin, Ted DiBiase, dans une feud sans intérêt où il mordit systématiquement la poussière. Dernièrement, il a servi à plusieurs reprises d’essuie-pieds à Sheamus. L’étape suivante est probablement une feud de lowcard à Superstars contre quelque Trent Baretta. Dans le meilleur des cas.

 

 

– तुम्हारी बहन एक मरा हुआ सुअर से भद्दा है!

– What ?

– मैं तुमसे बात नहीं कर रहा हूँ!

What ?

– मैं संयुक्त राज्य अमेरिका पर गंदगी!

– USA! USA!

 

 

 

Maxine

 

Elle avait échappé à la nomination en 2010, lors de son année de rookie. Mais l’insupportable brunette a encore fait parler d’elle en 2011, et pas en bien. Si cette fois elle a évité de balancer des photos gynécologiques sur Twitter, elle a apporté sa pierre à l’édifice branlant de NXT Saison 5, où elle joue depuis des mois maintenant la peste manipulatrice qui s’en prend à la seule autre fille qui passe parfois la tête dans ce lieu de perdition (AJ) et, le reste du temps, attise le désir des détenus du coin (à savoir Bateman et Curtis, en attendant probablement une historiette avec Tatsu, Young ou O’Neil). Criarde et excessive au micro, elle affiche également un niveau consternant dans le ring, où elle tente de se forger un personnage de spécialiste des prises de soumission (sauf qu’elle n’en connaît que deux, le headlock et l’étranglement, et les alterne comme un métronome).

 

 

Victoire de Maxine ! Bravo Maxine !

Attendez monsieur l’arbitre, c’est génial votre prise de soumission au poignet là ! C’est quoi la technique ? Je veux apprendre ! Je vous montre mes organes génitaux si vous acceptez de me l’enseigner !

 

 

 

Michael McGillicutty

 

Dans les années 1980 et 1990, le regrette Curt Hennig, mieux connu sous le sobriquet de Mr Perfect, était considéré comme l’un de tout meilleurs catcheurs du monde. C’est peu dire qu’on attendait beaucoup de son rejeton, d’autant plus qu’il affiche un gabarit ortonien et un visage baldwinien. Hélas, bon sang sait mentir. Déjà lesté d’un nom imprononçable, McGillicutty n’a jamais convaincu ses employeurs qu’il méritait d’être autant mis en lumière que son divin paternel. Pourtant, tout n’avait pas trop mal commencé, puisqu’il fut intégré au Nexus en 2010, en sa qualité d’ancien rookie de NXT. Moyen de glaner de l’expérience sans être trop exposé… Mais McMg, malgré un certain savoir-faire générique dans le ring, n’a pas su marquer les esprits, ni en se faisant dérouiller par Randy Orton en début d’année, ni en devenant champion par équipe et par hasard avec David Otunga, leur run étant surtout marqué par des humiliations répétées infligées par Jerry Lawler, furieux de voir une équipe si peu douée et si peu charismatique porter les ceintures. Les champions perdirent leurs titres dès leur deuxième défense, contre Air Boom, perdirent leur rematch et se séparèrent sans que quiconque s’y intéresse. Si Otunga a réussi à se trouver un rôle malin qui lui évite la nomination, le fiston Perfect, lui, n’avait rien à proposer. Du coup, il prit la direction de Superstars, où il ferraille depuis avec d’autres membres de la présente liste. Il paraît qu’il crie, maintenant, pour faire réagir le public. Et que le public ne réagit pas.

 

 

– Oh mon Dieu ! Ils ont tué Michael ! Espèce d’enf…

Gaspille pas ta salive Mason, on s’en fout de lui.

 

 

 

Drew McIntyre

 

A ce niveau-là, ce n’est plus de dépush qu’il faut parler, mais carrément de décapitation. Drew McIntyre était pourtant notre co-rookie de l’année 2009, avec Sheamus. Certes, la trajectoire du Chosen One avait déjà sérieusement commencé à s’infléchir dès 2010 ; mais alors en 2011, ce fut une annus horribilis, malgré un début de storyline vite zappé avec Kelly Kelly en janvier et une bonne perf sans lendemain dans l’Elimination Chamber de Smackdown. C’est bien simple : depuis, il n’a plus participé au moindre ppv. Lui qui avait quand même été vu dans 10 ppv sur 13 en 2010 n’en a fait que 2 sur 13 en 2011, les deux premiers de l’année. On ne lui a même pas trouvé une place dans les matchs à plusieurs de Money in the Bank ou de Survivor Series. Pis : il a pratiquement disparu des écrans de Raw, où il n’a fait que deux ou trois apparitions en tout depuis qu’il y a été drafté en avril. Pour le voir, il faut se brancher sur Superstars, où le « Futur de la WWE choisi personnellement par Vince McMahon » bataille avec DiBiase, Riley, Gabriel et autres Ryan, généralement sans succès. Selon certains dirt sheets, sa disgrâce serait liée à la fameuse algarade qu’il eut l’an dernier à domicile avec Tiffany, qui était alors son épouse. Divorcé depuis mai 2011, le beau Drew s’accroche, mais 2011 a dans son cas fait vraiment peine à voir.

 

 

– Tu veux vraiment me sédrou, duire ? Alors gagne une ceinture cette année.

Je te le promets, princesse.

Et arrête de parler de sexe tout le temps !

 

 

 

Melina

 

Melina est une bonne catcheuse, même mieux que ça. Son exceptionnelle souplesse lui permet d’enchaîner des mouvements inimaginables pour ses adversaires, et elle n’est pas la moins douée du lot pour claquer une promo. Enfin, ses entrées dans le ring en grand écart ont fait bouillir le cerveau de millions de téléspectateurs. Cinq fois championne chez les filles, elle affiche l’un des plus gros palmarès de l’histoire de la division féminine WWE, titres acquis aussi bien en jouant une heel ignoble qu’une face bon esprit. Bref, c’est une catcheuse douée, complète et récompensée. Le problème, c’est que, apparemment, elle est aussi complètement barrée. D’après de nombreux témoignages, la Paparazzi Princess a pris son gimmick un peu trop au sérieux et s’est brouillée avec la majeure partie du vestiaire tant et si bien que son renvoi fut évoqué dès l’année dernière. En 2011, elle entama un heel turn qui ne la mena à nulle part, puisqu’elle perdit le 24 janvier, à Raw, son Title Match contre Natalya. Par la suite, on la vit épisodiquement à Superstars, jusqu’à la fameuse Bataille Royale du 1er août à Raw, dont elle fut la première éliminée. Elle fut licenciée quelques jours plus tard. Son année 2011 ressemble fort à celle de Gail Kim. Mais Kim échappe à la nomination, car elle, au moins, n’a pas entraîné dans sa chute un mec dont le potentiel de main exploiter restera probablement inexploité, cf. entrée suivante.

 

 

Ma dernière dent! C’en est trop ! John, fais les valises !

 

 

 

John Morrison

 

Ah, si on nous avait dit ça, y a un an ! Si on nous avait dit ça, y a neuf mois, même ! A l’époque, John Morrison, auréolé d’une feud remportée contre King Sheamus à l’issue d’une superbe série d’affrontements, était le catcheur le plus chaud du moment. Il avait placé la barre très haut dès le premier match de l’année, un WWE Title Match contre son ex, le Miz, sous la forme d’un Falls Count Anywhere qui a laissé une belle trace dans les mémoires. Il a ensuite volé le show au Royal Rumble, notamment avec un sauvetage extraordinaire, quand il se réceptionna sur la rambarde protégeant les spectateurs avant de revenir dans le ring en plusieurs petits sauts. Le Prince du Parcours vivait son gimmick à fond et enflammait encore l’assistance à Elimination Chamber puis à Extreme Rules, dans un match en cage pour le titre WWE contre le Miz et Cena. Entre-temps, hélas, il y avait eu Wrestlemania, où il eut un rôle pourri : associé à Trish Stratus et à la porcelette Snooki, il affronta et battit Dolph Ziggler et les Laycool dans une espèce de Comedy Match dénué d’intérêt. Surtout, frustré de voir la revenante Stratus truster un rôle de main event dont il estimait qu’il revenait de droit à sa compagne Melina, il aurait battu froid la « Diva of the Decade » pendant toute la préparation du combat. Signe avant-coureur de son incapacité à se montrer fin politique, une qualité aussi importante pour percer que la capacité à enchaîner les saltos arrière… Opéré du cou après Extreme Rules, Morrison perdait trois mois (d’avril à juillet) au moment même où il semblait devoir percer le plafond de verre. A son retour, c’était plus la même musique. Il se montrait incapable de se venger de R-Truth (le responsable in kayfabe de sa blessure) puis était confiné à la midcard, tentant plusieurs fois sa chance pour le titre US (défendu à Raw) et même IC (pourtant détenu par Cody Rhodes, affilié à Smackdown). Ses matchs étaient toujours d’une grande qualité, mais pour les bookers la cause était entendue : ce type-là, mal entouré, mené en bateau par sa nana, prompt à se blesser, n’est pas assez fiable pour faire un main eventer. Répétons cette statistique édifiante établie par notre statisticien VinZ : JoMo a perdu ses douze derniers Title Matchs, tous titres confondus. Oui, douze. De suite.

 

Fin novembre, son contrat n’était pas renouvelé. Morrison ne serait cependant pas parti en trop mauvais termes avec la WWE, et ses nombreux fans ont quelques raisons de croire à son retour. Mais il faudrait qu’il s’agisse d’un homme nouveau, pas de celui qui, de déception en blessure malencontreuse, de mauvais comportement backstage à départ de la WWE, a réalisé une année Ceinturedeplombisable alors que le Graal lui était promis.

 

 

Ca suffit Truth, n’oublie pas que le punching-ball est à tout le monde.

 

 

 

Kevin Nash

 

Sans contestation possible, le plus grand nom de la liste. Kevin Nash, l’ancien Diesel de la WWF, l’ancien membre fondateur du New World Order à la WCW, reconnu par la WWE comme un sextuple Champion du Monde, était de retour au Rumble, catogan teint et barbiche assortie, sous une ovation monstre. Puis plus rien jusqu’à ce qu’il déboule à Summerslam à l’issue d’un grand match entre Cena et Punk, pour dégommer la voix des sans-voix. Allaient s’ensuivre quelques mois pénibles, c’est le moins qu’on puisse dire. L’ancienne star semblait terriblement décalée dans la WWE de 2011. Nash ne sut jamais vraiment poser son nouveau personnage, d’autant qu’il fut pris dans une abracadabrantesque histoire dont la conclusion fut que Nash s’était envoyé un SMS à lui-même pour justifier son intervention dans le match de Summerslam… Tout cela aboutit à un match à l’échelle contre Triple H, qui fut moins affreux qu’attendu mais confirma que l’ancien garde du corps de Shawn Michaels ne pouvait plus plier les genoux depuis belle lurette. Il y avait du potentiel dans le rappel des grandes années de la Kliq (qui avait annoncé, quinze ans avant CM Punk, l’effacement du kayfabe). Mais tout cela fut mal géré, mal joué et mal catché, et Kevin Nash n’y est pas pour rien, hélas. L’occasion pour vous de garnir son copieux palmarès de l’une des rares ceintures qu’il n’a encore jamais gagnées.

 

 

Dis donc Hunter, ma petite sœur m’a envoyé un SMS, elle dit qu’il faut absolument que Kevin ici présent gagne la ceinture de plomb.

Pourquoi ça, Punk ?

Parce que ça serait bizarre qu’il soit à la fois Diesel et sans plomb !

Je peux le tuer, Paul ?

Plus tard, Kevin, plus tard.

 

 

 

Jacob Novak

 

Qu’est-ce qui explique que Jacob Novak ait eu droit à une chance de « rédemption » (du nom de la Saison 5 de NXT) ? Après tout, ce type blafard, sans charisme et sans talent notable, avait été le premier éliminé de la saison 4. Son pro, Dolph Ziggler, l’avait même échangé contre un autre rookie, Byron Saxton, c’est dire… Bingo, c’est ce qui se produisit cette fois encore : Novak fut le premier éliminé de la saison 5. Lesté d’un pro nommé JTG, qui tenta sans succès de lui faire endosser un gimmick de rappeur, il ne fit guère mieux que la première fois et dégagea, l’heureux homme, au bout de treize semaines d’un show qui en est à quarante et une. Quelques jours plus tard, son contrat prenait fin. On ne devrait plus le revoir à la WWE, c’est donc votre seule et unique occasion de remettre la Ceinture de Plomb à l’un des performers les plus faibles depuis un bail.

 

 

Allez DJ Vakno, montre-moi ton freestyle.

– OK! Prêt? Han han han! Ouais, je suis un vilain garçon, plus dangereux qu’un courant d’air froid quand il fait chaud ! Han han ! Quand je marche dans la rue, tout le monde dit « Hé, c’est Novak » parce que ça c’est mon nom : Jacob Novak ! Han ! Ouais ! Moi je mets pas de robes, parce que mon prénom c’est Jacob ! Ouais !

– … Pitié, Shad reviens, je te pardonnerai tout.

 

 

 

Titus O'Neil

 

On croyait bien l’année dernière, quand Titus O’Neil, alors rookie, avait pris une très honorable cinquième place à la Ceinture de Plomb, qu’il ne pourrait jamais faire mieux. Las, la chance lui en a été donnée, puisqu’il a été repêché pour l’apocalyptique saison 5 de NXT, dont il est la principale tête de gondole. O’Neil, affublé de Hornswoggle (Ceinture de Plomb 2009) en guise de pro, a gagné 800 millions d’inutiles points de rédemption, a remporté des dizaines de combats sans saveur, a imité une espèce de chien-phoque à chaque match, a porté un slip rose floqué de son nom, s’est associé à Percy Watson, et est toujours resté désespérément terne et générique. L’homme qui incarne au mieux le pire show de l’histoire des shows télé de catch, à savoir la saison 5 de NXT, mérite votre vote !

 

 

– Hé les gars, vous savez que moi aussi, une fois, j’étais trending worldwide ? C’est le jour où j’ai mis une photo de ma bite sur Twitter !

– Très impressionnant, M. O'Neil.

 

 

 

Alex Riley

 

Il n’aura pas fait illusion longtemps, le musculeux associé du Miz. Un gros trimestre, disons, le temps pour lui de servir de punching-ball à tous les adversaires de son boss, puis d’être drafté à Smackdown. Il revint tout de même servir son sbire, mais pas assez au goût de celui-ci, qui l’humilia à plusieurs reprises, jusqu’à provoquer un face turn d’A-Ry, plutôt réussi et bien accueilli par le public. Mais le vrai test, on le savait, surviendrait une fois que les chemins du Miz et de Riley se sépareraient. Ce qui fut le cas dès l’été, après quelques semaines où l’ancien rookie de NXT saison 2 fut assez sérieusement pushé (victoire sur le Miz à Capitol Punishment, association avec Cena et Orton, participation au Money in the Bank Match de Raw, themesong qui pète bien…). Mais assez vite, on se rendit compte que, hormis ses muscles, Alex n’avait pas grand-chose pour lui. Sa feud contre Dolph Ziggler pour le titre US, en août, exposa ses faiblesses, qui éclatèrent au grand jour face à un adversaire aussi talentueux. Il disparut assez vite des écrans et des projets des bookers, soigna une blessure et ne revint qu’en octobre, à Superstars, sa terre d’élection depuis trois mois. Pour un gars qui bastonnait Cena dans le main event de Wrestlemania, la chute est dure. Un an à main eventer les Raws et les ppv dans l’ombre du Miz n’a finalement servi à rien, semble-t-il. Au moins, ça l’a mené à la liste des nominés à la CDP…

 

 

– Je t’ai eu Miz ! Maintenant, à moi la… heu… le… heu…

Voilà. C’est que je me tue à te dire.

 

 

 

Mason Ryan

 

C’est peu dire que Mason Ryan a eu des débuts fracassants. Ce colosse venu prêter main (très) forte au New Nexus lors d’un affrontement contre John Cena, le 17 janvier, apparaissait comme la pièce qui manquait au grand projet de CM Punk. Une ressemblance frappante avec Batista, une puissance exubérante, une carrure effrayante, un regard halluciné… On avait affaire, croyait-on, au nouveau Big Man du futur, à l’heure où la génération précédente, celle des Big Show, Kane, Henry et Undertaker s’apprête à tirer sa révérence. Et puis… et puis les bookers décidèrent d’enterrer le New Nexus. Ryan reçut son punt kick comme les autres, et manqua du coup Wrestlemania. Entre-temps, il avait eu le temps de montrer en ring une force certes phénoménale, mais aussi une inexpérience rédhibitoire. Il enchaînait vingt-cinq prises différentes, sans que les enchaînements fassent sens, et semblait chaque fois à deux doigts d’estropier son malheureux adversaire. En mai, son corps monstrueux finissait par péter. En été, pendant que son mentor in kayfabe CM Punk s’envolait vers les sommets du workshoot, le Gallois soignait ses blessures loin des projecteurs. Il revint en septembre, opéra un face-turn immédiat, mais les bookers n’osèrent pas lancer une telle brute à l’assaut du joyau Dolph Ziggler pour une vraie feud. Son incapacité à s’exprimer de façon intelligible a également dû jouer un rôle dans son absence de push… Mason Ryan ne fut plus exhibé que dans des combats à six, huit ou douze mille, comme aux Survivor Series, où il fut rapidement éliminé sans gloire par Cody Rhodes. Plus vu à Raw depuis, le titan est reparti faire ses gammes à Superstars, et on plaint les JTG et autres McIntyre qui doivent encaisser ses finishers d’autant plus dévastateurs qu’ils sont mal assurés… N’attendez pas qu’il tue un adversaire dans le ring, votez pour lui dès maintenant !

 

 

22h38 au Palace of Wisdom : invité pour la première fois par John Morrison, Mason Ryan vient de botcher aux toilettes. Son jet de pisse a manqué la cuvette et a dissous le plancher en or massif. Mason sent confusément que quelque chose a cloché.

 

 

 

Sin Cara

 

Sin Cara, c’est, sur le papier, la plus belle acquisition extérieure de toute l’histoire de la WWE. Rien que ça. Ce type est une légende absolue au Mexique, où il est la star numéro un du catch. Les observateurs les plus pointus le considèrent comme le meilleur high flyer de l’univers, un acrobate à côté duquel Rey Mysterio passe pour une enclume. Sa signature est montrée dans moult vidéos. Les vignettes annonçant sa venue sont modélisées sur ordinateur, tellement il est fort. Et enfin, enfin, le voilà, le meilleur catcheur mexicain du monde qui passe le Rio Grande et déboule directement dans le grand bain, le 4 avril à Raw, pour donner le tournis à Sheamus, alors heel. Et immédiatement, premier botch : lors de son entrée, ses pieds accrochent la troisième corde. Même s’il se démerde pour envoyer valdinguer le guerrier celte, l’ex-Mistico n’a pas fait une énorme première impression. La suite sera à l’avenant de ces débuts mitigés. Associé à des petits gabarits aptes à suivre son rythme (Primo, Chavo, Kidd, Bryan), il réalise quelques mouvements sensationnels, mais ne semble pas comprendre le primat à la psychologie donné par la WWE. Quelques botchs lui vaudront rapidement une réputation peu flatteuse; son attitude backstage manquerait d'humilité aux yeux de ses nouveaux collègues; et sa réputation prend un coup sérieux quand on apprend qu’il est suspendu un mois pour entorse à la Wellness Policy. En catastrophe, les bookers sortent l’arme Hunico, qui vient jouer au faux jumeau. Au retour de Sin Cara, les deux compatriotes clashent mais là non plus, la feud ne décolle pas. Un Mask vs Mask entre deux des plus grands catcheurs mexicains est organisé lors d’un Raw à Mexico, et la foule s’en moque. C’est dire. Cette première année de Mistico à la WWE est pourrie, et elle s’achève de la pire des façons à Survivor Series : un nouveau botch, apparemment anodin, sur un saut comme il en a réalisé des milliers, et c’est le tendon d’Achille qui cède. Six à neuf mois d’absence pour celui qui aurait dû être le carton de l’année, et n’en a été que le plus grand fiasco.

 

 

– Monsieur, je suis formel, vous avez un pied-bot.

Quoi ? Mais c’est impossible, docteur !

Haha, je plaisante ! En réalité, vous avez… un pied botch ! Hahaha!

Putain, tout ça n'est pas réel. Je vais me réveiller, et je ne serai jamais parti du Mexique.

 

 

 

Darren Young

 

Avec le Great Khali et Titus O’Neil, Darren Young est le troisième survivant de la liste des quinze de l’année 2010. Voilà qui en dit long sur ses capacités. D’autres concurrents de la saison 5 de NXT ont échappé au pilori : Bateman, O’Brien, Saxton, Watson… Alors pourquoi Young ? Eh bien, parce que, comme il le dit d’ailleurs lui-même, il ne devrait pas être à NXT. Ce type était de NXT saison 1, il a participé à l’attaque séminale du groupe contre Punk et Cena en juin 2010, il était du sept contre sept de Summerslam… et un an et demi plus tard, il n’est même pas à Superstars, mais à NXT saison 5. Où d’ailleurs il ne fait rien de notable. Toujours aussi dépourvu d’énergie et d’humour, il n’apporte pas plus en heel qu’en face, et instaure par sa simple présence un ennui profond. D’autant moins excusable qu’il est de loin le plus expérimenté de la bande de la saison 5. Il a déjà humé l’air des sommets, il sait à quoi ressemble un main event de Summerslam de l’intérieur, et pourtant, il est toujours aussi dénué et de personnalité. Un homme qui plombe avec une telle constance ses shows, ses matchs et sa carrière mérite bien une récompense du même métal.

 

 

Vous vous souvenez la chanson de la saison 1 de NXT ? We are wild and young ? Ben moi j’étais le young, et eux c’était les wild…

 

 

 

 

Le module de vote est ici

 

 

 

Vous avez jusqu’au 5 janvier minuit pour voter, alors votez et faites voter autour de vous ! Défendez vos favoris dans les comms et sur le forum, et faites vivre la récompense la plus honteuse du catch mondial !

 

 

Les nominés commencent déjà à prendre leurs précautions.

46 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut