Catch

Matchs somptueux, finishs foireux

Tout change, tout évolue
Seuls les imbéciles ne changent pas

Alpha Blondy, Les imbéciles

 

PPVs moyens, show hebdomadaires moyens… La TNA se porte très bien et vous en remercie.

 

 

Malgré les demandes répétées de Zema Ion, Oncle Phil' refuse toujours de rejoindre la TNA.

 

 

Nalyse de Impact Wrestling! du 12 janvier

bonus track: Résumé vidéo de Genesis

 

 

En ce début d'année, la TNA paraît en forme. De bons matchs, de bonnes affiches, des feuds intéressantes pour la plupart, la X-Division qui reprend peu à peu le goût à la vie, moins de Hogan, Flair et Sting employés dans un nouveau rôle efficace… Non, franchement, les derniers épisodes vus dans l'Impact Zone sont globalement satisfaisants. Si n'était cette ribambelle de dusty finish tout moisis qui ruinent les fins de matchs.

 

Tenez par exemple, dimanche dernier s'est tenu Genesis. Un PPV avec la carte suivante:

 

4-way Elimination match pour le titre X-Division

Austin Aries vs Zema Ion vs  Jesse Sorensen vs Kid Kash

 

Single match

D-Von vs Pope Angelo D'Inero

 

Single Match

RVD vs Gunner (with Ric Flair)

 

Knock Out Championship match

Gail Kim vs Mickie James

 

 

Avec Madison Rayne dans une cage suspendue au-dessus du ring sur l'insistance de Velvet Sky.

 

 

Monster Ball

Bully Ray vs Abyss

 

Tag Team Championship Match

Crimson et Matt Morgan vs Samoa Joe et Magnus

 

Single Match

Kurt Angle vs James Storm

 

TNA WHC Championship Match

Jeff Hardy vs Bobby Roode

 

PPV dont vous pourrez trouver la nalyse collective rédigée sur Catch Asylum (le successeur de Catch Breaker, rest in peace my brother) ici Et le résumé vidéo là:

 

 

[swffile="videos/gen2012.flv"]

 

 

Globalement, un show pas dégueulasse mais un main event gâché par un finish foireux. Ben on a eu la même chose dans l’épisode de cette semaine. Ce qui en devient désespérant. Explications.

 

Bobby Roode a donc conservé son titre dimanche dernier suite à une disqualification qu'il a provoquée lui-même. Fier de son méfait, le Canadien ouvrit le show afin de nous faire part de sa joie. Cependant, le General Manager Sting ne l'entendit pas de cette oreille et rappela à Roode qui était le patron et booka un re-match pour le main event. Ce qui provoqua la colère du champion qui heureusement pour lui trouva un soutien un peu plus tard dans la soirée en la personne de Bully Ray.

 

Un match qui fut bien meilleur que celui de dimanche dernier. Jeff Hardy commence à vraiment revenir au top de sa forme et même si ses maquillages sont toujours aussi farfelus, au moins n'est-il plus défoncé.

 

J'en profite au passage pour signaler que Sting a publiquement apporté son soutien à Jeff lors des derniers shows. Ce qui prouve la remise en question et les progrès effectués par la Charismatic Enigma. N'oublions pas que le mec qui était en face d'Hardy à Victory Road n'était autre que Sting. Que ce même Sting quitta l'Impact Zone furibard après la parodie de match (le "I agree" qu'il lança à un fan et qui exprimait sa frustration est tout simplement "priceless") et alla ruer dans les brancards des responsables de la fédération en compagnie de Kurt Angle.

 

Or quand un type comme Sting (avec Angle à ses côtés en plus) se permet de faire un commentaire, mieux vaut l'écouter. Il n'est peut-être plus aussi bon qu'avant sur un ring mais il a toute la légitimité nécessaire pour exprimer son avis. Ainsi, voir l'ancien champion approuver et soutenir le retour du banni est quelque chose de fort.

 

Cette parenthèse fermée, revenons-en au match. Donc un main event excellent. Du brawl, des figures artistiques, du suspense… bref, un très bon match. Mais, car vous l'aurez bien compris il y a un "mais", plombé par un finish foireux qui vint gâcher la fête.

 

Alors qu'Hardy exécuta son adversaire avec une Swanton Bomb et fit le tombé, ce diable de Bully Ray surgit de la planque d'Hornsy et tira l'arbitre en dehors du ring avant de lui asséner un big boot. L'homme au maillot bianconero mis hors d'état de nuire, Hardy alla châtier le malandrin et Roode en profita pour se glisser hors du ring.

 

Jeff se retrouva ainsi seul au centre du ring avec sa musique qui retentit alors que la cloche n'a sonné à aucun moment !! Le show se termina là-dessus dans l'incompréhension la plus totale (quelle est l'issue du match ?) et laissant le spectateur pour le moins perplexe.

 

 

Et Jeff Hardy un tantinet exaspéré. Un tantinet.

 

 

Alors okay, ça fait du teasing pour la semaine prochaine mais était-ce nécessaire de bousiller un main event bien emballé pour ça ? La réponse est non évidemment. C'est presque aussi frustrant qu'un retour de Y2J.

 

D'autant que le vainqueur de ce match devait rencontrer le vainqueur du match entre Kurt Angle et James Storm qui avait eu lieu juste avant.

 

Un match qui fut booké à la va-vite par Sting mais qui fut bien emmené. James Storm se présenta sur le ring et réclama vengeance après les événements de dimanche dernier. Il ordonna aussitôt à son rival de se pointer sur le ring ,ce que le champion olympique fit.

 

Seulement, le brave Kurt se présenta en tenue de ville et affirma qu'aujourd'hui il n'était pas prévu qu'il combatte et qu'il était seulement venu voir des amis à lui. Et donc il n'avait logiquement pas amené ses affaires.

 

 

Soit.

 

 

C'est alors que Sting arriva et affirma que non seulement Angle allait devoir affronter James Storm ce soir mais aussi que le match commencerait directement après la pub. Kurt Angle avait donc droit à seulement quelques minutes pour trouver un équipement et se changer sous peine de perdre le match. Ce qui était bien embêtant car le vainqueur de ce combat affronterait le vainqueur du Roode-Hardy que nous avons évoqué plus haut pour le titre suprême.

 

Angle n'eut donc pas d'autre choix que de se précipiter vers le vestiaire afin de se mettre en tenue.

 

 

Soit.

 

 

Après la coupure pub, on revint dans l'Impact Zone avec James Storm au milieu du ring en compagnie de l'arbitre. Le thème de la Suplex Machine retentit mais ce dernier tarda à arriver. Taz révéla qu'habituellement Angle mettait bien quarante-cinq minutes pour se préparer or le pauvre bénéficia à peine de cinq minutes environ. Earl Hebner entama logiquement un compte à l'extérieur et c'est un Kurt affolé qui finit par se précipiter dans le ring après avoir enfilé sa tenue en catastrophe.

 

 

Soit.

 

 

Mais pourquoi, alors qu'il a dit plus tôt qu'il n'avait pas ses affaires, le Gold Medalist déboula avec sa grenouillère officielle ? Elle traînait dans un coin depuis dimanche dernier ? Elle était restée à la buanderie de l'Imapct Zone. Dans ce cas, j'espère qu'elle était propre parce que sinon je ne vous raconte pas l'odeur…

 

Au moins eut-il la décence de venir avec ses chaussures de ville. Bon il faut dire que des chaussures de lutte ne s’enfilent pas en deux secondes. Je ne sais pas combien de temps un lutteur met pour enfiler ses groles mais une simple coupure pub ne me parait pas suffisante (surtout quand on doit en plus de ça se dépêcher de trouver une tenue et de l'enfiler). Donc là, au moins, on reste dans la logique.

 

 

A moins que ce soit Alvin des Chipmunks qui lui ait prêté une tenue…

 

 

Le match débuta finalement et là encore les deux hommes nous gratifièrent d'une bonne performance. Storm l'emporta malgré une fourberie d'Angle qui, après avoir pris une gorgée dans la bouteille de bière de Storm, cracha au visage de son adversaire.

 

L'ascension de Storm continue et il devrait pouvoir prendre sa revanche contre son ancien co-équipier.

 

Après avoir croisé une première fois le fer à l'automne dernier, les deux ex-Beer Money vont à nouveau se retrouver. Et cette fois-ci il y a une différence fondamentale, les deux ont été pushés par deux grands anciens.

 

Lors de sa victoire aux BFG Series, Roode avait bénéficié d'un build magnifique mais qui l'avait surtout opposé à des stars de la TNA (que ce soit AJ Styles ou Samoa Joe), l'élevant ainsi au niveau des grandes gloires locales. Certes il remporte son title-shot pour Bound For Glory contre Bully Ray mais ce dernier est, surtout une légende du catch par équipe.

 

 

Dans ton popotin la campagne anti-Bully de la WWE !

 

 

Or là c'est Jeff Hardy qui l'a pushé en lui offrant deux bons matchs (et peut-être un troisième la semaine prochaine). Et je pense qu'il est inutile de vous rappeler la carrière de la Charismatic Enigma dans le milieu.

 

Quant à Storm, il a carrément eu droit à une feud victorieuse contre le deuxième lutteur en activité le plus titré (encore que Triple H est en semi-retraite) ! Non seulement ça témoigne de la confiance des bookers et des dirigeants envers le Tennessee Cow-Boy, mais ça  confirme le catcheur dans le main event.

 

Bref, la Beer Money squatte la title picture de l'Impact Zone et les deux lutteurs n'ont jamais paru aussi forts. Et le build pour la title picture est vraiment bien mené, à l'exception du finish du Hardy-Roode (les bookers ont intérêt à avoir trouver un truc énorme pour la semaine prochaine, je veux bien attendre le prochain numéro mais va falloir trouver autre chose qu'un dusty finish pour contenter l'assistance).

 

 

GGGOOOAAALLL !!!

 

 

Le reste du show fut en revanche un ton en-dessous. Il y eu beaucoup d'explications entre gens de bonnes familles et deux petits matchs.

 

C'est d'abord un AJ Styles tristoune et tout colère qui réclama des explications après que Kazarian l'ait lâchement abandonné lors de la finale du tournoi par équipes contre Samoa Joe et Magnus (tournoi qui rassembla quatre équipes formées aléatoirement et qui offrit un title shot pour les ceintures par équipes à Genesis).

 

Kaz répondit piteusement qu'il ne pouvait l'expliquer lorsque Daniels fit son apparition tout sourire. La suite, pas la peine d'avoir vu le show pour la deviner, Styles se jette sur Daniels pendant que Kazarian tente de les séparer.

 

Pas la peine d'en dire plus, ça fera bientôt six mois que le triangle amoureux dure. Okay ça fait de superbes matchs mais voir Styles et Daniels dans une énième feud, de midcard qui plus est, sent plus que le déjà-vu. La ficelle a été utilisée à maintes reprises et ça serait pas mal de voir autre chose un peu.

 

Autre explication, cette fois-ci entre les Bischoff père et fils. Fils qui est maintenant un catcheur attitré (super!) et qui veut régler les comptes avec son père (re-super!).

 

 

Ouh ce que ça me gonfle cette histoire.

 

 

Du côté des demoiselles, Winter affronta ODB dans un match très moyen gâché par la présence d'Eric Young qui depuis son association avec ODB lors du tournoi tag team ne lâche plus la gente dame.

 

Donc oui Young gâcha le match dans le sens où comme à son habitude il en fit trop dans le comedy wrestling. Il fut tellement omniprésent qu'on vit à peine les deux lutteuses (et encore moins Angelina Love qui était en ringside pour soutenir Winter). D'accord ça développe un peu son amourette avec ODB (qui fait penser à une mauvaise série pour ados) mais ça serait bien que ça ne se fasse pas au détriment des matchs.

 

M'enfin ce n’est pas ça qui m'inquiète le plus. Ce qui m'inquiète surtout c'est que la dernière fois qu'un lutteur a tourné autour d'ODB il a remporté la ceinture féminine (si si !).

 

 

Il faut boire pour oublier puis boire pour oublier qu'on boit.

 

 

Il y eut quand même quelque chose de bien, autre que la storyline autour du titre principal, dans ce show. La feud pour les ceintures par équipes.

 

En ouverture du show, Crimson et Matt Morgan squashèrent les deux Robbie comme qui rigole. Un peu avant, il y eut une vignette dont le but était de nous montrer la complicité naissante entre les deux champions dont l'association fut imposée par Sting. Un détail intéressant qui vise à naturaliser cette association, une attention somme toute légitime d'autant que l'équipe est très impressionnante.

 

Mais les deux géants ne purent savourer leur victoire car aussitôt le match terminé, Samoa Joe et Magnus se jetèrent sur eux. Ce run-in des anciens prétendants au titre est une très bonne chose car il écarte tout risque de séparation des deux compères.

 

Comme Morgan et Crimson, l'association entre Joe et Magnus s'est faite par hasard puisque réalisée dans le cadre du tournoi par équipes. Alors que rien ne rapproche les deux catcheurs à la base, leur entente s'est créée au fil des matchs avec pour objectif de prendre les ceintures.

 

Or on pouvait craindre que l'échec subi à Genesis ne pousse Joe à se débarrasser de son partenaire mais visiblement il n'en n'est rien. Et c'est tant mieux, car il faut bien occuper le terrain avant le retour des Motor City Machine Guns qui devrait se faire dans les semaines à venir (croisons les doigts).

 

 

Nan parce qu' Heckle et Jeckle ça suffit !

 

 

Un épisode moyen en somme bien qu'il y ait du potentiel dans certaines feuds autour des ceintures. Faudrait juste arrêter l'over-booking quoi…

 

Ah et pour finir voici les prix spéciaux du jury des awards TNA:

 

 

Prix Spécial du Jury :

 

Flying Panda

 

Le Russo Fact ou Point Russo qui souligne le booking foireux est attribué à :

 

Le magistral doigt d’honneur au build de Bobby Roode lors de Bound For Glory. Le mec est hypé comme jamais lors des Bound For Glory Series qu’il gagne aux forceps contre Bully Ray et on décide au dernier moment de le faire perdre contre un Kurt Angle blessé.

 

 

Showtime

 

Prix Kaval de la meilleure pub pour la TNA faite à la WWE :

 

John Cena :

 

http://www.youtube.com/watch?v=HPXB5iXPciI

 

 

Papy


"Feud dont on était heureux qu'elle ne passe pas à Impact… jusqu'à qu'elle y passe quand même" pour Devon/Pope

 


Julius Ostermark


Award du type qui dans Total Extreme Wrestling se fait virer par l'ordinateur dès le premier jour tellement il sert à rien mais qui est toujours là à aligner connerie sur connerie, retenez-moi ou je fais un malheur: Eric Bischoff (était aussi nominé : Hulk Hogan)

 

 

Hé Crimson, tire sur mon doigt.

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut