Catch

Femmes accortes nues et alcool à gogo

The Rock says Cleveland Cavs is totally lame

How did this dump get the Hall of Fame ?

The Rock has to say oooh shucks

'Cause Cleveland doesn't Rock, no it totally sucks !

The Rock

 

Cette semaine, je vous propose une nalyse en catastrophe, à cause d’une sombre histoire de coucherie et de duel au couteau entre certains rédacteurs, dont je tairai les noms. Dans les moments difficiles, je suis le seul sur qui l’on puisse compter, alors vous pouvez sans crainte faire de moi le parrain de vos enfants, le témoin de votre mariage, et me coucher sur votre testament. Vous ne le regretterez pas. Bon de quoi parlais-je ? De Raw ? Ah, oui.

 

 

Tu m'as convaincu. À ma mort, tu hérites de tout. Mais attention, tu dois me promettre de continuer à pourrir ce gros con de Jim Ross !

 

 

Nalyse à l'arrache de Raw du 12 mars

 

 

Dommage qu’un vrai bon rédacteur n'ait pu se pencher sur l’émission de lundi soir, car elle contenait nombre de séquences intéressantes, qui concernaient presque toutes les feuds actuelles.

 

 

– Ah oui ? Je participe à une feud ? Sans rire ?

– J'ai dit presque toutes, Jinder.

 

 

Par exemple, on a pu assister à une confrontation verbale entre Shawn Michaels et l’Undertaker. HBK nous fit notamment part de son ras-le-bol desvis( rumeurs colportées à son encontre. En effet, son vieux copain HHH lui avait révélé la semaine dernière qu’il entendait souvent dire dans les couloirs que Shawn était un loser, qu’il était infoutu de finir le boulot, qu'il louchait et qu'il était mal fringué. Mais Michaels nous précisa qu’ayant été présent dans les vestiaires ces dernières semaines, il avait pu constater qu’en réalité personne ne le considérait comme un nullard.

 

 

Je leur ai demandé : "Les mecs, c'est vous qui me traitez de gros nul dans mon dos ?" et ils m'ont dit non. Donc ça peut pas être eux.

 

 

Et là, au lieu de se dire que son enfoiré de pote au gros nez s’était bien foutu de lui, il en conclut que la personne qui lui cassait du sucre sur le dos n’était nul autre que l’Undertaker. Je sais pas vous, mais moi je ne m’imagine pas (kayfabement parlant) le Taker partager les vestiaires avec les autres Superstars, et encore moins dire des vacheries sur Shawn Michaels comme la première commère venue, mais bon. HBK, qui lui connaît mieux la psychologie du cerf que de l’être humain, avait l’air de trouver ça plausible. Il a donc convoqué le Fossoyeur (qui s’est expliqué d’une manière  encore plus chiante que d’habitude et sous les « What » du public) et lui a dit qu’en tant qu’arbitre du match, il aurait peut-être l’occasion de mettre fin à la Streak, finalement ! Et HHH d’arriver après la bataille pour narguer le Phenom avec le signe de la DX, ce qui me laisse penser que Hunter a manipulé Shawn pour que celui-ci l’aide à battre l’Undertaker à Wrestlemania. Bon en fait ça me conforte surtout dans l’idée d’un 20 / 0 à l’issue de ce combat, et je suis prêt à parier une couille d’Henri Death là-dessus.

 

 

J'ai jamais rien dit sur toi, Shawn. Demande à JTG et à Johnny Curtis, j'ai passé la soirée à faire des concours de pets avec eux dans le vestiaire.

 

 

Autre segment, autre rivalité, il s’agissait cette fois de la guéguerre entre Captain Obvious et Mr Excitement. Ce ne sont pas des super-héros, mais les GM respectifs des deux shows, qui se disputent depuis quelques semaines la mainmise sur Raw et Smackdown. Je ne vois pas trop l’intérêt de faire ça, car en tant que GM ils sont constamment insultés, critiqués, menacés voire agressés. Peut-être que le salaire est conséquent, ou que Teddy Long en a marre de se taper un ladyboy lituanien aux larges épaules et veut aller voir à Raw si y a moyen avec les Bellas. Toujours est-il qu’après la victoire de Santino dans son rematch pour l’US Championship vendredi soir, on nous annonçait un Mixed Tag Team Match opposant Santino et Aksana à David Otunga et… eh non, Big John Laurinaitis avait changé d’avis, et il y aurait en fait un Handicap Match : Santino contre David Otunga et Mark Henry.

 

 

Snif snif ! Oh t'es chiant Santino, t'as encore piqué mon déodorant !

 

 

Dommage pour le Rital, mais tant mieux pour nous : Aksana ne combattait pas.

 

 

– Baisse la main, Aksana. Nous ne sommes pas dans mon bureau, et tu n'es pas agenouillée devant moi, playa.

– Parrrdon, Teddy. Ça êtrrre déforrrmation prrrofessionnelle !

 

 

Malgré l’intervention de Long, puis de Kofi et R-Truth, le pauvre Milanais s’est fait corriger par l’homme le plus fort du monde, qui s’est vu inclus hic et nunc dans l’équipe de John Laurinaitis, qui affrontera celle de Teddy Long à Wrestlemania. Ce match aura au moins le mérite d’occuper les midcarders à Mania sans les foutre dans un match avec Snooki, la grosse pute de radasse.

 

 

– Vas-y comment tu parles de moi !

– J'ai dit Snooki, pas Snuka.

– Ah ok. Désolée.

– Pas grave. Connasse.

 

 

Nous avons également eu un match de gala ce soir. Jugez plutôt : Dolph Ziggler contre Sheamus. Oui, tous les matchs de Ziggler sont des matchs de gala. Évidemment, face au vainqueur du Rumble et challenger au titre de champion du monde poids lourds, sa défaite était certaine, mais Sheamus a dû lutter pour l’obtenir.

 

 

C'est original mais pas très pratique, ce sac à dos. Et je vous dis pas comment j'ai dû forcer pour y ranger mes affaires !

 

 

Le tout sous le regard du WHC Daniel Bryan, observant son futur adversaire depuis la loge VIP afin de déceler les faiblesses qu’il pourra exploiter grâce à son catch scientifique pendant qu’AJ lui pompait le dard (ah, on me dit qu’en fait non, mais avouez que ça aurait eu de la gueule).

 

 

En fait c'est Josh Matthews qui s'y est collé.

 

 

Ce n’était pas la soirée des Vickie Boys, puisque Jack Swagger a été vaincu par Randy Orton. Après le match, alors que Randall célébrait sa victoire en serrant les mâchoires, une lumière rouge s’est allumée et PROUUUFFIOUUUU ça a fait du feu. Je pense que Kane cherchait à communiquer.

 

 

PRIFIOUUUUUUUUUUUUUUU !!!

 Tiens, Kane me lance un défi. Il dit que son honneur a été bafoué, et que la seule façon de le rétablir est d'offrir un déluge de sang au public. Il veut me faire un trou dans la tête et y glisser son pénis, puis m'arracher les bras pour se les greffer et devenir l'incarnation de Shiva, dieu de la destruction.

 

 

Brodus Clay est de retour ! Et il a squashé Jinder Mahal. Voilà.

 

 

– Ah,Tu vois que j'ai une feud !

– Ta gueule Jinder.

 

 

Parlons maintenant de la Best Feud in the World, je fais bien sûr allusion au futur combat entre Punk et Jericho pour le WWE Championship. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que tout cela a pris un virage surprenant et assez intéressant. Après que Punk ait squashé ce pauvre Miz (qui du coup n’intégrera vraisemblablement pas la Team Laurinaitis à Wrestlemania, une victoire de sa part ce soir étant la condition sine qua non pour cela), Chris Jericho, qui avait regardé le match depuis les coulisses avec un sourire idiot, apparut sur l’écran et dit à Punk qu’il avait découvert le pot aux roses : si Punk est Straight-Edge, c’est parce que son papa est un poivrot. Et donc lui aussi est condamné à le devenir. C’est dans ses gênes, dans son sang, et lorsque Jericho lui aura pris le titre à Wrestlemania, CM se réfugiera dans la bibine, comme Lecharentais lorsqu’il se souvient que c’est son tour de couvrir NXT.

 

 

– Ton père, c'est rien qu'un alcoolique !

– T'es pas sympa, Chris.

– Et ta mère elle est Jericholique !

– Noooooooooon !

 

 

Cette tirade du Canadien laissa Punk sans voix (!) et le visage totalement décomposé, et il quitta la salle les épaules basses tel Screech de Sauvés par le gong (oui Axl, celui qui fait des Dirty Sanchez). Depuis le face turn de Punk, personne n’avait réussi à lui fermer son claquemerde, et il est très rare de le voir se départir de son air sarcastique. Pourtant cette fois Jericho semble l’avoir blessé profondément, ce qui apporte une dimension très personnelle à leur feud et donne d’autant plus envie de voir la suite (alors qu’elle était déjà très, très bien partie). Bien sûr on pourrait rétorquer qu’évoquer le daron alcolo d’un catcheur comme parler de la daronne décédée d’un commentateur est de mauvais goût, mais Punk avait déjà évoqué son tiseur de père à la ROH, en 2003, donc on peut penser que ça ne le dérange pas. En plus boire, c’est mal. Bouh, papa Brooks !

 

 

Qu'il picole, c'est une chose. Non, le pire c'est que physiquement je tiens de lui !

 

 

 On a aussi eu un segment avec Eve, Zack Ryder et Beth Phoenix, mais c’était pas pornographique, alors j’ai pas tout compris.

 

 

– Qu'est-ce que tu fous avec ce minable, Eve ? Trouve-toi un vrai mec !

– Ok Beth. T'es libre en ce moment ?

– … Salope.

 

 

Mais comme chaque lundi, l’accent a été mis sur la rivalité Cena / Rock, avec cette fois une battle old-school : Cena nous a fait un rap comme dans sa période « Thuganomics » en opener du show, tandis que le Rock nous a fait un Rock Concert dont il a le secret en Main Event. Pas de confrontation directe entre les deux cette fois, chacun a fait son truc seul sur le ring. Du moins Cena était-il seul, car le Rock a beaucoup fait participer le public. Évidemment pas beaucoup de nouveautés dans leurs attaques, Johnny, accoutré en rappeur avec le maillot de l’équipe locale (qui fut sa seule concession à la Cheap Pop ce soir-là) a vanné le Rock à propos de ses antisèches (ça fera jamais que trois fois qu’il le fait), et a ironisé sur ses supposées ladyparts (avec une blague un peu nulle à base de noix) avant de qualifier le Rock de G.I. Joke.

 

 

Et moi, t'as vu, ben j'me mettrai jamais d'antisèches sur le bras paske j'sais pas lire, ouaiche. Casséééé le Rock !

 

 

Son temps de parole fut très faible, tout le contraire du Rock qui a eu pour lui tout le Main Event pour se payer la poire du Marine. Tout y est passé, et surtout les vieilles rengaines, comme son look (John serait le résultat de l’union coupable de Vanilla Ice et d’un Teletubbies), et ses ladyparts, forcément. Mais nous avons aussi eu une mélopée sur Cena qui aurait pris du bon temps avec Eve, oubliant qu’il était marié (enfin quelqu’un en parle !), ainsi qu’une chanson sur le rendez-vous galant que le Rock allait avoir avec maman Cena après l’émission. Le public semblait conquis par ce concert, tout comme moi d’ailleurs, et il ne se lassait pas de reprendre en cœur « Cleveland Rocks », puis « Cena sucks » durant une reprise de « We will rock you » à la sauce People’s Champ.

 

 

Il croit que tout le monde connaît ses chansons, c'est Jean-Michel Avou

Cena n'a pas de couilles… À vous !

La maman de Cena, j'la prends, j'la r'tourne… À vous !

 

 

Entre papa Punk l’ivrogne et maman Cena désanussée par Rocky, cette émission aura vu les parents à l’honneur, mais également le build de Wrestlemania, qui se poursuit de fort belle manière.

 

Et j’espère que le titre totalement mensonger ne vous a pas trop déçu, il est uniquement là pour attirer des lecteurs.

 

 

Et c'est lui qui m'a soufflé l'idée.

13 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut