Catch

Un pas en arrière, deux pas en avant?

La vie ne se comprend que par un retour en arrière, mais on ne la vit qu’en avant.

Sören Kierkegaard

 

Environ une semaine s'est écoulée depuis le dernier Wrestlemania, et un sentiment de perplexité n'a cessé de grandir en moi. Que j'aie aimé ou pas n'est pas la question (vous savez tous qu'à la fin du main event, je pleurais comme une jeune fille qui vient de se faire plaquer par son premier amour). La véritable interrogation est à mon avis: "quel est le sens de tout ça?" (ou "what iz ze bigger plan?", si on la joue à l'américaine pour se donner de la contenance).

 

 

Sympa cette rediff de 2003, mais c'est quoi l'idée exactement?

 

 

Du retour en force des grands anciens à la WWE

 

 

Commençons par rappeler une évidence : Vince McMahon a la haute main sur RAW et sur Wrestlemania. Et le patron de la WWE a toujours raisonné à long terme. Il a toujours misé sur l'innovation et a créé plus que tout autre un nombre de jeunes stars interplanétaires avec des plans de développement tournés sur l'avenir. Jamais il ne s'est appuyé outrancièrement sur ses anciens, qui systématiquement ont servi à mettre en valeur ses stars actuelles. Le passage de flambeau entre Hogan et Rocky en 2002 illustre parfaitement cette volonté, ainsi que les nombreux retours de grandes stars du passé tout au long de l'histoire, retours qui se sont quasi toujours soldés par la mise en avant du mec actif dans la compagnie au détriment des vieux venus faire coucou (Jericho heel qui bat trois légendes à Mania XXV est une parfaite illustration, de même que plus récemment l’élimination de Mick Foley et Jim Duggan du Royal Rumble 2012 par Cody Rhodes). Bref, schématiquement, les vieux sont là pour jobber face aux jeunes, c’est le principe.

 

 

Tiens toi, tant que t’es là, tu vas aller feuder contre Zack Ryder autour de la paternité du cri de ralliement Woo Woo Woo.

 

 

Et les 1er et 2 avril 2012, en l'espace de deux jours, on a vu le Grandest Stage of Them All potentiellement le plus vendu de l'histoire déboucher sur un ensemble de résultats surprenants: le vieux jobber Kane masqué (quasiment 45 ans, début en 1995), personnage étroitement associé à l'Attitude Era, a triomphé de l’un des tout meilleurs catcheurs des douze derniers mois, qui se trouve aussi être l’un des porte-flambeaux de la jeune génération: Randy Orton, de treize ans son cadet.

 

Cody Rhodes, star émergente de la dernière année, a été terrassé par un autre vétéran de l'Attitude Era, le Big Show (40 ans, début en 1995), qui tout géant qu'il soit, nous a habitués à jobber piteusement à Mania.

 

Enfin, dans le match des générations et contre toute attente, l'emblème de l’époque d’antan a vaincu l’incarnation de l’actuelle quand Rocky (40 ans dans moins d'un mois, début en 1996) a triomphé, sous les hourras de la foule, d’un Cena plus que déconfit.

 

A noter également que le match le plus long de la soirée s'est tenu entre HHH (42 ans, début en 1995) et le Taker (47 ans, début en 1990). Finalement la seule défaite qu'un vieux ait concédée a été celle de Chris Jericho face à CM Punk.

 

 

Et encore, je suis peut-être né quelques années avant ce sinistre épigone, mais le sang d’alcoolique qui coule dans ses veines lui a déjà donné une apparence décatie qui tranche singulièrement avec mon éternelle fraîcheur!

 

 

Pas le temps de se remettre du choc que vingt-quatre petites heures plus tard, A-Train/Lord Tensai (40 ans, parti en 2004) et Brock Lesnar (moins de 35 ans il est vrai, mais parti en 2004 lui aussi) débarquaient, visiblement prêts à viser très haut (Lesnar atomisait Cena et Lord Tensai était teasé par John Laurinaitis comme susceptible d'aller directement défier CM Punk).

 

Passé le "watzefeuque" initial et l'incompréhension totale, j'ai commencé à cogiter. Comment expliquer ce retour en force des anciens?

 

 

Le viagra! C'est le viagra!

Chut Jerry, c’est pas de ça qu’on parle.

 

 

La première hypothèse qui vient à l'esprit est la plus improbable: VKM serait déçu par sa jeune génération et aurait décidé de miser lourdement sur les anciens. La génération dorée de l'Attitude Era (à propos, les rumeurs parlent d'un retour d'Austin qui pourrait éventuellement affronter CM Punk sur un match) qui a sauvé la WWE restera à jamais dans le cœur et dans le porte-monnaie de VKM, c'est certain. La mettre en avant est sur le court terme un moyen évident de faire un "coup" médiatique comme le succès de Mania semble le confirmer; alors pourquoi ne pas prolonger cette idée, vu que les circonstances sont favorables et les résultats probants? Proposer des affiches de rêve entre les superstars de la nouvelle génération et celles de la précédente, voire des affiches entre anciens qui règleraient des rivalités intemporelles ou offriraient autant de dream matchs, voilà qui est tentant.

 

Un tel plan présenterait plusieurs faiblesses dont VKM ne peut pas ne pas se préoccuper. C'est qu'à l'horizon 2015, quand la page sera définitivement tournée, on risque d'entrer dans un désert où tout sera à reconstruire, d’autant que dans le même temps, les superstars de la génération actuelle, constatant que leurs perspectives sont complètement bouchées, pourraient se désinvestir complètement.

 

 

– Quoi, le Rock, Austin, Lesnar, A-Train, Goldberg et Angle reviennent? Putain, on va encore devoir viser la bataille royale des jobbers en dark match à  Mania XXIX!

– Heu, non, Curt, le dark match à Mania XXIX, vu comme c’est parti, ça sera Orton-Cena.

 

 

En effet, avec un Mania XXIX qui a déjà sur ses tablettes potentiellement le Rock, Lesnar, le Taker, un HHH incontournable, ainsi que Cena et Punk (personnellement je pense que ce dernier est adoubé définitivement et aura sa place à vie dans les cartes de PPV sauf catastrophe), on a déjà de quoi meubler au minimum la moitié du show et un titre majeur, voire les deux. La question étant: ces types-là seront-ils opposés entre eux, ou bien quelques autres visages seront-ils intégrés dans ces dream matchs? En tout cas, quand on rajoute les incontournables — et là je ne vais citer que les types en activité ayant déjà été champions du monde, attention les yeux (Sheamus, Bryan, Del Rio, Miz, Christian, Big Show, Orton, Rey, Jericho, Kane, Henry, Ziggler, Swagger) — on arrive à 19 noms.

 

Mania XXVIII a mobilisé dans le ring 24 catcheurs masculins, le précédent 22 (en comptant les deux annonceurs), celui d'avant 29 (en comptant Hart et VKM, avec le MITB à dix places) et Mania XXV avait 24 catcheurs (en comptant Santino et les trois vieux opposés à Jericho). Bref, vous me voyez venir : sauf blessures, la carte de Wrestlemania XXIX est déjà presque pleine!

 

Restera une poignée d'accessits, sachant que je n’ai cité ni des types comme Kofi Kingston, Cody Rhodes, Santino Marella, Lord Tensai, Drew McIntyre, Sin Cara, Zack Ryder, R-Truth, Khali (oui il est champion du monde, mais ce n'est pas une erreur si je le classe ici…), Brodus Clay, Wade Barrett ou encore David Otunga, ni les potentiels arrivants talentueux de la FCW annoncés depuis des plombes (Tyler Black, Dean Ambrose, Chris Hero et Claudio Castagnoli) qui ne rêvent que d'une chose: suivre les traces de Bryan Danielson. Ajoutons les rumeurs qui parlent du retour d'Austin (qui affronterait Punk), mais aussi de Batista ou de John Morrison. N’oublions pas la place que prend souvent un match imprévisible (match de commentateurs, Hart-VKM, Y2J-Hall of Famers, guest-stars à la Shaq-Mayweather…). On le voit : les places vont valoir très très cher, y compris pour des gars qui pourraient se penser incontournables… Et je ne vois même pas comment des midcarders méritants et ayant déjà un petit historique à la Ted DiBiase, Tyson Kidd, Justin Gabriel ou Heath Slater peuvent espérer quoi que ce soit.

 

 

Boissons fraîches! Qui veut des boissons fraîches?

– Qu'est-ce que tu racontes, Hunico?

– Chut, c'est notre seule chance de garder un job ici!

 

 

Bref, ces retours en nombre en haut de la carte bouleversent tous les équilibres habituels, et la gestion qu'en fait VKM semble problématique. Sauf que… sauf que je pense que le vieil homme sait exactement ce qu'il fait, et qu'il est actuellement en train de préparer quelque chose dont les réseaux sociaux nous fournissent déjà des indices (Ziggler et Punk, entre autres, ont soutenu Cena contre le Rock, souvent traité de diva, alors que divers anciens, dont Steve Austin, ont vanté les mérites de Rocky).

 

Ce à quoi on assiste actuellement, c’est une véritable opposition entre les légendes de l'Attitude et la génération actuelle, opposition dont la partie la plus expérimentée est sortie gagnante sur cette première manche.

 

Le Rock est apparu dominant dans sa feud contre Cena (main event de RAW pour lui et opener pour Cena, destruction d'Henry d'un finisher quand Cena bat péniblement le world’s strongest man, Survivor Series qui bookaient Rocky comme le mâle alpha, ce dernier jouant également "à domicile" à Mania) et le résultat qui a confirmé de manière surprenante cette domination allait à l'encontre de toute théorie de booking inversé. Cena poursuit sa descente aux enfers avec l'arrivée de Lesnar, et si le premier contact aboutit à un match, je ne vois même pas comment Brock pourrait perdre, et John ne pas creuser un peu plus dans sa déchéance alors qu'on l'imaginait avoir touché le fond.

 

 

Je suis matinal, mais j’ai mal.

 

 

L'hypothèse improbable, mais qui fait bander, c'est un véritable front d'opposition entre anciens et nouveaux, qui serait officiellement entériné. Avec pourquoi pas un enjeu de pouvoir qui culminerait aux Series! Globalement, les anciens gagneraient la plupart des duels clés, et petit à petit on amènerait l'idée que ceux qui catchent depuis plus de dix ans et ont connu l'Attitude Era sont les meilleurs. Les anciens festoieraient ensemble et humilieraient les jeunots, pendant que ces derniers aligneraient des défaites de plus en plus serrées en bossant comme des brutes. De nombreux angles entre les anciens et leurs héritiers supposés pourraient nous être présentés de façon à créer véritablement une scission, avec des alliances improbables des deux côtés et des menaces de trahisons permettraient de créer un fort suspense. Le match des Series serait charnière et marquerait le rétablissement des jeunes, avec une victoire sur la team des vieux (victoire pourquoi pas liée à un retour clé comme celui de Batista, que j’apparente à un jeune malgré son âge puisqu’il a débuté après l’Attitude Era), puis à une explosion des groupes qui virerait à une multitude de confrontations personnelles. Le tout aboutirait à quelques duels choisis à Mania (Punk/Austin, Cena/Rock pour le titre WWE, Batista/Lesnar) avec ce coup-ci une victoire des jeunes et un passage de flambeau en bonne et due forme.

 

 

John, c'est vrai, je vais te passer mon flambeau. Et tu sais ce que tu vas faire avec? Tu vas l’enduire d’huile, le retourner côté pointu, et te l’enfoncer bien profond dans ton cul multicolore, puceau!

 

 

Tout cela tient du fantasy booking qui fantasme grave, et aussi séduisant que cela paraisse, il me semble improbable qu'un tel scénario soit mis en place car il serait trop compliqué à assurer du fait des alignements heel/face habituels. Le risque de faire huer toute la jeune génération à cause de ce scénario sur la durée serait trop important, car même avec un build adapté, les vieux seraient probablement intouchables. De plus, on sait que la méta storyline qui englobe tout est rarement réalisée car le catch tire son succès populaire des multiples histoires racontées dans un épisode.

 

Je crois beaucoup plus à une suite de petites storylines qui continueront d'aller dans le sens de ce que je propose, sans jamais être officialisées de la sorte. Les matchs pour Mania (Punk/Austin, Cena/Rock pour le WWE, Lesnar/Taker) me semblent un bon objectif à viser, avec des résultats favorables pour les jeunes (Cena et Punk win). J'imagine une progression avec un Cena qui descend aux enfers au printemps (branlée face à Lesnar, branlée face à Lord Tensai), puis un Lesnar qui reprend le titre de Punk pendant l'été (Summerslam?), avant que le Marine ne revienne au top, pourquoi pas grâce à Punk et une vraie storyline entre les deux (mettons qu'ils prennent le titre tag team ensemble à l'automne à Lord Tensai associé à un vieux à choisir parmi le Big Show, Kane ou Mark Henry, et que Punk redonne confiance à Cena grâce à cette victoire). Cena regagnerait le titre WWE au Rumble, suivi d'une confrontation face au Rock pour Mania avec le titre en ligne de mire. Et ce coup-ci il l'emporterait.

 

 

Ou pas. Lol!

 

 

Au final, mon idée est que ce Mania 28 n'est qu'un commencement, et pas un aboutissement comme on le pensait au départ. Le passage de flambeau se fera à grande échelle avec plus d'un an de build et plusieurs superstars adoubées. Stratégiquement, cette option permet d’appâter tous les anciens suiveurs de l'Attitude Era (dans mon hypothèse, McMahon a lancé volontairement la rumeur du match Lesnar-Rock pour Mania 29 en sachant que ça ne se fera jamais) et de créer une vraie dramatique de long terme. Les victoires ne seront pas seulement de prestige, mais avec de telles storylines, elle marqueront l'histoire (un peu comme le premier HBK/UTK buildé rapidement qui a permis la tenue du second avec des enjeux dramatiques: VKM a prouvé qu'il aimait les diptyques de ce genre à Mania).

 

Fondamentalement, la préoccupation principale de Vince serait de valider le statut d’icône légendaire de Cena, et celle d’icône émergente de Punk. L'aspect discutable de tout cela me semble que ce serait assez prévisible une fois qu'on sera arrivés à la Road, mais un bon build et/ou un bon match permettent de tout faire passer, comme le prouve chaque match du Taker au Grandest Stage of Them All. De toute façon, la Cenation triomphe toujours à la fin (et elle remercie Axl pour les vignettes et corrections judicieuses de l'article au passage)!

 

 

Regarder cette image trop longtemps peut te donner une hallu, Cenation!

23 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut