Catch

Un génie, deux associés, une (grosse) cloche

– Tu brilles aussi fort qu'un miroir de bordel, même un aveugle te verrait à dix lieues d’ici.

– J’aime bien que les gens me regardent, moi !

– Ouais, ben dis-toi bien qu'ils ne partagent pas toujours ton plaisir.

Jack Beauregard et Personne, Mon nom est Personne

 

Au lendemain d'un pay-per-view globalement bon mais dégradé par un main-event tout pourri, l'épisode de Raw de cette semaine a suivi la même formule que la veille : un spectacle de bonne qualité gâché par une fin décevante.

 

 

Et allez, tu vas voir que ça va encore être ma faute…

 

 

Nalyse de Raw du 21 mai

 

 

Je vais même enfoncer le clou : la fin, mais aussi le début de cet épisode étaient tous deux à la fois paresseux et énervants. Commençons donc par le sujet qui fâche : c'est John Cena qui a ouvert la soirée, embêté de ne pas avoir humilié un peu plus John Laurinaitis et frustré de ne pas avoir réussi à mettre le manager général à la porte. La faute à un Big Show dont le passage du côté obscur de la Force est aussi stupide qu'absurde : s'il a aidé Big Johnny à gagner la veille, c'est en échange de l'assurance de retrouver son boulot, le tout accompagné d'un nouveau contrat mirobolant. J'ai failli tomber de ma chaise pendant le visionnage, sous le coup du choc de cette révélation… Non, je déconne, tellement la chose n'était pas cousue de fil blanc, mais avec de la bonne grosse corde à la mors-moi le nœud (mais pas trop fort).

 

 

Ce que j'ai fait, je l'ai fait parce que j'aime mon métier et les fans, bande de cons !

 

 

Parce que si la promo inaugurale de Cena, toute en frustration et en hurlements primaires, ne parvenait pas à me vendre l'utilité de ce main-event de sinistre mémoire, le segment a en plus démontré que le Big Show était hors normes tant par son gabarit que par sa stupidité : pourquoi le géant a-t-il décidé de sauver celui qui l'avait humilié la semaine précédente, alors que Laurinaitis viré, son remplaçant (Teddy Long ?) aurait très bien pu le reprendre pour effacer les bêtises de son prédécesseur ? Et même en cas de nouveau manager général Heel à la place de Laurinaitis, Cena, de par son statut de superstar la plus influente (après Triple H) auprès du conseil d'administration, aurait très bien pu obtenir le retour de Big Show. Bon, le problème avec toute cette logique assénée avec raison par Cena, c'est que les bookers nous offrent sur un plateau la preuve qu'ils ont écrit cette trahison de Big Show avec les pieds. Les mecs sont tellement à l'ouest en ce moment qu'ils se grillent eux-mêmes, c'est fort.

 

C'est alors que John Laurinaitis fit son entrée dans son beau chariot, fortement diminué après le match de la veille. Diminué, mais victorieux, et c'est pour cela que Big Johnny décida de ré-affirmer sa position de monarque absolu sur le roster en instaurant une nouvelle règle : celui qui à l'avenir osera lever la main sur le patron à la voix de Vador se verra souhaiter ses meilleurs vœux et une bonne continuation en dehors de la WWE. Laurinaitis fut vite rejoint par Big Show, venu confirmer s'il en était encore besoin son Heel-turn, avant que le nouvel homme de fer de la fédération annonce le main-event du prochain pay-per-view, No Way Out, qui se tiendra le 17 juin prochain : John Cena contre Big Show. Là, pour le coup, j'ai vraiment failli tomber de ma chaise à cette annonce, tellement celle-ci me donne autant envie de voir ce match que de me faire l'intégrale de Marc Lévy.

 

 

Le problème quand on organise un karaoké avec Johnny, c'est qu'il ne connaît qu'une seule chanson. Et en plus, il la chante mal.

 

 

Le traitement actuel de Cena mériterait un article entier tant il est sujet à de nombreuses questions. La première d'entre elles est "pourquoi s'acharner à mettre les matchs de Cena en main-event des pay-per-views ?" À Wrestlemania contre le Rock, ça avait un sens : un affrontement entre deux générations, l'actuelle et l'ancienne, un événement épique et unique, OK. Pareil pour Extreme Rules : malgré tout le dégoût que m'inspire Brock Lesnar, l'opposition entre le symbole de la WWE depuis des années et l'enfant prodigue revenu des terres barbares de l'UFC, ça vaut bien le main-event. Mais à Over The Limit, le raisonnement ne tient plus : un comedy match en main-event de pay-per-view, c'est juste n'importe quoi, surtout quand on a deux affiches pour les ceintures suprêmes aussi géniales que celles de dimanche… Et voilà qu'on remet ça pour No Way Out, avec un match sans enjeu en plus cette fois, entre Cena et un géant ? Tu parles d'une idée de génie…

 

Mais avant de se frotter au géant, le Marine avait un ennemi de taille à affronter ce soir : le redoutable David Otunga ! Cena eut beau lui dire qu'il n'était pas d'humeur à jouer avec lui, et qu'il allait se faire défoncer, le catcheur de Harvard ne se laissa pas démonter, allant jusqu'à dédier sa performance à Laurinaitis. Oui, vous avez bien lu, Cena n'a pas réussi à faire peur à David Otunga, qui s'est présenté sur le ring sans même trembler devant le petit homme vert. Tout fout le camp…

 

 

Pas terrible, le Daredevil version Ultimate…

 

 

Enfin, presque tout, car la logique a quand même été respectée dans ce premier match de la soirée : Otunga a eu beau essayer d'esquiver les coups, il succomba devant la fureur de Cena, qui lui infligea un Attitude Adjustment ET un STF histoire de bien montrer qu'il était très énervé. Mais sa rage fut vite noyée par les renforts envoyés sauver l'avocat : Hawkins et Reks, mais aussi O'Neil et Young, les duos terribles de NXT, attaquèrent en effet Cena après le match pour faire bonne mesure. En temps normal, le Marine aurait explosé ces gueux avec une main dans le dos en deux secondes et six centièmes, mais pas cette fois. Il fallait un Superman pour sauver Superman, mais qui ? Sheamus bien sûr ! Le rouquin se précipita sur le ring pour aider son collègue, et le ménage fut fait. Une fois les Heels partis se replier comme une légion romaine après avoir rencontré inopinément Astérix et Obélix, Laurinaitis jura ses grands dieux qu'il n'avait rien à voir dans cette embuscade (mais bien sûr, et la marmotte elle met le chocolat dans le papier alu !), mais sauta sur l'occasion pour booker le main-event de la soirée : puisque Sheamus et Cena s'entendent si bien ensemble, ils allaient combattre tous les deux dans un match à handicap contre trois adversaires mystère, le tout dans un match des bûcherons.

 

 

Job'30, votre faire-valoir livré en moins de trente minutes, bonsoir !

 

 

Avance rapide jusqu'à ce main-event, dont on retiendra que Tensai, l'un des membres du trio opposé à Sheamus et Cena, n'est plus lord, ça commence à sentir le sapin pour lui, et comme lors de son arrivée, je m'en moque comme d'une guigne. Les deux autres hommes de main de Laurinaitis sur le ring sont donc les inoxydables Ziggler et Swagger. Quant aux bûcherons, il s'agit ni plus ni moins de la quasi-totalité des Heels du roster, à peu de choses près.

 

 

C'est l'occasion de voir Drew McIntyre à Raw cela dit, et ça, c'est toujours ça de pris.

 

 

Je n'ai pas grand-chose à dire sur le match en lui-même, qui s'est déroulé de la façon la plus classique qui soit : domination des Heels sur Sheamus, qui malgré une résistance héroïque et une détermination sans faille, se fait déborder par le trio infernal et aussi par les bûcherons, dont un Chris Jericho trop heureux d'avoir une occasion de s'en prendre au champion du monde poids lourds qui l'a vaincu la veille. Laurinaitis, puis Big Show observent la rouste que se prennent les gentils avec joie… Puis c'est le bordel, comme on pouvait s'y attendre : les bûcherons montent sur le ring, tout le monde attaque Sheamus et Cena… Et comme ça manquait de Faces, voilà le roster Face à la rescousse (mention à Khali qui vient en marchant : à ce stade, s'il en est à ne même plus pouvoir trottiner, abrégez ses souffrances et laissez-le prendre sa retraite). Mêlée générale, gros boxon : ça sert à rien, mais c'est marrant, j'aime bien.

 

 

Après Où est Charlie ?, voici la version WWE : où est Cena ?

 

 

Dans le chaos qui s'en suit, Cena profite de la bataille générale pour s'éclipser (ses potes de vestiaire apprécieront), apparemment pour s'occuper de Big Show. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, car le géant est un ninja, et a déjà disparu dans un nuage de fumée quand le Marine le recherche dans les coulisses, avant de réapparaître dans le dos de Cena une seconde plus tard pour lui coller un WMD (un coup de poing quoi), histoire de sceller le duel programmé pour No Way Out. Que va faire Cena ? Que prépare Big Show pour détruire le Marine ? Honnêtement, je n'en sais rien et je m'en tape, tant cette rivalité me désole…

 

 

Diantre, Big Show a disparu ! Il doit être loin à présent !

 

 

– Diantre, grâce à quelle ruse diabolique a-t-il réussi à me berner ?

– Ben j'étais derrière toi, imbécile.

 

 

Et dire que ce sera le main-event de No Way Out, alors que les affiches pour les titres suprêmes sont toujours aussi séduisantes ! Tiens, reprenons le cas du championnat du monde poids lourds. Sheamus a donc brillamment conservé son titre à Over The Limit après un match à quatre très bien foutu, et a donc passé son lundi à sauver son pote Cena. Mais ses challengers sont-ils prêts à passer à autre chose ?

 

Ça tombe bien, deux des hommes en question, Randy Orton et Alberto Del Rio, étaient justement opposés l'un à l'autre ce soir. Et si le match n'avait pas officiellement pour enjeu une place de challenger, le résultat  allait quoi qu'il arrive peser lourd sur les prétentions des participants sur le titre. Le combat fut précédé d'un petit segment comique qui m'a bien fait rire entre Ricardo Rodriguez et Santino Marella, le second se moquant de l'accent du premier, les deux hommes étant semble-t-il en bisbille sur YouTube depuis un épisode du show du champion des États-Unis.

 

 

– Attaqué dou Cobra ! Ksssss !

– ¡ Ataque del Gato Loco ! ¡ Frrrrr !

 

 

Un cobra plus tard, c'est au tour du Patròn (à prononcer avec l'accent !) et de la Vipère d'entrer en scène, pour une confrontation somme toute classique mais plaisante, mais aussi et surtout interrompue par Chris Jericho, qui fit gagner le Mexicain en collant un bon gros Codebreaker dans la face d'Orton. Celui qui déclara pour la énième fois qu'il est le meilleur au monde dans ce qu'il fait doubla la mise, et le deuxième Codebreaker ayant été botché, Jericho fit bonne mesure et en claqua un troisième pour la route. Je pense que le message est clair : Chris entre en guerre contre Randy, cela laissant la porte ouverte pour un duel Del Rio/Sheamus pour le titre. Et à cette perspective, je n'ai qu'un mot à dire : miam !

 

 

Alors comme ça on se permet de rater le selling d'un de mes Codebreakers ? Pour qui tu te prends, gamin ?! STUPID ! STUPID ! STUPID !

 

 

Miam aussi pour ce qu'on nous prépare du côté du titre de champion de la WWE, c'est-à-dire la suite de la rivalité entre CM Punk et Daniel Bryan ! Alors qu'une grande partie des suiveurs (moi y compris) pensait que le match de dimanche à Over The Limit ne serait qu'un "coup d'un soir", les bookers nous font la bonne surprise de prolonger le plaisir, et ça fait plaisir ! Bryan a profité de Raw pour venir chouiner suite à sa défaite de la veille, déclarant que CM Punk avait gagné en profitant de l'incompétence de l'arbitre, le champion straight-edge ayant tapé sous le coup du Yes Lock. Oui, mais ce que Bryan fait mine d'avoir oublié, c'est que dans son emportement, il s'est rivé tout seul les épaules au sol, ce dont Punk a profité, et c'est donc sur un compte de trois tout à fait légitime que le champion a conservé son titre. Il a ensuite tapé (bien après que la cloche ait sonné) pour signifier à Bryan la fin du match, mais il n'y a aucun doute à avoir : Punk a gagné clean, et à moins d'être un Heel avec de la mauvaise foi à revendre, il n'y a rien à redire. Et comme Bryan est un Heel plein de mauvaise foi, ce dernier hurlait à l'injustice et exigea son match revanche.

 

 

Ouais, parce que si on commence à respecter les règles quand il s'agit de nommer le vainqueur d'un match, où allons-nous ?

 

 

C'est alors que Punk débarqua, expliqua à Bryan le bien-fondé de sa victoire, et envoya dans les pattes de l'American Dragon Kane, celui-là même que Bryan avait manipulé à Smackdown dans un match contre Punk pour affaiblir ce dernier en vue de leur rencontre à Over The Limit. Le champion nous livre donc là la classique réponse du berger à la bergère, même si on peut trouver étrange de voir un catcheur, tout champion soit-il, booker un match tout seul comme un grand. Punk enfonça même le clou en intervenant lui aussi dans le match, comme Bryan vendredi dernier : en "donnant" une chaise au Yes Man, Punk parvint à faire croire que D-Bry voulait s'attaquer en fourbe à Kane, ce qui déclencha la fureur de ce dernier, qui massacra le challenger de Punk à coups de chaise avant de le finir avec deux bons gros Chokeslams. Cihaime monta ensuite sur le ring pour le second service avec un petit Anaconda Vice sur lequel Bryan tapa très vite. Voilà qui montre qui est le patron, et qui en plus donne de nouvelles raisons de se venger à Bryan, pourquoi pas dans un match de soumission à No Way Out ? Ça serait formidable en tout cas !

 

 

Si c'est le cas, essayez de potasser vos fiches avant le match, je peux pas être partout moi…

 

 

On notera que l'ex-fiancée de Bryan, AJ, est toujours en périphérie de cette histoire. La pauvre semble grandement perturbée, partagée entre un début d'attirance envers Punk et son obsession pour Bryan, passant des larmes au rire de psychotique comme on appuie sur un interrupteur, la nouvelle AJ en mode schizo bipolaire est assez rigolote à suivre, si bien que je regrette un peu que les bookers n'en fassent pas grand-chose de plus que quelques apparitions en coulisses… Interviendra-t-elle à No Way Out, et en faveur de qui ? Mystère et boule de gomme, comme on disait quand j'étais jeune…

 

Une histoire écrite avec les pieds qui parasite un maximum de temps sur Raw et les main-events des pay-per-views compensée par deux affiches prestigieuses, c'est finalement pas si mal pour le show rouge. Ce qui fait alors la différence entre un bon et un mauvais épisode, c'est le reste. Et cette semaine, c'était quoi, le reste ? Eh bien pas grand-chose en fait, et c'est bien dommage. En effet, en dehors des deux plus gros titres et de Cena, les deux segments restants dans la grille de ce Raw concernèrent le titre Intercontinental et celui des Divas. Ainsi, Beth Phoenix a explosé Kelly Kelly dans un match qui avait livré le minimum syndical. Je n'en ai retenu que deux choses : je préfère la nouvelle tenue de la Glamazon à la jupette qu'elle portait avait et qui n'allait pas avec sa gimmick de guerrière, et l'espèce de tourniquet de Kelly² est tout sauf un mouvement crédible, tant j'ai à chaque fois l'impression que c'est son adversaire qui la fait tourner avant de se jeter dans un coin du ring. Layla a suivi le match depuis les coulisses, et il y a fort à parier que la championne et Beth s'affronteront une nouvelle fois à No Way Out. Tant mieux.

 

 

Ça t'apprendra à dire à tout le monde que tu es catcheuse, sale menteuse !

 

 

Enfin, Christian, revenu sous les applaudissements de la foule la veille et tout nouveau champion Intercontinental, a combattu cette semaine à Raw contre… Jinder Mahal. Alors bon, le match se laissait regarder, car Christian est capable de faire de bons matchs avec à peu près n'importe qui, et malgré mon désintérêt pour Jinder Surprise, ce dernier n'est pas mauvais sur le ring, mais je me demande encore pourquoi c'est lui et non pas un midcarder un peu mieux placé qui a eu le privilège d'inaugurer le règne de Captain Charisma. Si j'étais booker, j'aurais mis Drew McIntyre moi, bon sang ! Donc oui, match de qualité, mais qui ne m'a pas passionné et où j'ai même trouvé le temps long, un peu. Au final, Christian gagne, évidemment, grâce à un combo Killswitch/Splash, ce dernier mouvement semblant voué à devenir un nouveau finisher ajouté à l'arsenal du nouveau champion.

 

 

– Malédiction, je suis fait, ce Splash me sera fatal ! Je demande d'ores et déjà une revanche !

– Désolé Jinder, mais tu n'auras pas droit à… One more match ! Yeah !

 

 

Deux matchs de midcard qui assurent le boulot sans être inoubliables, voilà donc tout ce que cet épisode a eu à nous offrir en dehors des trois futures grandes affiches des trois semaines à venir. Bien sûr, les rivalités pour le titre de champion de la WWE et pour celui de champion du monde poids lourds sont formidables (ainsi que la probable guerre Jericho/Orton), et tout cela ne serait pas bien grave s'il n'y avait une ombre dans ce paysage de rêve, l'ombre de Cena et de Laurinaitis, qui ont pris le plus de temps, qui est l'histoire la moins passionnante du lot, et qui ne doit sa place en main-event qu'au statut particulier de John Cena. Je l'adore le Marine, mais cette rivalité avec Big Johnny, de même que celle avec le Big Show, n'ont à mon sens rien à faire aussi haut dans la carte, et ne méritent pas de prendre autant de temps au détriment d'une midcard qui a de moins en moins de temps pour se montrer. C'est pour cela que j'espère, sans trop y croire hélas, que la future troisième heure qui composera Raw dès le mois de juillet aidera les midcarders du roster (la division par équipe avec en plus des champions El Sandwicho, O'Neil et Young, Hawkins et Reks; des types que j'aime bien comme Hunico, Drew McIntyre, ou encore Tyson Kidd côté Face) à bénéficier de la lumière des projecteurs du navire amiral de la WWE.

 

 

Salut, je suis Big Johnny, bienvenue dans Pimp My Ride !

22 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut