Catch

Softcore Justice!

Le sang, c’est la vie !

Kain, Legacy of Kain

 

Alléluia ! Après une série de PPV réussis, l’attente était haute pour Hardcore Justice, PPV secondaire (voir de 3è catégorie) de la TNA mais qui devait paver la voie vers Bound for Glory, tout en proposant assez de catch pour satisfaire les acheteurs ; nous eûmes droit à ces deux catégories, mais une question me taraude l’espri: pourquoi aussi peu de violence gratuite et d’extrême?

 

 

PARCE QUE…

 

 

Nalyse de Hardcore Justice

 

 

Comprenez-moi ! Je ne suis pas fan du blading ou autres pratiques débiles, mais mater un PPV appelé Hardcore Justice, censé être le PPV « extrême » de la compagnie, et voir que la TNA dit dans sa vidéo promo « there will be blood » et au final rien, sans parler du manque relatif d’extrême, ça fait bizarre dans une fédé ou le sang peut couler assez vite et pour pas grand chose. Mais bon, la qualité du spectacle n’étant heureusement pas lié à la proportion de sang versé, c’était néanmoins un très bon PPV…secondaire. En effet, Hardcore Justice a toujours eu, et en plus cette année, une bonne tête de PPV de transition, et tout a concouru à cela, bien que plus d’une surprise s’est nichée au sein de cette soir…

 

 

– J’ai entendu « sein », on a besoin de moi ?

– Non non, t’inquiète, j’aurais dit « fesses » si ça avait été le cas !

 

 

Bon, un match quelque peu prévisible a fait l’opener du PPV : le TT Match Chavo- Hernandez vs Kid Kash et Gunner. Il fut à l’image de la rencontre d’il y a 2 semaines Kid Kash/Chavo : solide mais très pas exaltant ni bien placé pour allumer le début d’un PPV. Les heels s’acharnèrent sur les face avant même que le match commence, ce qui permit à Chavo de se montrer très tot, alors que le public semblait l’avoir à la bonne dès le départ et ce pendant tout le match alors qu’il jouait une partition de face en péril tout à fait honorable pendant la plupart de la première partie du match, les heels faisant tout pour l’empêcher de faire le tag. Hernandez finit néanmoins par se mêler à lutte faisant parler toute sa puissance jusqu’à une jolie combinaison slingshot shoulder block/ frog splash pour la gagne. J’aurai aimé un peu de plus d’action en Tag team mais étant donné que ces 2 équipes  sont assez « récentes », ce n’est pas si mal. En espérant que cette victoire qui pourrait amener à un shot pour les ceintures par équipe soit la première pierre d’un retour de cette division à plus haut niveau alors que ces 2 équipes devront s’entrainer pour améliorer leurs combinaisons.

 

 

Par contre, pour s’entrainer à la GRS en équipe, autant commencer tout de suite, Rio c’est déjà dans quatre ans.

 

 

Etant donné la linéarité de ce PPV, il me semble judicieux de poursuivre de même et donc d’arriver au 2è match, le falls count anywhere avec Magnus contre RVD contre Anderson contre le Pope d’Angelo Dinero. Enfin non, sans le Pope puisqu’il s’est fait agresser backstage par Aces and Eights au moment d’entrer. Bon moyen d’écarter un lutteur de toute manière très peu favori et de remettre l’attention sur la néo-stable.  Bref nous eûmes droit à un match ou Magnus joua très clairement le heel, moquant la pose de RVD et cherchant désespérément une chaise à un moment, manquant s’engueuler avec un fan (un vrai ou non, mystère ?) et monopolisant les cheap shot. Le match en lui-même fut potable mais sans plus, la stipulation n’étant pas utilisée son maximum, très loin de là, et la comparaison avec celui de Destination X fait très mal à celui d’Hardcore Justice.

 

Mis à part sur la rampe les belligérants ne se sont pas déplacés très loin. Le spectacle fut plutôt assuré par RVD et sa sapience de frappes avec une chaise, mais il était sur qu’il pourrait s’en sortir dans un tel match ou la stipulation favorise les catcheurs « extrêmes ». Ce que je ne pensais pas par contre que c’est que RVD gagnerait, ce qui s’est pourtant passé  après avoir un coup de pied sur la chaise tenue par Magnus. Ce dernier a été au centre du match, ce qui est une bonne chose mais j’aurais aimé que la TNA le fasse gagner et lui permette de prendre rendez-vous pour l’avenir. Anderson a eu quelques moments mais le focus n’était décidément pas sur lui et je demande ou la TNA veut aller avec lui ; En tout cas RVD se repositionne dans le top 4, mais ses chances de succès finales me semblent aussi minces qu’un fil à couper le beurre. Espérons que la fédération se garde de faire quelque chose de stupide…

 

 

Genre utiliser une chaise à moins de cinq mètres de RVD, ça c’est stupide.

 

 

Mais, Mais que voit-je ? c’est un oiseau ? c’est un avion ? Non c’est le TV title et il va être défendu ce soir, contre Kazarian. J’eus aimé que ce soit en weekly mais cela donne à l’autre moitié des champions tag-team une raison d’être dans ce PPV ce qui est très bien, surtout qu’avec le match pour les ceintures Tag team de jeudi et l’animosité entre les protagonistes, Devon et Kaz avaient des raisons de se vouer l’un à l’autre une certaine inimitié. Bon le match fut ici aussi sans surprise mais pas inintéressante entre l’agilité de Kaz et la puissance de Devon, qui se releva même grâce à une variante de spinaroonie pas totalement filmée mais bien sympa. Devon retains sans trop de souci, et doit déjà être le TV champ le plus méritant de l’histoire de la fédération. Mais je me demande quel sera son avenir, lié comme celui de son partenaire à sa fin de contrat ? Wait and see…

 

 

Non n’ajustez pas vos téléviseurs, Kazarian a bien lutté dans le cadre d’un PPV. Si Si !

 

 

La première surprise, la vraie (mais l’était-elle tellement ?) vint du match féminin, et du couronnement d’une nouvelle championne, Madison Rayne. En fait la vraie surprise vint du déroulement de ce match, ou la challengeuse démontra qu’elle était la meilleure lutteuse sans contestation possible, mais surtout avec un arbitre, Earl Hebner qui n’a pas favorisé sa mie et ne semble pas avoir vu la tricherie de cette dernière et donc n’a couté le titre à Tess que sur une erreur, alors que cette dernière pensait à tort s’être fait avoir sur sa tentative précédente. Le match lui-même n’était pas trop mal mais confirme que la TNA ne fait pas assez confiance à l’ex-modèle qui était sa championne pour produire un niveau de catch suffisant ;  Ce fut flagrant ici, la vraie lutteuse, celle qui réalise un suplex (et quel bridging suplex) et sait dominer une rencontre, ce fut Madison (même si Brooke semble avoir été malade ce qui expliquerait la faible performance). Maintenant qu’elle est championne, sa storyline va probablement s’étoffer, à voir comment la division féminine va en être impactée.

 

 

A cause de cette image, j’ai failli appeler la Nalyse Softporn justice ! Mais ça aurait été beaucoup trop racoleur, et je tiens à ce que les CDC conservent une image intellectuelle, digne et pure envers les masses ignorantes de lecteurs abâtardis ! You’re welcome !

 

 

Bon, entrons dans la partie la plus goûtue de ce PPV avec le tables match Robbie E/Jeff Hardy/ Bully Ray/ James Storm. En plus des 20 points, l’enjeu de ce match était de savoir comment Aces and Eights allait le perturber, ce qui semblait inévitable. Tout d’abord comédy match, en mode « tout le monde déteste Robbie E » (ce qui est vrai mais peut-être pas pour les bonnes raisons) et puis les choses devinrent sérieuses, y compris l’erreur qui eut lieu peu de temps après. En effet, il apparait probable de croire que Sotrm et Hardy voulaient faire passer Bully Ray à 2 à travers une table, et que Robbie E devait la dégager juste à temps. Or ce qui se passa c’est que Robbie dégagea la table mais pas assez, ce qui fit que Ray fut projeté à travers un coin de la table qui se craqua. Bully ray criera « Keep going » ce qui laisse vraiment penser à un botch, et vu que c’est Robbie E cela semble certain. Un spot bizarre, mais heureusement Robbie E se fera plus tard pardonner en se faisant passer lui-même à travers une table, bien que dans un match à 4 cela ne donne pas de points à ses opposants.

 

 

Parce que seul http://wrestlingwithtext.com/ peut rendre justice à un botch de Robbie E!

 

 

Aces and Eights fit également sentir sa présence mais ce sans violence aucune (décidément) avec deux diversions qui chaque fois aidèrent Storm, avec même une fois un d’eux qui leva le pouce en sa direction ; Mais c’est Bully Ray qui enlèvera le finish à Storm qui venait d’estourbir Hardy avec un superkick, et fit passer the charismatic enigma à travers la table via une powerbomb, puis se cassant comme l’éclair craignant une réaction d’A’s and 8’s. Autant pour moi : je pensais que Storm allait lever les soupçons le concernant, ce n’est pas le cas, même si je suis à 99% sur que ce n’est pas lui leur chef (1% de doute reste, on parle de la TNA là). Storm et Hardy auront fait leur job parfaitement mais Bully avec cette victoire revient dans la course et surtout pourrait bien renouveler son contrat si on le lui propose, peut-être avec la victoire dans les Series à la clé. En tout cas, celui qui il y a peu perdait plus en PPV que Chris Jericho semble avoir retrouvé son mojo, au bonheur de tous les bully du monde. Storm n’en avait de toute manière pas besoin, tout comme Hardy ; quant à Robbie E, à part souffre-douleur d’Hornswoggle, je ne sais pas ce qu’on pourrait en faire…

 

 

Une petite pensée pour la table, une des seules vraies victimes de mauvais traitements de la soirée (si on excepte le match lui-même, maltraité par Robbie E).

 

 

Ah, mais voila qu’arrive un match très attendu entre le néo-champion Zema Ion et la breaking-star Kenny King pour le x-division title. Ces deux-la avaient déjà eu un match pour le titre en weekly, très compétitif et oh my god, ils ont produit un encore meilleur match, ou les deux ont eu droit à de l’offensive (Ion devant faire briller ses adversaires, ce n’était pas le cas jusqu’alors). King fit parler la poudre assez vite avec une série de mises à terres et de tombés tous plus agiles les uns que les autres, puis enchainement de mouvements high fly (moonsault, flip dive) et un Ion qui montre que son utilisation des cordes est à son maximum. Domination du champion heel, notamment avec un ddt des familles, mais toujours des nearfalls jusqu’au moonsault contré et à la phase de retour du challenger face qui culmine après un contre qui aboutit à un fisherman suplex qui fait atterrir Ion sur le turnbuckle, très très bien exécuté.

 

La première tentative d’Easy money est contrée puis un joli combo de contres jusqu’à un half boston crab du challenger décidément très en verve, puis un flip arrière après avoir empêché un 450 splash, un coup de genou à faire palier d’envie Matt Sydal (je pense de plus que l’appeler Evan Bourne ne servira plus à rien), un capoiera Kick (qui me fait Mark out à chaque fois) pour empêcher la laque, WOAH !  Ion gagnera finalement en contrant le sunset de King, mais quel match et surtout, quel challenger ! King a peut-être perdu sa chance pour le titre, mais au vu du match et de ses capacités, il a pris date ! je pense toujours qu’il n’aura pas d’autre chance tout de suite pour le titre car Sonjay Dutt devrait se faire valoir, mais le nouvellement signé transfuge de la ROH a prouvé une fois de plus que l’avenir lui appartient ! Et dans peu de temps, les initiales KK ne seront plus du tout associées à Kelly Kelly, mais à Kenny King.

 

 

Capoeira Kick, parce que je le vaux bien !

 

 

C’est maintenant l’heure d’un match au potentiel MOTY, le ladder match Daniels/Joe/Angle/Styles. Bon, ce fut un très bon match, on peut débattre pour savoir s’il fut le meilleur match de la soirée, mais il ne sera probablement pas candidat au titre de meilleur match à mon sens. La redite au départ du « tout le monde déteste X », ici Daniels, réitéré vers la fin du match alors que le précédent match des BFG Series comportait la même recette rend le tout redondant, même si ça aide à faire passer Daniels comme un pourri complet et l’ennemi n°2 du locker room derrière Aces and Eights.

 

 

J’apprends à lire avec la TNA : leçon n°1 : le A.

 

 

Le match manqua également de spot totalement WTF, mais fut très agréable, tous les protagonistes se mettant à leur maximum, et qui fut peut-être le plus violent : à mon avis Daniels s’en souviendra longtemps, vu qu’il a servi de crash-test dummy. Joe eut le droit de montrer beaucoup d’offensive, mais chaque catcheur eut ses moments, ce qui fit que le match était équilibré et surtout la décision finale incertaine (même Daniels semblait pouvoir encore voler la gagne), même si je me suis posé la question sur la suplex d’Angle sur Joe (qui avait Styles sur ses épaules) de savoir si ce move pouvait être possible sans botch…

 

Bon par contre le public fut navrant, chanter « USA » quant Angle est face à Joe… le finish est par contre à mon sens mémorable, Joe étant presque sur le point d’aller décrocher le contrat… Quand Styles, ninja style, saute des cordes sur l’échelle puis bondit pour aller attraper le contrat à la stupéfaction générale. Prions pour que cela augure d’une fantastique remontée, Aj ayant encore plusieurs à jouer dans les Series, et que lui comme Joe finissent dans le top 4, ce qui serait logique au vu de leur statut.

 

 

Non mais ce n’est pas le contrat qui stipule que j’en ai fini avec ma feud toute pourrie ça ? Dammit !

 

 

Et enfin, clou du spectacle, le WHC match. La grande question était : Roode et Aries allaient-ils égaler voire surpasser leur prestation de la dernière fois. La réponse à cette question fut : Non, mais ce n’est pas grave. Non car l’enjeu était différent, le match fut un peu plus haché (et le début TRESSSS lent, Roode refusant de rester longtemps sur le ring et se faisant presque compter à l’extérieur), et il y eut une controverse au milieu du match (double pin, les 2 arbitres comptent chacun un pin mais ne se mettent pas d’accord, Roode semble partir avec la ceinture mais Hebner la saisit au vol et après délibérations relance le match).

 

C’est pas grave car les ingrédients essentiels étaient là : l’agilité d’Aries, la force de Roode lui permettant de contrer le high-flyer par des slams retentissants, leur move-set étoffé (sérieux, c’est bien de voir des lutteurs avec une prise de soumission distincte d’un head-lock ou d’un sleeper, et j’adore le last chancery). Bon pour moi c’est le match le plus solide de la nuit même si j’ai adoré le X-division match, mais la encore c’est un match à montrer dans les écoles, et ça donne vraiment envie d’en ravoir encore et encore. Mais pas sûr que les deux hommes continuent leur programme, puisque Roode s’est finalement fait battre une nouvelle fois, par roll-up…oui je sais un WHC conclu par un roll-up n’est pas nécessairement très fin, et ça donne à Roode une opportunité, en plus de la décision litigieuse des arbitres, de contester la victoire et au final de demander une nouvelle opportunité. Mais l’ensemble de la partition a permis de donner un match différent du précédent, et toujours génial, ce qui est à mettre au crédit des deux hommes.

 

 

A y est, on sait par quoi remplacer le nom de la compagnie.

 

 

Quels enseignements tirer de ce PPV ? Le premier, global, est que la TNA a retenu la leçon de ses précédents PPV et semble incapable désormais de pondre un show indigent, indigne ou juste inintéressant. Le deuxième concerne les avancées de feud : Aries est confirmé dans son statut et le sera vraisemblablement jusque BFG, Storm est toujours au cœur de la tempête (ha ha !) mais pas grand-chose de neuf sur Aces and Eights, il faut espérer du rebondissement rapidement. Mais surtout Ray et Styles semblent de retour sur le devant de la scène, et le main-event de Bound for Glory reste actuellement bien indécis. Restez branchés, et en espérant vous revoir pour le prochain Impact.

 

 

The greatest ninja who ever lived!

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut