Catch

On a retrouvé la 7e compagnie !

J’ai glissé, chef !

Soldat Pithiviers, Mais où est donc passée la 7e compagnie ?

Voilà, ça devait bien arriver. Après des semaines d’épisodes bons, voire très bons, on a retrouvé un épisode d’Impactmoyennasse. Non pas qu’on se soit fondamentalement ennuyé, qu’il ne se soir rien passé ou que les storylines n’aient pas progressé : c’est juste que cet épisode était totalement redondant avec celui de la semaine dernière. Mais on a eu le droit à une bataille rangée, donc ça va ! Pour un peu, la TNA, ça deviendrait un champ de bataille. Alors pour la review, tout le monde en rang ! Garde-à-vous ! Rompez, ça ira !

 

 

– Bon, revue d’exercice ! Sergent MrCoffeeinthebank, à quoi sert ce fusil ?

– À fusiller, colonel Taiji77 !

– Bien ! À quoi sert ce canon ?

– À canonner, mon colonel !

– Très bien ! Et à quoi sert ce tank ?

– À tankuler, mon colonel !

 

Nalyse de l’Impact Wrestling du 23 août 2012

 

Cet épisode fut centré sur la lutte du roster de la TNA contre Aces and Eigths, ainsi que leurs sbires, puisque manifestement ils ont recruté. Et vu le nombre de types qu’ils ont ramené, ils ont dû faire ça sur Internet. Mais avant de nous pencher sur cette confrontation épique (ironie inside), voyons les autres péripéties de cet épisode, constellé de moments qui m’ont fait tiquer.

 

Par exemple, les KO eurent de nouveau droit à un match, et en cette nuit d’OFN, la chalengeur ne fut pas la première rookie venue. La championne elle-même, Brooke Tessmacker, vint sur le ring et expliqua son besoin d’affronter celle qui l’avait entrainée, qui lui avait appris à catcher, sa mentore, je vous le donne en mille : Lacey von Erii…. Ah non, là elle parlait de Tara. OK, vouloir prouver sa valeur à sa partenaire, why not, c’est un truc de face et ces temps-ci, ça semble être une mode. À noter que Terynn Tarell joua de nouveau les arbitres pour ce match, comme la semaine dernière.

 

 

Et là, avec autant d’obus, de bombes et de plastique dans la même photo, la conscience pacifiste de l’auteur ne peut qu’être choquée.

 

 

Bon, en plus d’être court, plus que le match de la semaine dernière, cette rencontre maître/élève fut…bizarre. Sans compter les botchs, comme celui du dernier armdrag de Tess, j’avais l’impression qu’avant chaque armdrag ou bodyslam, Tara montrait de manière trop évidente qu’elle attendait Tess pour la soulever et non pas qu’elle cherchait à la contrer, ce qui a nui à la qualité du match. Le finisher permit cependant d’oublier cette triste prestation, un très bon superplex de Tara doublé d’un redressement à faire pâlir Damien Sandow pour la gagne. Oui, oui, vous avez bien lu, la championne a perdu en 3 minutes. Et vu sa tête, elle en fut très contrariée. Mais à défier celle qui lui a tout appris, elle l’avait bien cherchée.

 

En tout cas, le rematch de Madison Rayne semble envoyé dans les orties pour ceux que ça intéresse. La nouvelle storyline féminine made in TNA semble donc concerner ces deux-la, et alors qu’on aurait pu penser que Tara serait celle qui pourrait turner, victime d’une frustration légitime, incapable de battre sa propre élève, Tess pourrait être celle qui se rangera du coté obscur pour garder son Graal. Ou bien personne ne turnera, mais je ne parierai pas là-dessus. Au moins cette storyline a du potentiel, et c’est déjà pas mal surtout chez les filles. Qui vivra verra (par contre il faut vraiment espérer qu’elles catchent mieux que ça, et elles en sont capables).

 

 

Pour peaufiner sa nouvelle gimmick SM, Miss Tessmacher va aller s’inscrire au championnat mondial d’échecs et abandonner dès le début des rondes suisses après un funeste 0-3. Puis, elle va aller draguer au Fucking Blue Boy, et enfin, pour une humiliation complète, elle va se présenter dans le Connecticut aux sénatoriales comme candidate républicaine. De belles fessées en perspective.

 

 

En parlant de storyline, voilà qu’AJ fut miraculeusement libéré de la sienne. Oui, oui, vous avez bien entendu, fini la crappy storyline avec « Claire Lynch » et son fils soi-disant d’AJ. Grâce au test de paternité (celui qu’il a « gagné » la semaine dernière), AJ voulait enfin savoir s’il était le père. Alors que Borash qui tenait l’enveloppe avec le résultat appelait Claire, Daniels arriva avec Kaz, ce dernier sortant une promo soporifique, relayé par son pote sur comment AJ était un role model horrible, bla-bla. Mais la TNA a eu une bonne idée : une avocate, celle de Claire arriva, dit que Claire avait été approchée par les 2 méchants pour le mettre dans la merde et le droguer, mais elle ne fut jamais enceinte. L’avocate s’en alla, AJ cassa la gueule aux 2 autres, fin de l’histoire. De ce que nous dit l’internet, en réalité « Claire Lynch » aurait été traumatisée car l’IWC aurait découvert son vrai visage, et l’aurait couvert de mails critiquant son jeu d’actrice (c’est sûr, ils n’allaient pas lui envoyer des fleurs). Et du coup, elle aurait stoppé sa participation à l’angle. Si ce cyberbullying n’est pas très glorieux, sa conséquence est, elle, heureuse : AJ est libre désormais. Bon si la vie était bien faite, il poursuivrait les deux zigotos, mais je ne pense pas que cela arrivera. D’ailleurs eux deux, il faudra peut être penser à leur faire défendre leurs ceintures autrement qu’out of nowhere. Une page bien pourrie de refermée, hourra !

 

 

La guerre a au moins eu une bonne issue : cet homme est enfin libéré de dizaines de semaines de storyline pourrie.

 

 

AJ peu avant fut impliqué dans le premier match des BFG Series de la soirée, contre RVD et Robbie E ! Pourquoi ce 3-way ? Car Pope blessé (in kayfabe à cause d’Aces and Eights) avait 3 matchs dans les Series, contre ces 3 là. Ne pouvant les assurer, ce qui porterait éventuellement préjudice à ces compétiteurs, la TNA a choisi la bonne méthode : les booker ensemble. Ce qui nous donna droit à un match d’une dizaine de minutes, haché, et bien évidemment, mettre Robbie E dans le mix n’a pas aidé. Les faces se liguèrent quelque peu contre le heel, pour ensuite se mettre dessus, certes, mais ça n’empêcha pas Robbie de casser le rythme du match. Alors entre lui et RVD, j’ai passé les ¾ du temps de la rencontre à être distrait et n’en ait retenu que le résultat : Robbie E gagne par opportunisme en pinant RVD après les 5 stars frog splash de ce dernier sur Styles.

Pardon ?

Attends, le mec a fait le pin sur celui qui a DÉLIVRÉ le finisher, pas celui qui l’a encaissé ? WTF ? Bref, si je peux comprendre la raison de cette décision (Robbie reprend un peu de heat, il apparait opportuniste, et le suspens de haut de tableau reste entier), cette fin de match me laisse très perplexe…

 

Pendant ce temps là, Robbie T n’était pas inactif, puisque Jeff Hardy le provoqua en duel. Eh oui, on est à Open Fight Night, n’importe qui peut défier n’importe qui… et ça peut devenir n’importe quoi ! Et pourquoi ? « Histoire récente » dit en substance le charismatic enigma, sans préciser ; bref, puisque Robbie T a protégé son poulain, il a gagné un squash ! Et aussi, un petit chant « Steroids » pour l’honneur. Bon, en gros,  twist of fate, Swanton, victoire, on passe à autre chose. Ou pas, si une rivalité entre les Robbie et Jeff doit naître. Je vais essayer de rester positif : si c’est le cas, on peut espérer que Jeff file des hallucinogènes aux Robbie, ça pourrait peut-être les rendre plus intéressants.

 

 

– Bonjour monsieur, êtes-vous sûr d’avoir un bon crédit ?

– Jeff ? Qu’est-ce qui t’es arrivé, t’es de nouveau défoncé ?

– Chut Robbie, je teste un changement de gimmick. Abyss a bien réussi une reconversion en avocat, alors  je tente ma chance en banquier ! Je le fais bien, là, le truc vert de Cofidis ?

 

 

Sinon, pour l’autre match de la soirée des BFG Series, Anderson pour son dernier match se frottait au toujours excellentissime Bully Ray. Et là aussi, je n’ai pas tout compris ; Anderson gagne pour son dernier match, soit. Le suspense du haut de tableau reste entier, soit. Mais le souci, c’est qu’après ce match, et sa victoire PAR TOMBÉ, voilà les standings des series :

 

 

Par contre la reconversion d’Anderson en comptable, ce n’est pas pour tout de suite !

 

 

Vala Vala, Anderson devait OBLIGATOIREMENT gagner par soumission pour espérer survivre dans les series, et là, c’est fini pour lui. Et encore les commentateurs l’ont rappelé pré match. Le match était correct, comme toujours avec Ray dont cela semble le minimum syndical (qui se prit encore des Devon’s better), l’intervention d’A’s and 8’s avortée pas trop mal (et je commence à me dire que c’est bel et bien Ray qui pourrait se retrouver le chef de cette histoire, ce qui serait un chouette rebondissement), le contre du Bully Cutter pour le Mic Check pas mal, mais Anderson n’a pas été foutu de tenter UNE SEULE SOUMISSION (ou alors j’ai loupé). Ce qui aurait pu être un fil de ce match et expliquer la fin (Anderson tente plein de soumission, n’y arrive pas et saisit une opportunité de tomber afin de gagner pour l’honneur et apaiser sa frustration) tomba en morceaux. Là, il n’y a pas de quoi applaudir les bookers.

 

Sinon, nous eûmes donc droit à un gutcheck, et ce fut, pour rester dans le ton de la soirée, le plus mauvais auquel j’ai pu assister. Kris Lewie, le compétiteur avait déjà sorti une promo WTF (storyline, histoire écrites… pourquoi une telle violence contre le kayfabe) et son match contre Gunner fut…insipide. Il n’a pas montré grand-chose mis à part des shoulder-blocks et fut rapidement battu par Gunner. M’est avis que lui, au prochain Impact, il servira de sacrifice à Joey Ryan pour mettre en lumière ce dernier, d’une manière ou d’une autre. On verra bien ; sinon on a vu aussi ODB, qui se languit de son mari. Pas moi (ou pas dans cette gimmick, pour être plus précis). !

 

 

Pour contrer la menace Aces and Eights, la TNA s’est équipée de moyens aériens. Ici, le plus vieux modèle existant d’avion d’avant-guerre (de 1914).

 

 

Un bon vieux F-16, toujours utile…

 

 

 

Un bombardier, ancien, mais encore efficace.

 

 

 

Par contre on a préféré reconvertir RVD en missile : vu son poids, on peut en effet espérer un meilleur impact au sol…

 

 

Maintenant, passons au fil rouge : la guerre entre la néo stable made in TNA et le roster de la TNA. Tout le roster, soit dit en passant, heel et face marchant de concert. L’arrivée en moto d’Aces and Eights ouvrit le show, une scène assez surréaliste. Pas trop mal filmée, juste WTF ? Pourquoi en moto ? Bon bref, Sting se pointe sur le ring avec son armée et appelle Aces and Eights à venir en découdre. Jeff Storm se pointa et mit en avant son beatdown de la semaine dernière pour prouver son innocence. Ce qui sembla suffire à Sting et à ses potes  pour l’inclure malgré leurs soupçons précédents. C’est sûr, aucun d’entre eux ne se reconvertira en détective non plus. Bref, Sting appela donc Aces and Eights, mais seuls deux mecs se pointèrent sur le ring. Promptement détruits, un d’eux se fait démasquer et interroger, la bouche en sang. Mais celui qui ne semble être qu’un pion ne fut capable que de répondre « merci », « je viens de me faire recruter », « cette nuit, ça va chier ». C’est dans ces moments là qu’il manque un John Cena : un ancien marine, en cas de torture, c’est très utile.

Plus tard, Sting rencontra des membres d’Aces and Eights en backstage, mais ne paniqua pas même un contre trois : passant sa batte très acrobatiquement au Hulkster, ce dernier cassa méthodiquement la gueule aux trois et leur adressa un très menaçant message leur rappelant de ne plus cibler sa fille. Enfin il aura essayé, car rien e tout cela ne m’aura impressionné, et je ne suis pas sur qu’ils se soient sentis très menacés.

 

 

Sting vient de se rendre compte que les membres d’Aces and Eights avaient mieux compris le concept de Blitzkrieg que lui…

 

 

Au terme de cet épisode, avant la rencontre finale, nous eûmes donc droit aux escarmouches déjà citées pour faire monter la sauce avant la rencontre finale, qui servit de segment final à cet épisode. Et donc, l’ensemble du roster s’en prit aux goons recrutés par Aces and Eights. On n’avait probablement pas vu une telle bagarre depuis l’Invasion de 2001 ; problème : la version TNA est plus cheap. La bagarre avait aussi lieu en backstage (où Hogan se battait histoire de le préserver) ; Le roster dispersé, Aries, RVD et Hardy se retrouvaient face à six opposants, probablement les « vrais » ou les « principaux » membres d’Aces and Eights. Suicide dive du WHC, brawl, mais six étant toujours supérieur à trois, les heels prirent le contrôle. Je pense que ce fut d’ailleurs l’idée de la soirée : en gros Aces and Eights ne peut compter que sur son avantage numérique pour s’imposer, sinon individuellement c’est beaucoup moins bien. Ca rappelle beaucoup le Nexus. Bref Aries se retrouva isolé, et fit l’expérience grâce à ses nouveaux camarades de la rencontre d’une chaise sur ses doigts, préalablement imprimés sur une barrière ; ouch. Ce plan était bien fait, en tout cas j’ai trouvé ça réaliste. Et alors qu’Aries était en difficulté, que le public appelait Hogan, qui se pointa, bien sûr, avec seulement une chaise pour faire fuir six hommes ? Bully Ray ! Qui fut tellement fort et effrayant qu’Aces and Eights se retrouvèrent bizarrement en deux secondes dehors et sur leurs motos. Quel bel homme, ce Ray !

 

 

– Les mecs, on est prêt à tout. Allez venez on vous attend.

– Chef Sting, il parait qu’Aces and Eights s’est procuré une arme de destruction massive.

– Quoi, une bombe H ? Des missiles sol-sol à plus de 1000 km de portée ? Un disque de colonel Reyel ?

– Pire chef, leurs figurants auraient été recrutés dans la même agence que celle où bosse Claire Lynch !

-Quoi !?Mais avec une scène de guerre potentiellement aussi pourrie, on va avoir des ratings dans le négatif ! RETRAITE GÉNÉRALE !

 

 

Bon, au-delà d’un épisode plus que moyen, Impact Wrestling a peut-être bien teasé la révélation du chef de cette nouvelle faction ; je pense de plus en plus que Ray est le mastermind, ou au moins complice et qu’il se servira d’une manière ou d’une autre de la stable pour arriver au main event de Bound for Glory ; mais cette storyline a besoin d’avancées concrètes et vite ! Sinon, l’intérêt général déjà émouss… Quoi ? Cet épisode a fait le meilleur rating depuis février ? Non c’est une blague hein ?

 

Ah  ben non!

 

Bon, espérons que cette hausse soit régulière et surtout que ce type d’épisode ne soit que ponctuel. Il faut des avancées et vite, et surtout bâtir la carte encore vierge de No Surrender. La TNA a donc du boulot pour ne pas décevoir ses fans. C’est bien là sa seule vraie guerre : profiter enfin du momentum accumulé et augmenter ses suiveurs. Car cet épisode nous le rappelle encore : quelles que soient les armes dont elle se dote, le meilleur ennemi de la TNA… c’est encore elle-même.

 

 

 – Et voilà comment cet épisode s’inscrit donc dans une continuité scénaristique nouvelle à la TNA, et prépare donc bien le mieux le build de Bound for… Ben qu’est-ce que tu fais Totolhardy ?

 – Oh rien, rien… Bon rappelez-vous les amis, le principe de base avec ces gens-là, c’est qu’on ne contrarie pas leur folie. Donc contentez d’opinez du chef, et même si c’est dur, évitez la grimace au moment ou il vous dira que la TNA a peut-être une chance de mener une feud réussie avec Robbie E dedans, OK ? C’est un réformé P4, alors soyez cools !

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut