Catch

Work in Progress

This is my idea of fun

Playing video games

Lana del Rey, Video Games

 

La TNA a inventé le concept de fédération bipolaire. Auparavant atteinte du point Russo, avec des rebondissements à ne plus savoir qu’en faire, elle est désormais atteinte du point Derrick. Donc, on attend, comme on attend devant un téléchargement de porno. Bon au moins, contrairement à la semaine dernière, cet épisode était de qualité, et divertissant. Mais Aces and Eights reste un groupe très mystérieux, et la différence, c’est que contrairement à avant, ils ne semblent plus les maîtres de l’heure, mais ressemblent de plus en plus à des charlots.

 

 

Alors, groupe dangereux ou réunion de cosplayers ? La réponse dans cet épisode… ou pas !

 

 

Nalyse d’Impact du 30 août

 

 

Commençons, une fois n’est pas coutume, par le fil rouge d’Aces and Eights. L’avantage, c’est que contrairement à la semaine dernière, le sort de la stable fut plus rapidement soldé : début et fin de l’épisode, + 1-2 apparitions des hommes cagoulés. Et bien sûr, leur sort était entremêlé à d’autres : ici, Sting, Hogan, mais surtout le champ, Aries, qui était assez vénère suite au défonçage intégral de sa main la semaine dernière, et qui voulait goûter un bout d’Aces and Eights, ce qu’il expliqua doctement lors de l’opener. En gros, sa main l’empêchait de catcher ce soir, mais pas de se [triple h voice]BATTRE[/triple h voice], puisqu’il est gaucher, et blessé à la main droite (les noobs, lol). Il lance un défi, mais ce sont Hogan et Sting, qui répondent, Hogan rappelant qu’il redevient GM et promettant à Aries qu’il aura tout ce qu’il veut, ni plus ni moins, tel le dragon sacré dans Dragon Ball.

 

 

Ce que je veux ? Alors euh…mince je choisis quoi, l’ensemble du roster féminin de la TNA en tenue d’écolières sexy, ou alors je demande tous les Final Fantasy en version originale ? Damn, quel dilemme cornélien.

 

 

Aries ne veut qu’une chose : cogner un type d’Aces and Eights, en 1 contre 1. Mais ce ne fut pas Hogan qui répondit, mais les gogos masqués, qui répétèrent la même rengaine qu’avant : ils feront ce qu’ils veulent, dans leurs termes, mais ils comptent bien venir ce soir.

 

Avance rapide jusqu’à la fin de l’épisode, où Aries en tenue de ville se pointa sur le ring, et lança de nouveau son défi, avec le roster sur la rampe en back-up. Les cagoulés arrivèrent, et Hogan leur laissa le choix des armes : brawl général, ou un contre un ? Cette dernière option fut choisie par les méchants de service qui envoyèrent un gros maousse (vu la corpulence, je parierais pour Gallows). Bon le combat singulier ne le resta que 15 secondes, car après la domination initiale du heel Aries se déchaina, ramenant le reste d’A’s and 8’s à la rescousse et partant, le roster de la TNA pour faire contrepoids. Gros brawl de nouveau, mais comme par magie un type non masqué, qui se couvrit le visage avant d’être totalement reconnaissable par la caméra (la aussi, ce devait être un inconnu), matraqua le champion par l’arrière et fit le save pour son pote. Et une fois de plus, Bully Ray fut celui qui sauva la peau d’Aries, enfin de ce qui en restait gisant au sol.

 

 

Les ninjas, le peuple le plus victime de cosplayers et ce depuis des siècles.

 

 

De deux choses l’une : on n’en sait pas plus sur qui sont Aces and Eights. Ils paraissent clairement inférieurs au roster en termes honorables mais l’histoire racontée insiste sur leur roublardise, qui comme pour des guérilleros reste leur arme principale. Mais ce qui me frappe le plus, c’est bien le sauvetage effectué par Ray au moment propice, le deuxième en deux semaines consécutives. Et pas un seul instant, ce ne semble être un turn, donc j’y vois, comme dans son implication entière dans la storyline, une possible manière d’en faire un élément important du dispositif d’Aces and Eights une fois ce dernier révélé. Enfin, si jamais il reste dans la compagnie : en effet, Devon a annoncé sur Twitter qu’il partait, et difficile de se dire qu’il partirait sans son « brother » Ray, mais peut-être la TNA a-t-elle réussi à convaincre Ray de rester en le plaçant dans la storyline majeure. En tout cas, nulle trace de Devon ni de son titre, je me demande bien ce qui va arriver à ce dernier d’ailleurs. Pour Aces and Eights en tout cas, les réponses attendront. Mais une pointe d’espoir : Joseph Park s’est présenté à Hogan, et lui a proposé de découvrir qui sont ces types.  Il est probable qu’il débloquera la situation, et peut-être cela lui vaudra-t-il un travail à la TNA….

 

 

Si on avait dit à Ray que son renouvellement de contrat durerait aussi longtemps, il serait retourné chez lui le temps d’installer World of Warcraft : les négociations auraient bien duré la moitié du temps de configuration des nouveaux patchs !

 

 

D’ailleurs, vous qui lisez cette Nalyse, non il n’y aura pas de matchs tag-teams ou X-Division dans cet épisode : et mine de rien, ça fait le troisième à la suite ou rien ne se fait jour quant à ces divisions. Je pense qu’il faut en faire notre deuil d’ici à No Surrender , et attendre le build de Bound For Glory, même si pense que d’ici le PPV, la TNA aura bien quelques fillers à proposer dans sa manche… le souci, c’est qu’après ce soir, il ne restera qu’un seul Impact avant le PPV, et AUCUN match n’est connu, je ne suis même pas sûr que le WHC soit défendu. J’attends la semaine prochaine pour crier au loup, mais je commence à me demande quel jeu joue la TNA…

 

 

Cache-cache ? Bonne idée, AJ !

 

 

Mais bon, cet épisode fut un bon épisode, si on le considère comme tel et non pas pris dans un ensemble. Considérons rapidement le cas du candidat au gut-check, Kris Lewie, qui a réussi une première : obtenir deux « non » en deux avis, ce qui l’élimina définitivement, encore plus vite qu’à la Nouvelle Star ; Mais bien sûr, Joey Ryan fut encore là pour crier sa colère, que le gut-check était une plaisanterie, et cela à l’aide d’un microphone, puis d’un verre d’eau balancé à la gueule d’Al Snow. La aussi, si on peut apprécier le travail de long terme effectué pour Joey Ryan, ses interventions deviennent prévisibles, alors autant l’engager ou le faire s’opposer à Al Snow directement. Qui sait, ce sera peut-être le cas la semaine prochaine, ou bien à No Surrender.

 

 

Un geek échoué dans un show de catch, c’est au moins aussi triste et émouvant qu’une baleine échouée sur une plage…

 

 

Un petit mot des Knockouts, avec le retour des ceintures rouges : en effet ODB s’est pointée pour affronter Madison Rayne, qui fut quelque peu désappointée… et ensuite quelque peu squashée, en 30 secondes, par une ODB en feu. Ayant posé un ultimatum à son conjoint, parti autour du monde pour son émission de pêche, elle attendait son retour, et l’obtint juste après son match. Et alors que j’espérais une rupture, avec vacance des titres à la clé pour les remettre quelque peu d’aplomb, eh ben non ! Que dalle, Eric Young montra qu’il était resté le même clown et reconquit sa belle ; so long for the championships…

 

 

Pour passer d’idole des routiers à idole des geeks, ODB a décidé de se transformer en multiprise vivante : car tout le monde sait que le geek peut se passer d’une femme, pas d’une multiprise…

 

 

Et maintenant, le cœur de cet épisode : les BFG Series. Et By God, quel programme, avec 6 anciens champions du monde s’affrontant : Storm vs RVD, Joe vs Styles, Angle vs Hardy. Et quelque soient les vainqueurs, il était certain que la tête de classement allait être écrémée pour dégager un top 4. Premier match à avoir lieu : Storm VS RVD. En cas de victoire, l’homme à la grenouillère était presque assuré du top 4, et Storm lui assurait sa place de numéro °1. Tiens d’ailleurs, nouvelle règle : le n°1 du classement a une récompense, à savoir choisir son opposant  parmi les trois autres. Une carotte appréciable mais pas non plus décisive quoi.

 

Bref, le premier de ces trois matchs face vs face eut lieu ; d’ailleurs, les alignements similaires ont permis d’avoir trois matchs épurés de coups bas, de vilenies et autres scories habituelles des heels, ce qui assurait un grand spectacle. Devant une foule divisée, mais assez bruyante, les 2 belligérants ont commencé lentement, avec plusieurs headlocks ce qui laissait présager d’un match long qui eut effectivement lieu. Assaut de flexibilités avec deux adversaires sachant donner des coups de pieds, ce qui donna un rendu…bizarre, mais moins prévisible que la plupart des matchs de RVD. Ce dernier déroula néanmoins son move set habituel, mais Storm répondit à chaque fois, notamment avec un jumping ddt pas dégueu. Enchainement de nearfalls, jusqu’u finisher, une tentative de monkey flip de RVD (je crois) contrée par un superkick pour la victoire de Storm qui cimenta sa première place. Un bon match, mais rien de transcendant.

 

 

Quand Storm conseillait à RVD d’aller faire un saut en boutique pour découvrir le dernier Darksiders, il ne pensait pas qu’il le prendrait au pied de la lettre.

 

 

Par contre, AJ vs Joe fut bien plus savoureux. AJ, désormais débarrassé des deux affreux Kaz et Daniels, à ce qu’il semble (ces deux-là devant se battre la semaine prochaine sur l’injonction d’Hogan, mais contre qui et pour quoi, mystère !), était tellement déterminé à gagner et à se projeter dans le top 4 qu’il tenta nombre de soumissions, y compris dès le début du match en agrippant le bras de Joe, afin de gagner non pas 7 mais 10 points. Malheureusement, ce plan, face à une machine de soumission n’apparaissait pas le meilleur. Joe domina la rencontre, moins quelques éclairs de Styles comme quand il coinça le pied de Joe entre les cordes, et en réussissant à locker deux prises de soumission à la fin du match. Mais Joe était clairement booké plus fort, et semblait contenir toutes les tentatives de son adversaire, que ce soit en empêchant ses cross body (le coup de pied sur celui qu’AJ fait quand Joe est à l’extérieur avait un rendu monstrueusement bon), en le dominant grâce à sa puissance, jusqu’au rollup de Joe contrant celui d’AJ pour les 7 points. Emballez, c’est pesé.

 

 

Samoa Joe version 2012 : optimisation de performances garanties par rapport à la version 2011.

 

 

On peut être triste néanmoins : Styles fait avec cette défaite son deuil d’un top 4 et par la même, d’une victoire dans ces BFG Series. Il est probable qu’on le retrouve dans la storyline Aces and Eights, mais bon, un match Styles-Aries resterait pour moi un must-see. Après rien n’empêche d’avoir ce match dans le futur, mais bon sang quelle affiche manquée. Mais bon, en regardant le positif, Joe, avec encore un match, est désormais qualifié pour le top 4, et quand on voit ou il en était l’année dernière seulement, on ne va pas se plaindre.

 

AJ d’ailleurs n’aura pas eu l’air ridicule lors de ces series, car il finira devant Angle, qui lui fut battu par l’homme contre lequel il fut en rivalité il y a quelques mois : Jeff Hardy. La confrontation entre les deux fut le main-event catchesque de la soirée. Comme dans les deux autres matchs la foule fut divisée à part égales, et comme pour AJ, Angle avait besoin d’une victoire par soumission pour garantir sa place dans le top 8. L’histoire de ce match était différente de ces prédécesseurs, car les nearfalls arrivaient après les finishers de chaque protagoniste : Angle, désespéré, résista à un twist of fate, un whisper of the wind, puis un combo twisto/Swanton bomb. Oui, ni plus ni moins. Hardy résista lui à un Ankle lock et un Angle slam, et réussit à gagner grâce à une deuxième senton. Ce n’était pas pour moi mon match préféré, mais il eut le mérite de maintenir le suspens jusqu’au bout, en délivrant une partition moins entrainante que le Joe-Styles, mais néanmoins très intéressante.

 

 

Jeff Hardy est tellement bizarre que même les geeks ne voulaient pas l’approcher au lycée : donc du coup, il ne lui restait que les creatures of the night avec qui manger à la cantoche.

 

 

On peut féliciter la TNA d’avoir réuni le top 5 des Series et d’avoir éclairci la situation,  tout en promouvant les matchs de la semaine prochaine. Ainsi, Joe vs Hardy et RVD vs Bully Ray auront lieu. Voici les classements après Impact :

 

1. James Storm (73) {Matches Finished}
2. Samoa Joe (68)
3. Rob Van Dam (55)
4. Bully Ray (55)
——————————
5. AJ Styles (50) {Matches Finished}
6. Kurt Angle (48) {Matches Finished}
7. Jeff Hardy (49)
8. Mr. Anderson (47) {Matches Finished}
9. Christopher Daniels (33) {Matches Finished}
10. Magnus (28) {Matches Finished}
11. Robbie E (12) {Matches Finished}
12. "The Pope" D'Angelo Dinero (7) {OUT OF SERIES DUE TO INJURY}
 

 

Tous les scénarios sont envisageables: mais je trouverais ça bien que Aces and Eights intervienne pour aider Bully, ce qui le rendrait suspect voire prouverait son lien avec la stable. En tout cas le drame sera au rendez-vous de l’Impact prochain, ce qui rajoute de l’intérêt à cet épisode. Mias comme seulement 2 matchs des Series auront lieu, j’espère que la TNA va prendre la peine de builder son PPV autrement qu’avec ces simples Series : je pense que les Tag-team vont revenir sur le devant de la scène, par exemple e pense que Kaz et Daniels vont affronter Chavo et Hernandez dans un non-title match et perdre, ce qui justifierait un shot pour les ceintures à No Surrender.

 

Pareil, Tara pourrait obtenir un shot grâce à sa victoire la semaine dernière, un simple segment backstage suffirait à valider cela sans prendre trop de temps. Pour la x-division par contre je ne sais pas : je pense que nous ne la reverrons pas avant 2-3 semaines mais j’espère me tromper. D’ailleurs, ou est passé Roode ? Quelque chose me dit qu’on ne le reverra que lorsqu’il aura la possibilité de porter atteinte à Storm. Bref la TNA a un Impact crucial qui l’attend, attention à ne pas faire d’erreur. Car à la TNA, le problème c’est la sauvegarde : et pas que celle des auditeurs, mais celle des catcheurs.

 

 

Don’t be a Bully, be a geek. Or not!

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut