Catch

Comment les castors construisent-ils leurs barrages?

En ce moment je parierai que tu t’imagines déjà que tu suces ma bite au rythme du claquement de mes couilles sur ta gueule.

Maîtresse très particulière, film dont BBM est le dialoguiste

 

N’écoutez pas ce qu’ont pu vous dire l’estimable Jyskal, ou ces diables rouges de McOcee ou She Mamuse : le vrai événement de ce vendredi, c’était le retour de l’excellent Wade Barrett. Et donc, très logiquement, on a confié son retour au seul membre de la Rédaction à qui le retour d’un Anglais avec une gueule de cheval peut foutre la gaule.

 

Rah oui Wade fais-moi mal j'ai été vilaine!

 

Nalyse poétique du retour de Wade Barrett !

 

 

Wade Barrett. Comment ne pas être impressionné par le bonhomme ? Le vainqueur de NXT Saison 1 (quand NXT dans son ancienne formule avait un intérêt) avait pour mentor Jericho, et paraissait déjà taillé pour le succès. Gueule remarquable au milieu de candidats plus fades, aisance au micro remarquable dès ses débuts, allure de dandy, il incarnait l’Anglais dans tout ce que l’on déteste. Un peu plus tard, il dirigeait le Nexus, pour un angle qui restera certainement l’un des plus marquants, que dis-je le plus marquant de 2010, et dont les rescapés ont à peu près tous des carrières honorables à la WWE, Michael Tarver excepté : le Sud-Africain Justin Gabriel continue de produire de belles prestations, Heath Slater est un paillasson de qualité, Otunga un agent d’ambiance de premier choix, Darren Young a enfin trouvé sa place en tag team avec Titus O’Neill, Skip Sheffield déglingue des hordes de bouseux en tant que Ryback et nous ne parlerons pas de Daniel Bryan, qui après des débuts hésitants est en train de devenir une Superstar de légende, convertissant même les plus sceptiques comme votre serviteur.

 

Mais parmi tous ceux-là, le premier dont la classe nous avait explosé au visage, c’était Barrett, et pourrait-on dire, c’est toujours Barrett. Il faut imaginer ce que c’est, pour un rookie qui n’a jamais connu autre chose que la FCW ou NXT, de diriger une stable qui a fait trembler le WWE Universe, et a commencé en démontant un ring et John Cena, excusez du peu. Une team qui a tenu tête au Marine, Barrett livrant dès ses premières semaines des matchs de haute tenue face à un performer de haut vol, quoi que je puisse en penser par ailleurs. Et donc, Wade, le leader, impeccable au micro, jouissant de ce talent si particulier qui consiste à sentir la foule, et capable de mener un public où il l’entend. J’ai eu la chance de le voir évoluer en live à Nice en octobre 2010, et en deux phrases le bonhomme avait chauffé la salle à blanc. Pourtant, son personnage d’Anglais n’était pas si loin : la veste avec une rose  à la boutonnière n’était plus là, certes, mais ce phrasé particulier était toujours là, cette prestance, ce charisme pour tout dire, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il en a.

 

Quelle façon sensuelle de tenir le micro. Quel homme.

Même s'il est anglais. Donc pas vraiment humain.

 

Ce ne serait déjà pas mal, mais il se trouve qu’en plus l’animal en a sous le capot, et le Barrett a un niveau dans le ring de premier choix, puisqu’il a montré pendant sa carrière une capacité d’adaptation à son adversaire remarquable et un moveset d’une étendue étonnante.

 

Vint ensuite l’épisode plus malheureux de The Core, qui valut à Barrett d’affronter Punk, puis des programmes contre toutes les Superstars de premier plan comme Orton, et un passage plus que convaincant dans l’Elimination Chamber. Lorsque Wade s’est blessé, il était au sommet de la vague, et beaucoup voyaient en lui un champion poids lourds plus que légitime, à telle enseigne que la toile a bruissé de rumeurs l’envoyant remporter le Money in the Bank bleu. Mais la blessure en a décidé autrement, et le retour différé de Barrett a modifié ces plans.

 

Premier signe qui ne trompe que peu : le personnage a peu évolué. Le délire « Fight Club » est passé par là, et il est probable que l’Anglais soit moins bavard à l’avenir, mais pour paraphraser le film en question, après une rencontre avec lui, il n’y aura sans doute plus que les voyelles que ses adversaires pourront prononcer. Un personnage sans doute moins raffiné que Barrett pouvait l’être à l’occasion, une incarnation plus virile du Barrett’s barrage. Mais en un sens, c’est rassurant : souvent, une blessure est l’occasion d’un repackaging, en particulier chez les Superstars qui n’ont pas convaincu. Point de cela chez Wade, qui retrouve un personnage conforme à ce que l’on pouvait en attendre.

 

Tiens, ce soir, je boufferais bien japonais.

 

C’eût été, du reste, une erreur que de changer le personnage en profondeur, car tout est déjà dans le paquet. Il est Anglais, d’abord, et chacun sait à quel point les Américains ont ceci de commun avec les écossais, les Irlandais, les Gallois, les Espagnols, les Norvégiens et les Finnois qu’ils détestent cordialement ces salopards de roast-beefs. Ensuite, là où la WWE a tendance à forcer ce que l’on pourrait appeler les caractères ethniques, elle l’a pour une fois fait dans un sens positif : le « nouveau » Wade se sert davantage de ses poings, qu’il arbore bandés, et personne n’ignore que le noble art est apparu chez nos meilleurs ennemis. La propagande annonçant son retour a d’ailleurs tourné autour de cela : des combats clandestins, des bars miteux, toute cette iconographie typiquement anglaise, ne manquant à l’appel qu’un pianiste avec sa pinte de bière. Le seul risque, finalement, c’est qu’on lui impose de réduire le moveset que nous évoquions précédemment…

 

Enfin, un dernier signe ne trompe pas. La tentation est grande, devant un catcheur en pleine ascension, de lui chercher un exemple, un modèle auquel il pourrait se référer. Ainsi, Ryback rappelle tous les gros bourrins, à commencer par Goldberg. On compare souvent Sandow à HHH à ses débuts, Ziggler à Mr Perfect, Rollins à CM Punk, etc. Mais pour Barrett, c’est plus délicat, car il mélange plusieurs atouts : charisme, technicité, brutalité, aisance au micro, un arsenal évidemment extrêmement rare…

 

Wade Barrett est donc de retour. Premier match facile contre un Tatsu qui devait servir de sac de sable, première promo qui le montre en chasseur de titres déterminé à ne plus perdre de temps en matchs inutiles et avide de combats après une longue absence… Un adversaire semble se dessiner d’évidence. Un anglais contre un irlandais. Un heel contre un face. Un anglais qui a fait évoluer son style vers davantage de brutalité quand son adversaire a vu le sien amputé par une décision du GM (voir l’article à ce sujet). Et puis, sorti de Rhodes, occupé ailleurs, les heels de premier plan ne courent pas les rues à Smackdown, Ziggler disposant de la mallette. Aussi, Barrett va faire beaucoup de bien à Smackdown, et il ne faudra sans doute pas attendre longtemps pour voir Barrett réclamer le titre WHC, et de ce que l’on a pu voir de lui par le passé et même rapidement ce vendredi, on peut s’en réjouir !

 

J'aime pas trop beaucoup ça.

23 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut