Catch

Hello, Goodbye !

– Quatre papiers pour SmackDown? mais c'est complètement con, McOcee!

– Ton avis ne nous intéresse pas, Charentais. Tu as éditorialement tort, car tu es politiquement minoritaire. Je veux l'article tapé à l'encre rose PS pour demain.

Une conférence bolchevique de la Rédac des Cahiers du Catch

 

Pour ce SmackDown réjouissant après des semaines de purges indigestes, nous inaugurons un nouveau format faisant la part belle aux développements des principaux événements de la soirée de vendredi, ou tout du moins ceux qui ont tapé dans l’œil des rédacteurs de cette nalyse pas tout à fait comme les autres. Pour celles et ceux qui n’auraient pas vu le show ou qui souhaiteraient se rafraichir la mémoire avant de se lancer dans la lecture des articles de Jyskal, du Charentais ou de She Mamuse, ça se passe right here et right now !

 

 

– Et alors Charentais?

– Ben, je lui ai dit que son format de nalyse, elle pouvait se le mettre où je pense.

– Et elle a répondu quoi, McOcee?

– Rien. Elle m'a foutu par terre et a commencé à me tabasser jusqu'à ce que j'accepte de faire mon article. Elle a même tapé sur ma minerve.

– Moi, je le kiffe, son format.

– Ta gueule Mamuse.

– Et je kiffe ta minerve aussi.

 

 

Nalyse de SmackDown du 7 septembre 2012

 

 

On se plait à le marteler chaque semaine : depuis que Raw est devenu le Supershow de la WWE, SmackDown pédale dans la semoule. Peu de consistance, des storylines aussi légères qu’une robe d’été, une cohérence en berne… le show du vendredi ne ressemble plus à grand-chose, si ce n’est à un gigantesque teaser pour le programme roi du lundi soir. Les bookers ont-ils enfin compris que les fans délaissaient de plus en plus les épisodes de SmackDown ? Les récents progrès entrevus à la TNA auraient-ils conduit les équipes de Stamford à se sortir les doigts du cul ? Vince a-t-il poussé une gueulante dont il a le secret ? Mystère, mais il a dû se passer quelque chose, car, pour la première fois depuis bien longtemps, la WWE nous a proposé un show solide, efficace et prometteur de lendemains plus chantants.

 

 

 Ouais ok, lendemains qui chantent, mais parfois faux.

 

 

Bye bye Brogue Kick !

 

Dès le début du show, Alberto Del Rio et son fidèle valet, accompagnés de David Otunga, ont réclamé avec force que le brutal Brogue Kick de Sheamus soit purement et simplement banni de la WWE. Rappelez-vous : lundi dernier, à Raw, Rodriguez s’est mangé l’énorme pied de l’Irlandais en pleine face, en lieu et place de son patron. Depuis, il porte une minerve et peine à se déplacer. C’est donc le plus naturellement du monde que les deux Mexicains et le catcheur avocat ont entamé un lobbying intense auprès de Booker T.

 

Le GM a évidemment tergiversé pendant tout le show avant de se ranger aux arguments du trio heel : Le Brogue Kick n’aura désormais plus sa place à la WWE, à la grande satisfaction de Del Rio ! Le challenger s’en félicite : sans son arme fatale, le Champion poids lourds en titre ne conservera pas sa ceinture, c’est tout du moins ce que le Mexicain espère. Sheamus, lui, fait la gueule pour le principe, mais semble s’en foutre un peu ; et il a fait la preuve, une fois encore, que sa nouvelle soumission est tout aussi létale que son finisher banni des rings. Cette semaine, c’est Otunga qui en a fait l’amère expérience en main event du show.

 

Le choix de bannir une prise somme toute classique peut paraître surprenant, notamment parce que nombre de moves sont potentiellement tout aussi dangereux que celui qui vient d’être interdit. Je pense par exemple au Punt Kick de Randy Orton, ou encore à la façon dont Wade Barrett a presque « décapité » Yoshi  pour son retour. Cela pose un sérieux problème de cohérence globale, d’autant plus qu’Otunga y ajoute un côté juridique. Mais le processus de prise de décision du General Manager aura au moins constitué un fil rouge agréable à suivre pour cet épisode qui ne l’était pas moins. L’Ukase bookerien soulève néanmoins pas mal d’interrogations. Suffisamment pour que notre brillant rédacteur She Mamuse y aille de son analyse par ailleurs.

 

 

D'autre victimes du Brogue Kick tiennent à témoigner.

 

 

Hello Wade !

 

Il était écrit que ce SmackDown trancherait avec le doux ronronnement auquel nous avons habituellement droit le weekend, car figurez-vous que les bookers, taquins, ne se sont pas contentés de jouer avec nos nerfs et le Brogue Kick. C’était en effet Noël avant l’heure puisque la WWE nous a offert une seconde surprise ! La nature ayant horreur du vide, il fallait bien combler le départ impromptu du finisher fétiche du Celtic Warrior à la peau laiteuse et tachetée. Et pour ce faire, quoi de mieux qu’un retour inattendu ? Oui mes frères, Wade Barrett is fucking back après quelque sept mois d’absence et n’est pas là pour rigoler ou anéantir du lowcarder comme Yoshi Tatsu ce vendredi. Inspiré par le come-back d’un anglais plus bagarreur que jamais, c’est un Charentais tout émoustillé et frétillant qui nous en parle longuement en Une des Cahiers du Catch.

 

 

C'est le Charentais qui traite de ma partie? Putain, ça sent le dépush.

 

 

Sin Cara is in da house

 

La WWE semblait ne plus savoir que faire de son voltigeur masqué numéro deux. De botchs en blessures, de suspension en matchs ratés, cela commençait à sentir le sapin pour Sin Cara. Mais Stamford ne paraît pas vouloir lâcher l’affaire et a enfin trouvé la bonne formule pour utiliser son acrobatique luchador : l’associer à son comparse naturel, le tout aussi bondissant Rey Mysterio. Vendredi, les deux hommes étaient opposés à Cody Rhodes et The Miz, et les quatre gars ont livré une très solide prestation entre les cordes. La joute s’est soldée par une victoire de l’équipe des gentils et j’avoue attendre pas mal de cette association réussie. Le tag team match repose les genoux en miettes de Rey Rey, tandis que Sin Cara apprend le métier auprès du natif de San Diego, bénéficie de l’aura extraordinaire de son ainé et de sa popularité jamais démentie. Bref, ce choix scénaristique est tout bénef pour un catcheur qui semblait condamné à terme à un laconique message de remerciements sur le site de la WWE. C’est même tellement bien vu que l’intarissable Jyskal a décidé d’en faire un papier passionnant, enflammé et fougueux ! Sûrement car il a vu Sin Cara remporter le main event du dernier Saturday Morning Slam.

 

 

Perso, j'ai toujours pas compris comment il voyait à travers son masque. La raison de ses botchs n'est peut-être pas à chercher bien loin…

 

 

Une midcard utilisée à bon escient ?

 

La soirée fut riche en motifs de satisfaction puisqu’on a enfin la sensation que la WWE a compris tout l’intérêt qu’elle avait à utiliser correctement ses midcarders, en leur offrant le minimum syndical : une histoire à raconter et une évolution cohérente.

 

La division tag team continue de mériter les faveurs des bookers, et vendredi, trois équipes se sont affrontées dans un match « triple menace », les Usos, les Colons et les Prime Time Players. Et ce sont ces derniers qui l’ont emporté au terme d’un combat assez court, mais réjouissant. Il est sûrement trop tôt pour affirmer que la division par équipe est en train de renaître de ses cendres, mais ne boudons pas notre plaisir et vivons pleinement le moment présent : il se passe enfin quelque chose en tag team et il n’est pas impossible que les décideurs de Stamford nous accorde une petite cerise sur le gâteau : l’entrée en scène des voltigeurs masqués dans la course au titre par équipe ! Lorsque les PMP auront vaincu Kofi et Truth ?

 

 

-Des Champions noirs à la WWE, ça aurait de la gueule, McOcee a raison.

-Hein? Attends, je demande à Little Jimmy.

 

 

Les supporters de Damien Sandow peuvent aussi se frotter les mains. Le verbeux barbu continue tranquillement son ascension de la carte et se voit offrir une opposition prestigieuse. Vendredi, c’est Randy Orton qu’il a eu l’honneur d’affronter (après Sheamus la semaine passée), ce qui sonne comme une confirmation que ce garçon au slip rose pourrait bien être promis à un chouette avenir à la WWE. Bien sûr, il n’a pas gagné contre la Vipère et s’est même lâchement enfui plutôt que de subir le déshonneur de la défaite sur tombé. Mais son personnage se construit efficacement, pièce par pièce, en attendant le moment où les bookers l’estimeront prêt à assumer une storyline durable. Ce ne sera pas contre RKO qui a d’autres chats à fouetter : il a Ziggler dans le collimateur, et la présence du beau blond aux commentaires était justement là pour nous le rappeler.

 

 

Pour être au top, Damien devrait juste abandonner peignoir de bain "Girondins de Bordeaux".

 

 

Daniel Bryan est tout droit parti pour être le catcheur de l’année 2012. Même en midcard, il crève l’écran. Écarté provisoirement de toute course au titre, ou privé de main event, l’American Dragon régale le public à chacune de ses apparitions. Tout à son programme d’Anger Management, l’homme venu de l’Indy prend un plaisir fou à incarner ce catcheur à la personnalité complexe cherchant en vain à calmer des pulsions agressives qu’il ne maitrise pas. Vendredi, il nous offert une petite piqure de rappel de la séquence du câlin : opposé à Zack Ryder, il a stoppé son effort en plein match pour réclamer un gros hug à son adversaire… pour mieux le contrer et placer son terrible No Lock.

 

Le chemin de la rédemption semble désormais bien loin puisque Bryan a poursuivi la torture après l’abandon de Ryder, ce qui lui a valu une inversion de la décision de l’arbitre. Le champion Internet l’emporte donc officiellement, l’occasion pour le colérique barbu de faire une énième crise de NO, pour le plus grand bonheur des spectateurs. L'Ultimate Broski, lui, a eu son match et sa victoire, mais ça pue tout de même la lowcard et l’oubli pour le natif de Long Island. Un signe qui ne trompe pas : un brave gars (son cousin ?) a désespérément tenté de lancer un chant en son honneur et s’est senti bien seul. Personne n’a repris ses let’s go Ryder, et la prod ne s’est pas crue obligée de lui couper le sifflet au montage. Bye bye Zack, et à la revoyure !  

 

 

Bryan est tellement fort, que les bookers lui ont crevé les yeux pour laisser un chance à ses adversaires.

 

 

Au final, le WWE Universe a eu droit à un show assez solide, sans aberration flagrante, mais sans coup d’éclat non plus. Un spectacle assez moyen, c’est ce auquel nous avons assisté. C’est une conclusion qui vous paraîtra peut-être paradoxale par rapport au ton plutôt enjoué de cet article. Et qui en dit long sur le niveau récent de SmackDown. Les raisons d’espérer sont néanmoins réelles et pour vous en convaincre, je ne saurais trop vous inciter à lire les articles qui trustent la Une de notre site. Reste à savoir si Stamford transformera l’essai, ce dont on ne peut jamais être certain avec les équipes de Vince.   

 

 

Oui justement. C'est bien pour ça que je m'inquiète.  

18 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut