Catch

Les aventures de Sheamus le Juif

L'humour juif, c'est de faire rire avec une histoire qui a un double sens et qu'on ne comprend qu'à moitié.

Popeck

J’avais un angle de nalyse, mais je l’ai oublié ! Et j’ai fait 254 captures pendant le visionnage. Autant dire que c’est parti pour une nalyse en vignettes, voir en vignahttes.

 

 

Et comme on dit chez moi à Dublin en levant nos Guinness: Lehaim!

 

Nalyse imagée de Smackdown du 14 septembre

 

 

Tiens, y a un nouveau générique. Sheamus a l’air tellement content d’être là qu’il en a giclé sur la caméra.

 

 

Ce "forever" me plonge dans une profonde réflexion : suis-je voué à regarder la WWE jusqu’à la fin de mes jours ? Ma dernière pensée en expirant sera-t-elle "Bon sang de bonsoir, je ne saurai donc jamais si Xundar Borborygm III va prendre le titre WWE à Ahmed Yamamoto ce dimanche au ppv" ? Et les fils de mes fils, rejoindront-ils eux aussi leurs ancêtres, quand leur temps sera venu, entre un Raw et un Smackdown ? La WWE est-elle réellement éternelle ? S’il y a une guerre nucléaire un de ces jours, est-il vrai que les seuls survivants seront quelques cafards et une dizaine de McMahon ?

 

 

On démarre par un clip montrant à quel point le Brogue Kick est über-méga-trop-dangereux de la mort qui tue. Et ils illustrent ça, entre autres, par un moment où Dolph Ziggler encaisse le coup de pied. Bien vu : Ziggler étant le meilleur seller de l’univers depuis Pippo Inzaghi et Tabatha Cash réunis, il ferait passer n’importe quelle taloche amicale pour un finisher des chevaliers du Zodiaque. Donc ouais, le Brogue Kick (on va dire BK dorénavant, vu qu’il sera beaucoup question dans la suite de l’émission, donc enregistrez bien ça, ouais surtout Jys « un double Whopper siouplaît » Kal, le BK à partir d’ici c’est le Brogue Kick, pas le Burger King) apparaît comme une arme de destruction tellement massive qu'en comparaison même le coup de poing dans la gueule du Big Show il peut pas test.

 

 

On revoit le best of des épisodes précédents : les heels, lâches et douillets comme il se doit, ont saoulé Mr. T pour qu’il interdise l’emploi du BK. Ici, on peut admirer la concentration intense de Booker T. pour tenter de capter le baratin juridique d’Otunga.

 

 

– Booker, regarde, j’ai mis sur pause pour que tu captes bien : tu vois ce qu’il fait, là, Sheamus ?
– Mais… mais c’est mon Scissors Kick !
– Exactement. Sauf qu’il appelle ça Brogue Kick. Ce vaurien se sert dans ton répertoire !
– Plus pour longtemps ! Je vais lui interdire d’utiliser cette prise, na !
– Tu es sévère, mais juste, Booker.

 

 

Le clip nous rappelle au passage que quand il n’a pas sous la main d’adversaire pris dans les cordes, Sheamus s’inflige à soi-même ses fameux dix coups de poing dans la poitrine. 

 

 

On revoit également quelques extraits de la séquence de confrontation juridique, où l’on regrette que cette grosse brute atrabilaire de Sheamus n’ait pas pris le pacifique docteur Shelby comme conseiller.

 

 

Dégage Otunga, si tu veux une photo dédicacée tu fais comme tout le monde, tu vas dans l’Axxess Zone du prochain ppv et tu fais la queue pendant huit heures.

 

 

A noter qu’on évite cette fois le coup du « Sheamus se fait passer pour un Juif », qui n’est pas diffusé. Dommage, j’aurais bien aimé que sa prochaine prise de soumission s’appelle le She-Lock (un point de Culture G niveau troisième à ceux qui ont capté la subtile référence). M’en fous, les Illuminati m’auront pas : on sait désormais que ce rouquin est juif, comme tous les rouquins, et je vais pas me priver de vous le rappeler à partir d’ici.

 

 

Paranormal Activity III : vous allez finir par y croire, bordel !

 

 

Sheamusberg envoie un BK dans la caméra, ce qui nous offre un plan qui n’est pas sans rappeler la fin de Terminator 2 en caméra subjective (quand Schwarzie prend un bain de lave).

 

 

Le show démarre enfin, et on découvre nos trois pieds nickelés dans le ring, Otunga et Rodriguez, engoncés dans des minerves suite aux BK subis, se plaignant amèrement des souffrances physiques et morales qu’ils endurent. A noter que pour se distinguer de ces deux caves, Del Rio a laissé au vestiaire son emblématique écharpe blanche, sinon on se serait cru à une réunion d’angineux chroniques.

 

 

Depuis que Sheamstein m’a mis un Brogue Kick, j’ai du mal à déglutir, du coup je suis obligé de prendre mon café en intraveineuse.

 

 

Le choc du Brogue Kick a été si terrible que mes testicules sont descendus !

 

 

Le trio a préparé une nouvelle pièce au dossier Sheamblum: le rappel d’un BK qu’il a porté à Christian il y a un an pile poil. Alors qu’on sait tous que c’est un accident, Sheaminovitch voulait juste inviter son pote à se lancer avec lui dans la danse de Rabbi Jacob !

 

 

Christian témoigne de chez lui : le BK l’a tellement défoncé que (après encore quatre mois d’activité intense, mais il se prive de le rappeler, le malin) la douleur s’est propagée du cou à l’épaule et que le voilà le bras dans le plâtre, en plus le plâtre est même pas blanc, il pourra pas demander à ses potes de le lui dédicacer, c’est la misère.

 

 

Donc ouais, je suis pour l’interdiction de ce coup de pied dans la gueule qui fait mal à l’épaule un an plus tard ! C’est pire que les attaques de Ken le Survivant ce truc !

 

 

Mais comme je suis face maintenant, je tiens aussi à dire que Sheamberg est un mec super, et j’espère que dimanche il va tous vous faire rentrer la mâchoire si profond dans la gueule que vous pourrez mâcher votre propre merde, bande de péquenots, et il vous retournera la tête à 180 degrés comme ça vous vous verrez en train de chier mais par contre vous allez grave galérer pour par exemple vous couper les ongles, et puis aussi ce qui serait cool c’est qu’il vous couse les uns aux autres façon Human Centipede et après qu’il vous foute une balle dans le ventre chacun pour que vous vous vidiez de vos entrailles pendant des jours avant d’enfin crever dans d’atroces souffrances et une puanteur à faire passer le slip du Big Show après un Iron Man Match pour un papier buvard impregné de Chanel N°5.

 

 

OK, merci ducon, et tant que te je tiens, sache que l’épaule c’est que le début, la prochaine phase c’est la queue, allez salut.

 

 

Bon ben j’crois qu’c’est clair, hein, le BK, ça fait mal et en plus ça rend complètement con. Mais je crois savoir, David, que vous avez un autre témoin à nous présenter ? Encore un pauvre hère que le BK a rendu à moitié débile ?

 

 

Vous ne croyez pas si bien dire, mon chez Albert, parce que là, niveau « j’ai pris un BK et depuis j’en tiens une sacrée couche », je crois qu’on a un champion.

 

 

Chaque fois que j’entends du Wagner, j’ai envie de faire un hug à quelqu’un.

 

 

Comme toujours, la foule réagit à l’arrivée de Daniel Bryan comme des pèlerins au Vatican réagiraient à l’apparition de Jésus Christ.

 

 


– Non mais vous devez pas m’acclamer, je suis méchant moi ! Z’avez pas vu que j’arrête pas de faire des bisous à un monstre porté sur l’homicide ?
– Laisse tomber, on est au Canada, hé ! Et toi, mec, t’es tellement bon que tu pourrais presque être canadien, hé !

 

 

OK, la WWE l’a viré, mais Jimmy Wang Yang n’a rien perdu de son enthousiasme !

 

 


– AJellem’afaitunbisou etaprès Shemuelson ymatapé etdepuismaviepartencouille.
– Eh bien, merci pour ton témoignage, face de chèvre, c’est super, allez allez on enchaîne.

 

 

Quoi ? J’ai une face de chèvre, moi ? Mais…

 

 

Haha, t’as fait « méééé » sale vreché va.

 

 

Ouais bon elle pue ta réplique, allez, envoyez un effet spécial pour faire oublier ça. Merci la régie.

 

 

Et je suis pas une chèvre, bordel, je suis un taliban amish ! Je ferais bien sauter une ceinture de dynamite là, mais en tant qu’amish j’ai pas le droit d’utiliser de la dynamite. Ni d’allumer un briquet d’ailleurs.

 

 

Bon sang ! La Hava Nagila ! C’est la musique d’entrée de…

 

 


– Sheamkatz !!! Le Jewish Warrior !
– Shalom !

 

 


– Holà ! N’entre pas dans ce ring ! C’est interdit aux Juifs !
– Ben non, vu que t’es avocat et t’es déjà dedans !
– Diantre ! Sa maîtrise de la rhétorique est digne d’un grand kabbaliste !

 

 

Vous savez pourquoi j’arrête pas de taper sur Otunga ? Parce qu’il minerve !

 

 

Il n’a démoli qu’un seul d’entre nous. C’est sûr, il faiblit.

 

 

Hmpffff !!!!!

 

 

Fouyaya, j’espère que je vais pas feuder avec lui, ça serait dur de tenir la comparaison au micro.

 

 

Pour le catch, je sais pas, mais on assure grave en kata.

 

 


– On est pas bien là, à la fraiche, décontractés du gland ?
– Hmpff ?
– Putain mais t’as aucune culture en plus !

 

 


– Hmpff !
– De quoi ? Une crampe ? Attends, je vais t’aider.
– Hmppppffff !
– Ah, « La Crampe » ? Mais non, personne t’appelle comme ça dans les vestiaires, t’as mal entendu.

 

 

Bon, il m’a battu par rollup. Grâce à ça, j’ai une piste quant à son identité : je sais à coup sûr que c’est une nana.

 

 

PUB : La WWE vient en Egypte, ne nous ratez pas ! Vous nous direz des nouvelles de la parodie de Mahomet qu’est en train de préparer Santino !

 

 

Salut, vous me reconnaissez ? C’est moi, le journaliste qui dans l'espoir de prendre une grosse droite vous demande toujours après une défaite si vous vous sentez émasculé ! Eh oui, c’est moi super maso ! Alors Miz, pas trop la téhon de perdre contre Sin Cojones?

 

 

T’as vu ce que Kane a fait à ton pote Mathews pour une question de ce genre ? Ben moi, je suis bien plus dangereux que Kane !

 

 

Les seuls mecs pour qui tu présentes un danger, tocard, c’est ceux que t’es censé réceptionner à l’extérieur du ring. Tu mérites autant de porter la ceinture IC, celle des grands techniciens, que Snitsky mérite d’être la prochaine égérie de Calvin Klein.

 

 

Et je sais pas si t’as remarqué, mais je me suis grave laissé pousser les bras ces derniers temps, attends que je me mette bien de profil pour la caméra, haha, regarde un peu le bifteack !

 

 

On parle de grands techniciens qui ont été champions IC là ? J’ai les oreilles qui sufflent, même sous le masque.

 

 


– Hmpfff !
– Tain mais me pointe pas du doigt, c’est super mal poli !
– Arrête Miz, il est tout fier de savoir faire ça, il a pris des cours de bodylanguage et tout !
– C’était qui son prof de bodylanguage ?
– El Secreto Muy Secreto, un luchador qui a toujours catché enveloppé dans une cape le dissimulant entièrement.
– OK, je comprends mieux maintenant.

 

 

 

 

 

 

Salut les gogols ! Je passais dans le coin, et je crois bien que y a une décision évidente à prendre, héhé !

 

 

Miz, tu es champion Intercontinental. Cody, Rey, Sin Cara, vous voulez tous lui prendre ce titre. Et y a un ppv dimanche où toutes les ceintures doivent être mis en jeu. Vous voyez où je veux en venir ?

 

 


– Foutez-vous à poil et enculez-vous les uns les autres !

– …
– Hahaha, je vous ai bien eus hein. Bon allez, trêve de conneries, Fatal FourWay dimanche, toute façon tout le monde était au courant à cause du spoiler dans le post de pronos des CDC, halla halla tout ça, je retourne reluquer le décolleté d’Eve.
– Hé mais je l’avais pas lu moi, le post de pronos !

 

 

 

 

 

 

Wesh, bienvenue à une nouvelle étape de gestion de la colère. Alors tu vois, Kane, cette boule, c’est un énorme hémorroïde que mon médecin m’a sorti du uk ce matin !

 

 


Z‘êtes sûr que ça va, doc ?
– Non ça va pas, glandu ! OK, on m’a sorti ce truc du cul, mais j’ai encore toi et ton collègue à gérer, et je préférerais encore me refaire une séance chez le procto tellement vous me les brisez avec vos petites humeurs de gonzesse.

 

 


– Tain, Kane, il a l’air furax le doc.
– On lui fait un câlin ?
– N’y pense même pas, connard !

 

 

En fait j’ai une super idée, je vais faire des jeux de mots sur «  boules-couilles », ça va me détendre.

 

 

Voilà ! Vous avez des boules !

 

 


– Des boules ! Hahaha !
– Mon Dieu, Mary ! Ne viens-je pas d’entendre une blague licencieuse !
– Horreur, mon cher Steven ! Et moi qui n’avais pas couvert les chastes oreilles des enfants !
– Ma décision est prise, Mary : je vais voter contre Linda McMahon aux sénatoriales, hors de question de porter au pouvoir une femme dont la société promeut la décadence !
– Moi de même, Steven, moi de même !
– J’oublie toujours que vous avez le droit de vote, vous les femmes. M’enfin, dans ce pays, même les nègres votent, que voulez-vous.

 

 

Vas-y Kane cache ton sguègue, on est à l’écran là.

 

 


– Hmm, je me sens si détendu…
– Putaingue Danieleuh, tu tireuh ou tu pointeuh ?

 

 

Agad' Danny, j’arrive à la tiendre avec deux doigts !

 

 


– Bon doc, elle est à chier cette séquence, fais un truc pour la sauver, vite.
– J’peux faire mon imitation de Jean-Pierre Bacri imitant Robert de Niro si tu veux !
– Ouais nan, on enchaîne, y a Kane qui va se téléporter dans la salle parce qu’il a match tout de suite.

 

 


– Ah, la pyro de Kofi s’est déclenchée. Il va perdre son match.
– Attends Spanish, tu veux dire que c’est comme le truc de Kane, là, genre si la pyro se déclenche avant le combat ça veut dire qu’il va perdre ?
– Non, je veux juste dire que Kofi perd tous ses matchs.

 

 

Coucou Kofi, tu connais l’histoire du fumeur de shit qui meurt et on lui propose d’aller à l’enfer du shit ou à l’enfer du feu?

 

 

Nan, fais péter.

 

 

Bon alors c’est un fumeur de shit qui meurt et Saint-Pierre lui dit : tu veux quoi, l’enfer du shit ou l’enfer du feu.

 

 

Le mec demande à voir, Saint-Pierre lui montre l’enfer du feu, y a des marmites énormes pleines de flammes partout, avec plein de monde dedans en train de hurler. Direct, le mec demande l’enfer du shit.

 

 

Il arrive dans une espèce de super parc, avec sur tous les arbres des feuilles à rouler et tous les buissons c’est de la beu super bonne. Le mec est trop joâsse, il se roule un quatre feuilles, il s’apprête à le fumer, il se rend compte qu’il a pas de briquet, alors il demande à un gars assis sur un banc « hé t’as pas du feu » ?

 

 

Et l’autre dit « Ah non c’est pour ça faut aller à l’enfer du feu » !

 

 

Tu la racontes super mal, Kane.

 

 

Sérieux, je te préférais avant ma thérapie, en fait.

 

 

Bon, on va voir si j’ai vraiment pris le contrôle de ce gros débile. Hé, Kane ! Etrangle Kofi !

 

 

Bien ! Vas-y, serre plus fort, je veux que ses yeux giclent comme des bouchons de champagne !

 

 

Après tu l’ouvriras en deux, comme ça, crac.

 

 

CRAC.

 

 

Haha, c’est trop cool, j’ai une demi-molle là.

 

 

Hé mais tu l’as relâché ?! Kane ! Chope-le et bute-le, je te dis !

 

 

Gniii… Tu as beau être le plus puissant télépathe du monde, Charles Xavier, mon casque magique bloque ton pouvoir !

 

 

Hmmgnnffff… Tu dis vrai! Mais comment est-ce possible ?

 

 

 

 

Salut, c’est encore moi, alors tout à l’heure j’ai essayé de provoquer Miz, mais ç’a raté, je vais donc essayer de faire chier un mec qui a des bollocks, en espérant qu’il voudra bien me foutre une mandale !

 

 

Dis donc toi, c’est débile que t’aies un match contre Ziggler à Night of Champions, vous êtes pas champions, d’où qu’est-ce que vous tapez l’incruste comme deux gros baltringues ?

 

 

Votre question, mon cher, est tout à fait pertinente. Je me permets toutefois de porter à votre attention un élément qui vous a apparemment échappé, à savoir la présence aux mains de mon opposant dominical d’une mallette bleue dont l’actionnement pourrait lui offrir, en cas de succès, un titre mondial dès le début de la soirée. Auquel cas notre duel deviendrait, de facto et de jure, un match de championnat.

 

 


– Haha niqué gros con, tu croyais que j’allais juste te péter la gueule hein ? Même pas en rêve !
– Pfiou, c’est pas ma soirée. Je vais essayer de trouver Ryback.

 

 

Dans le public, une blonde essaie de prendre une photo avec un dictaphone. C’est un signe qui ne trompe guère : y a du beau gosse dans la place.

 

 


– Eh les mecs regardez, c’est Randy Orton, il est juste à dix mètres de nous !
– Je sais pas, je vois super mal sur mon mini-écran…

 

 

Et hop ! Sans les mains ! Oh putain je vais me viander !!! Pfiou, c’était moins une. Bon, envoyez mon adversaire, je suis chaud là, en plus je l’ai jamais catché lui, je sais pas trop ce qu’il vaut.

 

 

Hahaha, c’est ça Tensai ? Putain mais c’est un nabot, je vais le déniaiser dans le sens beatdown du terme mais quelque chose de bien !

 

 

Idiot ! Tu as encore foutu du sel partout !

 

 

Hébé il a vachement grossi entre la rampe et le ring, lui, comment c’est possible ?

 

 


– Laisse le maître tranquille ! Je le protégerai, dussé-je y laisser la vie !
– Vazi bol de riz casse-toi sinon j’t’en mets une.
– OK ! Mais vous lui direz que j’ai essayé, hein !

 

 

Hihihi, j’ai profité du sacrifice de ce kamikaze pour reprendre l’avantage ! Je suis décidément tr…

 

 

Trop bavard, gaijin.

 

 

Hé Orton ! Orton, gros thon !

 

 

Keuwa ?!

 

 

Orton, t’es tellement moche que quand tu vas dans un Photomaton, l’appareil te demande de lever le tabouret super haut comme ça on verra pas ta tronche sur les photos, HAHA, cassé !

 

 

Vickie… ça… ça me fait très mal ce que tu dis…

 

 

Je… je crois que je vais tomber au sol et le tambouriner hystériquement, tellement j’suis humilié !

 

 


– Woptain ! Machin ! Kesstufoulà ?
– Hein, quoi, qui ? Moi ? Rien, rien !

 

 


– Dis Machin, sincèrement, tu me trouves moche ?
– Nan nan t’es top mec, allez salut, je viens de me rappeler que j’ai plus envoyé de Tout de soutien à Jerry Lawler depuis dix minutes, @ plouche !

 

 

Notre plan diabolique a échoué, Vickie ! Je n’ai pas pu l’attaquer lâchement par derrière comme la hyène putride que je suis !

 

 

C’est peut-être un mal pour un bien, chaton. Je ne pensais pas toucher une corde si sensible en l’attaquant sur son physique. Regarde-le.

 

 

C’est un homme brisé. Détruit. Dimanche, tu auras face à toi une coquille vide. Le fier Randy Orton n’est plus qu’une épave.

 

 

Ma maman elle m’a toujours dit que j’étais très beau ! Ou alors c’était « très con » ? M’en souviens plus…

 

 

Salut, c’est moi, le rugbyman suisse viré de ma ligue pour excès de brutalité ! Je suis avec la réfugiée lituanienne qui a épousé un travesti américain pour obtenir la carte verte. Je suis champion des Etats-Unis aussi, mais vu que vous savez pas qui je suis, je vais vous dire mon nom en 250 langues !

 

 

En anglais : Cesaro !

 

 

En italien : Cesaro !

 

 

En chleu : Cesaro !

 

 

(deux heures plus tard) En guatamaltèque du centre-ouest : Cesaro !

 

 

Et en vieux botswanais : Cesaro !

 

 

Mais ! Qu’est-ce que cette musique de merde qui vient m’interrompre ?

 

 

Je suis sûr que tu sais même pas comment on dit ton nom en canadien ! Ben c’est Cesaro !

 

 


– Blablabla, dimanche, blablabla, bataille royale, blablabla, gagner, blablabla, ceinture…
– Aksana, ce type a l’air louche. Attaque.

 

 


– Oh, toi gros muscles ! Ca veut dire toi grosse bite ?
– Hey ?

 

 


– Regarde moi dans yeux moi pendant que moi touche bite toi.
– Meuuuh…

 

 


– Pif paf ! Hé ! Tu pourrais vendre mes coups quand je te cogne dessus !
– Dis à ta copine de me lâcher, et je vends tout ce que tu veux.

 

 

Bon a y est je me suis débarrassé du jobber de service, vous envoyez le gros face?

 

 


– Je suis pas gros, je suis jovial.
– Brice Jovial ?

 

 

Tain mais non seulement il est gros mais en plus il sait pas reconnaître un compliment, ce con !

 

 

Bon, Tyson, voilà le truc : on m’a sucré mes négresses nées sur un dancefloor. Ca te dit de les remplacer ? La paie est ce qu’elle est, mais ça te donnera l’occasion d’agiter ton p’tit cul devant des milliers de personnes chaque soir, je suis sûr que ça te fait rêver.

 

 

Ecoute, j’ai vu deux cent trente fois la Fièvre du samedi soir, donc j’accepte avec enthousiasme !

 

 

Ohé les durs de la feuille, vous me remettez ? La semaine dernière, j’ai dit que j’étais ouvert à toute proposition, mais personne n’a embrayé. Tain, c’est difficile à faire vivre un gimmick de gigolo ! Du coup la semaine prochaine, je suce un membre du roster gratos. Après ça, les offres de CDI vont affluer, je suis sûr.

 

 


– Et donc t’as triplé ses doses de Viagra à son insu et…
– Et blam, crise cardiaque, le vieux, héhéhé ! C’a été encore plus facile que… hein ? Ah on est l’antenne ? Je disais donc, Josh, que Beth Phoenix va maintenant affronter un poney !

 

 

Hi-Han !

 

 

La Glamazon a dompté plus farouche monture dans les forêts luxuriantes de Glamazonie !

 

 

Ouais, ouais, on vient, mais ça sera juste un show privé pour Mohamed Morsi.

 

 

Ptain mais c’est quoi cette chaîne de merde, ils passent que du catch tout le temps !

 

 


– Soumets-toi, poney !
– Hi-han ! Hi-han !

 

 

Sooo 2010.

 

 

Toi, ma belle, je me fais fort de te coller cette selle sur le dos dimanche soir !

 

 

Message subiminal : get jewelry. A la WWE on ne laisse passer aucune occasion de faire progresser les ventes de répliques de ceintures.

 

 


– Jerry va mieux, il vient d’ailleurs d’être inculpé d’attouchements sexuels sur une infirmière venue le soigner, sur un autre patient et sur trois cadavres à la morgue !
– Vintage Jerry !

 

 

Trop bizarre ce miroir !

 

 


– Mr T., t’as vu ce miroir tout bizarre qui reflète rien ?
– C’est une télévision, dawg.
– Pourquoi t’as les yeux tout ronds ?
– C’est mon expression de chef, ça.
– Waaaa.

 

 


– Hé, salut, chef, je voulais juste dire que comme il n’y avait plus de papier dans la photocopieuse, j’en ai remis !
– Merci Teddy !
– Parce que sans papier, pas possible de photocopier !
– Ben oui.
– Si tu fais « photocopier » et que y a pas de papier, ben la photocopieuse elle te dit « veuillez mettre du papier ».

 

 


– Sérieusement, je suis assez content de moi sur ce coup-là.
– T’as bien raison, Teddy. On se fait une partie pour fêter ça ?

 

 


– Pierre !
– Feuille !
– Nichon !

 

 

Haha ! Niqués !

 

 


– Je veux une revanche ! Je vais sortir ma bite, elle va voir !
– Ouais, bon, Teddy, une autre fois, là faut que j’y aille, j’ai du boulot, faut que je fasse mon Fave Five des barres chocolatées que je veux avoir dans le distributeur.

 

 

Bon. Je suis tout seul, et j’ai une main. Et si je me b… Non. Pas possible sous le regard de John Cena.

 

 

Hava ! Hava Nagila !

 

 

Shalom ! Shalom ! L’année prochaine à Jérusalem ! Yom Kippour à tous ! Bonne année !

 

 


– Let’s go Bryan ! Let’s go Bryan !
– Hein ? Cena ? Mais qu’est-ce que tu fous là ?
– Chut ! Je suis venu incognito !

 

 


– On t’aime Daniel ! T’es le meilleur ! Tu vas le défoncer !
– OK, c’est sympa, mais si vous pouviez éviter de me postillonner dans la gueule…

 

 

Last April Jeanette Lee, même.

 

 

Ah ! C’est le jour où Ben Sheamoun m’a niqué en juif !

 

 


– David? Télécommande.
– Mais, patron, vous ne voulez pas voir la suite du match ?
– Non. Il y a le 2897ème épisode de Amour et Tortillas qui va débuter sur Tv Mexico, et il est hors de question que Ricardo et moi manquions un épisode.
– Surtout qu’aujourd’hui on saura enfin si Juanita est la fille naturelle d’Ernesto, elle qui vit avec Hugo, le cousin de Javier, dont l’ex-petite amie Sofia est nulle autre que la tenancière du Tortilla Paradiso où Juan Pablo, le frère cadet d’Ernesto, a ses habitudes !

 

 

Oï oï oï, il se transforme en Golem ! Que tous les prophètes aient pitié de ma pauvre tête rousse !

 

 

Tu vas payer pour avoir tué le Christ, déïcide !

 

 

Ca me rappelle cette histoire de mon oncle Mordechai. Il avait une femme, Ruth, et dix-huit enfants, et ils vivaient tous dans une maisonnette d’une seule chambre au shtetl, oï. Mordecaï n’en pouvait plus de cette promiscuité.

 

 

Alors un jour il est allé voir le rabbi, il lui a exposé sa situation, et il lui a demandé conseil.

 

 


– Et tu sais ce que le rabbi lui a dit ?
– Non ! Non ! Non ! Non !

 

 

Ca va, pas la peine de crier, on va t’entendre de Lodz jusqu’à Vilno comme disait ma grand-mère Rebecca. Donc, je poursuis mon histoire. Le rabbi lui a dit : « achète une chèvre ».

 

 

« Acheter une chèvre ? », s’écria mon oncle Mordechai. « Mais nous sommes déjà vingt à nous partager une chambre minuscule ! Ca sera l’enfer si j’y ajoute une chèvre ! »

 

 

Le rabbi a dit que c’était la seule solution. Donc mon oncle Mordechai a fait comme le rabbi il a dit, oï.

 

 

Au bout d’une semaine, mon oncle Mordechai est retourné voir le rabbi. « Rabbi », il a dit, « la vie est devenue encore plus intenable depuis que j’ai acheté cette chèvre ! Maintenant nous sommes moi, ma femme, mes dix-huit enfants et la chèvre dans la maison ! Il n’y a plus un pouce d’espace de libre ! C’est atroce ! »

 

 

Alors le rabbi lui a dit : « Débarrasse-toi de la chèvre. »

 

 

Et une semaine plus tard, Mordechai est revenu voir le rabbi, et comme le soleil succède à la nuit le sourire avait succédé à la peine sur son visage buriné, oï. Il a dit : « Rabbi ! Merci ! Maintenant que je me suis débarrassé de la chèvre, ma demeure me paraît si spacieuse ! Nous y sommes tant à notre aise ! Merci, rabbi pour ta grande sagesse ! » Tu comprends la morale de cette histoire, Daniel ?

 

 

NOOOON !

 

 

C’est pourtant très simple, oï. Il faut se débarrasser des chèvres quand on en a l’occasion. Tu comprends mieux maintenant, Goatface ?

 

 


– J’ai rien compris.
– Mais enfin, David, c’est évident : Juanita est la nièce de Roberto, qui a changé de sexe pour devenir Beatriz, or Ernesto est tombé amoureux de Beatriz en ignorant qu’il s’agit de son propre frère avide de vengeance pour l'héritage capté par Ernesto après l'indigestion de tortillas qui a emporté Joaquin, la seule personne pouvant sauver Ernesto étant Joselinda, mais elle est en prison pour trafic de tortillas, et on saura la semaine prochaine si Cristiano peut l’en faire sortir en soudoyant Claudio, le juge, qui se trouve également être le père – officiel – de Juanita, laquelle ne s'occupe guère de ce qui se trame, car elle vient de tomber amoureuse de Felipe, qui gagne sa vie en portant le costume de la mascotte du club de football du FC Tortillas, ce qui a provoqué le quiproquo où Juanita a embrassé un collègue de Felipe, Ramon, car les deux cents mascottes du club portent toutes le même costume.

 

 

Bon shabbat à tous !

21 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut