Catch

1+1=11

Dans la vie il faut savoir compter… mais pas sur les autres.

Paul-Jean Toulet, poète français

 

Après un solide No Surrender au dénouement pour le moins polémique, la TNA entamait sa route vers Bound For Glory avec plusieurs questions en suspens, et un build à commencer. Une fois n’est pas coutume, il semble que la fédération d’Orlando a décidé de mettre en place un cheminement cohérent, ce qui apparait hallucinant alors qu’on était habitué à des rebondissements en pagaille pas toujours fondés, ou bien des péripéties (bien trop) incroyables. Point de tout cela : aussi logique qu’une formule mathématique, ce solide épisode montra qu’on peut désormais compter sur la TNA pour éviter de nous la mettre à l’envers systématiquement.

 

 

– Bon Taiji, ok tu fais une Nalyse centrée sur les maths, mais je ne veux pas de chiffres écrits en chiffres ! Alors plus de « les 2 lutteurs ont fait 1 bon match » !

– Très bien Axl, j’ai compris, je ne le ferai plus.

– Non parce qu’ok les suiveurs de la TNA sont illettrés, mais ils méritent tout de même des Nalyses de qualité !

– Ouais, parce que ceux qui suivent la WWE ont eu trois papiers avec plus de cent vignettes en deux semaines, mais eux ils ont tous bac +cinq.

– Occupe-toi 2 de ta nalyse, petit 1pétrant !

 

 

Nalyse d’Impact Wrestling du 13 septembre

 

 

Bien que les BFG Series furent indéniablement une réussite, elles monopolisaient tellement l’attention que ces dernières semaines notamment, les autres championnats avaient souffert de la surexposition offerte à ce tournoi, ce qui laissait perplexe sur la capacité de la TNA à offrir un show évoquant de nombreux catcheurs et ce de façon décente : mais comme les quelques storylines mises en avant étaient solides, ça allait. La, pas moins de six histoires ont été évoquées plus ou moins directement, dont tous les titres majeurs (le titre TV et les K-O par équipe n’ont pas été mentionnés, mais ce sont bien les ceintures les plus mineures ; même si une récap sur la situation du titre TV serait la bienvenue), et parfois de fort belle manière.

 

Commençons par le commencement : Aries ouvre le show en se pointant sur le ring, ne perdant pas de temps pour mettre son trophée over, la raison pour laquelle les catcheurs se lèvent le matin, et celle pour laquelle A’s and 8’s  le ciblent depuis des mois, et même s’il n’a pas démasqué le gros costaud dimanche, il s’est vengé quand même (allez regarder son brainbuster, c’est une merveille). Toujours dans le même mouvement, il mit over son adversaire à BFG qu’il appela sur le ring, avant et après son arrivée : nul autre que Jeff Hardy.

 

L’échange qui s’ensuivit risque d’être révélateur des semaines à venir, puisqu’Aries monopolisa la parole, alors qu’il était seul avec Jeff puis lorsque Bully Ray vint faire part de ses récriminations. L’arrivée de Bully tombait fort peu à propos, car Aries allait développer ce qu’il cherchait à trouver lors de sa défense future, sans avoir le temps de préciser sa pensée. Je pense avoir touché juste lors de ma précédente Nalyse : Aries va mettre le doigt sur les accomplissements d’Hardy (qui avec Angle est l’un des mecs les plus décorés du locker-room) pour expliquer que sa victoire le ferait entrer dans la cour des grands.

 

 

– « La cour des grands » ? Mec, mais tu dois faire moins d’un mètre soixante-dix.

– Si tu commences à me faire chier sur ma taille, je balance tout ton passif à la presse.

– Euh tout le monde le connait, mec, mon passé de drogué.

– Ah ouais. Mais est-ce que tout le monde sait que t’a appris à compter jusqu’à dix uniquement l’année dernière pour pouvoir compter les jours avant ta sortie de prison ?

– Ok tu gagnes.

 

 

Survint dont le Bully sous une heat massive, qui nous narra la chance infâme de ses petits camarades ce dimanche (respectivement Jeff dont il avait eu pitié, et qu’Aries n’ait pas à se retrouver face à lui). Et là, scénario quelque peu bizarroïde : Aries prit la défense de Jeff à la place de ce dernier, qui se contenta de défier le Bully. Ce dernier finit par accepter mais mit lui aussi Jeff au défi, plus tard dans la soirée, de mettre son match à BFG dans la balance : et la Charismatic Enigma accepta. La TNA allait-elle encore changer ses plans à la dernière minute, consciente de la colère d’une partie de l’IWC suite à la victoire du camé ? Teaser qui attendra la fin de ce papier pour connaître une réponse. En tout cas, le déséquilibre au micro entre Aries et Hardy ne fut jamais aussi criant.

 

 

Purée si je dois me retrouver à défendre mon adversaire au micro, ça va pas le faire. Vite, des acrobaties dantesques pour que tout le monde s’arrête de réfléchir.

 

 

En parlant d’acrobaties, évoquons un autre match de No Surrender, Zema Ion vs Sonjay Dutt, qui donna lui aussi lieu à un rematch lors de cet épisode, et là encore le titre était en jeu. Le match ne dura que cinq minutes, mais Dutt eut une nouvelle fois la possibilité de montrer qu’il peut placer un rana dans à peu près toutes les positions, et je pense qu’il pourrait ne faire que ça et être encore très divertissant. Sans surprise, le résultat fut ici le même que dimanche, Ion conserva sa ceinture et accrut encore sa domination sur la division, tout en peaufinant son caractère impitoyable en s’acharnant sur l’épaule de son adversaire après-match. Je ne pense pas qu’Hogan laisse passer ça très longtemps, surtout qu’Ion fut totalement dominé et ne dut son salut qu’aux cordes après avoir encaissé le finisher de Dutt, et gagna après avoir fait tomber Dutt du turnbuckle et effectué un simple tombé. Peut-être que cela aboutira à un match à plusieurs pour la ceinture, ou qu’Hogan pushera un type solide (genre un Samoan). Tout reste possible, mais Ion semble plus que jamais affublé d’une cible sur son torse.

 

 

– Et les mecs vous savez quoi ? Sur la ceinture de la X-Division, y’a un X rouge ; et X en chiffre romain, ça veut dire Dix. Comme quoi la prison a été utile, hein les mecs ?

– Ta gueule, Jeff !

 

 

Autre championnat, autre dilemme cornélien : les champions tag-team, qui vinrent voir Hogan dans son bureau pour essayer de se le mettre dans la poche une bonne fois pour toutes, Kaz portant même un T-shirt Hulkamania du plus bel effet. En vain cependant : Kaz allait affronter soit AJ soit Angle, et Daniels soit Chavo soit Hernandez. Si les champions gagnent leurs matchs, aucun rematch pour les deux équipes précédemment mentionnés. Mais Hogan a bien précisé que si Daniels perdait, la Team hispanique aurait un rematch, et que si Kaz perdait, ce serait les All-Americans qui auraient leur revanche, mais sans préciser ce qui se passerait si les deux se plantaient. Ces deux matchs furent au centre de l’épisode, le premier opposant AJ à Kaz, avec une myriade de contres, logique s’agissant de deux lutteurs se connaissant si bien. Et c’est un AJ très remonté qui vint logiquement à bout de l’ex-Suicide, après un combat amputé de coupures pub mais très intéressant (Monkey flip à partir d’une barrière, ça je l’avais jamais vu, j’espère que RVD a pris des notes). Kaz tenta la victoire par décompte à l’extérieur, mais fut finalement vaincu par le combo Pele Kick/Styles Clash. Très bonne nouvelle donc, car le match de dimanche dernier aurait de nouveau lieu ; mais serait-il exactement le même, ou allait-il avoir deux éléments de plus ?

 

 

Le jeu à boire de la TNA : compter le nombre de contres dans ce match, et boire un coup à chaque contre compté ; ceux qui sont encore debout après quinze ont gagné.

 

 

Le deuxième match, Daniels-Chavo, permit de se rendre compte à quel point Junior est capable de rendre un match propre, surtout avec un adversaire comme Daniels. Très bon match, classique quant à son déroulé et sans spot extraordinaire, mais les deux se sont parfaitement entendus et le résultat fut très propre. Daniels a ciblé le torse de Chavito, mais ce dernier a tenu bon, et manquant son coup de ceinture, Daniels subit los tres amigos puis un Frog splash, pin.

 

Voila, deux équipes ont désormais droit à un rematch et une question se pose : ces rematchs seront-ils séparés ou bien donneront-ils lieu à un three-way à Bound for Glory, où les six lutteurs seront peut-être en piste pour conquérir les deux ceintures, au centre d’affrontements diablement dantesques depuis quelques semaines, pourvu que ça dure.

 

 

Trois équipes, six lutteurs, deux ceintures…ok je suis perdu, la ! Enfin, tant que je ne rencontre pas de nain, je veux bien faire tout ce qu’on me dira !

 

 

Les K-O eurent droit à leur segment, qui confirma les prévisions des suiveurs assidus : Tara se pointa sur le ring et appela Tessmacher, a qui elle se confia, elle lui dit qu’elle était bouleversée mais heureuse pour elle, que la victoire de Tess, son élève, c’était un peu la sienne, puis lui prit la main et célébra la championne. Et je suis sûr que vous avez compris la suite, laissons donc parler les images. Alors,

 

 

A vos marques !

 

 

Prêts !

 

 

Turnez !

 

 

Cheminement certes prévisible mais attendu, ce turn de Tara, qui agrémenta sa clothesline d’un Widow’s peak sur sa désormais ex-meilleure amie, relance la feud et va permettre un affrontement clivant à BFG, où les deux femmes seront attendues : Tara pour savoir si elle touchera encore l’or avant la fin de sa carrière, et Tess pour confirmer ses progrès pharaoniques (bien qu’elle parte de loin). A plus long terme, je ne suis pas sûr que cette feud puisse durer très longtemps sauf en cas de victoire de Tara, l’avenir nous le dira.

 

 

En fait, Tara n’a pas turné à cause de la ceinture, mais parce qu’elle en avait marre que Tessmacher lui raconte la façon  dont elle avait appris à compter, qui s’avérait être la même manière dont elle avait appris à se servir d’un double décimètre.

 

 

Montons plus haut dans la carte, mais oublions toutes ces ceintures bling-bling pour nous intéresser au revival de la feud de l’année à la TNA, celle qui oppose les ex Beer Money, James Storm et Bobby ROOOOOO (de). Le It Factor se pointa pour expliquer son intervention durant le match de Storm qu’il fit perdre : il était chez lui, sans possibilité de rematch contre Aries tant que ce dernier aurait l’or. Et il regardait Storm, tout près de devenir le n°1 contender qu’il ne pourrait être, et finir premier des Series ; pourquoi lui, et pas moi alors qu’il m’était inférieur pendant quatre ans dans Beer Money ! Bref, justification par jalousie, classique pour un heel, mais une très bonne promo qui lance la feud, et aussi l’arrivée de Storm venu casser la gueule de son ex-partenaire. Plus tard, le cow-boy promit l’enfer à sa Némésis : voila pour la partie justification de l’étincelle qui a remis le feu aux poudres. Si le build est bien mené, nous aurons très vite une officialisation du match, des matchs croisés puis une promo commune pour cimenter tout ça, mais cette feud démarre ma foi très bien.

 

 

– Ah Ah Storm, à cause de moi le main-event te passe sous le nez, hé hé !

– Rien à foutre, rends moi ma calculette !

– Hein ?

– Rends moi la calculette que je t’ai prêtée y’a trois ans, le petit a redoublé l’année dernière parce qu’il ne savait pas faire une fraction, alors tu vas me redonner ma Casio, ou je te mets ton It factor dans ton cul !

 

 

Mais que sont devenus Aces and Eights ? Eh bien, ils ont décidé de faire tourner Hulk Hogan en bourrique. Ce dernier semble être redevenu leur cible principale, et il semble bien décidé à trouver qui sont les hommes masqués. Ces derniers ne sont apparus que sur le titantron, moquant Hogan et lui suggérant que n’importe qui pouvait faire partie de leur gang, ce qui fit légèrement paniquer le Hulkster puisque plus tard, il soupçonnait presque tout le monde dans le staff dirigeant de la fédé. Mais c’est Joseph Park qui sera peut-être sa solution car il pense la semaine prochaine pouvoir apporter une preuve décisive qui dévoilerait les cagoulés. A voir si ce sera le cas ou non, j’ai vu sur le net que certains pensaient que Park est dans le complot mais j’espère que non, car son acting dans le segment avec Hogan père et fille fut génial, Chris s’éclate dans le rôle de son « frère » et s’avère une des meilleures surprises de 2012 en ce qui me concerne. Il servit d’ailleurs de bodyguard de fortune à Brooke le temps qu’Hogan se rende sur le ring, et la demoiselle semblait aussi ravie de cette décision qu’un collégien apprenant qu’il allait passer les quatre prochaines heures à plancher sur le théorème de Pythagore.

 

 

– Pytha-Gore, C’est une connaissance à Rhyno ?

– Ta gueule, Jeff !

 

 

Profitons de cet espace pour évoquer trois points sympas et divers : d’une, la promo du prochain candidat au gutcheck, Evan Markopoulos, correcte ; de deux, le salut sans trop en faire des commentateurs à Jerry Lawler et lui souhaitant bon rétablissement, geste très classieux ; enfin, et à mon sens le meilleur, nous eûmes droit à plusieurs retours sur les BFG précédents, comme AJ commentant sa défense de ceinture contre Sting en 2009, ou Gail Kim le fait qu’elle y soit devenue la toute première championne féminine de la fédération. De telles vignettes aident à mettre en avant l’histoire décennale de la TNA et de rappeler que Bound For Glory est bien LE show principal de cette compagnie, et que les légendes de la fédération s’y écrivent.

 

Enfin, voila le main-event, qui s’avère être le rematch de celui de dimanche, mais plus long et bien meilleur, les deux adversaires étant en pleine forme, et l’enjeu était de taille. Ray attaqua Hardy en traitre avant le début du combat et s’acharna sur lui avant le retour inévitable du face qui prouva que comme Dutt il savait effectuer de très beaux ciseaux de tête. En tout cas le match fut tout ce qu’on aurait pu attendre de celui de dimanche :il fut donc très enlevé et intense, surtout avec tous les finishers contrés à la fin, en plus des deux Bubba Bombs encaissées par Hardy, et de nombreux nearfalls. Bully Ray est booké suffisamment fort pour nécessiter deux Twists of Fate pour être assez estourbi avant la Swanton Bomb, mais pas assez pour se dégager. Hardy gagna donc ce second acte et conserva son title shot après un match très solide.

 

Que nous aura appris cet épisode ? Que la TNA ne s’est absolument pas déjugée et qu’elle continue sur la lancée de dimanche, et le main-event de ce soir prouve que Jeff Hardy peut encore assurer des Maint-Events ? Mais qu’en sera-t-il à BFG ? Le build déjà bien amorcé cette semaine va-t-il réussir à s’accentuer ? Les ratings, moyens pour cet épisode, vont-ils remonter ? La réponse la semaine prochaine, sous vos applaudissements !

 

 

– En tout cas, vous pouvez « compter » sur moi la semaine prochaine, hé hé !

– Ta gueule, Jeff !

– Tiens, je crois qu’on tient un comic-relief, là !

 

3 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut