Catch

NXT, le bilan

Au fait, j’ai fait les dernières nalyses de NXT ?

Une réflexion que je me suis faite après avoir visionné le NXT du 19 septembre.

Après une petite absence, les nalyses de NXT reviennent sur les Cahiers du Catch. Alors, que s’est-il passé depuis la fin du Gold Rush Tournament et le sacre de Seth Rollins ? La réponse dans cette nalyse des trois derniers épisodes de NXT en date.

Et comme on n'a pas de captures de NXT, on va prendre des images de comics ricains bien violents pour illustrer! Ici, une partie du roster de NXT. Ils ont la classe, non?

Nalyse des NXT du 5, 12 et 19 septembre

 

Garder un rythme hebdomadaire pour nalyser NXT n’est pas chose aisée. Etant donné la durée du show qui n’est que de trois quarts d’heure, la durée des matchs souvent inférieure à cinq minutes et le peu de profondeur des storylines, il n’y a pas toujours matière à faire une nalyse digne de ce nom à partir d’un seul épisode de NXT.

 

 

A NXT, les arbitres savent se faire respecter.

 

 

Du coup, voici une nalyse conçue à partir de trois épisodes du show jaune et qui reprend le concept des quatre catégories de 411mania. Un concept parfaitement adapté à NXT et que j'avais d'ailleurs déjà utilisé lors d'une précédente nalyse.

 

The ridiculous

 

Les venues de midcarders : l’épisode du 5 septembre a vu le passage de Brodus Clay du côté de NXT, tandis que celui du 12 septembre a été marqué par une petite visite de Damien Sandow. Quel est le point commun entre ces deux venues de midcarders ? Les deux n’avaient aucun intérêt. En particulier dans le cas de Brodus, dont le match aura été plus court que son entrée sur le ring (et je ne parle pas de sa traditionnelle danse post-match avec les kidz du premier rang). Si Sandow a eu l’amabilité de sortir une promo sympathique et un match un peu plus long, sa prestation reste tout de même très anecdotique.

Alors qu’on aimerait voir des midcarders de Raw et Smackdown venir à NXT pour mettre en valeur les plus talentueux membres de son roster, les bookers préfèrent leur donner des jobbers à squasher. Difficile d’y voir un quelconque intérêt, surtout que NXT est peu médiatisé (pas de diffusion à la télé américaine) et est donc suivie essentiellement par des fans de catch peu sensibles au starpower mais souhaitant en revanche observer les futurs talents de la WWE.

 

 

You're welcome.

 

 

The wrong

 

Un roster trop important : disons le franchement, NXT possède un roster trop important pour un show de quarante-cinq minutes. Entre les nouvelles têtes en provenance de la FCW et les lowcarders de Raw ou Smackdown, NXT possède déjà une petite vingtaine de catcheurs réguliers auxquels il faut ajouter les midcarders type Damien Sandow qui viennent faire coucou de temps en temps et pas mal de jobbers qui sont là uniquement pour se prendre un squash.

 

Du coup, il n’est pas possible de mettre tout le monde en valeur chaque semaine. En général, en dehors de Seth Rollins qui est devenu le champion de NXT, les autres membres du roster apparaissent au cours d’un épisode sur deux, voir un épisode sur trois. Inutile de dire que cela a également un impact sur la durée des matchs qui, en dehors des main events, se terminent généralement en moins de trois ou quatre minutes.

 

Cela n’est pas forcément catastrophique pour la qualité globale de l’émission, mais les bookers pourraient quand même améliorer nettement les choses à ce niveau. Par exemple en cessant de faire appel à des jobbers et en réduisant le nombre de venues des midcarders de Raw ou Smackdown.

 

 

 

.

Ou alors on envoie Brock Lesnar buter les trois quarts du roster.

 

 

 

Purgatory

Des feuds : les feuds de NXT sont peu complexes, mais elles ont le mérite d’exister. Terminée la période où l’on ne voyait que des squashs dans le show jaune. Désormais, les principales têtes d’affiche s’affrontent directement avec, en arrière-plan, des storylines simples mais efficaces.

 

Première grosse feud du moment, celle opposant Richie Steamboat à Kassius Ohno.

 

Le premier avait empêché le second d’infliger un beating post match à un malheureux jobber. Les deux se sont du coup retrouvés l’un contre l’autre en opener de l’épisode du 5 septembre. Un match qui se sera résumé finalement à quelques atémis de Richie Steamboat puisque Kassius Ohno se fera rapidement disqualifier pour des tentatives répétées d’aveuglement.

 

L’ancien de la ROH n’en restera pas là et passera son adversaire à tabac après le match, provoquant ainsi un sympathique moment backstage entre lui et Ricky « the dragon » Steamboat, présent ce soir là dans les tribunes. Kassius en profitera pour se moquer de son adversaire devant le Hall of Famer, provoquant un début de bagarre et une intervention du personnel de la WWE passant par là.

 

Le 12 septembre, Kassius Ohno eu le droit à un petit segment backstage pour annoncer que la semaine suivante, il allait prouver une fois pour toutes à quel point il est dangereux. Concrètement, cela se traduisit par un match contre un jobber lors de l’épisode du 19 septembre. Match remporté tellement rapidement que le bon Kassius accepta d’accorder une deuxième chance au malheureux jobber. Evidemment, cela donna une deuxième dérouillée pour le jobber en question, suivie d’un beatdown post-match interrompu par Richie Steamboat.

 

 

Le jobber n'aurait jamais dû demander à Kassius Ohno s'il était de la famille de Yoko.

 

 

Don't be a bully! Be a star!

 

 

La feud entre les deux n’est donc pas terminée et c’est tant mieux. D’une part parce que leur premier affrontement fut un non-match. D’autre part parce que cette feud permet à Kassius Ohno de s’imposer et de rendre son personnage de psychopathe intéressant, lui que je trouvais assez ennuyeux jusqu’ici.

 

 

Pas psychopathe. Efficace.

 

 

Autre feud, plus ancienne : les Usos contre The Ascencion. La division par équipes à NXT se résumant plus ou moins à ces quatre catcheurs, il est normal de les voir s’affronter presque toutes les semaines. Les bookers ont donc eu la bonne idée de créer un semblant de storyline autour de cette feud.

 

Pour faire simple, les Usos sont énervés par les multiples tricheries de The Ascension et sont donc prêts à en découdre avec leurs adversaires jusqu’à ce qu’ils obtiennent enfin une victoire nette et sans bavure. Chose assez dure à obtenir tant les deux heels sont des experts dans l’art de remporter un match en trichant.

 

Ainsi, le 5 septembre, les quatre hommes s’affrontèrent dans un nouveau match par équipes (il y en a déjà eu plusieurs par le passé). Sans compter les coupures pub, le combat nous offrit sept bonnes minutes de catch avec une domination heel qui dura jusqu’à un hot tag des faces qui auraient remporté la victoire sans une énième tricherie de The Ascencion.

 

Lors des deux semaines suivantes, les bookers cassèrent la routine des matchs par équipe en proposant des matchs en un contre un.

 

Le 12 septembre, Jay Uso affronta Kenneth Cameron et parvint à remporter la victoire malgré une distraction de Conor O’Brian. A noter que les frangins Usos allèrent célébrer leur succès dans le public, ce qui est assez rare à Raw ou à Smackdown mais beaucoup plus facile à faire dans la petite salle qui héberge NXT.

 

Le 19 septembre, ce fut au tour de Jimmy Uso et Conor O’Brian de se faire face en un contre un. Evidemment, Kenneth Cameron y alla de sa petite intervention, plus efficace que celle de son comparse la semaine passée puisque O’Brian remporta la victoire. Et comme les deux heels n’aiment pas faire les choses à moitié, ils tabassèrent également Jay Uso après le match.

 

Là aussi, la feud ne semble donc pas terminée. Cela dit, il serait quand même temps d’y mettre un terme avant de provoquer un trop gros sentiment de lassitude chez les suiveurs de NXT.

 

 

Que ses fans se rassurent: Conor O'Brian pète la forme.

 

 

 

Dernière feud, la plus récente, celle opposant Bo Dallas à Michael McGillucity. Michael McGullikitty a en effet interrompu le fils du Hall of Famer « IRS » en pleine interview lors de l’épisode du 19 septembre. Pourquoi ? Tout simplement afin d’expliquer que personne ne s’intéresse à ce nobody de Bo Dallas, alors que lui, Michael McJiullicuty, est une véritable superstar de la WWE. Cela déboucha sur une bagarre backstage entre les deux, qui devrait déboucher sur un match Bo Dallas vs Michael McGullycitty la semaine prochaine.

 

 

Les gimmicks des heels : ils sont parfois ridicules, mais ils sont quand même assez rafraîchissants dans l’ensemble. Je parle bien évidemment des gimmicks des heels à NXT. Si les faces sont souvent assez génériques, les heels, eux, ont en effet droit à des gimmicks parfois folkloriques, mais qui ont le mérite de les distinguer de la masse.

 

 

A quand un heel utilisant une bite de cheval en guise de matraque? Simple suggestion.

 

 

On avait déjà le psychopathe, pas forcément original mais de mieux en mieux interprété par Kassius Ohno. Le monster heel haltérophile Big E Langston, qui a eu droit à un nouveau squash ainsi qu’à une promo lors de l’épisode du 12 septembre qui confirme sa ressemblance avec Mark Henry (« feel the pain »). Les ténébreux de The Ascension. La timbrée Raquel Diaz. On a désormais le nouveau Leo Kruger.

 

Leo Kruger est en effet apparu lors de l’épisode du 5 septembre le temps d’une victoire rapide sur Percy Watson. Si le match en lui-même n’avait rien de passionnant, il fut par contre l’occasion de constater que Leo Kruger avait changé de thème d’entrée et qu’il avait troqué son slip de combat pour un pantalon de chasseur. D’ailleurs, William Regal nous expliqua que Leo Kruger est un braconnier à qui Nelson Mandela a demandé de quitter l’Afrique du Sud.

 

 

Haha! J'ai enfin un pantalon! Maintenant personne ne pourra dire que je ne suis pas classe!

 

 

Et ouais ! Rien que ça ! Après le rugbyman suisse viré du Top 14 pour excès d’agressivité, voici le braconnier sud-africain chassé de son pays par Mandela en personne. Ridicule ? Peut-être. Exagéré en tout cas, ça c’est sûr. Mais passé l’étonnement, on a là un heel avec un vrai gimmick et qui n’a donc pas de mal à se faire remarquer. Ne reste plus qu’à voir comment ce gimmick sera géré sur le long terme.

 

 

Non mais Leo, regarde comment t'as salopé le pays! Fous le camp et reviens pas!

 

En tout cas, entre le Funkasaurus Brodus Clay, le rugbyman suisse Antonio Cesaro, l’intellectuel Damien Sandow et les nouveaux heels de NXT, la WWE semble prête à miser de nouveau sur de vrais gimmicks qui sortent de l’ordinaire.

 

 

En exclu, un extrait de la vignette d'intro du prochain heel de NXT.

 

 

Paige : Sofia Cortez virée, la division féminine de NXT ne compte plus que deux catcheuses vraiment mises en avant.

 

La première, Raquel Diaz, n’est pas du tout apparue au cours de ces trois épisodes. Peut-être que les bookers se sont rendus compte de ses limites dans le ring ?

 

La seconde, Paige, est par contre de plus en plus mise en valeur. Le 5 septembre, elle a ainsi obtenu une victoire rapide contre Audrey Marie. Le match fut un catfight peu passionnant, ce qui était sans doute dû aux limites dans le ring de son adversaire, mais ce fut l’occasion de constater que Paige est bien acclamée par le public.

 

Puis, le 19 septembre, Paige a obtenu une nouvelle victoire, cette fois-ci contre Alicia Fox. Et autant dire que face à une diva d’un bon niveau telle qu’Alicia Fox, Paige est capable de sortir un match nettement plus passionnant que la majorité des matchs de divas que l’on peut voir à Raw ou à Smackdown. Si le tout dura moins de cinq minutes, ce fut quand même l’occasion de voir de vrais mouvement de catch, aussi bien du côté d’Alicia Fox que de Paige d’ailleurs.

 

Les bookers vont-ils lui donner une feud ou va-t-elle se retrouver obligée à passer d’une adversaire à l’autre sans véritable storyline ? Personne ne peut le dire, mais, pour l’instant, elle doit plus ou moins faire vivre la division féminine de NXT à elle seule.

 

 

A nous la petite Anglaise!

 

 

Bonus: Paige fait la connaissance de Kaitlyn.

 

 

 

Le retour de Trent Baretta : je ne suis pas particulièrement fan du garçon et sa victoire du 19 septembre contre Johnny Curtis n’était pas exceptionnelle. Alors pourquoi le mettre dans cette catégorie ? Tout simplement parce que la vidéo annonçant son retour m’a bien fait rire.

The right

Un titre et un champion mis en valeur : lors de l’épisode du 29 août, NXT a couronné le tout premier champion de son histoire en la personne de Seth Rollins. Autant dire que depuis, mettre le titre de champion de NXT et son porteur en valeur est devenu la priorité des bookers du show jaune.

 

 

Big up à Seth, qui a quand même dû vaincre une sacrée concurrence.

 

 

Cela a d’ailleurs plutôt été bien fait. Le 5 septembre, soit une semaine après la finale du Gold Rush Tournament, le main event du show fut une interview de Seth Rollins par Jim Ross. Discours classique du face, expliquant qu’il n’abandonne pas devant les obstacles et qu’il sera un « fighting champion ». Un segment assez efficace, rappelant que le main event tournera désormais autour du titre de champion de NXT et permettant de confirmer que Seth Rollins bénéficie d’une bonne pop.

 

Le 12 septembre, le main event fut un match entre Tyson Kidd et Michael McGillicutty pour déterminer le nouveau prétendant au titre de champion de NXT. Seth Rollins étant face, ce fut bien évidemment le heel qui l’emporta après un match de bonne qualité. Pas de temps de perdu donc du côté des bookers. Si on ne sait pas quand aura lieu le prochain match pour le titre, on en connaît déjà les participants. Nul doute du coup que le fils de Mister Perfect remportera rapidement sa feud contre Bo Dallas, qui n’est sûrement là que pour le mettre en valeur.

 

Plus tôt dans la soirée, Rick Victor, catcheur habituellement cantonné à un rôle de jobber, alla voir Dusty Rhodes dans son bureau pour lui expliquer qu’il allait frapper un grand coup ce soir. Le grand coup en question consista en une baffe dans la gueule de Seth Rollins alors que ce dernier était en train de donner une interview, ce qui déboucha bien entendu sur un match entre les deux la semaine d’après.

 

 

Allez, on en a tous rêvé!

 

 

Seth Rollins contre Rick Victor fut donc le main event de l’épisode du 19 septembre. Le match fut bien sûr remporté par le champion, qui doit être présenté comme le top guy de NXT. On pourra toujours regretter qu’il n’ait pas battu un adversaire plus prestigieux, mais il faut quand même reconnaître que le booking autour du titre de champion est bien géré jusqu’ici.

 

C’est fini pour cette nalyse. Désolé si l’ordre chronologique n’est pas respecté et donne une impression de confusion, mais mon idée était plus de faire un bilan global de NXT à l’heure actuelle afin d’en montrer les points forts et les points faibles.

 

 

Et n'oubliez pas de revenir la semaine prochaine pour la suite!

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut