Catch

Bien mais pas top, mais bien quand même

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois

Proverbe populaire bien pratique quand on ne sait pas quoi mettre en citation d'intro

 

À l’heure où la WWE nous propose des programmes d’une qualité parfois discutable, un show de niveau correct suffit à nous faire reprendre espoir. Le dernier Smackdown, à défaut d’être extraordinaire, a su se montrer sympathique. Et on ne lui en demande finalement pas plus.

 

 

Et chez nous, en Irlande, on adore fêter la Saint Pathique.

 

 

Nalyse de Smackdown du 2 novembre

 

Alors donc ce vendredi, il s'est passé ça :

 

Le Miz a invité Sheamus à son show, Miz TV, et d'autres mecs sont venus aussi, bien qu'ils n'aient pas été invités.

 

Passons outre l'émerveillement naïf que provoque toujours la vision d'un type en costume interviewant un autre type en slip, et intéressons-nous derechef à ce mémorable segment introductif.

 

L'invité du misérable Miz est donc Sheamus, que son hôte prend un malin plaisir à appeler "l’ancien champion" , car c'est un garçon désagréable. Après avoir reconnu avoir été impressionné par le match livré par l'Irlandais à Hell in a Cell contre l'inamovible Big Show, il ne peut s'empêcher de provoquer le rouquin en le traitant de loser.

 

Ce dernier réplique sur le même ton, affirmant que d’abord le Miz aussi il a perdu son titre et pis c’est tout.

 

Maître de la rhétorique, l'ancien champion intercontinental rétorque que d'abord c'est pas la même chose, vu que lui, il va rebattre Kofi Kingston et redevenir champion. Reconnaissons la subtilité de l'argument. Évidemment, le ton monte rapidement.

 

 

On ne dit pas "le ton monte", mais "Vickie prend l'ascenseur".

 

 

Kofi Kingston ramène sa ganache sur ces entrefaites pour prendre part à cette joute verbale, et le Miz prend l’engagement de l'éliminer presonnellement à Survivor Series. Le Big Show se pointe à son tour, et s'interroge : pourquoi l'invité du Miz est-il l'ancien champion et non le nouveau ? Agacé, Sheamus lui propose un nouveau match, refusé par le Show, qui n’a plus rien à prouver et s'en va dédaigneusement. Miz tente alors de s’en prendre à Kingston, mais se fait prestement éjecter du ring. Le public est content.

 

Quelques minutes plus tard, en coulisse, Booker T félicite le champion nouvellement couronné et organise, à la surprise générale, un match par équipes entre les quatre participants de cette séquence certes convenue, mais efficace.

 

 

Sin Cara (avec son pote Rey Mysterio) a affronté Darren Young (avec son compère Titus O'Neil).

 

Sin Cara confirme ses progrès mais s'incline devant le John Cena Nior au terme d'un combat court mais d'un niveau assez correct.

 

Les Primetime Players en profitent pour frimer à leur manière habituelle, nimbés de leur aura de classe et d'élégance. Titus provoque Rey Mysterio, qui accepte son défi.

 

 

Rey Mysterio (avec  son pote Sin Cara) a affronté Titus O’Neil (avec son compère Darren Young).

 

O'Neil montre des ressources intellectuelles insoupçonnées : au moment où Rey place son 619, il lui attrape les jambes et anéantit l'impact du coup. Personne n'y avait jamais pensé, cet homme est un génie. Le Mystérieux Raymond remporte toutefois le match et venge ainsi son partenaire précédemment humilié.

 

 

Je m'appelle Humilie Jolie

Je voudrais partir avec vous

Tout au bout du ciel

Lalala lala la lalaaaaa.

 

 

Une information de toute première importance nous a été répétée.

 

Josh Matthews nous informe que lors du dernier WWE Main Event, l'arbitre Brad Maddox a été suspendu à la suite de ses coupables agissements contre Ryback. Après le changement de titre intercontinental survenu dans ce show, la WWE confirme qu'elle compte s'en servir pour faire avancer les storylines. Les suiveurs passionnés vont donc devoir se résoudre à regarder un show hebdomadaire de plus. Avec la fin de la séparation des rosters (et donc des storylines), et le passage de Raw à trois heures suivre l'ensemble des émissions de la WWE pour ne rien rater du développement des histoires va vite devenir long et fastidieux. Heureusement que la moitie de Smackdown est constituée de rediffusions de Raw (encore plus de dix minutes cette semaine rien que pour la présentation des équipes de Survivor Series au dernier Raw).

 

 

David Otunga a foutu du café partout.

 

Pendant que Booker et Teddy Long discutent de trucs importants, en grands professionnels, Natalya vient quémander le poste d’assistante d’Eve, actuellement en tournée en Europe. David Otunga s’en vient également proposer ses sevices, mais Booker l’informe qu’il a besoin de lui ce soir pour un match contre un catcheur qui fait son grand retour : le Great Khali (joie !).

 

Sous le coup de l’émotion, Otunga crache son café à la gueule de Natalya, qui le gifle. Sous le coup du choc, Otunga crache  son café à la gueule de Teddy Long, qui ne dit rien car c'est un faible. Il est d'ailleurs permis de se demander s'il est vraiment conseillé à un athlète de haut niveau de boire autant de café.

 

 

Fusionnant la storyline dite des "pets de Natalya" et celle du "café de David Otunga", la WWE vous proposera bientôt l'angle du "petit café dans sa culotte".

 

 

Wade Barrett et Randy Orton ont bataillé ferme, et Orton s'est encore engueulé avec Alberto Del Rio. Ensuite, il a gaspillé de la nourriture alors qu'il y a des milliers d'enfants qui crèvent de faim.

 

Del Rio et Rodriguez se joignent aux commentateurs avant le match. Mon Dieu que le contact des sièges en cuir doit être désagréable lorsque l’on porte un slip !

 

Bien entendu, Albert du Fleuve et son larbin interviennent rapidement dans le match au détriment d'Orton, avant de se faire virer par les officiels. Curieusement, l’arbitre très  ne juge pas utile de disqualifier Barrett.

 

Le match, d’un niveau fort correct, est dominé en grande partie par l’Anglais, qui remporte la victoire sur une distraction de Del Rio et Rodriguez, inopinément revenus des coulisses.

 

Vexé comme un pou, la Vipère poursuite les deux comparses jusqu'à la cantoche de la WWE, où il entame une bataille épique au milieu des bols de salade piémontaise et des tartes au citron meringuées et applique la prise de la bassine de soupe chaude sur un Ricardo Rodriguez épouvanté, sans oublier de casser aussi la gueule de son patron.

 

 

Alors, Ricardo, tu aimes la crème renversée ?

 

 

Le segment est cocasse et pas déplaisant, mais un peu longuet (comme Gérard). Pour finir, ce connard mal élevé d’Orton passe aussi sa colère sur Matt Striker en lui collantla face dans un gâteau, ce qui fait beaucoup rire les 3MB, présents par hasard. On nous annonce plus tard que la semaine prochaine sera organisé un match entre Orton et Del Rio sous la stipulation appropriée de "falls count anywhere".

 

 

Alors là, je voulais utiliser cette image, mais je n'ai eu aucune idée de blague à faire.

 

 

Le Great Khali a torché un match contre David Otunga et a prévu d'emballer de la gonzesse.

 

Le public semble content de voir le géant rigide. On le comprend, tant ce retour est la promesse de matchs intenses et bien construits. Le culturiste se fait prestement humilier en moins de deux minutes, sous l’œil gourmand de Natalya, qui suit le match en coulisse. La jolie blonde va ensuite féliciter Khali pour sa victoire, et le félicite pour la taille impressionnante de… sa main en lui lançant des œillades aguicheuses. La perspective d'une future storyline amoureuse entre Natalya et Khali est probablement le seul élément désespérant de l'émission. Vu la différence de taille, espérons cependant pour Khali que Natalya a la tête plate…

 

 

Ma vieille, je crois que j'ai trouvé quelqu'un pour te remplacer !

 

 

R-Truth et Justin Gabriel sont potes mais se sont quand même foutu sur la gueule.

 

Rare affrontement entre deux catcheurs face, le pugilat commence par un duel d’acrobaties et de chorégraphies assez amusant. Le combat, plaisant mais court, est remporté par R-Truth et se conclut par une poignée de main. Mais on sent que Gabriel l'a mauvaise.

 

 

Comme prévu par Booker T, le main event a eu lieu à la fin de l'émission.

 

Malgré son caractère conquérant, le Big Show évite le combat avec Sheamus car, comme tous les heels, au fond de son coeur dort un petit enfant terrifié. Le champion évacue sa frustration en affichant ostensiblement son mépris pour son partenaire, lorsque ce dernier se fait dominer par Kofi.

 

Comme pouvait s'y attendre un observateur attentif, le match se termine par un bordel généralisé au milieu duquel le Miz réussit un tombé sur Kingston et offre la victoire à son équipe. Comme un con, le Miz reste pavaner sur le ring avec un Sheamus au bord de la crise de nerf, se prend logiquement un bon gros Brigue Kick sur le coin de la gueule, et le show se conclut sur l’image d’un Sheamus triomphant.

 

 

Henri Death n'a pas trouvé de conclusion pour son article mais s'en est sorti élégamment par une pirouette.

 

Quant à cette nalyse, elle se conclut pour sa part sur un petit jeu pour amuser petits et grands. Pour commencer, regardez attentivement cette image :

 

 

Oui, celle-ci.

 

 

Ensuite, fermez les yeux. Allez-y, fermez-les. Les deux. Voilà.

 

Et maintenant, imaginez la gueule qu'auront leurs enfants.

12 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut