Catch

La jeunesse, ce naufrage!

Les jeunes sont toujours prêts à donner à leurs ainés le bénéfice de leur inexpérience.

Oscar Wilde.

Avec un Open Fight Night consacré aux anciens de Gutcheck, c’est peu dire que la TNA a voulu promouvoir ses petits jeunes en devenir. Mais ils ne furent pas les seuls à se mettre en avant, et cet épisode a servi à entériner les nouvelles feud en upcard. Mais comme d’hab, la TNA a du mal à faire avancer ses histoires ET à produire un bon épisode. Surtout quand la moitié des participants sont encore assez verts.

 

– Moi je m’en fous, je suis multicolore alors…

– Ta gueule, Jeff.

 

Nalyse dl’Impact du 22 novembre

 

La TNA nous a donc proposé un épisode spécial d’Open Fight Night, et tant qu’à être dans le spécial, la TNA a assumé et nous a placé le gutcheck de Wes Briscoe, très heureux d’être là et présenté comme « 2nd generation superstar » et venu de la lutte amateur, comme le tout premier segment, avec un match contre…Garett Bischoff. Purée, on sait qu’Angle a fait du lobbying pour le placer dans un gutcheck d’une semaine à l’autre, mais la pour lui donner un adversaire pareil il a dû donner de vieilles photos de Karen toute nue, là.  Briscoe ne déçut pas, et devint le premier lutteur à gagner un gutcheck, si mes archives sont bonnes. Le match en lui-même : un amas de mise à terre, et de clé de bras, assez inhabituel, mais les deux jeunes ont été assez propres (même si le double dropkick avait un rendu bizarre), et la rencontre ne fut pas trop longue, donc ça allait. Angle a déboulé ringside pour vérifier de visu les progrès de son poulain, qui a montré quelques bonnes qualités, mais j’attendrais de le voir devant un meilleur adversaire pour juger. En tout cas Briscoe a gagné, et son passage devant les juges la semaine prochaine semble très bien parti, on verra si ces derniers décident de lui compliquer la tache. Garrett a lui réagt sportivement à sa défaite, donc tout ce petit monde semble uni pour le moment.

 

The NeXT generation !

 

J’ai dit plus haut que cet épisode avait abordé de nouveaux développements : et en effet, il semble que les ceintures tag-team soient la cible d’une nouvelle équipe, celle de Joey Ryan et Matt Morgan (que des types avec deux prénoms, tiens !). Joey Ryan, qui a échoué au gut Check mais a quand même réussi à s’incruster dans le roster, est donc venu proposer son petit challenge à Chavo, pour marquer le coup. Sans tourner autour du pot, j’ai été assez déçu de ce duel, car je m’attendais à un Ryan plus pimpant comme lors de son match contre Aries, mais je n’ai pas l’impression d’avoir revu ce Ryan là depuis. De plus le match était court et n’a servi qu’à montrer Morgan chokeslammant Chavo, ce qui a provoqué la DQ de Ryan. Mais l’arrivée d’Hernandez m’a rappelé que les deux géants avaient une longue histoire tous les deux, et cette nouvelle feud en construction pourrait peut-être s’appuyer dessus pour intensifier les enjeux. Wait and see, donc ! En tout cas si Morgan revient dans la division par équipes, on pourra considérer que son retour n’a pas vraiment bouleversé la donne en ce qui le concerne.

 

C’est en voyant Morgan lui arriver sur le rable que Chavo se dit qu’en fait les nains, ce n’était pas si mal que ça.

 

Continuons avec les défis d’OFN, avec Sam Shaw qui défia le premier vainqueur de Gutcheck, Alex Silva, qui fut bizarrement reconnu par les annonceurs comme étant un gros poisson de l’OVW, le territoire de développement de la TNA : akward. Bref, Silva depuis son gutcheck semble avoir tourné heel, vu son look (on dirait Johnny Curtis purée, je suis pas sûr que ce soit à son avantage) et son comportement (attaque dès la cloche, manque de sportivité,etc…). Là encore j’ai eu du mal à apprécier les quatre minutes de la rencontre : Silva n’a pas du tout vendu son legdrop manqué, n’a rien montré pendant toute l’offensive à laquelle il a eu droit en début de match. Mais heureusement quand Shaw a eu sa minute de retour, on a vu que le type apporte non seulement de l’intensité mais aussi de la technique, avec du spear foudroyant, de chouettes dropkicks, il a d’ailleurs gagné avec un leg drop venu du turnbuckle. Shaw confirme donc à mes yeux qu’il peut tout à fait s’intégrer au roster, pour Silva il lui faudrait travailler son personnage de heel, à voir donc dans la durée.

 

OPPA HOGAN STYLE !

 

Arrivons maintenant au gros poisson du gutcheck : Christian York, qui a trouvé dans son succès la rétribution qu’il attendait depuis si longtemps. Et maintenant qu’il est là, qu’il se sent the « luckiest son of a bitch in the world », autant appeler le biggest fish of them all: le champion poids-lourds himself, Jeff Hardy, que York prétend admirer. Le match fut pas mal du tout:York ayant été booké très fort, il sembla de prime abord être du même niveau que le champion, le dominant même parfois grâce à ses coups de pied et de genou, le champion tentant même un whisper in the wind désespéré dans le vent. York domina donc en grande partie la rencontre, Hardy ne parvenant pas à enchainer ses combinaisons habituelles, et se faisant très souvent contrer. York lui déroula une partition assez brillante, faite de suplex en half-nelson, de soumissions, jusqu’au twist of fate inévitable…. de York ?! Wow, voila une belle paire de balls ! La hiérarchie fut finalement respectée, grâce à un sunset flip venu du turnbuckle de Jeff qui lança sa séquence Twisto-Swanton pour la gagne. Mais le champion a bien morflé, et ce n’était pas fini…

 

En effet, Roode vint subrepticement spinebuster York puis spear le champion dans une démonstration de force impressionnante histoire de marquer son territoire et de rappeler à tout le monde qu’il retrouverait son bien à Final Resolution. Aries semble donc bien sorti de la title picture, ce qui sera confirmé à la fin de la soirée. Au moins le main-event de Final Resolution aura de quoi attirer, mais je ne pense pas que Roode redevienne champion tout de suite. Pour ce qui est de York, une fin de carrière brillante à la TNA l’attend, et vu son charisme et ses possibilités, il peut largement faire son trou.

 

 

Stars  80, un succès qui ne se dément pas, même aux States.

Passons à la dernière gagnant de Gutcheck, Taeler Hendrix qui pour son retour TV défia rien de moins que Tara, la championne KO et celle qu’elle avait affronté pour son gutcheck, accompagnée de son Jesse de copain. La championne joua comme un chat avec son opposante, n’arrêtant pas de la projeter au sol de 10000 manières différentes stout en faisant le show avec son mec. A force de le faire, Tara finti par être punie et projetée sur son mec par Hendrix, qui finit elle par se prendre pour Samoa Joe en imitant ses headbutt et ses droites (Joe absent pour la deuxième semaine consécutive, d’ailleurs à mon grand regret).  Taeler se paya même le luxe d’esquiver une attaque sournoise de Tara alors que Jesse la distrayait pour enchainer avec un roundhouse kick, mais Tara finit néanmoins par placer son widos’peak pour enregistrer le tombé. Taeler ne fut pas mal du tout malgré un match trop court et ponctué par le numéro du power couple heel, en espérant qu’elle renforce un effectif de K-O très décimé.

 

Une blonde, une rouquine et une brunette : une soirée habituelle dans la vie de Taiji77.

Bon, je vais passer rapidement sur le match suivant, qui opposait Eric Young, Jesse et Robbie E dans le but de savoir qui devrait porter l’accoutrement de dinde de Young.  Si si, un 3-way rien que pour ça. Mazette… Young gagna en réalisant le pin sur Jesse qui a donc du porter le costume à la con, mais cela risque d’être sa dernière victoire avant longtemps, car il fut la troisième victime du petit d’Aces and Eights « on tire nos victimes aux fléchettes » et se fit donc démanteler au marteau notamment sous les yeux d’une ODB impuissante.

HOURRA !

Enfin, les ceintures K-O vont elle pouvoir être défendues de manière propre et honorable. Enfin nous allons pouvoir nous passer du comedy act débile de Young, et garder du temps d’antenne pour des trucs plus importants. La stable elle continue de faire des victimes au pif, mais elle va finir par s’attirer une fois de plus les foudres du roster à force de carnage incontrôlé. En tout merci les mecs, et si jamais vous voulez vous attaquer à Robbie E, vous gênez pas. Pour Young, s’il est absent longtemps, j’espère qu’il se débarrassera de ce gimmick pourri et qu’il redeviendra un lutteur accompli.

 

Non mais Robbie E on y touche pas, on le garde en réserve si jamais on doit faire un face-turn impromptu.

 

Mea Culpa ! Je pensais que le dernier AJ-Daniels aurait lieu cette semaine, mais ce sera pour Final Resolution, pas avant. Cette semaine, c’est Kaz que AJ a dû affronter, dans un match encore une fois court mais entre ces deux-là, le spectacle ne pouvait pas être mauvais. Ce fut aussi le dernier combat de la soirée, avec un début très rapide et impressionnant au sol, puis un énorme dropkick de Styles, un très bel hurricanrana, série d’atemis, snapmare d’un AJ en feu, backbreaker, mais Kaz revient avec une fourchette dans les yeux, et arrive peu après à sécher Styles d’une clothesline monstrueuse, et le domine jusqu’à le projeter à l’extérieur…purée, il a fait du gangnam style, Psy s’invite  à la TNA. Styles finit par contrer une suplex et par placer une grosse clothesline à son tour, spin kick, mais Kaz répond par son springboard ddt. Styles se fait contrer un sunset flip, ne réussit pas un roll-up mais enchaine avec un pélé kick qui suffit pour la gagne. AJ retrouve un peu de rétribution, et j’espère qu’il battra Daniels pour bien finir cette annus horribilis et retrouver un titre fin 2013. Go AJ, go !

EDDY GORDO WINS !

Enfin, parlons d’Austin Aries qui a totalement changé de cible. Après avoir chouiné sur ses déboires, il a prononcé le nom synonyme de tous ses malheurs, et a donc appelé Hogan…fille, après l’avoir copieusement insulté. La demoiselle se pointa malgré tout et se fit rabrouer assez puissamment : selon A Double, elle rêverait de s’appeler Brooke Trump ou MacMahon (si si elle l’a dit). Aries semble malade d’entendre le nom Hogan, et continua de s’en prendre verbalement à la princesse notamment sur sa relation naissante avec le bully. Ce dernier se pointa accompagné de Hulk Hogan pour faire fuir le grossier manant, Hogan disant ni plus ni moins à Aries «  Tu est un homme mort » mais jetant un œil noir sur le prétendant de sa fille.

 

Encore un couple à la "La Belle et la Bête", me direz-vous, et c’est vrai. Mais au vu de cette image, j’ai du mal à déterminer qui est la bête, perso.

On semble se diriger vers une feud Aries/Hogan’s& Ray, et quand on connaît l’alchimie entre Hogan et A double, cela peut promettre de beaux segments. Mais j’espère que le côté mélodrame ne sera pas celui qui ressortira, le monde du catch en connait actuellement bien assez. Bref, un Impact mitigé pour moi, le contenu n’étant pas toujours au niveau mais « sacrifier » un slot télévisuel pour promouvoir les jeunes, je ne considère pas cela comme du temps perdu. D’autant que les storylines avancent un peu et que quelques rookies ont tiré leur épingle du jeu. Il faudra mettre un coup d’accélérateur la semaine prochaine, mais à la TNA, au moins, les jeunots ne sont pas oubliés. Quant à devenir des stars en puissance, on y est par contre pas encore…

 

-Tu te rends compte Jesse, si on avait signé à la WWE, à l’heure actuelle on serait à la place de Ryback, totalement coincés dans une feud impossible contre le champion ? On serait grillés.

– Clair mec, tout le monde se foutrait de nous, alors qu’ici, on est des pièces maitresses de la fédération.

– Ouais, c’est exactement ce que m’a dit Hardy quand j’ai jobbé pour lui les trois dernières fois.

– Notre tour arrive mon pote !

1 commentaire

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut