Catch

Les bookers de Smackdown sont-ils entrés en hibernation?

Rien n’est plus fatigant que la paresse.

Rivarol

 

Il y a quelques semaines, j'ai fait une review de Raw afin de montrer qu'en fait, la WWE, c’est plutôt pas mal. Eh bien, cette semaine, Smackdown a réussi à me donner tort. L’épisode de vendredi dernier a été particulièrement mauvais, digne de ceux qui m’avaient poussé à arrêter de regarder la WWE.

 

 

Welcome to un show de merde!

 

 

Nalyse de Smackdown du 23 novembre

 

 

Commençons par le commencement avec cette séquence Miz TV qui a ouvert le show. Cette semaine, Mizou recevait John Cena : il voulait l'interroger sur le palot échangé avec AJ. Avant de parler du contenu du segment, je voudrais d'abord ouvrir une parenthèse sur le Miz. Habituellement, je suis fan de son segment dédié : il excelle dans la présentation et les sujets abordés avec les catcheurs font avancer les storylines, comme on l’a vu quand il a reçu Kofi ou les Hell No.

 

Seulement, l'alignement du Miz n'est pas encore bien défini. On ne sait pas s'il est heel ou face et, visiblement, lui non plus ne sait pas trop sur quel pied danser. Actuellement, il est bloqué : il ne peut pas faire de cheap pop ou se placer résolument du coté de Cena parce que ce serait trop face mais il ne peut pas non plus se montrer insupportable ou balancer des piques méchantes parce que ce serait trop heel. Il a donc dû se dire qu'il devait faire quelque chose pour ne pas paraître fade. Ce qu'il a fait? Il a cabotiné à mort, livrant une prestation digne d'un Stuart Smith. C'était vraiment horrible, et j'irais même plus loin, pénible à regarder. Je suis fan de ce gars depuis des années mais je ne l'ai jamais trouvé aussi mauvais micro en main. J'espère qu'il va arrêter le cabotinage parce que ça ne lui va pas du tout.

 

 

I main evented Nanarmania.

 

 

Quoi qu'il en soit, John Cena était l'invité de Miz TV, et il était là, comme il le disait lui-même, pour répondre aux "tough questions" du cabotin. Et comme tough question, celle du Miz se pose là : "Est-ce que vous l'avez fait?". Wouhou, géniale la question! On dirait du American Pie, pas de la WWE.

 

A cette question d'adolescent pré-pubère, Johnny répond qu'il a embrassé AJ parce qu'il en avait marre que Vickie ramène de nouveaux éléments chaque semaines, donc il a frappé un grand coup pour qu'on arrête de lui briser les castagnettes. Il admet cependant qu'il a aimé ça. Miz lui demande ensuite s'il a des sentiments pour AJ, moment que choisit cette dernière pour débarquer et avoir une discussion avec John, de laquelle il ressort qu'ils ont des sentiments l'un pour l'autre. Très intéressant tout ça.

 

 

AJ et John vont-ils se mettre ensemble? Michael trouvera-t-il l'amour? Vous le saurez en regardant le prochain épisode des feux de la WWE!

 

 

Le reste du segment était tellement chiant et j'ai tellement pas le courage de le détailler que je vais le résumer comme ça: Ziggler arrive, crache sur AJ; Vickie arrive, elle approuve, John Cena fait une blagounette, fin du segment. L’ensemble a duré près de vingt minutes, c’était interminable.

 

Au lieu de perdre du temps là-dessus, je préfère parler d'autre chose. Je me souviens d'une époque où les apparitions à Smackdown de John Cena, superstar de Raw, étaient exceptionnelles. Certaines années il n’y est pas apparu une seule fois. Avec la naissance des Supershows, on a vu qu'il n'y avait plus vraiment de superstars appartenant à un roster bien défini, mais tout de même, certains catcheurs sont associés à une brand; en l'occurrence, John Cena est l'un d'eux. Sachant cela, qu'on m'explique pourquoi on a rameuté Cena à Smackdown! On peut même généraliser : pourquoi a-t-on ramené une storyline typique de RAW, incluant même son managing supervisor (ou quelque chose comme ça) dans le show bleu?

 

Si c'est pour prolonger cette historiette parce qu'ils pensent avoir trouvé un bon filon, ça n'annonce rien de bien parce que ça veut dire qu'on va encore se farcir cette storyline à la con pendant un moment. En revanche, si c'est destiné à précipiter la fin de la susnommée storyline, c'est plutôt bon signe parce qu'on ne la reverra plus dans quelque temps. Si vous avez d'autres explications, n'hésitez pas à me les donner.

 

 

Quand il est à Smackdown, John Cena fait la même chose que les gens de Smackdown : il regarde Raw.

 

 

S’il y a quelque chose de positif à tirer de toutes ces conneries, c'est la place faite aux femmes. Avez-vous récemment vu une femme prendre autant de place qu'AJ dans une storyline principale de la WWE, hormis Vickie Guerrero? Non, et c'est bon signe parce qu'on va enfin avoir des femmes qui ne servent pas que de faire-valoir ou de pause branlette pour adolescents et vieux pervers.

 

Par la suite, on a eu une succession de matchs, qui, soit ne servaient à rien, soit étaient complètement cons.

 

Ryback a squashé Darren Young et Titus O'Neil; c'est important de se souvenir que Ryback est fort, au cas où tout le monde l'aurait oublié… Franchement, qu'est-ce que c'est que ce booking de feignasse? Une promo de deux minutes pour dire "je vais vous manger vous trois qui m'avez fait passer à travers la table des annonceurs. Feed Me More" aurait été simple, efficace et aurait rappelé qu'actuellement, Ryback a une feud en cours. Ca aurait même pu teaser un match éventuel à TLC. Alors certes, je sais que les petits magnétos d'excellente qualité sont aussi là pour rappeler ça, mais quand même, une promo, aussi courte soit-elle n'est pas impossible à faire!

 

 

– Hé, Skip, tu te souviens quand on était ensemble dans le Nexus? C’était le bon temps hein?

– Ne me parle pas, nourriture.

 

 

Un peu plus tard dans la soirée, il y a eu un match opposant Sin Cara à Alberto Del Rio, qui lui non plus ne servait à rien, parce qu'on connaissait déjà le gagnant avant même le début.

 

A mon sens, pour que dans la carte d'un show un match ait du sens, il faut soit qu'il serve une storyline, soit que ce soit un match d'exhibition entre deux catcheurs de rang similaire, comme par exemple Tyson Kidd vs Justin Gabriel ou encore, Randy Orton vs Dolph Ziggler (on y reviendra). Même si aucune histoire n'est servie par le deuxième type de match, on en retire tout de même une leçon : X est plus fort que Y, donc X est plus proche du titre que Y, par exemple.

 

Le match entre Sin Cara et Del Rio ne réunissait aucune des deux conditions car il opposait un upcarder/main eventer à un midcarder, donc le résultat était évident, et ne servait que de bouche-trou. C'est dommage, parce qu'on sait que Sin Cara est présenté comme l'élève de Rey Mysterio et vu le passif entre Rey et Del Rio, on aurait pu voir son maître venir le réconforter et défier le rupin du regard. Ca aurait été intéressant parce que ça aurait été le début d'une storyline entre la maison Mysterio et la maison Del Rio.

 

 

Hmpffff!

Monsieur l’arbitre, je comprends sa langue et je suis formel : il vient de dire qu’il abandonne.

 

 

Voilà pour les matchs qui ne servent à rien, passons maintenant au match complètement con, j'ai nommé R-Truth vs Antonio Cesaro.

 

Au début, je me disais "tiens, un autre match à caser dans la catégorie des matchs qui servent à rien" : bah oui, Cesaro était censé gagner, et ça n'aurait servi à rien du tout parce que sa supériorité sur Truth a déjà été démontrée à Survivor Series. Rappelons-le, Antonio est invaincu par des Américains; il y avait donc de quoi prolonger la storyline en le faisant battre par des Canadiens ou par Justin Gabriel (ce qui a déjà été fait); à la place, la semaine suivant le ppv, Antonio Cesaro a été battu en trois minutes par R-Truth. Je me demande vraiment ce qui passe par la tête des bookers parfois. Autant, ils font souvent un travail génial, autant, certaines fois, c'est vraiment de la merde.

 

 

Merde. Shit. Scheise. Mierda. Bockwurst.

 

 

Par la suite il y a eu match qui était vraiment pas mal mais a suivi un booking débile. Il voyait s'opposer Damian Sandow et Kofi Kingston pour le titre intercontinental de ce dernier. Le special guest était l'ultra charismatique Wade Barrett qui, étant donné ses deux victoires face à Kofi Kingston aurait le droit d'affronter le vainqueur pour le titre. C'est une erreur de booking typique : pourquoi Damian Sandow aurait le droit à un title shot alors qu'il n'a rien fait pour cela, tandis que Barrett doit attendre malgré ses victoires sur le champion (il l’a pinné à Survivor Series puis lors du Raw du lendemain)? Là encore, une promo un peu intense dans laquelle Wade Barrett aurait défié officiellement Kofi à un match pour la ceinture aurait été de circonstance, mais à la place, les bookers ont fait les feignasses. Plutôt que d'écrire une promo de quatre à cinq pages pour meubler une dizaine de minutes, ils ont fait tenir le script sur une ligne:

 

"Kofi Kingston vs Damian Sandow."

 

Bien sûr, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple, organisons un match et on foutra Wade Barrett aux commentaires, il s'occupera de builder la feud tout seul. Evidemment, Kignston l’a emporté sur Sandow, et on se dirige donc vers un Kingston-Barrett pour le titre à TLC.

 

 

– Hey, je suis debout sur une table! Donc on va faire un Tables Match!

Waaah, trop bien pensé ce booking.

 

 

Heureusement, dans ce show, il n'y a pas eu que du mauvais. On a eu à quoi se raccrocher, comme ce segment très amusant entre Daniel Bryan et Kane qui se disputent parce que Daniel n'a pas invité Kane à fêter Thanksgiving (à base de dinde vegan). Finalement, le petit promet au grand que s'ils gagnent ce soir, ils boufferaient chez lui pour Noël.

 

Le match en question les opposait au Big Show, le champion du monde en titre, et force est de constater que ce match à handicap été plutôt bon, et a même fait avancer le schmilblik. En effet, on a pu voir William Regal accompagner Sheamus pour le regarder, confirmant son nouveau statut de mentor, et on a aussi eu une autre confirmation, celle qu'a TLC, ce sera un chairs match entre Show et Sheamus.

 

 

Aujourd’hui, dans « Vis ma vie », un main eventer partage le quotidien d’un jobber vétéran.

 

 

De plus, on a vu que Daniel Bryan a fait perdre le match a son équipe mais que malgré tout, Kane est venu le réconforter, signe d'une plus grande cohésion dans le duo; je pense donc qu'ils vont s'y accrocher longtemps à leur titre. Même si je n'y crois pas vraiment, je pense que l'idéal pour que les ceintures tag team prennent une autre dimension serait que Sheamus perde son match et parte en chasse de ce titre avec William Regal. S'ils gagnent, il faudra de sacrés adversaires pour reprendre le titre, et les mecs haut placés mais qui ne font quasiment rien depuis des mois ne manquent pas, je pense notamment à Del Rio ou Orton par exemple.

 

 

I AM THE TAG TEAM CHAMPIONS!

I AM THE WORLD HEAVYWEIGHT CHAMPION!

Heu, on s’est gouré de script je crois.

 

 

La fin du show a été la partie la plus agréable étant donné que Dolph Ziggler était dans le ring. Ce gars est quand même extraordinaire dés qu'il se met à catcher, il a un selling monumental et rend des moves basiques spectaculaires. Il était opposé à Randy Orton, mais c'est logique, il a eu des échauffourées avec John Cena, plus tôt dans le show donc il règle ses comptes avec Orton… Vous non plus vous ne voyez pas le rapport?

 

Encore une erreur de booking! Sans déconner, John Cena arrive exceptionnellement à Smackdown, se dispute avec Ziggler, nous dit que malgré sa blessure, il peut quand même catcher, et on envoie qui? Randy Orton! Je comprends qu’en réalité Cena ne puisse pas catcher vu l’état de son genou, mais dans ce cas, il aurait pu prendre un micro et dire "je ne peux pas catcher vu mon genou, mais il faut que tu payes, donc j'envoie un remplaçant", suivi de la musique de Randy Orton. C'est facile comme solution en plus. Là, les bookers ont préféré balancer ce match comme ça, sans explication.

 

 

Bah, Cena je m’en occupe à TLC. En attendant, j’avais juste besoin d’un punching ball sur qui me défouler un peu.

 

 

Un peu plus haut, je disais qu'un match d'exhibition entre deux mecs sert à définir le rang des deux mecs. Là c'est exactement ça, Orton est neuf fois champion du monde, et Ziggler est en plein ascension.

 

Première possibilité : Orton gagne, ça ne change rien à son statut, et ça rabaisse un peu Ziggler comme potentiel champion du monde suite à un cash in. Deuxième option : Ziggler gagne, ça ne change toujours rien au statut de Randy Orton mais ça fait de Ziggler quelqu'un de redoutable et mature pour un cash in.

 

A mon grand étonnement, Ziggler a gagné, et clean. C'est à mon avis la meilleure chose à retirer de la soirée, car Ziggler est à deux doigts de décrocher le statut de main eventer confirmé.

 

 

Et Orton à deux doigts de décrocher le statut de jobber to the stars.

 

 

Après la victoire de Dolph, Del Rio et son larbin se sont ramenés pour provoquer Orton pendant que Cena portait un STFU à Ziggler sous le Titantron, histoire que le show se termine sur l’image d’un face triomphant.

 

 

Une attaque dans le dos sur un homme qui vient de livrer un combat d’un quart d’heure à Randy Orton : John Cena, le modèle d’une génération!

 

 

Pour résumer, malgré quelques bonnes idées, cet épisode a été un véritable festival d’erreurs de booking, de fainéantise ds bookers, de vide et d'ennui; si je devais le noter, je lui mettrais un 2/20.

 

Cette nalyse est maintenant terminée, vous pouvez vaquer à vos occupations ou lachay un comz juste en dessous pour dire ce que vous en avez pensé.

 

 

Allez hop, poubelle.

 

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut