Catch

The (eric) Young and the restless

L’amour est un combat perdu d’avance.

Frédéric Beigbeder (plus tous les types ayant eu une déception amoureuse dans leur vie).

C’est officiel, la TNA est devenue un soap opera digne d’Amour, Gloire et Beauté, Hélène et les Garçons, Les Feux de l’Amour ou Plus belle la vie. Mais alors qu’on aurait pu craindre un nouvel épisode pour le moins mitigé (celui de la semaine dernière de Thanksgiving fut le moins regardé en six ans), le show de ce jeudi a carrément relevé le niveau. Pourquoi ? Parce que le soap c’est bien, mais le catch c’est mieux ! Et ils ont même réussi à ne pas tomber dans le graveleux.

 

Par contre moi, je ne vais pas me gêner.

 

 

Nalyse de l’Impact Wrestling du 29 novembre

Je pense que ce qui m’a le plus ravi dans cet épisode, c’est un constat clair qui fait suite à une impression de la semaine dernière : Jeff Hardy est le champion, mais c’est bien Austin Aries qui a droit au spotlight. Et que c’est mérité ! Tenez par exemple, cet épisode, qui s’est révélé être un Championship Thursday, s’est ouvert avec un Hogan remonté contre Bully Ray, ce dernier se pointa, puis sa fille et nous eûmes droit à un remix des moins inspirés des soaps les plus traditionnels qui soit. En gros Ray reproche à Hogan son manque de confiance à son égard, Hogan désapprouve une éventuelle relation de sa fille avec un lutteur (et au vu d’un des derniers qu’elle ait croisé, ça se comprend), cette dernière dit qu’elle n’a plus 18 ans et qu’elle peut gang-banger avec qui elle veut (…je crois que c’est ça qu’elle a dit, mais j’ai pu manquer deux-trois nuances). Piètre spectacle que celui-ci…

 

Mais Austin Aries apparut à l’écran !

Et la le monde s’éclaira. Critiquant Hogan pour s’occuper des affaires de sa fille avant ses devoirs (ici déterminer qui parmi Aries, Kenny King, Ion ou Kid Kash aurait un shot pour le titre de la X-division), il sortit une promo dont il a le secret, et montra qu’effectivement en heel il peut donner la réelle mesure de son talent au micro. Purée, ce scud sur Brooke… je vous laisse regarder l’épisode vous-même pour entendre ce que dit Aries, mais j’étais plié en deux. Austin, si jamais ils finissent par légaliser le mariage gay, épouse moi. Je serai Brooke, et tu seras Ridge. Je serais Nikki et tu seras Victor…. Purée je veux bien être tout ce que tu veux, mais toi continue d’être aussi awesome !

 

Je sais pas pourquoi mais au vu de cette photo, je pense plus à Nip/Tuck qu’aux Feux de l’Amour.

 

Evoquons tout de go l’ensemble de cette histoire qui nous mènera jusqu’au main-event puisque c’est Aries que choisira Hogan pour affronter RVD lors de ce dernier, éliminant d’abord Kenny King (au moins on l’aura vu, maintenant qu’il CATCHE merde !), puis Ion et Kash d’un seul coup. Aries se déclarait content d’avoir piégé Hogan pour récupérer la ceinture au X rouge et ensuite l’utiliser comme passe pour le WHC (comme il l’a fait à Destination X en fait). Hogan lui semble–t’il comptait sur RVD pour lui faire passer l’envie de s’en prendre verbalement à sa gosse.

Flashforward sur la fin de cet épisode donc, et sur le main-event assez long et original auquel nous avons eu droit. Un main-event qui a bien profité d’Aries pour pouvoir me faire supporter un match de RVD, avec un crescendo agréable et beaucoup de contres dès le départ jusqu’au crossbody très bien fait il faut le dire de RVD avant la pub. Le festival de contres continua ensuite, RVD contrant l’habituel suicide dive d’Aries et ce dernier évitant le coup de pied plongé de RVD alors qu’il gisait sur une barrière et enchainant sur un neckbreaker sur la barrière assez sick, mais qui n’aboutit qu’à un nearfall. Aries domina et multiplia les tombés en vain, même après un ddt parfaitement exécuté, et même un rolling thunder de son cru. Il tenta même un five-star frog splash évité par RVD, qui put enchainer avec un thrust kick, un bélier dans le coin, un roundhouse kick, un rolling thunder…et purée, j’ai cru qu’il allait faire un starship pain, mais c’est « juste » un splint leg moonsault, qui n’obtint cependant pas la gagne. Aries est si magnifique qu’il permet à RVD de donner le meilleur. Aries reprit cependant l’avantage mais prit trop de temps à provoquer pour se prendre un dropkick en l’air, mais Aries évita le frog splash à son tour en faisant tomber RVD de son turnbuckle.

Et alors il fit un truc qu’il n’aurait pas du faire : prendre un micro et encore se foutre de sa gueule mais aussi Hogan., ce qui provoqua l’arrivée de Bully Ray qui lui cassa la gueule et… fit DQ RVD. Aries gagne, mais sans avoir le championnat. L’épisode se finit avec l’arrivée d’Hogan et tout le monde se regardant en chien de faïence. Personnellement je pense qu’on arrive sur un Ray/Aries à Final resolution, et ça me va très bien. J’espère qu’Aries restera en tout cas les deux pieds dans cette histoire, car il lui apporte beaucoup et c’est un vrai régal à regarder.

 

 

L’esprit de John Morrison est pendant un instant passé au sein de l’Impact zone… et s’est barré, se rendant compte qu’il avait possédé la mauvaise personne.

 

Mais il y eut plein de bonnes choses lors de cet épisode d’Impact. Tout d’abord, nous avons eu droit à un match Mickie James-Gail Kim, soit entre deux des compétitrices les plus valables de la division féminines, donc un bon match. Kim prit le dessus de manière clean assez rapidement, jusqu’à un neckbreaker qui n’obtint pas le tombé, et pour cause : Mickie étant la number 1 contender elle doit être buildée pour apparaitre forte avant de faire face à Tara ; mais Kim réussit à paraître forte dans la défaite, évitant un crossbody et enchainant avec un dropkick, mais se fit très rapidement griller par Teryn Tarrell quand elle voulut s’aider des cordes pour un tombé. Finalement, Mickie réussit après deux tentatives à placer son Mickie DDT pour la gagne. Bon petit match, qui s’inscrit dans un build assez classique. Mais étant donné que Velvet semble avoir resigné, je pense que la TNA va faire gagner Tara pour lui faire affronter la revenante. Wait and see…

 

Kim, ne te contente pas de gagner, annihile cette moi cette catin !

– Pourquoi, elle t’a piqué un mec ou quoi ?

– Pire que ça, elle m’a jamais rendu mon DVD de la saison 2 de Vampire Diaries, cette pute.

– Ah, la salope !

 

 

Pendant ce temps là, Bobby Roode est venu parader après son coup d’éclat de la semaine dernière, ayant mis ko à la fois le champion et son adversaire du soir, Christian York, qualifiant notamment Hardy de « paper champion » et son opposant de « nobody ». Mais c’est bien le vainqueur de Gutcheck, York qui est venu lui faire comprendre sa façon de penser, une confrontation qui a débouchée sur un match. Et une fois encore, York a démontré qu’il assurait, mais cette fois contre un adversaire moins voltigeur mais plus puissant. Bien sur la aussi, c’est le statut de number one contender qui a permis à Roode de s’imposer.

 

Mais là encore York prouve qu’il va falloi compter avec lui, et ces deux matchs consécutifs contre les deux tenants de la title picture montrent que la TNA a des plans pour lui ; Il m’a paru moins dominateur, en tout cas subissant plus que la semaine dernière mais la faut en revenait aussi à un Roode vicieux et provocateur, qui dut néanmoins se coltiner un adversaire très résistant qui se paya le luxe d’un double foot stomp sur son dos avant de réaliser un tombé brisé à 2,75 avant de faire un petit paquet contrant un german suplex qui faillit lui offrir la victoire. Finalement le crossface de Roode lui permit de gagner, mais ce ne fut pas si simple que ça. Et alors que Roode voulait s’acharner sur York, Hardy vint faire le save et fit fuir le It Factor. La aussi un build assez classique, ou le contender semble n’avoir que peu de chances. Mais la composante York donne une saveur assez particulière, j’espère que la TNA va transformer l’essai avec lui.

 

 

Dans le prochain épisode d’Impact, tout sur la raison de la rupture entre Bobby et Christian qui a eu lieu au bal de fin d’année dernière.

 

 

Parlons maintenant d’un build bien plus tortueux : le gutcheck de Wes Briscoe, qui fut quelque peu chamboulé car Al Snow était indisponible, sans laisser de nouvelles, et D’Lo Brown prit sa place pour le jugement (sachant qu’il s’est lui-même proposé en dernière minute pour le remplacement). Briscoe obtient le sésame justement grâce au vote décisif de Brown, qui suivait le vote positif de Pritchard, Taz ayant voté non. D’ailleurs, petit carton jaune au passage, puisque lors des discussions du jury avant le vote final (et avant le tag match, on va en reparler), les deux hommes (Pritchard/Taz) étaient sur des positions toutes deux inverses de celle de leur vote. Je sais bien qu’il faut ménager un suspens, mais là mes chéris c’est incohérent, et c’est pas la première fois.

 

En tout cas Briscoe a son pass, mais la défection de Snow et le vote de Brown me laissent à penser qu’effectivement Aces and Eights est derrière tout ça, que Briscoe est bel et bien l’un des leurs (voire peut-être Brown) et que Angle, qui doit affronter DOC la semaine prochaine, pourrait bientôt se voir puissamment entourloupé par son protégé. Je continue de penser que Jarrett pourraît être révélé comme le leader, car lui seul serait idéal pour justifier l’animosité du groupe contre Sting, Hogan et Angle, on verra si la cohérence l’emporte.

 

 

– Merci beaucoup Kurt, je te dois tout (eh eh, comment je vais te mindfuck connard !)…

– C’est toi qui as tout fait, mon prodige !

Non, c’est grâce à ton leadership que j’ai réussi mon gutcheck (leadership de mes deux, ouais !).

– Et voila, maintenant t’es des nôtres à la TNA !

– Ouais, et je vais pouvoir t’enfoncer ta médaille bien profond dans le rectum (génial, maintenant je vais pouvoir vous aider à combattre Aces and Eights).

– ….Hein ?

– Oh pardon, j’ai confondu parole et pensée.

– Ah bon, tout va bien alors.

Tan qu’on en est à parler d’Aces and Eights, Devon a déclaré qu’il n’yaurait pas d’attaque ce soir si Hogan s’engageait à lui donner un shot pour le TV title qu’il n’avait jamais perdu. C’st Samoa Joe qui lui répondit un peu plus tard, en répondant à la positive à son défi. J’avoue que tout me parait possible dans ce match, Joe étant supérieur mais Devon est lui assisté de plein de potes à lui. On verra quel sera le dénouement final, mais peut-être que Joe s’il est dépossédé de son bien rejoindra la croisade anti-aces and eights, au point mort depuis quelques temps. Même ODB, qui parlait de Young envoyé à l’hosto par les motards, semblait dépité.

Sans respecter l’ordre chronologique toujours, évoquons les tag team et la moitié de l’une d’entre elles, à savoir Matt Morgan qui faisait son retour en match individuel à la TNA (et ça fait du bien de réentendre Sleeping giant). A noter que sa cape manifestement a été portée par Hogan contre André si j’ai bien compris. Bref, Morgan affrontait le « jobber to the stars and the other ones » Douglas Williams, cet affrontement ne servant qu’à montrer de nouveau le potentiel destructeur de Morgan et de son carbon footprint. C’était donc ni plus ni moins qu’un squash, bien exécuté entre les deux anciens membres de fortune (sisi ils y étaient et l’on même quitté en premier, souvenez vous), ou Williams n’a quasiment pas eu de temps d’attaque et a donc succombé à un chokeslam suivi d’un carbon footprint. Maintenant qu’on sait que l’équipe Ryan/Morgan  aura un shot pour les titres tag team à final resolution, espérons que la semaine prochaine nous ayons un segment micro pour peut-être mettre over l’importance des titres mais aussi l’histoire entre Hernandez et Morgan, enfin avant que celui-ci  ne porte sa cape bizarre.

 

Non mais la cape c’est un conseil d’Aries, pour m’élever dans la carte, qu’il disait. Quand il s’est barré en s’esclaffant comme un dément, j’aurais me douter qu’il n’était pas très honnête.

Tiens tant qu’on parle d’anciens de fortune, Strom et AJ ont du faire équipe contre Kaz et Daniels, quoi figurez vous ont désormais un nom d’équipe : les Bad Intentions. ENFIN ! Non parce que les mecs ont quand même gagné deux titres été champions pendant quelques éons, alors le nom d’équipe c’est bien mais c’est un peu tard. Enfin si cela signifie qu’ils vont continuer de tourner autour des ceintures TT, tant mieux pour la division. Je déflore tout de suite le suspens, ce sont les faces qui ont gagné. Mais ce match vaut vraiment le détour, rien que pour la performance d’AJ. Quand j’ai regardé 411 après le show, j’ai vu une note du rédacteur du show qui a mit un mot sur mon impression, donc je v  ais le citer tel quel, vas-y Larry Csonka « Of note, AJ Styles is VERY talented and it shows with this angle. It is one thing to be good, but is shows how good you are when you appear to be "unfocused" and "miss spots." If he keeps performing like this, his angle could be something pretty cool as we head into 2012” (Aj est vraiment talentueux et le montre avec cet angle, en arrivant à jouer le mec pas concentre qui loupe des spots). Et effectivement AJ a loupé plein de spots (comme quand il avait loupe son springboard face à Daniels l’année dernière et que ce dernier avait pu ainsi gagner face à lui, précipitant son heel turn).

 

En plus de sa frustration visible pendant tout le match et même après la victoire, il manqua un dropkick et se fit taguer juste après, ou bien en n’arrivant pas à faire un double elbow avec Storm, qui dut ensuite subir un long moment d’assaut des heels mais qui n’arrivèrent pas à enregistrer le tombé, ce qui ne les empêcha pas de réaliser un double…gangnam style pour la provoc (j’adore ces mecs). Trop longue provocation puisque Storm réussit à faire le hot tag pour AJ, qui réussit alors tous ses coups y compris  sa flying clothesline et tenta un crossbody sur Kaz… loupé à son tour. Purée, effectivement c’est assez rare pour le dire mais botcher EXPRES à ce point pour simuler la déconcentration, je plussoie Csonka, c’est très fort. Les heels s’acharnèrent alors sur AJ au sol à l’extérieur puis sur le ring, mais il arriva à résister au pin, Storm revint dans la partie en assommant Daniels à l’extérieur, et fit le tag sur AJ alors qu’il arrivait de son coté puis exécutait un pélé encore manqué. Ce fut donc le last call superkick qui mit fin au match, mais AJ semblait vraiment s’en vouloir après la fin de la rencontre. Même dans la simulation il est vraiment phénoménal.

 

 

– Enfoiré. Alors, à chaque fois qu’on luttait au corps à corps tu simulais ?

– Oui, mais j’ai jamais osé te le dire.

– Salaud ! Mais qu’est-ce que tu fais de mes sentiments, et de ceux de Chris ?

– Mais rassure-toi, je vous hais autant l’un que l’autre !

– C’est trop tard AJ, tu n’es plus rien pour moi.

Heureusement ce nouvel épisode d’Impact a largement relevé la barre après la semaine précédente, et c’est très heureux. Mais ce qui me semble le plus appréciable c’est le build à long terme dans plusieurs histoires : Briscoe qui pourrait mindfuck Angle, AJ qui me semble vraiment parti pour quelque chose de grand, et Dieu sait qu’il le mérite (BFG 2013, je pronostique Aries/AJ, et purée qu’est-ce que ce serait bon), Aces and Eights qui se dévoile lentement… en plus, on a appris récemment que la TNA allait supprimer le PPV de février, ce qui laisserait donc du temps entre Génésis en janvier et Lockdown en mars.  Enfin de la place pour le long terme, moi je dis oui, oui et oui. FEED!ME!MORE! TNA! (like this, en tout ca)

La prochaine télénovela à la mode : El Turnbuckle del Amor. Feux de l’Amour, fais gaffe à ton petit cul.

3 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut