Catch

Ceinture de Plomb 2012, résultats

Un homme déshonoré est pire qu'un homme mort.

Cervantes

 

Quinze catcheurs et catcheuses se présentaient à vous dans le fol espoir de succéder au palmarès à Hornswoggle (2009), Matt Hardy (2010) et Sin Cara (2011). Qui avez-vous choisi, lecteurs, de décorer avec la ceinture la plus honteuse de l’IWC ?

 

 

On vous prévient : si votre vote a été injuste, le Shield viendra vous péter la gueule.

 

 

Ceinture de Plomb 2012, les résultats

 

 

Notre sélection 2012 a été très discutée et disputée, de même que l’avaient été les sélections précédentes. Ce qui est tout à fait normal, tant les critères de la Ceinture de Plomb (©) sont volontairement flous. A vrai dire, une bonne moitié des membres du roster de la WWE auraient pu se retrouver dans notre liste de quinze! Mais enfin, il a fallu trancher et, au final, le groupe de malheureux ainsi réuni avait fière allure : on y retrouvait du main eventer ayant dépassé la date de péremption (Triple H et l’Undertaker) ; des anciens grands espoirs passés à la moulinette (Jack Swagger, Drew McIntyre, Ted DiBiase) ; des personnages importants de 2011 ayant connu une année 2012 calamiteuse (Zack Ryder, le Miz, Evan Bourne) ;  des gimmicks suicidaires (Brodus Clay, Natalya, Tensai) ; et des jobbers patentés au niveau consternant (le Great Khali, Maxine, Aksana, Jinder Mahal). Chaque lecteur pouvait donc dézinguer tel ou tel aspect du catch qui l’irrite le plus.

 

 

Ou presque.

 

 

Au vu des débats tenus en commentaires, sur le forum, sur la tribune, sur Facebook, dans vos cuisines, à la radio, à la télé et jusqu’à l’Assemblée générale de l’ONU, plusieurs favoris semblaient se détacher : Tensai, annoncé comme un monster heel dévastateur et rapidement réduit au rôle de faire-valoir puis de jobber ; Natalya, qui a vécu une année en tous points calamiteuse, jobbant, pétant et dansant avec le Great Khali et Hornswoggle ; Khali lui-même, incroyablement classé deuxième à chacune des éditions précédentes ; et Ted DiBiase, dont la candidature comptait une frange de supporters hardcore qui voyaient en lui la personnification du piston familial et de l’absence totale de charisme. Mais les onze autres candidats possédaient aussi leurs partisans, et la partie semblait fort indécise, et chacun mobilisait ses supporters à sa façon!

 

 

Votez pour moi, et je vous arrange un coup avec mes biatchs.

 

 

Rappelons une dernière fois le fonctionnement du vote : vous étiez appelés à classer dans l’ordre les quinze individus nominés, le premier de votre liste recevant quinze points, le deuxième quatorze, et ainsi de suite jusqu’au dernier, crédite d’un seul point. Vous avez été 230 à vous prêter à l’exercice, merci à tous ! 230 x 15 =

 

 

– Soixante-neuf?

– Non, mais merci d’avoir essayé.

 

 

230 x 15 = 3450. C’est-à-dire que dans l’hypothèse où les 230 votants auraient tous classé le même pauvre hère à la première place, il recevrait 3450 points. On pourrait vous donner le classement avec les points, mais comme il est un peu pénible d’essayer de calculer ce que représente disons un score de 852 points dans ces conditions, on fait plus simple : chaque catcheur sera présenté avec son score ramené à un barème sur 15. Plus le score est élevé, et plus il a été classé haut dans le palmarès de la CDP. Plus le score est bas…

 

 

… – plus il a été classé bas!

– Eh ben tu vois quand tu veux.

 

 

Pour que vous ayez un ordre de comparaison, sachez qu’en 2011 le podium a été le suivant :

 

1) Sin Cara, avec une moyenne de 9,78 points / 15 possibles

2) Le Great Khali, 8,23

3) Jinder Mahal, 8,09

 

John Morrison fermait la marche avec une moyenne de 3,65, précédé de sa fidèle (ou pas) Melina (5,23).

 

En 2010 :

1) Matt Hardy, 9,24

2) Le Great Khali, 8,07

3) Shad Gaspard, 7,60

 

Le Big Show était dernier avec 3,17 points, et Tiffany quatorzième (3,87).

 

Pour 2009, nous ne disposons pas de résultats aussi détaillés, puisqu’à l’époque nous ne retenions que des pourcentages peu évidents à analyser. Hornswoggle et Khali avaient écrasé la compétition et fini dans un mouchoir de poche avec 16% de la totalité des points attribués chacun, Eric Escobar (mais si, Eric Escobar ! … Bon OK, nous aussi on l’a oublié) les suivant à distance respectable avec 13%. Aux dernières places on retrouvait Gail Kim, Triple H et l’Undertaker — tiens tiens, ces deux derniers noms étaient également de sortie en 2012…

 

 

D’ici la fin de ce post, la sainte Trinité est sera devenue un carré magique.

 

 

 

 

Les résultats

 

15) The Undertaker, 2,00 points sur 15 possibles

14) Triple H, 2,91

 

Cruel désaveu pour les membres de la rédac ayant milité pour l’inclusion dans la liste des deux monstres sacrés. Les deux principaux protagonistes de la FIN D’UNE ERE ont obtenu tout simplement les scores les plus bas jamais enregistrés par des candidats à la CDP ! Deux points tout rond pour le Taker, cela signifie qu’il a été en moyenne classé quatorzième sur quinze, un véritable plébiscite en sa faveur qui se propage à son tout aussi prestigieux adversaire. Au temps pour un smartisme décomplexé dont nous sommes un certain nombre à nous faire les avocats en ces lieux : aux yeux d’une majorité écrasante de nos lecteurs, ces deux icônes conservent leur aura et n’ont rien à faire dans cette liste d’infamie. Dont acte.

 

 

– Encore raté, vieux.

Bon, va falloir trouver autre chose pour 2013.

Un Iron Man de trois heures qui occupe la totalité de Wrestlemania, ça te dit?

– Ca se tente.

 

 

 

13) The Miz, 3,25

 

On pourrait presque étendre le constat effectué ci-dessus au cas de l’Awesome One, main eventer en 2010 et 2011 dont les CDCistes n’ont pas voulu sanctionner le relatif dépush enregistré en 2012, accompagné d’un face turn douteux, de quelques performances discutables dans le ring et d’un segment récurrent, Miz TV, qui a du mal à trouver son rythme de croisière.

 

 

En fait les votants ont juste compris que je n’étais pas un catcheur mais un annonceur.

 

 

 

12) Natalya, 5,76

 

Première surprise du classement, avec la place très reculée de Nattie, qui pouvait pourtant difficilement faire pire qu’en 2012. Mais la sympathie qu’elle dégage est sans doute plus forte que l’odeur de ses flatulences.

 

 

Ne craque pas, gamine. T'as trouvé un super filon. Vu comme t'es partie, t'auras encore un job à la WWE d'ici une soixantaine d'années.

 

 

 

11) Zack Ryder, 5,80

10) Drew McIntyre, 6,63

9) Jack Swagger, 6,88

 

On peut réunir ces trois-là dans un même bloc : trois catcheurs encore jeunes, voire très jeunes (Drew, qui est quand même là depuis un petit bail maintenant, a seulement 27 ans), qui ont tous trois suscité nos espoirs (McIntyre était notre co-rookie de l’année 2009 ; Swagger notre Most Improved Wrestler 2010 ; Ryder notre co-Most Improved Wrestler 2011) et nos frustrations (Swagger trustant les titres de « Catcheur le plus sous-utilisé » qu’il a remportés en 2009, 2011 et 2012, les deux autres étant également souvent cités dans cette catégorie, où Ryder est cette année cinquième et McIntyre dixième). Tous trois ont vécu une année 2012 désastreuse, mais que ce soit par sympathie ou par choix de ne pas « punir » les catcheurs pour des décisions relevant avant tout des bookers, les CDCistes n’ont pas voulu leur attribuer des rangs élevés dans la hiérarchie en plomb. Toujours ça de pris.

 

 

Hé, Zack et Jack! J’ai une bonne nouvelle : on a besoin de choristes pour les 3MB.

 

 

 

8) Maxine, 7,08

 

Maxine, c’est l’inverse de Tatie Danielle : vous ne la connaissez pas encore, vous la détestez déjà. Notez bien que vous n’aurez probablement plus jamais la chance de la connaître, puisqu’elle a été virée dès la fin de l’atroce saison 5 de NXT qu’elle a incarnée jusqu’au vertige.

 

 

Bizarrement, lorsque Maxine a rejeté une demande en mariage à l’autel, Vince McMahon ne lui a pas proposé de devenir GM de Raw pour autant.

 

 

 

7) Brodus Clay, 7,12

 

Les arguments de ses détracteurs semblent avoir porté : même si on est nombreux à avoir apprécié ce personnage venu de nulle part et de nul temps, les grincheux qui regrettent, avec CM Punk, l’affront fait à un tel mastodonte, ont su faire entendre leur voix pour propulser le dinosaure dansant dans la première moitié du classement.

 

 

Allez gros! LIMBO!

 

 

 

6) Jinder Mahal, 7,13

 

On ne dirait pas comme ça, mais cette place constitue une vraie progression pour l’enturbanné : troisième en 2011, pour son année de rookie, le voilà sixième en 2012… A ce rythme, il ne sera plus dans la sélection d’ici quatre ans!

 

 

– Won’t you take me to… funky toooown!

Putain Jinder, on fait du rock, pas du funk!

Mais j’ai vu Brodus et je croyais que…

Mais quel boulet…

 

 

 

5) Evan Bourne, 7,56

 

On ne l’a pas vu de l’année, et c’est bien dommage. Mais nos votants n’ont pas oublié le merveilleux high flyer qui combine connerie (se faire choper par la patrouille pour du shit, sérieusement…) et poisse carabinée (un accident de bagnole qui l’a mis sur la touche pour un an). Rassurez-vous, il devrait revenir en 2013 pour défendre ses chances.

 

 

Absent depuis le 16 janvier et cinquième du classement de la CDP. L’objectif d’Evan pour 2013 : accéder au podium sans catcher une seule fois de l’année.

 

 

 

4) Ted DiBiase, 8,16

 

Oh non, même pas envie de parler de lui, tellement il nous saoule. Il est si nul qu’il termine à la place du con, au pied du podium.

 

 

– Oh mais que vois-je là, au premier rang, en train de m’applaudir? C’est le DiBiase Posse au grand complet!

Non, Ted, c’est juste ta maman toute seule.

Oui, c’est bien ce que je dis.

 

 

 

LE PODIUM

 

3) Tensai, 9,09

 

Pour beaucoup, il était le grand favori, et force est de constater que l’artiste anciennement connu sous le nom d’Albert aurait fait un vainqueur respectable, lui qui a démarré l’année en battant Cena et Punk et qui l’a terminée vaincu par Santino Marella. Quand on y ajoute un gimmick complètement déphasé, un catch d’autant plus décevant qu’on en attendait monts et merveilles au vu de sa réputation forgée au pays de l’atémi levant, et une gestion du personnage catastrophique (le gimmick de « Lord » abandonné sans explication, les beatdowns répétés infligés dans l’indifférence générale à Sakamoto, une absence quasi totale de feuds et de promos…), on peut considérer que cette troisième place à la CDP est pour lui à l’image de son année : une grosse déception.

 

 

Rappel : en japonais, Tensai signifie accident industriel.

 

 

 

2) Aksana, 9,10

 

La surprise du chef. On s’attendait plutôt, en effet, à retrouver la Lituanienne quelque part dans le ventre mou du classement : trop mauvaise pour prétendre aux dernières places, réservées aux vrais bons catcheurs de la liste, elle semblait trop méconnue et anecdotique pour figurer dans le top 5, sans même parler de ce superbe deuxième rang. Oui, on la voyait finir au milieu, à côté d’une Maxine dont elle partage l’incompétence in ring. Mais dans cette campagne, quelque chose s’est levé qui ne s’arrêtera pas, pour paraphraser une déclaration célèbre, et ce quelque chose, ce n’est pas que la vieille bite de Teddy Long à la vue du décolleté de la pute de l’Est : c’est un véritable rejet d’Aksana en tant que telle (catcheuse nulle, actrice à l’avenant) et, sans doute, de ce qu’elle incarne, ce rôle de potiche encore plus cliché que dans un porno paresseux qui n’a servi à rien et a rendu consternants tous les segments sans exception auxquels elle a pris part. De sa romance inepte avec Teddy Long à son rôle sans intérêt aux côtés de Cesaro pour les débuts de celui-ci, de ses quelques matchs embarrassants à regarder à son rôle incongru d’assaillante de Kaitlyn à Night of Champions (pour des raisons d’ailleurs jamais explicitées), Aksana n’a cette année rien fait de bon. Mais elle a compensé en faisant beaucoup de mauvais. Première femme à figurer sur notre podium, deuxième grâce à deux minuscules points au total de plus que Tensai (2094 contre 2092), Aksana a enfin réussi quelque chose dans sa carrière. Big up, bitch !

 

 

Je suis une poupée de cire, une poupée de plomb…

 

 

 

1) The Great Khali, 9,68

 

On n’y croyait plus, dans le camp Khali. Lui, le magnifique loser, le triple dauphin de la Ceinture de Plomb, semblait ne plus y croire lui-même. Il savait pourtant qu’il avait toutes les qualités pour triompher : un corps et un visage de monstre de foire, une mobilité de container à bouteilles, un jeu d’acteur à faire passer Steven Seagal pour Louis de Funès, un gimmick de comedy face insupportable, un arsenal de prises inférieur à celui du proverbial balai… Mais rien à faire, il trouvait chaque année sur sa route un homme porté par un destin : Hornswoggle, Matt Hardy, Sin Cara…

 

Cette année, croyait-on, le verrait encore tutoyer les sommets mais échouer une fois de plus, probablement face à l’OVNI Tensai. La surprise est d’autant plus grande que l’Indien n’a pas forcément réalisé sa pire année. Certes, il a été affreux, affreux, affreux à chaque sortie, mais enfin, il a été un peu moins nul que d’habitude en kayfabe : il a réussi à éliminer quelqu’un au Rumble, pour la première fois depuis 2008, participé à l’Elimination Chamber de Smackdown, été présent dans le match Team Teddy / Team Johnny de Wrestlemania et remporté en toute fin d’année, à Main Event, une bataille royale désignant le challenger à la ceinture US d’Antonio Cesaro. Pas mal quand on sait qu’il a manqué six mois pour une opération…

 

Mais tout cela n’avait guère d’importance. Car sa fin 2012 fut la goutte d’eau qui mit le feu à nos gonds. D’abord, on vit l’autre extrémité de l’humanité WWEsque, Hornswoggle, s’allier à lui, pour former la tag team de cauchemar qu’on imaginait parfois dans nos pires horror trips sous acide ; puis Khali fut l’imposant dernier clou planté dans le cercueil de Natalya, l’une des divas les plus appréciées du public, notamment ici. Et d’un coup, en le voyant se trémoussant horriblement avec Horny et Nattie, tenter de bouger à peu près en rythme sur sa propre musique, porter ses très inesthétiques Chops à de vaillants adversaires qui méritaient un autre sort, on s’est dit, en notre for intérieur, quelque chose du genre : « Putain, MAIS QU’EST-CE QU’IL NOUS LES BRISE, LUI! » C’est l’accumulation de plusieurs années qui est ici récompensée, des années de constance dans la nullité et l’inutilité, des années d’irritation, des années de consternation…

 

Khali, au fond, est probablement, avec Hornswoggle, ce qui se rapproche le plus du concept de base de la Ceinture de Plomb : un catcheur épouvantable doté d’un gimmick débile, à la fois enfantin et daté. Le fait que le Horny 2009 et le Khali 2012 ne parlent pas y est sans doute pour quelque chose, mais c’est évidemment le côté « monstres de foire » qui est pointé du doigt avec leurs élections respectives. Il était temps d’offrir à Khali cette ceinture qu’il mérite tant, car qui sait s’il en a encore pour de longues années à la WWE, et il aurait été frustrant de le laisser partir sans la ceinture qui semble avoir été pensée sur mesure pour lui. Bravo champion, à force de persévérance, tu as réussi !

 

 

– Bwa! Bwa bwa bwa bwa!

– Je suis si fier de toi, grand.

 

 

 

Classement final

 

1) The Great Khali, 9,68 points sur 15 possibles

2) Aksana, 9,10

3) Tensai, 9,09

4) Ted DiBiase, 8,16

5) Evan Bourne, 7,56

6) Jinder Mahal, 7,13

7) Brodus Clay, 7,12

8) Maxine, 7,08

9) Jack Swagger, 6,88

10) Drew McIntyre, 6,63

11) Zack Ryder, 5,80

12) Natalya, 5,76

13) The Miz, 3,25

14) Triple H, 2,91

15) The Undertaker, 2,00

 

 

 

Bwa.

 

23 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut