Catch

On rebat les cartes à NXT

Il faut toujours jouer loyalement quand on a des cartes gagnantes.

Oscar Wilde

C’est quand on s’y attend le moins que les nalyses de NXT refont leur apparition sur les Cahiers du Catch. Quoi de neuf depuis la dernière fois ? A vous de le découvrir en lisant cette nalyse des épisodes allant du 26 décembre 2012 au 20 février 2013.

 

 

 

 

 

Nalyse de NXT du 26 décembre 2012 au 20 février 2013

 

 

Seth Rollins et Big E Langston, retour à la réalité

 

Souvenez-vous, à la fin de ma dernière nalyse, NXT était confronté à un sérieux problème de cohérence scénaristique avec les cas de Seth Rollins et de Big E Langston. En effet, les deux étaient des top faces du show jaune, alors qu’ils commençaient à apparaître à Raw dans des gimmicks de heels. La WWE s’est donc chargée de régler ce souci de cohérence lors du dernier épisode de l’année 2012.

 

Rollins est ainsi apparu avec Roman Reigns et Dean Ambrose sous son gimmick de membre du Shield. Le heel turn du champion de NXT n’a pas été clairement expliqué, mais on peut imaginer que la frustration de ne pas être intégré à Raw ou à Smackdown malgré ses exploits dans le show du mercredi soir l’a poussé à intégrer la stable la plus intéressante du moment.

 

 

 

 

 

Big E Langston quant à lui a réalisé une petite promo pour expliquer qu’il n’a attaqué John Cena que pour aider AJ qui est une amie de longue date. Pour mémoire, AJ et Dolph Ziggler étaient alors en pleine feud contre le Marine. Le big man va même jusqu’à dire qu’il n’a rien contre Cena mais que c’est son amitié pour la diva qui le pousse à agir ainsi.

 

 

 

 

 

Au passage, je trouve que ça pourrait être un gimmick intéressant : un gros costaud qui a bon fond mais qui commet des mauvaises actions par amitié envers une heel. Mais ça m’étonnerait que cela soit vraiment exploité par les bookers.

 

 

Un nouveau champion à NXT

 

Faire de Seth Rollins le premier champion de NXT était une bonne idée étant donné ses qualités dans le ring et son statut de « rookie » en kayfabe. Toutefois, une fois que l’ex-star de la ROH s’est mis à apparaître à Raw régulièrement en tant que membre du Shield, il était devenu assez évident qu’il fallait lui faire perdre son titre.

 

En effet, la storyline du Shield est trop importante pour un petit show comme NXT et focaliserait trop l’attention au détriment des autres rookies. Transférer Seth Rollins (et Roman Reigns) à Raw était donc nécessaire, mais cela nécessitait qu'il laisse au préalable son titre de champion à un autre membre du roster de NXT.

 

La bonne nouvelle, c’est que cela s’est fait assez vite. La mauvaise nouvelle, c’est que c’est Big E Langston qui a hérité du titre.

 

 

 

 

 

Première étape : un match pour le titre fut organisé lors du premier épisode de l’année entre Seth Rollins et Corey Graves, qui feudait contre le champion depuis quelques semaines.

 

A noter que Corey Graves, heel de son état, avait déclenché cette feud en attaquant Seth Rollins lorsque ce dernier était encore face. Le brusque turn du champion a donc changé cela en un affrontement entre heels, ce qui est assez rare.

 

Enfin bref. Revenons-en au premier épisode de l’année 2013 qui a débuté sur une apparition du Shield en train de détruire deux jobbers sans intérêt.

 

Après avoir viré les deux malheureux du ring et prononcé quelques mots pour rappeler à quel point ils sont méchants, les membres du Shield furent interrompus par Dusty Rhodes qui imposa à Seth Rollins de défendre son titre le soir même (contre Corey Graves donc).

 

 

 

 

 

Le match, de bonne qualité, se termina sur une disqualification du champion suite à une intervention prévisible de Dean Ambrose et Roman Reigns. Le show s'acheva alors de façon assez chaotique, avec une tentative de sauvetage de Corey Graves par les faces du roster (pas tous les jours qu’on voit les gentils venir sauver un méchant). Tentative qui échoua lamentablement vu que les membres du Shield repoussèrent cet assaut et allèrent jusqu’à porter une triple power bomb à Bo Dallas qui faisait partie de l’équipe de sauvetage.

 

 

 

 

 

Ce fut alors au tour de Big E Langston de se ramener sur le ring, provoquant le retrait du Shield par son seul charisme (LOL).

 

Deuxième étape : pour ne pas perdre de temps, un « no disqualification match » pour le titre entre Seth Rollins et Big E Langston fut alors organisé dès la semaine suivante. Cela donna un match d’un bon quart d’heure, pas mauvais, avec bien évidemment une nouvelle intervention d’Ambrose et Reigns qui furent cette fois-ci chassés de l’arène par l’ensemble du roster du show jaune.

 

Big E Langston fini alors par porter son finisher à Rollins et devient ainsi le deuxième champion de l’histoire de NXT. Le Shield peut donc désormais se concentrer sur Raw et Smackdown, aucun rematch pour le titre n’étant prévu.

 

 

 

 

 

Depuis, Langston s’est mis à feuder contre Conor O’Brian, seul membre restant de l’Ascension depuis le renvoi de son compère Kenneth Cameron. Une feud pas très enthousiasmante, avec juste une petite promo de Conor O’Brian pour annoncer qu’il est le nouveau challenger pour le titre, un squash match pour chacun des deux adversaires contre un jobber quelconque histoire de rappeler à quel point ils sont forts, puis le match pour le titre.

 

Ce fut lors du dernier épisode en date (celui du 20 février) qu’eut lieu l’affrontement entre O’Brian et Langston. Et là, attention ! Que tous ceux qui pensent que Lesnar contre Goldberg à Wrestlemania XX était d’un ennui mortel évitent de regarder ce match.

 

 

 

 

 

La confrontation a en effet consisté en un interminable échange de coups de poing de la part des deux adversaires. Honnêtement, je range cet affrontement au même niveau qu’un match de divas incluant Aksana, c’est dire !

 

Heureusement, le combat prit fin prématurément grâce à une double disqualification après que les des deux big men décérébrés eurent bousculé l’arbitre plus ou moins volontairement.

 

Sincèrement, Big E Langston a beau recevoir une belle pop à NXT, ce genre de match et la qualité de ses promos me laissent penser qu’il est plus proche d’un destin façon Ezekiel Jackson que d’un destin à la Dave Batista.

 

 

 

 

 

Pour conclure sur ce titre de champion de NXT, Corey Graves a attaqué Langston dans le dos après le match et en a profité pour lui piquer la ceinture. Alors, Corey Graves à nouveau challenger pour le titre ? C’est tout à fait probable et cela ne devrait pas donner un plus mauvais match que la purge à laquelle on a pu assister lors de cet épisode.

 

 

 

 

 

 

 

Deux nouveaux champions à NXT

 

Nouveau bouleversement dans le show jaune ! L’épisode du 23 janvier a débuté par une promo du plus grand performer de tous les temps, le Heart Break Kid Shawn Michaels !

 

 

 

 

 

 

Mister Wrestlemania était en effet là en personne et il n’avait pas fait le déplacement pour rien puisqu’il nous annonça qu’un titre de champion par équipes allait faire son apparition à NXT.

 

Promo simple mais efficace de HBK qui nous rappela à quel point un titre de champion par équipes pouvait ouvrir les portes du succès à la WWE, citant son propre cas en exemple.

 

 

 

 

 

Simple mais efficace, c’est également comme cela que l’on peut qualifier l’idée des bookers d’organiser un tournoi à huit équipes pour déterminer les premiers tag team champions de l’histoire de NXT. Simple car cette idée avait déjà été utilisée pour le titre de champion individuel. Efficace car un tournoi constitue toujours un format intéressant à suivre, d’autant plus qu’on en voit rarement à Raw ou à Smackdown.

 

Les équipes en lice pour ce tournoi sont les suivantes :

 

– la Wyatt family. Composée d’Erick Rowan et Luke Harper, deux big men assez moyens dans le ring et avec des gimmicks de bouseux au QI de moule, ainsi que de Bray Wyatt, le meneur de la bande. Une stable heel intéressante, surtout grâce à son gourou halluciné, et un gros favori de ce tournoi.

 

– Yoshi Tatsu et Percy Watson. Vous sentez cette odeur ? C’est l’odeur de la lose qui émane de cette équipe. Probabilité de victoire dans ce tournoi ? A peu près la même que de voir l’AS Nancy remporter le championnat de France cette année.

 

– Derrick Bateman et Alex Riley. Encore une belle équipe de jobbers.

 

– Leo Kruger et Kassius Ohno. Là, ça redevient intéressant. On a là deux beaux heels qui avaient commencé en individuel et qui se sont alliés depuis quelques semaines pour faire souffrir tous les faces du roster. Ils feraient de bons champions, même s’ils souffrent du fait de ne pas former une véritable équipe mais plutôt une association de circonstance.

 

– Adrian Neville et Oliver Grey. C’est qui eux ? Si j’en crois leurs fiches Wikipedia, ils ont tous les deux une bonne expérience obtenue dans des fédérations indépendantes. Ils semblent attendus avec moins d’impatience que d’autres stars de l’indy comme Seth Rollins, Kassius Ohno ou Antonio Cesaro. Adrian Neville a eu un match en individuel avant le tournoi contre Sakamoto (oui, oui, l’ancien larbin de Tensai), juste le temps de montrer son finisher ultra spectaculaire, une corkscrew shooting star press qui ressemble au finisher d’Evan Bourne. A priori, ils forment une belle équipe de jobbers.

 

– Les three men band. Peu de chance de voir gagner les plus gros jobbers de Raw et Smackdown réunis remporter ce tournoi. Mais peut-être peuvent-ils réaliser une belle performance en accédant au moins aux demi-finales.

 

– Bo Dallas et Michael McGillicutty. Un rookie babyface qui a droit à pas mal d’exposition mais avec un talent assez douteux et un ancien de NXT saison 2, correct dans le ring mais sans véritable charisme. Je n’ai vraiment pas envie de voir cette équipe l’emporter. Néanmoins, les chances de les voir gagner le titre ne sont pas nulles.

 

– Primo et Epico. Même chose que pour les 3MB.

 

 

 

 

 

Regardons rapidement les résultats des quarts de finale.

 

La Wyatt family bat Yoshi Tatsu et Percy Watson. Rien à signaler, résultat logique au vu de l’intérêt des deux équipes.

 

Adrian Neville et Oliver Grey battent les 3MB. L’enseignement à tirer de ce résultat est que l’équipe des faces n’est visiblement pas qu’une simple équipe de jobbers, même si les voir remporter le tournoi reste peu probable.

 

Leo Kruger et Kassius Ohno démolissent Derrick Bateman et Alex Riley. Normal au vu de leurs positions dans la carte.

 

Bo Dallas et MMGC battent Primo et Epico. Encore un résultat logique.

Plus intéressant maintenant, nous arrivons aux demi-finales.

 

Adrian Neville et Oliver Grey battent Leo Kruger et Kassius Ohno après un match d’une bonne quinzaine de minutes. Grosse surprise ! Les faces, encore inconnus quelques semaines auparavant, battent deux heels plutôt en vue du côté de NXT. Véritable push pour eux ou simple besoin de mettre des faces en face de la Wyatt family en finale ?

 

Bien évidemment, la Wyatt family permet de respecter la logique face/heel en finale du tournoi en battant Bo Dallas et MMGC dans leur demi-finale. Match moins intéressant que la première demi-finale.

 

On arrive alors à la conclusion de ce tournoi. Nous en sommes à l’épisode du 13 février et la Wyatt family affronte les quasi-inconnus Adrian Neville et Oliver Grey pour le titre de champion par équipe de NXT. Evidemment, Bray Wyatt et ses deux acolytes restent les grands favoris de ce match et… Oh my god ! Corkscrew shooting star press ! Corkscrew shooting star press! Adrian Neville donne la victoire à son équipe !

 

 

 

 

L’équipe face, qui a fait son premier match à NXT deux semaines plus tôt, remporte le titre sous les vivas de la foule ! Grosse déception personnellement pour la Wyatt family (et un peu aussi pour l’association Ohno/Kruger) qui me semblent plus intéressantes. Mais qu’importe ! C’est quand même une belle surprise de voir ces deux garçons, visiblement doués dans le ring, devenir les premier tag team champions de l’histoire du show jaune.

 

J’espère que les bookers sauront quand même gérer au mieux ce push assez spectaculaire, même si j’ai bien conscience que NXT est le lieu idéal pour prendre ce genre de pari. J'attends aussi de voir si Oliver Grey aura le droit de réaliser quelques tombés de temps à autre et si Adrian Neville ne sera pas qu’un nouveau Evan Bourne qu’on ressort juste à l'occasion pour montrer son finisher aux enfants et aux amateurs de mouvements acrobatiques.

 

 

 

 

 

 

Les divas, un mauvais moment à passer

 

Suite aux départs de Raquel Diaz et Sofia Cortez, les bookers avaient semblent-ils décidé de miser sur la toute jeune Paige pour animer la division féminine de NXT. Bonne nouvelle, cela n’a fait que se confirmer au cours des derniers mois.

 

Invaincue depuis début septembre, l’Anglaise a encore remporté deux matchs contre Emma et Aksana les 9 et 30 janvier. Le premier match fut bien meilleur que le second, ce qui s’explique sans doute par le niveau de la « rookie » Emma, qui a une certaine expérience des fédérations indépendantes, dont la Shimmer où elle a eu l’occasion d’affronter une certaine Sara Del Rey.

 

Paige, qui possède toujours un gimmick d’anti-diva et reçoit l’une des plus grosses pop de NXT, est ensuite entrée en feud contre Summer Rae après que cette dernière l’a attaquée dans le dos suite à sa victoire contre Aksana. Jusqu’ici ring annonceuse, celle-ci est par contre le prototype de la diva nulle dans le ring mais avec un corps de bimbo.

 

 

 

 

 

Le bon côté de cette feud est qu’elle a permis à Paige d’incarner son personnage d’anti-diva au travers d’un segment backstage avec Dusty Rhodes le 6 février où elle a ordonné à l’American Dream de lui donner un match face à Summer Rae. Devant le refus de ce dernier, Paige a alors utilisé les grands moyens et a carrément investi le ring lors de l’épisode du 13 février, expliquant qu’elle ne quitterait les lieux qu’après avoir eu son match. Et ce n’est pas le pauvre jobber présent sur le ring qui allait l’arrêter vu que ce dernier s’est pris une bonne claque dans la gueule à la première tentative de dialogue.

 

 

 

 

Le segment ce termina par une attaque de Summer Rae dans le dos de Paige, qui incita cette fois Dusty Rhodes à accorder sa revanche à l’anti-diva. Malheureusement, après un match assez terne, Paige fini par s’incliner pour la première depuis près de six mois. Même si l’Anglaise était clairement montrée comme amoindrie par l’attaque de sa rivale plus tôt dans la soirée, cela reste forcément décevant.

 

Finalement, lors de l’épisode du 20 février, un médecin interviewé backstage a expliqué que Paige serait absente quelque temps à cause de la blessure qui lui a infligée Summer Rae. Au passage, on peut féliciter les bookers d’avoir pris la peine de nous donner cette explication qui alimentera sans doute la heat de la heel.

 

 

 

 

En dehors de ça, on a également droit à une mini storyline entre Sasha Banks et Audrey Marie. Les deux sont assez inexpérimentées, surtout la seconde, et le scénario de la feud n’est pas très intéressant. Je ne vais donc pas m’attarder dessus.

 

 

 

 

 

Ceci dit, malgré la blessure de Paige et le niveau discutable de certaines divas, la division féminine de NXT reste bien plus intéressante à suivre que celle de Raw et Smackdown. Une fois que l’on a bien en tête que NXT reste un show de développement et que les membres de son roster sont donc souvent peu expérimentés, on a plutôt de quoi se réjouir de ce qu’on voit : des matchs de plus de cinq minutes, des segments backstage, des interviews, des promos et même des petites storylines.

 

 

 

 

 

Les superstars de Raw et Smackdown, une présence anecdotique

 

En dehors de la bonne surprise Shawn Michaels, aucune vraie superstar du catch n’est venue à NXT au cours de ces deux derniers mois.

 

Le mieux que l’on ait eu a été l’association Antonio Cesaro/Damien Sandow lors de l’épisode du 16 janvier. Sinon, on a eu du Primo et Epico, Tyson Kidd et Justin Gabriel ou encore Mason Ryan (qui est donc toujours à la WWE pour ceux qui se posaient la question).

 

 

 

 

 

L’anecdote amusante: Ricardo Rodriguez masqué et prêt à catcher

 

Lors du dernier épisode en date, Ricardo Rodriguez a disputé et perdu un match contre Xavier Woods. Ricardo a disputé ce match avec un gimmick de luchador masqué nommé El Local. Simple match pour jobber le temps d’une soirée ou véritable début en tant que catcheur à la WWE pour Ricardo ? Affaire à suivre.

 

 

 

 

Voilà, c'était deux mois de NXT résumé dans les grandes lignes. Je n'ai pas décrit l'intégralité des matchs s'étant déroulés au cours de ses derniers épisodes, préférant m'attacher aux storylines. Mais sachez que le niveau des catcheurs de NXT est globalement bon, hormis quelques divas peu expérimentées (Audrey Marie, Summer Rae) et un Big E Langston qui cèdera j'espère son titre à Corey Graves. A suivre!

 

 

 

15 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut