Catch

Des maths en chambre

Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre.

Blaise Pascal, après la première Elimination Chamber de l'histoire.

 

Qu’a bien pu penser ta Rédac préférée du tout dernier Pay-Per-View de la WWE avant WrestleMania XXIX ? Une partie de la réponse se trouve ici (ou dans le module prévu à cet effet à droite en dessous des news !). Pour le détail, les anecdotes chiffrées croustillantes et les explications du pourquoi du comment, c’est dans la suite de l’article.

 

 

OK j'abandonne ! J'abandonne ! Lâche moi par pitié je vais être en retard pour le compte rendu de Jyskal !

 

 

Notes de Elimination Chamber 2013

 

 

C’était donc la Nouvelle Orléans, et plus précisément la New Orleans Arena qui accueillait les superstars de la WWE et quelques 15 669 fans acharnés pour le second PPV de l’année 2013. Nous sommes revenus à une carte d’apparence plus familière avec huit matchs au programme (par rapport aux cinq matchs du Rumble), ce qui était la moyenne pour un PPV en 2012.

 

Le temps effectif entre les cordes aura pourtant été bien inférieur et nous avons été lésés de près de treize minutes par rapport à janvier, soit l’équivalent d’un bon match de midcard (ou d’un match pour le titre WHC…) pour un total de 1h39.

 

La cuvée 2013 d’Elimination Chamber récolte un très solide 13,4 de moyenne. L’année part décidément très fort après le 13,5 du Rumble. C’est surtout beaucoup mieux que l’année dernière et l’infâme édition 2012 qui avait vu Ambulance Match entre Kane et Cena clore un PPV à 10,9.

 

 

OK. On arrête de déconner maintenant. Qui a volé l'hélice de ma casquette ?

 

 

Commençons par le titre de plus mauvais match de la soirée, qu’on pourra très probablement bientôt renommer BOOBS TROPHY, puisque ce sont encore les donzelles aux poitrines proéminentes qui le décrochent pour la sixième fois de l’histoire de ce bulletin que le monde nous envie.

 

Kaytlin contre Tamina pour le titre féminin décroche la note de *3/4 et ce ne sont pas les ardeurs de Kovax pour la belle championne (***) qui sauveront ces trois minutes de catch qui n’a pas su passionner les foules. On peut souvent taxer nos notes de sévère quand il s’agit des filles, mais difficile de trouver un motif de satisfaction dans ce match qui, en plus d’être arrivé sur la carte comme un cheveu bicolore sur une soupe samoane, n’a fait preuve d’aucune originalité qu’on serait en droit d’attendre d’une joute en PPV.

 

Soit dit en passant, Kaitlyn rejoint Layla et Ryback sur la deuxième marche du podium avec trois implications dans le plus mauvais match de la soirée. Mais elle reste encore loin de la reine incontestée Eve Torres avec ses cinq titres. Néanmoins cette dernière ne pourra plus améliorer son score.

 

 

– Regardez j'ai pu prendre une photo des miches de Kailtlyn avec le décolleté de Tamina en arrière-plan pendant le match!

– Haha impayable Jerry ! Vintage Lawler !

 

 

Le meilleur match de la soirée ? Il n’y en a pas un mais deux ! Très précisément à égalité à 15,56 de moyenne, l’Elimination Chamber pour le titre d’aspirant numéro un au championnat WHC et le trois contre trois entre la SuperMega Team et le Shield se sont tous les deux frayés un chemin vers les tant convoitées ****.

 

Ils récoltent tous les deux cinq notes à **** ou plus, dont un ****1/2 du charentais pour l’Elimination Chamber, ce qui est la note la plus haute, tous rédacteurs confondus… avec le ****1/2 de She Mamuse pour Antonio Cesaro vs. The Miz. Oui oui.

 

 

 

 

Cest maintenant l’heure du KIFF-O-METER !

 

 

 

 

Ça rime, c’est beau, c’est élégant, mais c’est surtout très intéressant.

 

Alors qu’on est plus habitué à une construction de soirée toute en irrégularités avec des temps morts permettant aux gens de souffler entre les gros matchs qui ont les faveurs des bookers, on remarque ici comme un déséquilibre avec en point d’orgue le milieu du show.

 

Le Main Event entre le Rock et CM Punk n’a pas été mauvais (***1/4), loin s’en faut, mais il ne parachève pas non plus la soirée avec la note la plus haute, qu’on était en droit d’espérer d’une revanche si attendue. Pire, on le retrouve finalement au même niveau que l’opener et le match pour la ceinture US, ce qui nous donnerait presque l’impression que l’essentiel de l’action s’est déroulée en première partie de soirée.

 

Sinon, le coup d’envoi des hostilités a été dévolu pour la deuxième fois consécutive à la ceinture WHC. C’est la cinquième fois que cela arrive en quatorze PPVs couverts par nos soins (Royal Rumble 2012). Tant bien même cela n’était plus arrivé depuis No Way Out 2012, inutile de préciser que c’est la ceinture la plus défendue de loin sur ce créneau (WWE et IC une fois).

 

 

J'avais du abandonner ma deuxième passion avec la WWE… Mais maintenant avec cette nouvelle ceinture, je ne rate plus aucun entrainement de piscine le dimanche soir à 22h ! VIVA LA PISCINA !

 

 

Passons maintenant au MVP/GR8KLI de la soirée !

 

Pour cette édition, nous avons donné la possibilité de nominer par ordre de préférence deux catcheurs dans chaque catégorie. Les noms que vous voyez dans les cases du bulletin sont les premiers choix, les seconds nous ayant permis de départager les vainqueurs !

 

Et la star de la soirée, succédant ainsi à l’Ayatollah of Rock’n’Rollah, c’est le World’s Strongest Man, Mark F*N Henry ! Le maitre du Hall of Pain décroche donc le titre de MVP avec quatre voix (BBM, Julius, Kovax et moi-même) sur dix possibles. Cette victoire salue une prestation impressionnante dans la chambre, de vrai monstre pour Julius. Son entrée dans le match a changé du tout au tout la physionomie et la dynamique du match, comme le souligne BBM pour qui Henry a parfaitement tenu son rôle de bourrin dans la chambre. Coquin. Elle récompense également un retour réussi, rafraichissant et que pas mal de monde attendait.

 

Soulignons les deux voix accordées au Shield par Silver et Major, qui auraient pu l’emporter si Roman Reigns n’avait pas créé d’effet dispersion en récoltant lui aussi deux voix en la personne de She Mam’ et Axl ! Le deux Spear sismiques du big men ont fait leur effet, à tel point qu’il a été considéré star de la soirée pour certains.

 

Lecharentais n’oublie pas de saluer Chris Jericho, pour le boulot hallucinant abattu afin de mettre tout le monde over.

 

 

OK Vous deux dans le ring dans cinq minutes ! Je vais faire de vous des stars !

 

 

A l’opposé, le titre de GR8-K-LI est attribué d’un poil de néanderthal à Ryback. Quatre votes qui font donc tomber le couperet sur Big Hungry qui a été l’homme le plus décevant de ce PPV. Tant bien même il est impliqué dans un des deux meilleurs matchs de la soirée, sa prestation d’ensemble a tout sauf convaincu. Le soufflé serait-il en train de retomber pour la Feed Me More mania ?

 

Mais la grosse info, c’est surtout le Rock qui frise avec le doublé… Si lors du Rumble il avait été dans une quadruple égalité à deux votes, il talonne ici le vainqueur avec trois voix. Même si Silver reconnait le charisme et l’interaction fantastique du Brahma Bull avec le public, il regrette son rythme de catch notamment. BBM ira même jusqu’à dire que ce dernier n’a rien montré entre les cordes si ce n’est deux ou trois coups de poing. Cruel constat.

 

 

– JUST BRING IT !

– Rrrrr.. Pfiou ! Voilà !

– Mais non pas ça, ma juvamine connard !

 

 

Il est à présent temps d’introduire notre invité. Un coup d’un soir ? Non, notre special guest est un habitué du forum, un vrai taulier, un homme à l’avis souvent tranché et tranchant. Notre homme de chambre pour ce soir : Corwin !

 

 

Et en plus, son poil est soyeux. On a touché.

 

 

Et si nous n’avons pas pu récolter assez de suffrages pour noter le preshow, lui il a bel et bien des choses à dire :

 

 

Preshow – Clay & Tensai vs. Rhodes Scholars : *** (Note Rédac : N/A)

Le seul match fun d'un show estampillé assez "sérieux", les gars font le taf' de divertissement tout à fait correctement, qu'on aime cette facette du catch ou pas.

En voilà un qui sera pote avec TDS. Corwin n’y va pas de main morte et ouvre le bal avec un ***, répondez lui dans les skycomm’s !

 

Alberto Del Rio vs. Big Show pour le titre WHC : ***1/2 (Note Rédac : ***1/4)

Solide, efficace, entre deux lutteurs expérimentés, malgré le manque d'originalité de l'affiche (combien de matchs pour le titre en un an pour Big Show ?). Même le botch final est tellement bien rattrapé qu'il ne gâche rien.

Il pose la question, bah je vais lui répondre hein. Laissez-moi le temps de sortir ma méga banque de données… Sur les douze derniers matchs du Big Show, sept matchs pour le titre WHC ! Mais également un triple threat pour la ceinture WWE et deux joutes contre Cody Rhodes pour le titre IC. Soit un total de dix title shots sur un an roulant, et pas pour de la merde.

 

 

OH ! He just got a title shot WITH THE GREATEST OF EASE !

 

 

Antonio Cesaro vs. The Miz pour le titre US : *** (Note Rédac : ***1/4)

Une bonne histoire bien racontée, et malgré tout le talent éclatant de Cesaro il ne faut pas oublier que cela n'est possible qu'à deux.

Encore une fois, Corwin nous rejoint dans son analyse et n’oublie pas féliciter le travail des deux compères. Le Miz semble en effet tirer beaucoup de sa rivalité avec le toujours impeccable Cesaro.

 

Elimination Chamber Match : *** (Note Rédac : ****)

Très cohérent, respectueux de la grosse densité de niveau kayfabe des lutteurs engagés. Mais a manqué du coup de prise de risque, de mouvements fifous ou d'une situation incongrue à la "Marella 2012".

Fifou. Oui oui. Ça manquait de fifou, c’est ce que je me suis dit aussi. Bon sinon ça manque aussi d’une étoile là !

 

The Shield vs Cena, Ryback & Sheamus : ***1/2 (Note Rédac : ****)

Meilleur match de la soirée, intense quoique parfois brouillon. Et la surprise du résultat tiens beaucoup dans l'impression finale !

Ah voilà qui est mieux. Peut-être que ce que Corwin a trouvé par moment brouillon est ce que j’aime le plus dans les matchs du Shield, ce chaos incessant qu’ils semblent apporter à chaque apparition. Difficile de contester sa remarque sur la surprise du résultat !

 

 

Parce que ça partait vraiment mal tout de même !

 

 

Dolph Ziggler vs Kofi Kingston : ** (Note Rédac : **1/2)

Comme un cheveu sur la soupe, un sentiment de booking à l'arrache. Intérêt limité.

Comme un cheveu peroxydé sur une soupe à la marie-jeanne tu veux dire ! Comment ça déjà faite ?

 

Kaitlyn vs. Tamina pour le titre Divas : * (Note Rédac *3/4)

Pas de build, pas de but, pas d'audace pour compenser. Intérêt nul. 1 point pour l'effort vestimentaire. Et les seins de Kaitlyn.

Ouais elle a pas pris des nibards la Kaitlyn en effet ? On attend vos commentaires éclairés.

 

Main Event – The Rock vs. CM Punk pour le titre WWE : ** (Note Rédac : ***1/4)

Laborieux, trop laborieux pour être enthousiasmant.

Et paf. Corwin n’a donc pas été charmé lui non plus par ce Main Event qui aura valu au Rock de friser la correctionnelle et de récolter le vote de notre invité du jour pour le titre de GR8-K-LI. Même moi j’ai du mal à défendre ce match qui il faut bien le reconnaitre, n’a pas été « enthousiasmant » comme on pouvait s’y attendre.

 

 

Heureusement que dans un mois ça promet !

 

 

Et sur les trophées généraux, comme dit ci-dessus, notre bon Corwin achève à la pelle le Rock avec le titre de GR8KLI. Selon lui, le Great One nivelle par le bas les matchs auxquels il participe à cause de ses limites physiques. C’est Antonio Cesaro qui aura eu ses faveurs pour la médaille de MVP, notamment pour sa leçon de technique irréprochable. Sa note pour ce PPV est de 13, une note donc très correcte et pas loin de la nôtre.

 

En attendant vos awards et vos étoiles dans les commentaires, j’espère que vous avez aimé ce récapitulatif et je vous donne donc rendez-vous dans plus d’un mois pour WrestleMania XXIX. D'ici là, portez vous bien et aimez John Cena !

 

 

Faites commes @Skidmark13blackopsPGM, donnez-nous votre MVP dans les commentaires !

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut