Catch

Orlando nous voila

Ride into this world, all alone.
God takes your soul, you're on your own.
The crow flies straight, a perfect line,
on the devil's bed, until you die.
Gotta' look this life in the eye.

Velvet Revolver, This Life

 

Où l'on assistera au retour du grand barnum TNAesque à Orlando, l'on regrettera la faible ambiance de l'Impact Zone en se disant que bientôt la TNA sera sur la route toute la sainte journée, et l'on se demandera si elle verra le doute en toi s'immiscer.

 

 

Quand on publie une nalyse à la bourre il faut toujours mettre des images racoleuses afin d'aguicher le client.

 

 

Nalyse d'Impact Wrestling du 28 février

 

 

Introduction to Destruction :

 

La TNA faisait son retour dans l'Impact Zone après un mois passé chez les amateurs de sauce à la menthe. Orlando retrouve sa petite bande de catcheurs mais pas pour longtemps puisqu'après Lockdown, la TNA quittera l'Impact Zone et, tel l'oisillon qui quitte enfin son nid, s'envolera vers l'infini et au-delà pour le meilleur et pour le pire.

 

Un départ logique qui marque la volonté de grandir de la fédération de Dixie Carter. Car malgré la réduction à quatre pay-per-views annuels (Genesis en janvier dernier, Lockdown le 10 mars prochain, Slammiversary le 9 juin et Bound For Glory le 13 octobre), le fait d'envoyer le roster sur la route va permettre à la TNA de davantage se faire connaître et de se créer une base de fans plus large.

 

La réduction du nombre de pay-per-views est également une bonne idée puisque ça va permettre d'économiser de l'argent pour financer les déplacements pour les weeklys. En revanche il faudra que la TNA évite de louer des salles surdimensionnées. Les affluences d'Impact en dehors d'Orlando sont loin d'égaler celles de RAW. Et le public américain n'est pas le public anglais.

 

 

– Dis Roger, c'est pas à ce moment qu'on doit se lever et crier ?

– La ferme Joe. Et va me chercher une bière.

 

 

Bully Ray mon amour :

 

En attendant, les derniers shows au sein du parc des studios Universal sont logiquement focalisés sur Lockdown. Hulk Hogan était absent cette semaine, suite à l'agression dont il fut victime par les As et 8. Une absence heureuse d'autant qu'après un mois d'absence à cause de son interdiction de quitter le territoire des États-Unis, Jeff Hardy avait à nouveau droit de cité.

 

L'Énigme Charismatique défendra sa ceinture face à Bully Ray à Lockdown dans un match en cage. Ce dernier ouvrit le show afin de nous faire part de sa gêne d'avoir été choisi par son beau-papa en tant que prétendant au titre mondial. Rappelons que Bully n'était même pas dans la liste au départ, un favoritisme honteux qui sera habilement exploité par un heel mal intentionné à la première occasion.

 

Bouly Bully et Jeff Hardy s'échangèrent donc les amabilités usuelles lorsque les membres de Bad Influence pointèrent le bout de leur nez crochu. La suite des événements était aussi prévisible qu'un épisode de How I Met Your Mother, Ray proposa gentiment d'organiser un match par équipe entre Bad Influence et lui ainsi que son nouvel ami. Afin de sceller leur accord il but le verre de Christopher Daniels puis le recracha avant de distribuer les pains.

 

 

– Mais c'est d'la pisse ton truc !

– Ben ouais. Tu croyais vraiment que la TNA avait suffisamment de budget pour me payer un verre d'alcool ?

 

 

Le match, qui fut le main event du show, voyait la victoire logique des faces. Mais l'intérêt n'était pas tant le résultat, qui était facile à prévoir. Comment deux midcarders heels pouvaient battre les deux tops faces de la fédération ? Leurs vêtements avaient beau être assortis, la victoire était impossible. Non c'est le comportement des deux protagonistes qu'il fallait observer. Évidemment Bully et Jeff sont du bon côté de la Force (erk!), on attend donc logiquement qu'ils travaillent ensemble intelligemment afin de bouter les deux mécréants hors de l'Impact Zone.

 

Ce qui fut fait puisque Hardy et Ray, qui rappelons-le furent membres de deux des plus prestigieuses équipes de l'histoire du catch, coopérèrent du début à la fin. La victoire s'obtint d'ailleurs sur un enchaînement Electric Chair du fiston d'Hogan sur Daniels puis Swanton Bomb du champion.

 

Aucune mésentente et des rapports au beau fixe. Mais Austin Aries pourrait bien venir perturber ce beau tableau. Puisqu'on le vit venir taquiner les deux meilleurs amis du monde tour à tour dans les vestiaires. Peut-être n'est-ce là que pure mesquinerie, mais cela permet de rappeler que même s'il est actuellement hors de la title picture, le plus grand homme de l'histoire n'est jamais très loin.

 

 

Bonjour. Bienvenue sur le service "Title Shot en stock". Veuillez patienter quelques instants, un correspondant va prendre votre appel.

 

 

Et on fait tourner les tag teams comme des petites girouettes :

 

Aries avait d'ailleurs fort à faire ce soir. Roode absent pour cause de séance photos, Double A dut affronter Hernandez en tête à tête. Le déroulement du combat fut curieux. La base de cet affrontement c'est l'opposition entre la force d'Hernandez qui a un gabarit lourd et l'agilité d'Aries au physique plus léger. L'idée de devoir se coltiner un type qui lui rend une bonne tête effraie logiquement Aries, qui a l'habitude de se cacher derrière son partenaire canadien lorsque le gros latino s'avance avec un air menaçant. Un comportement logique qui est bien joué par les acteurs concernés.

 

Pourtant le début du combat fut dominé par le petit gabarit. On devait s'attendre à ce qu'Aries essaie de fuir et qu'Hernandez envoie valdinguer son adversaire dès le début du combat. Pourtant ce ne fut pas le cas. Il est vrai qu'Aries est heel et qu'une victoire du face est plus importante s'il s'est fait corriger à l'entame du match; cependant l'ancien coéquipier du légendaire Arnaquia s'est fait proprement dominer.

 

On pourra toujours arguer du fait que si Hernandez domine puis Aries reprend l'avantage, le heel sera plus mis en valeur, mais Aries craint le partenaire de Chavo Guerrero. Ce dernier a d'ailleurs joué là-dessus au moment d'annoncer le match à Double A.

 

 

– J'préfère te prévenir Aries. Chicharito est un peu énervé. Il a mal digéré son chorizo.

– Ça se sent…

– Groumpf.

 

 

Après, cela relève du détail mais un peu de cohérence ne ferait pas de mal. Heranndez eut d'ailleurs une phase de domination avant de plier sous les coups de son adversaire qui le frappa avec une chaine afin de l'emporter.

 

À Lockdown, Aries et Roode retrouveront Hernandez et Chavo ainsi que Bad Influence. Et c'est pratiquement la totalité de la division tag team qui est dans ce match puisque l'association entre les deux Robbie bat de l'aile. Le voyage en Angleterre s'est mal passé pour eux puisqu'ils ont eu pas mal d'accrochages. Robbie E tenta dans un premier temps de se faire pardonner auprès de Rob Terry mais c'était pour mieux le frapper avec un tableau. Cela dit Terry a la tête un peu plus dure que ça et molesta son ancien collègue de dance floor.

 

Une petite feud de lowcard qui pourrait divertir efficacement le public entre deux gros morceaux. Robbie E est une tête à claques qu'on adore voir prendre des beignes tandis que Rob Terry est un monstre de physique qui mérite mieux que le poste de laquais et de faire-valoir d'un type pas foutu de se coiffer correctement.

 

Enfin c'est tout de même malheureux de sacrifier une équipe pour ça, il faut des équipes de jobbers dans une division tag team, peut-être pas autant qu'à la WWE mais une ou deux c'est le minimum. Il est loin le temps ou les Motor City Machine Guns, la Beer Money, les Young Bucks, Ink Inc et les Dudleys régnaient en maître sur l'Impact Zone. En revanche on ne regrettera pas Mexica America.

 

 

– Allons coquine, reste avec nous. Tu ne trouves pas qu'on s'amuse comme des petites folles ?

– Lâchez moi monsieur !

 

 

Velvet la choupinette (hi hi ça rime) et le roi Kenny :

 

Passons rapidement sur la division féminine et celle frappée du « X ». La douce Velvet Sky a conservé son précieux bien face à Tara et affrontera Gail Kim à Lockdown. Voila une belle affiche qui a le mérite d'écarter le copain de Tara de l'image.

 

Soulignons d'ailleurs le travail de Taryn Terrell en tant qu'arbitre. Depuis qu'elle est arrivée à la TNA, l'ex-Tiffany est très convaincante dans son rôle et sait se faire respecter lorsqu'il s'agit de recadrer les belligérantes. La façon qu'elle a employé afin d'envoyer cordialement le copain de Tara se faire cuire un œuf est tout simplement divine. C'est quand même autre chose que lorsque c'était le vieux Earl Hebner qui officiait.

 

 

– Et pourquoi t'as viré mon boyfriend sal**** ?

– Silence morue !

 

 

Du côté de la X-Division, Kenny King a enfin récupéré la ceinture au bout de sa cinquante-troisième tentative. RVD lui-même était lassé puisqu'il accepta d'accorder une dernière chance à l'ancien membre des All Night 'Xpress. Toutefois si King perdait il n'avait plus droit à un title shot. Dès lors l'issue était prévisible.

 

La ceinture X-Division se retrouve désormais entre de bonnes mains. Il est juste dommage qu'il ait fallu attendre un weekly pour que King l'emporte. Il est vrai qu'avec la diminution du nombre de ppvs nous risquons de voir plus de changements de règnes en weekly, ce qui est une excellente chose, mais à deux semaines d'un PPV ça pouvait attendre un petit peu.

 

 

Surtout que la dernière fois que ce type a eu une ceinture, il a quitté la fédération le jour même.

 

 

Passons rapidement sur le Gut Check Challenge qui mit aux prises Ivelisse Felez et Lei'D Tapa. La première est une ancienne participante de Tough Enough connue sous le nom d'Ivelisse Vélez (avec un V à l'époque) et travaille actuellement à la Triple A. Elle avait déjà effectué un try out à la TNA en octobre dernier où elle avait perdu contre Tara.

 

La seconde se nomme donc Lei'D Tapa. Elle nous vient du Tonga (vous savez, les gros types tout rouges qui font le haka comme les All Blacks sauf que eux sont en rouge. Jonah Lomu a des origines de là-bas en plus) et est la nièce du Barbarian. Physiquement c'est une Tamina like sauf qu'elle est encore plus gauche.

 

 

Autre point de détail, elle ne maîtrise pas encore la transformation en super Sayen. It's definitely not over 9.000.

 

 

Mettre deux rookies en face à face sur un ring est un peu dangereux car il n'y a personne pour les encadrer. Une ODB, par exemple, les aurait guidés et fait sortir quelques moves. Là, c'était lent, haché et insipide. Elles avaient beau crier comme des putois afin d'attirer l'attention, la sauce ne prenait pas.

 

Avec son gabarit, Ivelise Felez aurait pu tenter des mouvements un peu variés mais elle se contenta surtout de faire des étranglements. Quant à son adversaire elle se contenta de multiplier les coups de la corde à linge ou encore les coups de tête.

 

Renforcer la division féminine c'est bien, mais il faut prendre de vraies catcheuses aussi. Qu'ils nous ramènent les deux jumelles de la dernière fois. Elles avaient un minimum de talent et ça permettrait d'avoir une équipe féminine en plus.

 

 

Il faut quand même lui reconnaître un potentiel "Lita-esque".

 

 

Carré d'As contre paire de nazes :

 

Terminons cette nalyse avec le gang de motards le plus sévèrement burné depuis les Fils de l'Anarchie. C'est quand même dommage qu'ils aient pratiquement tous perdu leur match, parce que maintenant on doit se fader leurs têtes d'alcooliques consanguins et leur sourire de pervers (la palme revenant à Wes Briscoe).

 

Aujourd'hui le gang devait apprendre quelle serait la composition de l'équipe de Sting qui leur fera face à Lockdown dans un Lethal Lockdown match. Nous vîmes donc quelques catcheurs tenter d'attirer l'attention du Stinger avant que celui-ci ne nous fasse part de sa décision.

 

Les heureux élus furent Samoa Joe, Magnus, James Storm et le revenant Eric Young. La séquence où Sting révèle la participation de Showtime au match est assez épique. Le plus barbu des Canadiens faisait enfin son retour et il s'en prit directement aux membres de la troupe de motards avec l'aide de ses petits camarades.

 

Cette composition est assez sympathique. Joe et Storm, qui n'ont rien de prévu en ce moment, ont de quoi s'occuper. Quant à Magnus et Eric Young ils apporteront un peu de fraîcheur à cette feud. Cela permet également de montrer que l'ensemble du roster se sent concerné par la menace que constitue le gang. Même si on a plus affaire à une stable de midcard plutôt qu'à un groupe qui aurait une volonté réellement hégémonique.

 

 

Donc si j'ai bien compris, pour nous affronter t'as rien trouvé de mieux qu'un gros samoan, un cowboy alcoolique et deux petites frappes dont l'un est champion féminin par équipe ?

 

 

Yep.

 

 

Damn !

 

 

Reste à savoir qui devrait composer l'équipe des As et 8. Wes Briscoe affrontera Kurt Angle pendant le PPV, ce qui nous laisse Garrett Bischoff (super!), DOC (youhou!), Mike Knox, M. Anderson et Devon. Autant c'est lourd physiquement autant in-ring… c'est légèrement plus faible que la team TNA. Légèrement…

 

En revanche quelque chose qui est regrettable, c'est que personne ne semble s'intéresser au titre TV de Devon. Certes cette ceinture n'intéresse pas grand monde généralement, et elle symbolise quelque part la nanartitude de la bande (avec les faciès de DOC et de Knox). Mais Hogan ou Sting devraient obliger Devon à la défendre, ne serait-ce que pour montrer leur autorité. Et puis c'est le seul titre détenu par les As et 8, ils pourraient le mettre un tant soit peu en valeur !

 

Enfin, dernier point. Kurt Angle investit le bar du gang afin de démasquer le chef. Il y parvint mais en fut quitte pour un gros passage à tabac. Malheureusement cette action commando ne servit à rien puisque si l'ex-champion olympique découvrit l'identité du gros méchant, le spectateur lui l'eut dans le derrière puisque le cameraman ne fut pas foutu de filmer la tête de l'homme démasqué.

 

 

Bon sang ! Bruno Sammartino! J'aurais dû m'en douter !

 

 

Mais vu le gabarit du bonhomme et la réaction d'Angle, y a de grandes chances que ça soit ce bon vieux D'Lo Brown. Sinon comme l'a récemment suggéré un membre de l'équipe créatrice de la WWE, il suffit d'attendre les prochains départs de la fédération de Vince McMahon afin de découvrir l'identité du chef des As et 8.

 

 

Enfin rendons hommage à taiji77 qui est subitement parti en hurlant comme un damné vers l'infini et au-delà. Bon vacances aux Seychelles taijine. Tu manqueras à l'Impact Zone, petit galopin.

 

10 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut