Catch

Countdown To Lockdown

Will I see it broken before I lay down and die
Another wall is built between color and race
…countdown

No Use For A Name, Countdown

Où la TNA achèvera les préparatifs pour son deuxième PPV de l'année avant de s'envoler vers d'autres horizons, où AJ Styles initiera un pauvre quidam aux rapports virils entre hommes avec du gravier, où l'on constatera qu'on peut démasquer le chef d'un gang supposé dangereux tout en s'en tirant à bon compte, où l'on apprendra enfin qui est le vice-président des As et Huit après de longs mois d'une attente insoutenable et, enfin, où l'on rendra un dernier hommage à un grand seigneur de l'histoire de ce spectacle.

 

 

La préparation mentale avant un PPV est très importante. Toujours se rappeler de prendre des chips et des bières pour le visionnage.

Nalyse d'Impact Wrestling du 7 mars

Dernier Impact au Studio Universal, mais on ne peut pas dire que la nostalgie était de mise cette semaine à la TNA. Le show étant principalement focalisé sur Lockdown qui arrive à grands pas. Mais le plus important était dans le masque que tenait fièrement Kurt Angle. Visiblement il a réussi à échapper aux As et Huit, avec le masque du VP en prime, alors que nous l'avions laissé une semaine plus tôt dans le bar du gang de motards sur le point de se retrouver avec une barre à mine dans le fondement.

 

 

Ouais mais ici, guignol, on est à Orlando Florida. C't'une autre culture m'voyez.

 

 

Honnêtement il est difficile de voir comment les As et Huit sortent grandis de cette histoire. Un type mène une opération commando sur leur territoire et arrive à démasquer le vice-président du club. Ils parviennent finalement à le coincer et à lui faire subir les pires humiliations. Et une semaine plus tard, ce même individu se dirige tranquillement, avec le masque du boss à la main, vers son lieu de travail. Passez-moi l'expression mais y a une Del Rio dans le pâté. Chez moi un type comme ça il finit au fond de la Méditerranée avec les mains attachées derrière le dos, les pieds dans un bloc de béton et un sac sur la tête.

 

Donc Kurt Angle arriva comme une fleur en pleine Impact Zone pendant que Wes Brisco prouvait à l'audience qu'il n'avait aucun charisme et qu'il ferait mieux d'aller se laver les cheveux plutôt que de faire honte à son héritage familial. Brisco et Angle en vinrent logiquement aux mains, en vue de leur affrontement ce dimanche.

 

 

Avec une tête pareille, pas étonnant qu'on ait envie de lui mettre des coups.

 

 

C'est alors qu'Al Snow, Pat Kenney et D'Lo Brown se ruèrent sur le ring afin de les séparer. L'arrivée de l'ancien membre de la Nation of Domination signifiait qu'on allait enfin savoir que c'est lui le vice-président. Ce dont on se doutait depuis pratiquement l'apparition du groupe (il y avait eu des fuites quant à la participation de D'Lo, Gallows et Mike Knox à des beatdowns du gang au début de la storyline).

 

Ces soupçons avaient été renforcés par la réaction du champion olympique la semaine précédente. D’ailleurs lorsqu'Angle le vit, il entra en fureur et voulut le corriger mais D'Lo fut plus prompt et lui asséna un coup de pied là où ça fait mal. Al Snow et son collègue tombèrent également sous les coups des deux As et Huit puis le VP récupéra son masque. Il prit ensuite le micro et confirma son rôle au sein de la bande de malfrats.

 

 

Oui, Kurt, c' est moi, non je n' ai pas changé.

Je suis toujours celui qui t' a aimé. 

Qui t' embrassait et te faisait pleurer.

 

 

Le choix de D'Lo Brown comme VP semble une bonne idée. Le gars a de l'expérience, occupe une place éminente dans l'organigramme de la TNA en tant que road agent et juge du Gut Check (il est maintenant remplacé par Danny Davis, l'homme qui entraîna Jospeh Park) et se débrouille avec un micro. En revanche si on ajoute Taz et Devon ça fait quand même trois blacks chauves en légers surpoids dans  le groupe. De là à voir un lien de cause à effet avec leur participation dans la bande…

 

Il ne reste donc plus qu'à savoir qui est le grand chef. Parmi tous les noms qui circulent, ceux de Jeff Jarrett et d'Eric Bischof reviennent souvent. Alors juste une chose : l'ancien patron de la TNA nous a déjà fait le coup de la stable surpuissante avec Planet Jarrett il y a quelques temps et la plupart des gens qui espèrent voir ce vieux brigand d'Eric Bischoff à la tête des sapajous semblent avoir oublié le fiasco que fut Immortals.

 

Il est vrai que lui-même est un fan de motos (il fut notamment à l'origine du PPV Road Wild de la WCW) et que son fils est un membre du groupe. Mais la dernière fois qu'ils se sont croisés, ça s'est mal terminé. Rappelons que si Bischoff père n'a plus le droit d'apparaître à la télévision, c'est bien à cause de Bischoff fils. Et de toute façon le constat est le même que pour Double J : c'est du déjà-vu.

 

 

Alors vos théories fumeuses vous savez où vous pouvez vous les mettre.

 

 

Pourquoi ne serait-ce pas AJ Styles par exemple ? Depuis sa petite crise, AJ a complètement changé de comportement. Il s'en est même pris physiquement à un pauvre envoyé de la TNA qui venait prendre de ses nouvelles. Cela dit, le Phenomenal One était dans son bon droit : il demande un break et on vient le harceler jusque devant chez lui après avoir interrogé des membres de sa famille la semaine précédente.

 

Néanmoins, lorsque les deux envoyés de Dixie arrivèrent à son domicile, il était en train de discuter avec une personne qui semblait être vêtue d'un patch des As et Huit. Ça n'est peut-être qu'une impression mais il semble bien qu'on aperçoit furtivement une partie de leur logo.

 

Sans vouloir tomber dans la surinterprétation, il serait logique de voir AJ Styles chez les motards. Il est en plein heel turn, il en a marre de rendre service aux autres (il suffit de voir le nombre de fois où il a dû faire face à des stables heels avec un groupe de branquignoles pour tout soutien) et surtout, la présence de celui qui symbolise le mieux la TNA, le type qui devrait être le poster guy de la fédération si on lui faisait un tant soit peu confiance, ajouterait à la valeur du gang. Parce qu'il faut avouer que ses membres ne sont pas non plus des foudres de guerre.

 

 

Toi et moi on est parti pour une longue route. Tu aimes les films de gladiateurs ?

 

 

Admettons que pour les postes de subalternes il faille des types du genre de DOC ou Mike Knox pour faire le sale boulot. Des gars avec une sale gueule et un physique de bourrin. Le genre de mec suffisament costaud pour envoyer ad patres les éléments faiblards du groupe d'en face et pas trop élevé sur la carte pour pouvoir jobber contre les gros calibres du clan opposé. Pourquoi pas. Knox et DOC sont parfaits pour ce rôle.

 

Mais mince, le reste n'est pas folichon. M. Anderson a certes été champion du monde, mais, sans parler du fait que ses runs sont oubliables, il patauge dans la midcard depuis pratiquement une année.

 

Et Devon, même s'il est très bon dans son rôle, n'en reste pas moins un midcarder lui aussi. Il fait certes partie d'une des plus grandes équipes de l'histoire, mais quand on sait comment est considéré le catch par équipe, nous sommes en droit de rester dubitatifs devant l'importance qui lui est donnée au sein du groupe.

 

 

Un peu de présence féminine ne ferait pas de mal non plus. Qu'est-ce qui justifie que les demoiselles n'auraient pas le droit de rigoler ?

 

 

Enfin ne parlons pas de Garett Bischoff ! Même si ce site n'est pas PG il ne faut pas non plus tomber dans l'insulte facile et gratuite. Et puis tirer au bazooka sur une ambulance, ça fait mauvais genre.

 

Pour le moment, les As et Huit donnent surtout l'impression d'être une stable heel de midcard. Les choses évolueront sans doute après le PPV (attendons-nous à un gros bazar à l'issu du Lethal Lockdown). Espérons juste que ça soit dans le bon sens et qu'il nous sorte autre chose qu'un face à face avec une team TNA.

 

 

Alors moi j'lui sors que quand on m'en fait trop, je ne correctionne plus, je dynamite, je disperse, je ventile. Et tu sais pas c'qui fait ? Il ouvre une fenêtre!

 

 

La Team TNA et les As et Huit avaient d'ailleurs rendez-vous pour une série de trois matchs. Dans le premier, Devon battit Sting, puis Samoa Joe et Magnus triomphèrent de Garett Bischoff et DOC. Le dernier match allait départager les deux équipes et ce furent les heels qui eurent le dernier mot grâce à M. Anderson qui profita du fait que James Storm était légèrement perturbé par l'arrivée du gang pour l'emporter.

 

Plusieurs choses à retenir de cette série. Tout d'abord Sting. C'est lui le leader, on l'a vu motiver l'équipe et montrer une grosse envie pour son match, mais il a perdu. Il ne perd pas clean cependant puisque, alors qu'il échangeait des amabilités en ringside avec Devon, un malandrin l'alpagua par le col et lui envoya son verre au visage.

 

À l'image du public, le Stinger n'en crut point sa berlue d'être aveuglé à ce point. Son adversaire profita de sa mésaventure pour lui écraser le crâne contre un poteau du ring, tandis que le rustre gigotant était évacué manu militari par la sécurité.

 

 

Les mots du jour. Aujourd'hui: "Une tempête dans un verre d'eau".

 

 

Cet épisode fut assez bien mené. On aurait pu facilement croire à l'intervention d'un type un peu bourré après avoir bu une Budweiser (les gens qui ne tiennent pas l'alcool sont une calamité qu'il faut combattre. Or, les Américains ne sont pas foutus de tenir debout après trois verres).

 

Mais sa veste de bûcheron et son bonnet d'As et Huit, ajouté à son visage sale et hideux, font davantage penser à la théorie de l'apprenti en mission pour la bande. Une très bonne initiative qui donne l'impression que le club compte bien plus de membres que ce qu'on veut bien nous faire croire, et surtout, que la menace peut venir de n'importe où, et pas seulement des coulisses.

 

Autre information pouvant être retirée de cette série de matchs, la non-sélection d'Eric Young. Le Canadien fit part à Sting de sa motivation pour le dernier match mais, à son grand déplaisir, Sting choisit James Storm.

 

 

Au passage pour le Gut Check ils ont gardé celle-là, Al Snow ayant convaincu le reste du jury en disant qu'il connaissait très bien son oncle. Sinon chez 411mania ils ont une théorie comme quoi la TNA a évincé Ivelisse (qui était bien meilleure) parce qu'elle pratiquait le MMA et que ça faisait de l'ombre à la Bellator qui a un partenariat avec la TNA.

 

 

Un très mauvais choix car Eric Young est la surprise de cette sélection, et surtout, vu le développement de son personnage, sans doute le plus faible des quatre. Super Eric n'a plus eu de feuds ou d'adversaires valables depuis une éternité et c'est difficile de l'imaginer impliqué sérieusement dans un match (il est loin le temps où il dirigeait la World Elite). Sting lui même reconnut, en début de show, qu'il était une sorte d'élément aléatoire.

 

L'envoyer face à M. Anderson était une preuve de confiance et le match lui aurait permis de montrer à l'ensemble du groupe et aux sceptiques qu'il y avait sa place. De plus, son éviction est susceptible de faire naître de la frustration chez lui, ce qui n'est pas bon pour l'unité du groupe. Et vu que Storm a perdu, Eric Young peut légitimement penser qu'il aurait pu faire mieux.

 

 

– Sting, tu ne peux pas me faire ça. Y a ma femme juste à côté. Elle va croire que je suis un gros nul.

– Mais t'es un gros nul.

– Je sais mais elle n'a pas à le savoir.

– Parce que tu crois qu'au bout d'un an de mariage elle n'a pas une petite idée?

 

 

Et en parlant d'unité il y en a deux qui ont retrouvé la leur. Un an après leur association fructueuse, Samoa Joe et Magnus refirent équipe. Si au début il y eut quelques fritures sur la ligne, elles furent vite effacés et les deux compères en finirent avec leurs opposants du soir avec le même finisher qu'ils employaient du temps de leur alliance.

 

Cependant, l'équipe de Sting perdit son face à face avec seulement une victoire en trois matchs. Un résultat qui laisse augurer d'une victoire pour dimanche. À moins que le président du club des As et Huit ne débarque avec les Sons of Anarchy, là ça pourrait devenir rigolo.

 

Entre-temps Jeff Hardy et Bully Ray se sont échangé quelques amabilités. Hardy avait dû faire face à un Aries un brin énervé d'avoir été rejeté par les deux prétendants au titre suprême la semaine dernière. Il lança un défi au champion, qui répondit aussitôt. Le match démarra et après quelques atermoiements, Hardy allait en finir avec l'imprudent lorsque Matt Morgan surgit et le Carbon FootPrinta droit dans son maquillage. Cette intervention causa logiquement une disqualification mais de cela le géant barbu n'avait cure.

 

 

On parie que si on lui rase la barbe il perd toutes ses forces ?

 

 

Depuis son retour, le Blue Print n'a qu'une envie : détruire tout ce qui bouge tant qu'Hogan ne lui aura pas donné ce qu'il veut, à savoir un title shot (à moins que ça ne soit un martini dry, après tout Daniels n'est pas le seul à avoir droit à des verres dans son casier). Il y a donc fort à parier qu'il se dresse sur la route du vainqueur du match de dimanche entre Bouly Bully et Jeff Hardy.

 

Et savoir qu'il est dans les parages a quelque chose de motivant car l'opposition entra faces, ça n'est jamais très rigolo (voir Ray et Hardy se rouler des pelles devant Brooke Hogan c'est bien mais c'est chiant). Là, s'il y a un gros barbu énervé (parce que monoburné) dans l'équation, ça pourrait amener un peu de fraîcheur.

 

Évidemment, Morgan a déjà combattu Jeff Hardy par le passé pour le titre et leur affrontement n'avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais avec les rôles heel/face inversés, ça change un peu la donne.

 

 

Attends, ne bouge pas… voilàààà. "I own to the Blue Print". C'est mieux que ton dragon tout moche.

 

 

Pour le reste, il y eut un mixed tag team match entre les faces Velvet Sky, Hernandez, Chavo Guerrero et les heels Gail Kim accompagnée de Bad Influence. Rien de particulier à signaler, si ce n'est le beau suicide dive d'Hernandez qui acheva les membres masculins du match. Mais Velvet Sky ne put profiter de la situation puisque Gail Kim l'a surprise avec son Eat Defeat.

 

Ce match avait un intérêt double : regrouper deux feuds en un match afin de dégager du temps pour le reste, et rendre hommage à la journée de la femme en mettant Taryn Terrell comme arbitre.

 

 

Retouche-moi encore une fois, biatch, et j'apelle Drew.

 

 

Tout est en place pour Lockdown, dont voici la carte :

 

Match pour le WHC

Jeff Hardy © vs Bully Ray

 

Lethal Lockdown Match

Team TNA

(Sting, Magnus, Samoa Joe, James Storm et Eric Young)

vs

Aces and Eights

(Devon, M. Anderson, Mike Knox, DOC et Garett Bischoff)

 

Steel Cage Match

Kurt Angle vs Wes Briscoe

 

Match pour le titre K.O.

Velvet Sky © vs Gail Kim

 

 

Elle sera là. Mais oui !

 

 

3-Way match pour les ceintures par équipe

Austin Aries et Bobby Roode ©

vs

Bad Influence

(Christopher Daniels et Kazarian)

vs

Chavo Guerrero et Hernandez

 

Match Simple

Rob Terry vs Robbie E

 

3-Way Match pour le titre X-Division

Kenny King © vs Christian York vs Zema Ion

 

Match Simple

Joseph Park vs Joey Ryan

 

 

Le main event s'annonce prometteur. Deux vétérans des combats hardcore dans une cage, ça devrait pouvoir donner du spectacle. Le match tag team présente de bons éléments mais si seulement deux catcheurs sont autorisés sur le ring, ça risque d'être légèrement ennuyeux.

 

Le match pour la ceinture X-Division devrait être la foire au spotfest comme d'habitude. Espérons juste que Zema Ion ne brise pas la nuque de quelqu'un cette fois-ci. Quand aux demoiselles, elles devraient pouvoir amuser suffisamment la galerie, et vu la soupe que la WWE nous sert depuis des années, on se dira que finalement Velvet Sky n'est pas si mal par rapport à Alicia Fox et que Gail Kim botche beaucoup moins qu'avant.

 

 

– Tu entends ? Il parait que t'es meilleure qu'Alicia Fox.

– Reste calme, Velvet. Reste calme.

 

 

Les trois matchs simples sont largement dispensables (nan mais qui a envie de voir Joey Ryan et Wes Briscoe, sérieux ?) alors que le Lethal Lockdown fait peur. Ce genre de match est toujours long à se mettre en place et difficile à filmer. 

 

La TNA a également profité du fait qu'il s'agissait de son dernier show dans l'Impact Zone pour diffuser une vidéo hommage que voici.

 

Et avant de nous quitter, ayons une dernière pensée pour un grand monsieur de l'histoire du catch, un homme qui terrifia nombre d'enfants (et de petits pandas) par sa voix aiguë, son teint blafard et son urne (sans oublier la moustache). Bref, rendons un dernier hommage à Paul Bearer, un des plus grands managers de l'histoire. Puisse-t-il reposer en paix.

 

 

4 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut