Catch

Une petite urne et puis s’en va

I'm Paul Bearer, and you're not !

Paul Bearer, Summerslam 1996

 

Placé sous le signe de la mémoire d'un des managers les plus emblématiques de la WWE, cet épisode nous a rapprochés encore un peu plus, pour mon plus grand plaisir, de WrestleMania. Le plus incroyable évènement catchesque de l’année qui sera d'ailleurs pour la première fois diffusé live en France ! Est-ce que cette émission a été à la hauteur de l’excitation grandissante pour la grande messe du 7 avril prochain dans le New Jersey ? Cliquez pour le savoir bon sang, cliquez !

 

 

– Bonjour à toutes et à tous et bienvenue à la Jyskal Urne Table, le seul endroit où sont entreposées les cendres des haters de Cena, où les carrières ont été brisées et où aujourd'hui je vais…

– Coupeeez !! Coupez !

– Mais Spanish tu m'avais dis que je pouvais et…

 

 

Nalyse de RAW du 11 mars

 

 

Il reste à présent trois RAW pour nous donner envie à en mourir de voir les blockbusters de cette édition numéro 29 que sont Triple H contre Brock Lesnar, Punk contre l’Undertaker et John Cena contre le Rock. Et que constate-je (pas évident à prononcer ça) ?! Ni l’un, ni l’autre des deux derniers larrons cités n’était à RAW lundi soir !

 

 

OK, qui a changé la date de mon calendrier Disney sur le frigo ?

 

 

Ah les sagouins ! Bon d’après les infos avisées de l’internet, le caillou le plus électrifiant de tout le sport spectacle était de corvée de promotion de film dans un pays far far away. Soit.

 

C’est le jeu ma pauvre lucette j’ai envie de dire. Avoir le Rock en champion WWE est une opportunité fantastique en terme d’image, mais il faut fatalement s’attendre à ce genre de petit impair.

 

De son côté, John Cena, mon héros, n’avait pas d’excuse. Sauf celle d’une idée pas si bête du management de la vévéheu qui a voulu éviter d’afficher son porte-drapeau en live pendant l’émission alors que le Rock était absent, de crainte que les souvenirs pas si lointains des promos sur le thème du « via satellite » ou du champion absent (largement abordé par Punk) ne refassent surface de manière trop ostentatoire. Louable.

 

Du coup, nous avons été gratifiés tout au long de l’émission de beaux packages vidéos dont la fédération de Stamford a le secret, afin de continuer à faire monter la sauce. L’enjeu est là, le charisme aussi, la folie, la passion, tous les ingrédients sont réunis. L’affrontement s’annonce mythique ! Enfin, si on est capable faire fi d’un slogan promotionnel vieux d’un an…

 

 

Vivement l'année prochaine !

 

 

Mais ce n’est pas le tout, nous avons un show à nalyser, alors roulez jeunesse :

 

 

Le gros GONG est de retour !

 

Ô joie ! Quel bonheur d’entendre à nouveau le gong de l’Undertaker retentir! Et quoi de mieux que l’ouverture du show pour ce faire. Alors que le titantron projetait un magnifique hommage à Paul « William Moody » Bearer, qui nous a quittés à l’âge de 58 ans le 5 mars dernier, le croquemort fait son entrée afin de célébrer la mémoire d’un homme à qui il doit presque tout. Son ami, son mentor, le gardien de son urne, son père, Paul Bearer était indissociable du personnage de l’Undertaker et vice versa.

 

C’est donc tout naturellement que ce dernier vient ouvrir l’émission au cours de laquelle un vibrant hommage posthume sera rendu à Bearer, au travers de nombreuses vidéos relatant ses meilleurs moments, une fois de plus composées avec un talent remarquable.

 

La mise en scène est belle. L’urne légendaire est posée sur un magnifique piédestal au centre du ring, celui-ci baignant dans les lumières bleutées caractéristiques du Deadman. Ce tableau est à l’image de toute la grandiloquence et du surréalisme dont sont empreints ces deux personnages historiques.

 

L’Undertaker met un genou au sol devant l’urne et nous gratifie de sa fameuse pose, le tonnerre retentit, comme toujours, les frissons sont bien là. Mais…

 

 

Coucou c’est moi ! Vous me reconnaissez ? Super connard !

 

 

J’avais beau m’y attendre, on avait beau l’avoir tous annoncé sur le forum depuis l’annonce du décès de Paul Bearer, je n’ai pas pu m’empêcher de proférer quelques insanités spontanées à l’encontre du Straightedge qui arborait pour l’occasion son sourire le plus détestable.

 

Bien joué WWE, reste maintenant à transformer l’essai. En ce qui me concerne, le job a été à moitié fait sur cette promo. Même si beaucoup ont salué le fait que les bookers ne soient pas allés « jusqu’au bout » avec cette histoire, j’ai presque trouvé ça trop lisse pour une fois, trop facile. La référence au fait que pour Paul, l’Undertaker sera parfait pour l’éternité à 20-0 car il ne verrait jamais le 20-1, était très bien pensée. Mais j’aurais voulu un peu plus d’humour noir, qu’on aille un peu plus dans le sale.

 

En même temps, c’est tellement délicat, et j’ai si souvent été dans le camp des offusqués (crise cardiaque de Lawler, mort de la mère de Lawler, l’angle Zeb Colter, etc…) que je ne suis pas forcément le plus crédible pour tenir ce genre de discours. Toujours est-il que la heat était bien présente, j’ai instantanément haï Punk dès le premier riff de sa musique et tout au long de son discours. En vouloir plus ici n’était pas forcément nécessaire, d’autant qu’il reste trois semaines.

 

 

Ok mon scénario dans lequel il déversait les cendres de Bearer sur son fils était sans doute un peu limite..

 

 

Le Deadman est lui resté silencieux pendant toute la tirade. J’aime ça. On peut même imaginer ne jamais le voir prendre la parole avant son match. J’avais regretté ces dernières années qu’on galvaude un peu trop les interventions micros du Taker, ça en devenait presque banal, en plus d’être pas folichon. J’avais longtemps gardé en mémoire mes souvenirs de la période Canal quand j’étais gamin avec mes figurines et mon ring en plastique bleu WWF. Le mec en imposait juste par sa présence et ne parlait presque JAMAIS ! C’était un truc de malade quand on l’entendait souffler deux mots. Si on revient à quelque chose de ce style ça me va, surtout quand on revoit ses tristes dernières interventions.

 

Note segment : 4 capuches cloutées sur 5

 

 

Oh ça va, me cassez pas les urnes hein.

 

 

Juste après la pub, on nous informe que si on est des gros bourges comme moi et qu’on a un iPad de pimp, on peut tranquillement s’asseoir sur ses chiottes en or massif pendant la réclame et lancer le WWE App, pour ne surtout pas louper des moments inédits comme l’attaque de Kane sur CM Punk qui a manqué de respect à son daron ! Oui c’est son papounet à lui aussi.

 

Contrairement à l’histoire du tombé du Miz dans le 2 out of 3 Falls d’il y a deux semaines, j’apprécie ce genre d’utilisation de la WWE App car cela renforce l’impression que le catch est vivant et que le monde de la WWE ne s’arrête pas de tourner pendant une « pub » qui n’a aucun sens scénaristique dans l’écriture d’un show. Si on veut péter la gueule d’un mec, on ne va pas attendre d’être live pour le faire.

 

– Ouais je reviens des chiottes, y'avait plus de papier alors j'ai défoncé le crane du mec de la prod contre le mur. Ca a bien giclé. Vous auriez pas une feuille, triple épaisseur si possible ?

– LIVE AND EXCLUSIVE ON WWE APP !

 

 

Rémi sans amis

 

Big Show est un crevard et il l’a payé ce lundi. Le géant avait un match en un contre un contre Seth Rollins. Bien évidemment, les deux autres hyènes du Shield étaient là pour prêter main forte à leur highflyer si les choses tournaient au vinaigre. Bon bah le vinaigre, il a débordé après à peine une minute de match, disqualification, brawl, ça se balance dans les barricades, triple powerbomb dévastatrice et le Shield triomphe en célébrant sur la carcasse fumante du World's Largest Athlete.

 

Habituellement, quand un gars se fait lyncher en place publique par le Bouclier flamboyant de la justice, y’a toujours un super héros qui va accourir vers le ring pour tenter de déchausser quelques dents. Là, quedal. Bah ouais vieux, c’est ça d’être un connard depuis plus d’un an !

 

Au-delà de ça, cela ouvre pas mal de portes qui me plaisent. Le Gros Spectacle ne va pas nécessairement changer d’alignement pour la énième fois de sa carrière. Il peut aussi se retrouver en position de faiblesse et demander une alliance avec ses ennemis, ce qui est rafraichissant comme scénario.

 

Autre point à noter, Show est le seul membre du roster à être « booké relativement fort » durant les beatdowns. Alors que généralement les Ryback, Sheamus et autres Orton tentent une rébellion avant de se manger la foudre dans la poire assez rapidement, Show place de nombreuses offensives et donne l’impression qu’il pourrait tout faire basculer d’un simple coup de poing. Cet aspect mis en avant donne aussi un argument de booking fort pour le rendre indispensable aux yeux du public et aux yeux du tandem Sheamus/Orton sans pour autant le faire turn. Ce qui est également assez intéressant.

 

Bref bon segment, j’ai hâte de voir la suite finalement qui pourrait ne pas être juste un remake du pauvre du match du Rumble.

 

Note segment : 4,5 spears de Roman Reigns, ce bel homme, sur 5

 

 

Vas-y on le tient, pique lui sa chaussure Roman !

 

 

 

Zig wins ! Zig wins ! Zig wins !

 

De la promo qui tâche, du bon gros brawl avec des morceaux de vrais bonnes idées dedans, la soirée démarre bien mais ça manque de catch. N’ayez crainte, Daniel Bryan et Dolph Ziggler sont là.

 

Une bonne grosse douzaine de minutes bien grasses de catch jouissif entre deux hommes qui sont vraiment en pleine bourre. Je ne m’étendrai pas sur la qualité des prises, du timing ou du selling des deux larrons, nous avons déjà tout dit là-dessus. En revanche, je trouve le look de D-Bry de plus en plus crado ! Déjà cette barbe est incroyablement fournie ! Mais voilà qu’il commence à avoir une longueur de cheveux poisseux assez impressionnante. Ca lui donne une tête assez invraisemblable que j’adore !

 

 

– J'ai une annonce, je cherche ma tondeuse depuis près de cinq mois maintenant. Est-ce que quelqu'un l'aurait vue ?

– YES ! YES ! YES ! YES !

– Non ça m'étonnerait que TOUT LE MONDE l'ait vue, vous pouvez être sérieux deux minutes ?

– YES ! YES ! YES ! YES !

– Oh bordel.

 

 

Et alors que tout le monde voit la série de Dolph se prolonger avec une nouvelle défaite, c’est le choc. Cette pétasse d’AJ distrait l’arbitre en s’aspergeant d’eau sur son t-shirt blanc ultra transparent, tandis que Big E en profite pour tirer le pied de Dolph jusqu’aux cordes, ce dernier étant pris dans le terrible No Lock à ce moment du match.

 

La prise est brisée, enchainement de finishers et de contres pour finalement un Zig Zag qu’on avait plus vu porter ses fruits depuis bien longtemps. Victoire du trio maléfique qui fait du bien pour l’image du blondinet. Sans verser dans le markisme primaire, surtout que je ne vois pas spécialement le problème de faire jobber Zig, je pense qu’une victoire de temps à autre est nécessaire. D’autant plus que cela pourrait très bien signaler le début d’une feud Hell No contre Ziggler/Big E en tag team, ce qui me fait saliver par avance.

 

Note segment : 5 blagues de 18 secondes sur 5

 

 

– Vous allez bien Daniel ?

– Ouais ouais un peu mal au coude mais ça va..

– Non mais je veux dire par rapport à AJ qui est en train de pécho Dolph là bas. Veiller à votre santé physique et affective fait partie des nouvelles obligations légales des arbitres.

 

 

On soulignera le regard d’AJ, qui puait le sexe, à l’égard de Big E pour lui signifier qu’il pouvait aller porter son finisher sur un Bryan encore K.O. Cette meuf dégage une tension sexuelle assez incroyable depuis son alliance avec Ziggy. M’étonnerait pas qu’elle finisse par pécho le renoi aussi.

 

Sinon en parlant de renoi, quelqu’un a vu R-Truth ? Le mec revient « en fanfare » (imaginez un peu plus de guillemets) mi-février pour sauver Kofi du méchant Sandow. Il a un match la semaine suivante contre Rhodes, conclu par une nouvelle altercation avec le barbu. Et depuis, plus rien. Les Rhodes Scholars se sont même payé le luxe de se remettre ensemble entre temps. D’ailleurs, ce commentaire vaut aussi pour Kofi, même si ce dernier est à la TV, il enchaine les squashs. Ca sent mauvais pour eux quand même.

 

 

Mec non.. la beuh ça sent bon…

 

 

 

FANNNN… DANNNNN…. GOOOOOOOO

 

Ok, ok, le petit Johnny Curtis est entrain de sortir quelque chose de bon de sa gimmick abracadabrantesque au final. J’ai encore quelques doutes sur la pérennité du truc mais on tient quelque chose. Surtout dans son phrasé qui est vraiment super énervant à écouter.

 

Je pense qu’il gagnerait énormément à rendre sa gimmick participative pour la faire définitivement prendre auprès du public. Car demander à Lillian, Justin ou encore Sweet T (non mais sérieusement..) de dire son nom, c’est marrant deux secondes, mais imaginez le passer dans le public et tendre le micro à des gros nazes pour qu’ils se chient lamentablement eux aussi et que Fandango se paye leur poire. Ça lui assurerait une bonne heat je pense.

 

En tout cas, si le plan est de repousser ses débuts jusqu’au grand soir de WrestleMania, c’est tout de même un sacré push pour lui ! Même si c’est dans un comedy match contre Sweet T.

 

Note segment : 3,5 techniques de drague improbables sur 5

 

 

Quelle érection !

 

 

 

Les légendes inconnues se font Brockiser

 

Pour reprendre la formulation TDSienne afin de décrire les New Age Outlaws, les légendes inconnues étaient de sortie lundi soir pour affronter les Rhodes Scholars qui se réunissent une nouvelle fois. Ces derniers étaient dans le ring avant l’arrivée des vieux briscards et ont parodié l’entrée caractéristique du Road Dogg de manière absolument hilarante. Ces deux-là sont franchement fendards ensemble.

 

Rentrent ensuite les anciens membres de DX, qui prouvent que rien ne vaut la version originale, et le match commence. Il commence d’ailleurs bien, Dogg et Gunn prouvant encore qu’ils ont de très beaux restes. Sauf qu’au bout d’à peine deux minutes de combat… BROCK LESNAR !!

 

Bordel cette musique est juste parfaite… A chaque fois qu’elle retentit j’ai ce frisson qui me traverse et je me dis que, ô foutre dieu, le ou les mecs au milieu du ring vont dérouiller. Ce mec est une bête. Flippant à souhait, sa simple présence suffit à rendre l’ambiance survoltée dans toute l’arène. Vivement le match sanglant à Mania contre le Cerebral Assassin.

 

En attendant, Brock était de sortie pour venir démonter les New Age Outlaws. Gunn et Dogg n’ont pas fait un pli, deux F5 plus tard l’affaire était pliée et, tandis que les Rhodes Scholars se repliaient sagement en coulisses, Heyman en profitait pour se faire la voix du Next Big Thing et accepter le challenge de Triple H!

 

 

Si personne me dit pourquoi Justin Bieber a annulé son concert hier soir je casse Dogg en deux et je refais les cordes du ring avec ses boyaux !

 

 

Le match est donc officiel, mais à une condition: que Triple H accepte de laisser à Brock le soin de choisir la stipulation dans ce qui s’annonce être un bien beau massacre dans trois semaines. Nul doute que Triple H acceptera cette offre, trop heureux de pouvoir mettre la main au collet de l’homme qui a maintenant détruit son meilleur pote Shawn, son beau-père VKM et ses deux potos déglingos de DX.

 

Entre cette semaine badass à souhait et l’épisode précédent avec la baston qui se termine en bain de sang, je pense que certains sceptiques pourront au moins revoir un poil leur jugement initial. Cette feud est tout sauf immobile et froide. On a de la grosse castagne, des mecs qui tournent pas autour du pot et la promesse d’une sacrée baston. Après, ça sera pas du catch technique c’est certain, mais il faut de tout pour faire un Mania.

 

Note segment : 5 cheveux de Billy Gunn sur 5

 

 

– On propose un NO DQ pour Mania ! Tu ne risques rien Hunter, je n'ai absolument aucune relation ou autres potes que Brock avec qui je serais susceptible d'intervenir pendant le match si tu acceptes !

– Ah ! Bien vu patron.

 

 

 

Mark est boulanger, ça tombe bien Ryback a la dalle

 

Comme chaque semaine, Mark a ouvert les portes de son Hall of Pain. Cette fois ci, c’était un habitué qui est venu chercher sa petite ficelle et son croissant beurre en la personne de Kofi Kingston. Rapide, efficace, Mark Henry casse les gens en deux parce que THATS WHAT HE DOES.

 

Ryback, lui, affrontait Heath Slater. Le match n’a pas été spécialement plus long, mais il avait la particularité d’être supervisé par Mark Henry justement. L’affrontement titanesque semble se rapprocher. Après un match dispensable, Drew McIntyre est venu tenter de jouer les héros.

 

 

– Heath, y'a Drew qui est rentré sur le ring pour te sauver mais ça sent moyen pour lui là quand même, on y retourne ?

– C'est terminé Jinder. Laisse nous derrière. Fuyez, ton turban et toi, pendant qu'il en est encore temps.

 

 

Bien vu fiston. Deux Shellshock et deux World Strongest Slam plus tard, l’Ecossais fait la carpette tandis que les mastodontes cherchent à savoir qui a la plus grosse. J’aime ce build à base de « tout ce que tu fais, je peux le faire encore plus fort ». Ça va pas chercher bien loin mais on en demande pas plus, car après tout, tout ce qu’on veut savoir c’est justement « Qui est le plus fort ?! ».

 

Sinon Drew… Peu importe si les mecs sont des pros, je pense que prendre quatre finishers aussi stiffs et physiques que ceux-là à la suite, ça doit laisser des marques…

 

Note segment : 4 boites de codéine pour McIntyre sur 5

 

 

Drew McIntyre

1985 – 2013

 

 

 

"WOW un match champion contre champion !!" Said no one ever.

 

On passera rapidement sur le match entre Cesaro et Del Rio qui aurait pu être excellent mais qui a été réduit comme d’habitude à un ersatz de combat expéditif et réduisant le détenteur de la ceinture secondaire à un perdant.

 

Je suis habituellement peu critique sur les défaites de midcarders contre des main eventers car ça profite toujours au plus petit d’avoir de l’exposition contre un mec important du roster. Mais on ne m’enlèvera pas de l’idée que cette fois ci, comme très souvent dans les matchs champion WWE/WHC contre champion IC/US, le moins haut dans la carte sort une fois de plus vraiment perdant de l’affaire.

 

Note segment : 1 unification de titres mineurs sur 5

 

 

– Tiens prends ça Alberto !

– Haha tu tapes vraiment comme un champion US Antonio !

 

 

 

Vipère et mayonnaise

 

Sheamus et Orton étaient de sortie cette semaine… par équipes ! L’entente cordiale semble entérinée et les voilà lancés à toute berzingue dans leur vendetta contre le Shield qui culminera probablement à Mania.

 

Ils affrontaient ce soir les Rhodes Scholars, pour leur second match de la soirée. Ce match a été annoncé en coulisses par Vickie qui n’en est pas à son premier acte « face » ces derniers temps. Elle a en effet jugé que leur bribe de match contre les NAO n’était pas suffisante et elle est venue les recoller dans un nouveau combat, ce qui contrecarrait le semblant de « double date » qui se profilait avec les Bella Twins, de retour de manière assez surprenante. Enfin pas assez pour que j’y accorde plus que deux lignes.

 

Il est assez triste quand même de voir que rien ne semble prévu pour les Rhodes Scholars pour le moment. Ils se sont bien éloignés des champions par équipe, Truth est porté disparu malgré son retour, l’amourette entre Kaitlyn et les poils de Cody ne mènera pas à un match. Alors quid de leur statut à Mania ?

 

Toujours est-il qu’ils ont fait plus que le job contre Team Shorton avec une prestation d’ensemble supérieure à la moyenne. Les gentils ont bien évidemment gagné mais tout le monde sort vainqueur de ce match à mes yeux. Et la nouvelle équipe top face a de la gueule quand même.

 

Note segment : 4 chirurgies plastiques des roploplos sur 5

 

 

Donnez moi un pieu ! Vite !

 

 

 

Génie ou imposteur ?

 

Passons rapidement sur le Highlight Reel oubliable entre Jericho, le Miz et Barrett qui a conduit au booking d’un #1 Contender Match entre Y2J et l’Awesome One. Ce segment a été relativement mauvais, le public n’était pas dedans et il a été un peu construit avec les pieds.

 

Notamment du fait que la WWE cherche à push le Miz de façon assez flagrante depuis un certain temps en l’associant à des grands noms du business, mais qu'elle le fait vraiment n’importe comment. Le deal était de donner envie au public de voir un possible Miz contre Barrett pour la ceinture blanche. Bon, pourquoi pas.

 

Sauf que dans la minute qui suit, le segment nous propose autre chose : un début de confrontation animée entre Barrett et Jericho, son ancien mentor à NXT et accessoirement le recordman absolu du nombre de règne IC. Un poil plus bandant si vous voulez mon avis.

 

Et c’était aussi l’avis du public.

 

 

Elle est super cette nouvelle veste avec toutes ces ampoules, mais après y'en a plus assez pour afficher son nom sur le titantron.

 

 

Du coup gros échec pour un booking stupide et contreproductif. Mais la grande question que j’ai après tout ça c’est : Brad Maddox, génie incompris ou énorme imposture ?

 

Le mec est venu interrompre la joyeuse bande en proposant donc un Miz vs Jericho pour un titleshot. La promo amenant cette annonce était du même tonneau que ses dernières prises de micro au milieu du ring quand il s’était expliqué sur ses actions à Hell in a Cell ou quand il avait demandé au Shield de descendre pour régler ses comptes. A savoir : surjouée, avec des montées d’intensité mal placées, des hésitations, limite des bégaiements…

 

Cela en devient tellement flagrant qu’on se demande si il ne ferait pas exprès de parler comme ça. On se perd dans ses phrases sans queue ni tête qui tombent le plus souvent à plat. Alors joue-t-il avec brio le loser de service ou est-ce encore une énième figure d’autorité incompétente amenée à disparaitre dans les mois à venir ? J’ai besoin de vos avis éclairés dans les commentaires.

 

Note segment : 2 incompréhensions totales sur 5

 

 

Attendez ! Ah ! Voilà bon donc je disais que en réalité… enfin c'est surtout que voilà il faut que ça s'arrête ! Parce que ça suffit. Vous ne pensez pas ? Mais c'est avant tout une question de… Puisque j'ai un poste de manager et que j'aime le jambon, j'ai mis une chemise rose. Enfin ce que je… veux dire c'est !!! C'est que j'aime beaucoup ce que vous faîtes. Donc il faut que je change les piles de ma radio. Alors on se voit à 13h pour jouer au golf.

 

 

Ah oui et le match entre le Miz et Jericho n’était pas mauvais, mais rien de bien fou. Au final, match nul comme on pouvait s’y attendredu fait de l'intervention de Barrett, et un très probable Triple Threat pour la ceinture à venir. Allez, pourquoi pas !

 

 

 

We, the boring people !

 

Sin Cara et Jack Swagger avaient un match lundi. Comme à chaque fois depuis son retour, ce dernier était flanqué de Zeb Colter qui en a profité pour claquer une nouvelle promo sur son thème politique préféré en avançant vers le ring.

 

Bon. Je crois qu’on a tous compris non ? Le mec rabache semaine après semaine les mêmes conneries. Autant c’était marrant au début de surfer sur la ligne jaune du politiquement correct et du débat politique avec l’éclatement du quatrième mur, autant là ça fait cinq ou six semaines que ça dure et on aimerait bien voir autre choses.

Le public ne s’y est pas trompé avec des « boooooring » qui descendaient des travées du stade, faisant office de sanction, amplement justifiée selon moi. D’ailleurs, ils auraient bien pu continuer pendant le match qui a été plus que quelconque. Environ deux minutes, squash conclu par le Patriot Act sur la cheville du Mexicain. C’est pas comme si ce même Mexicain avait battu le champion US la semaine dernière à Main Event hein.

 

Del Rio fonce bien évidemment à la rescousse, place sa clé de bras mais Zeb sauve son poto et tout le monde se sépare en se lançant des regards méchants. Mouais, ça stagne un peu tout ça.

 

Note segment : 2 disques rayés sur 5

 

 

– Toi ! Avec le masque !

– We the people.

 

 

Hmpff ?

 

 

– J'en suis sur, toi aussi you took err job !

– We the people.

 

 

– C'est incroyable ! Chaque semaine Zeb nous inonde de nouveaux propos inédits tous plus empreints de controverse que les autres.

– Ah ça oui Michael, et Swagger n'est pas en reste non plus. Il a des choses à dire et il les dit haut et fort !

 

 

 

DA MAIN EVENT : Kane vs. Punk

 

Encore une fois, match booké par Vickie qui n’en finit plus de faire des trucs de gentil. Chelou. Toujours est-il que cela avait du sens compte tenu de l’introduction de l’émission. Kane est super vénère que Punk ait manqué de respect à son papa. Et comme le Deadman semble avoir bloqué le bouton "marche" de son déambulateur, il faut bien que quelqu’un lui donne une leçon.

 

Le match était top, Kane me sidère à chaque fois qu’il a l’opportunité de concourir dans un match « important » comme ce soir en un contre un. Et en plus, il a gagné ! Victoire consécutive à l’inévitable GONG du Taker qui a déconcentré Cihaime ! Sans déconner, ça doit être le .wav qui a fait gagner le plus de matchs de l’histoire.

 

– Ah attends Kane, je crois que quelqu'un a sonné je vais ouvrir.

– Mais..

 

 

Mais le plus important s’est déroulé après le match. Alors qu’on pourrait s’inquiéter à juste titre de l’aura de Punk après cette nouvelle défaite (pour un gars qui ne perdait plus depuis plus de 450 jours, ça fait beaucoup ces derniers mois), ce salopard est allé piquer l’urne pour en foutre un grand coup sur la cafetière de Kane et s’enfuir avec.

 

Affront ultime ! Symbolique, ce geste permet à Punk de conserver, voire renforcer, son image de salaud qui ne recule devant rien, pas même devant le vol de l’urne de Bearer à qui était dédié le show du soir. Le Taker aura beau accourir à la rescousse de son frangin et ENFIN tenter de mettre la main sur son futur adversaire, il lui faut tellement de temps pour arriver jusqu’au ring que l’enflure l'avait déjà déserté quand il s'y hissa enfin.

 

Objectif rempli à 100% pour injecter un max d’animosité dans la confrontation. Néanmoins, cela n’effacera toujours pas à mes yeux la façon bancale avec laquelle le match a été amené. Mais bon on va dire qu’il reste encore un peu de temps pour nous surprendre.

 

Il s’agirait tout de même de passer la seconde, en commençant notamment par nous expliquer pourquoi le Deadman est revenu et pourquoi il accepterait le match contre Punk.

 

Note segment : 4,5 urnes en contreplaqué sur 5

 

– Merde je crois que les fusibles ont encore sauté..

– Attends j'en ai trouvé un !

 

 

Un très bon show dans l’ensemble. Le Shield et l’évolution du possible trio Show/Sheamus/Orton m’intéressent de plus en plus. Je trouve qu’on y apporte beaucoup de soin dans l’écriture. Brock Lesnar est une bête et fait le boulot juste en calant des F5 et en ne disant rien. Punk fait franchir un cap à la feud avec le Taker. Les packages vidéos ont plus que pallier à l’absence de Cena et Rock, même si on attend beaucoup plus.

 

En revanche, je trouve que la scène WHC s’essouffle. Mais je fais confiance à Smackdown pour raviver cela. J’ai nettement plus peur pour la gestion du titre US ou bien du Miz dans sa possible confrontation avec Barrett pour l’IC.

 

Les bonnes surprises sont peut-être à aller chercher du côté de Ziggler, Big E, AJ et les Hell No dans les semaines à venir. Si cela se concrétise, on pourrait avoir une affiche vraiment fun à laquelle personne n’avait pensé !

 

Enfin, tirons un coup de chapeau à la WWE pour l'hommage rendu tout au long de la soirée, et tout en sobriété, à Paul Bearer. Ces vidéos étaient magnifiques et ont dû rappeler à nombre d'entre vous plein de souvenirs de vos plus jeunes années. Paul, si tu lis ces lignes depuis ton petit nuage, tu m'as bien fait flipper quand j'étais môme, salaud. Merci pour tout.

 

Ouais ouais c'est ça on s'en branle, je suis riche ! C'est du 180 carats cette merde !

12 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut