Catch

Youpi la vie

Le monde doit prendre le chemin de la paix, de l'amour et de la fraternité.

Le pape François

 

Pas dégueu le Smackdown de cette semaine. On en parle plus longuement ? D'accord, je m'en occupe. Vous, déshabillez-vous. Oui, entièrement. On sera plus à l'aise pour discuter.

 

 

Ok, je comprendrrre. Ça veut dirrre moi montrrrer bite.

 

 

Nalyse de Smackdown du 15 mars

 

 

Commençons par noter qu'aucun des protagonistes de ce que j'appellerai les trois feuds principales n'était présent. Absents donc les Cena, Brock, Punk, HHH, Undertaker et The Rock, mais toujours présents dans nos mémoires et dans nos coeurs, et ce grâce aux nombreuses vidéos récapitulatives nous montrant Punk voler l'urne de Paul Bearer et s'attirant les foudres de Kane et du Deadman, Brock atomisant les New Age Outlaws et acceptant ainsi d'affronter HHH à Wrestlemania, mais sous certaines conditions qui nous seront dévoilées ultérieurement, ainsi qu'un rappel des différends entre le Rock et Cena, parce que bon, c'est vrai qu'il y a peut-être des gens qui étaient dans le coma l'an dernier et qui ignorent qu'ils ont eu un match légendaire qualifié de Once in a Lifetime (mais en fait non).

Jyskal trouve que j'ai pas été assez trash ? C'est parce qu'il ignore qu'après le show, j'ai bourré l'urne, et pas au sens électoral du terme, et qu'ensuite j'y ai déposé une pêche.

 

 

Le gros point négatif de ce procédé, c'est qu'on en a bouffé de la vidéo, putain de merde. Le point positif, qui n'est pas négligeable, c'est que ça a laissé de la place pour les autres.

 

 

Whoo putain ! Un Lego géant avec une cape !

 

 

Et ceux qui en ont le plus profité, ce sont trois types vêtus de noir (et je ne veux pas dire par là qu'ils ont écorché un noir pour se vêtir de sa peau, vous confondez avec Brock) ainsi qu'un rouquin et un neuneu.

 

 

Vous savez ce que me disait ma mère pour que j'aille me coucher ? "Brock, au lit". Ha ha ha elle était marrante môman. Parfois je regrette de l'avoir mangée.

 

 

Le match ouvrant le show, qui opposait Sheamus et Orton à Rhodes Scholars, a même été précédé d'une vidéo (oui, encore une) montrant l'attaque perpétrée par le Shield contre l'Irlandais et la Vipère.

 

 

Personne à gauche ? Personne à droite ? Je vais enfin pouvoir chier tranquille !

 

 

Puis vint le match, et les Rhodes Scholars ont eu beau se plaindre que l'intervention de Lesnar à Raw les avait privés d'une victoire contre les NAO, ils ne s'en sont pas moins pris ce qu'on appelle dans le jargon une bonne branlée. Et tandis que les deux faces célébraient leur victoire, la musique du Shield retentit. Heureusement, pas d'attaque surprise cette fois-ci, juste une promo via titantron, conseillant à Orteamus de se trouver un partenaire, parce qu'à Wrestlemania, ça va chier des bulles carrées. Si Ambrose sue le charisme dans ce type d'exercice, les deux autres ne jouent clairement pas dans la même catégorie, la palme du ridicule revenant pour moi à Roman Reigns, qui répète les fins de phrases des autres avec un air cénsément méchant (mais c'est difficile à dire avec son regard vide). Oui, ça ressemble à la parodie que fait Alberto Del Rio de Jack Swagger, et c'est rigolo.

 

 

– Tu crois que ça tourne ?

– Je sais pas. Le point rouge, ça veut dire que ça tourne ou que ça tourne pas ?

– Euh… c'est pas juste la batterie ?

– Ah ouais, possible.

– Putain les mecs, vous êtes en direct, là.

 

 

Cette recherche de partenaire fut de courte durée, puisque quelques minutes après, dans les coulisses, le Big Show vint aborder Orton et Sheamus afin de les convaincre de le choisir. Et il se vendit si bien que les deux compères choisirent Ryback. Quels fripons ! Quels fieffés loustics !

 

 

-'Tendez, je résume le truc. Vous refusez de prendre un géant destructeur avec un palmarès long comme le bras, qui était champion du monde il n'y a pas trois mois, et vous prenez un mec qui n'a aucun

titre et qui est le seul élément commun à tous les matchs par équipes contre le Shield. Matchs qui ont tous été perdus. C'est bien ça ?

– Ouais, c'est exact, fella.

– Alors bon courage.

 

 

Et ce n'était pas encore fini car la vipère et le grand rouquin blanc, tout heureux du tour pendable qu'ils avaient joué au géant, furent ensuite interviewés par Matt Striker. Et là PAF ! Spear de Reigns sur Sheamus, puis fracassage de gueule sur porte de garage pour Orton, et enfin passage à travers une table pleine de curly pour Sheamus. Les deux hommes étaient groggy.

 

 

Les mecs, si on a mis une pancarte "attention sol mouillé" sur le mur, c'est pas pour faire joli. Vous ferez gaffe la prochaine fois, ça vous évitera de glisser et de tomber comme des merdes.

 

 

Ryback, arrivant après la bagarre (vraiment une très bonne idée de l'avoir pris dans l'équipe, les mecs) demanda de quoi il retournait. Alors que Teddy Long avait là une belle occasion de faire preuve d'Obviouserie en expliquant la situation -à ton avis, connard, il s'est passé quoi ? Vous êtes en feud avec le Shield, putain-, il se fit envoyer chier par Booker T. Ce dernier conseilla ensuite à Ryback de s'occuper de son match contre Mark Henry.

 

 

– Je t'emprunte ta voiture, p'pa.

– D'accord, mais s'il y a la moindre égratignure, tu seras privé de sortie pendant un mois.

– Oui p'pa.

– Et ne rentre pas trop tard.

– D'accord p'pa.

– Et protège-toi bien surtout, si tu vois c'que j'veux dire ! Hin hin hin !

– Rhooo, p'pa ! Tu m'fous la honte !

– Je te taquine. Je suis fier de toi, fils.

– Merci p'pa.

 

 

Vous vous en doutez, le match en question fut interrompu par une agression du Shield sur ce pauvre Ryback, qui néanmoins a fait mieux que simplement se défendre et a pris l'avantage… avant de le perdre suite à une distraction de Mark Henry. Ce dernier, qui n'a sûrement jamais entendu l'expression "on ne frappe pas un homme à terre", porta non pas un, mais trois World Strongest Slam sur le chauve qui sourit pas.

 

 

Ouille… c'est vachement plus drôle quand c'est McIntyre qui prend !

 

 

Je sais pas vous, mais moi je pense que Ryback va quitter l'équipe anti-Shield pour se consacrer entièrement à sa vengeance contre le World Strongest Man. Du coup peut-être qu'Orton et Sheamus vont se rabattre sur le Big Show en fin de compte.

 

 

On hésite, parce qu'il y a JTG qui est libre en ce moment.

 

 

On a aussi vu Fandango cette semaine. Ou plutôt Faaaan Daaaan Gooooo. Il devait (encore) faire ses débuts face au Great Khali. Malheureusement, ce dernier s'est révélé incapable de prononcer correctement le nom du danseur de salon, qui a décidé que du coup ses débuts ne seront pas pour cette fois, merci bien.

 

 

Répète après moi : Faaaan…

 

 

Faaaan…

 

 

Daaaan…

 

 

Daaaan…

 

 

Goooo…

 

 

Goooo…

 

 

Fandango !

 

 

Bwabwabwah !

 

 

Voilà un segment peu original. Un heel qui doit faire ses débuts et qui refuse pour une raison x ou y, on a vu ça 10 fois (au hasard, avec Damien Sandow), presque autant qu'un monstre qui détruit des jobbers. Mais Curtis tient bien son personnage et parvient à rendre ces scènes amusantes, et il faut ajouter à cela que c'est toujours un plaisir de ne pas voir combattre le Great Khali. Ce vendredi il a réussi à prouver en 3 minutes qu'il ne savait ni danser ni parler dans un micro (oui il commence à parler avant que le micro soit devant sa bouche, ce débile), c'était bien assez.

 

 

– Oh magnifique Backbreaker ! What a maneuver !

– Calmos, Cole, c'est juste un pas de danse.

 

 

Vous savez qui d'autre a eu du temps d'antenne ? Les divas ! Non, je ne déconne pas. Il y a même eu l'intégralité du roster des poufiasses  filles. En effet, Kaitlyn et Layla affrontaient Tamina et Aksana (et les battaient), tandis qu'en coulisses Naomi et Cameron regardaient le match à la télé.

 

 

– Rhaa je ne vois pas grand chose.

– Moi non plus. Peut-être qu'on devrait se mettre face à l'écran, on verrait mieux.

– Pas bête ! Ah mais c'est déjà fini, on n'a plus qu'à continuer le repassage.

 

 

Elles furent rejointes par les Bella Twins qui les ont charriées avant de les agresser violemment, laissant espérer une feud par équipes chez les divas.

 

 

Les Bella agressent violemment les caleçons depuis 2007.

 

 

Ajoutons Natalya et AJ qui accompagnaient respectivement Khali et Ziggler, et le compte est bon (en fait non, je viens de me rendre compte que j'ai oublié Alicia Fox, mais on s'en cogne). Saluons cet effort de la WWE, alors que c'était même pas la journée de la femme ni rien.

 

 

Tiens, l'homme invisible est venu avec son frère.

 

 

Sinon, Dolph Ziggler a eu un match. Contre Kane. Pas très étonnant me direz-vous, mais il a gagné ! Eh oui, Kane était accompagné de Bryan, Ziggler de Big E et d'AJ, du coup c'était un peu le bordel en dehors du ring, et Ziggler a profité du chaos ambiant pour Zigzaguer le Big Red Monster pour le compte de 3.

 

 

Je profite du chaos pour le mettre KO. Putain Je suis trop marrant ! Même les blagues de merde je les vends bien.

 

 

Alors que Dolph chambrait un Kane à terre, celui-ci le prit à la gorge pour lui Chokeslammer la race. Mais les miches bien fermes du beau blond furent sauvées par son compagnon d'ébène, qui détruisit l'homme masqué. Il semble que Dolph et Biggie vont concourir pour le titre Tag Team, et ma foi pourquoi pas ?

 

 

Sur cette image se trouve peut-être le premier Tag Team Champion avec des nichons.

 

 

Là vous vous dites "c'est Smackdown, alors forcément on ne peut pas ne pas évoquer le World Heavyweight Championship". Et vous avez raison, à ceci près que le champion n'était même pas présent. Oui, comme à Raw. Enfin nous avons quand même eu droit à une autre parodie du Jack and Zeb show, qui cette fois-ci portait sur les Canadiens. 

 

 

Il a l'air bien le nouveau GI Joe.

 

 

Pesronnellement j'apprécie beaucoup Bébert et Riri dans cet exercice, et ce pour deux raisons : l'humour est parfait pour tourner en ridicule et désamorcer les propos de Colter et Swagger, qui peuvent être choquants tant ils sont réalistes. La deuxième raison est que Del Rio a été ridicule quand il répondait "sérieusement" aux attaques des deux racistes. Pourtant il joue plutôt bien, mais je ne sais pas si ses textes sont trop mal écrits ou si il est trop mauvais en anglais, mais ça ne passe pas du tout. Alors que dans ce rôle de Swagger attardé et taiseux, il est excellent.

 

 

– Berk, mais elle est dégueulasse cette eau !

– Normal tu viens de te siffler la bouteille de crème solaire, connasse.

 

 

Cette vidéo sur l'envahisseur canadien à fait rire Chris Jericho, qui la regardait depuis les vestiaires en compagnie de R Truth (il est là ! On l'a retrouvé !). Mais que Jericho rigole ça n'a pas fait rire Swagger, qui n'a pas manqué de le lui faire savoir. Un échange d'amabilités eut lieu entre les deux hommes, qui n'a pas duré puisque de toute façon ils avaient un match de prévu, et en main event s'il vous plaît, donc ils causeraient avec les poings.

 

 

– Sale Canadien de merde. T'es même pas américain.

– Crétin. Le Canada est sur le continent américain. Donc je suis américain, vermisseau hydrocéphale.

– Je pige rien à ton sabir, bougnoule.

– Hein ? Je parle la même langue que toi !

– Ta gueule, métèque.

 

 

Et c'est ce qu'ils firent, comme les vrais hommes qu'ils sont. C'est finalement Swagger qui s'est imposé grâce à sa Gutwrench Powerbomb, au terme d'un match plutôt long et de qualité. C'est une belle victoire pour le Real American, qui apparaît comme un prétendant sérieux au titre de champion du monde.

 

Wrestlemania verra-t-il le couronnement de cet homme ? J'en sais rien.

 

 

Saletés de Canadiens. Je les déteste tous.

 

 

T'as un problème avec les Canadiens, enfoiré de fils de pute ?

 

 

On peut régler ça rapidement, tête de noeud.

 

 

Criss eud'caribou tabarnac' ! T'sais pas dans quoi t'as mis les pieds !

 

 

Oh merde.

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut