Catch

What?

I'm gonna walk right into the Smack Down Hotel, check into room 3:16, and burn the son of a bitch to the ground!
Stone Cold Steve Austin

 

CDC Universe, nous avons besoin de vous ! Pour quoi faire vous demandez-vous, le regard torve et en vous grattant négligemment l’entrejambe entre deux consultations de votre site de partage de vidéos pornos préféré ? Eh bien tout simplement pour nous aider à définir quel est le catcheur qui a le plus influencé la WWWF/WWF/WWE depuis sa création. Aujourd’hui, nous nous penchons sur le cas du Rattlesnake, grâce à Major Tom, le nain le plus fringant de l’histoire des Cahiers du Catch.

 

 

Cet homme a sauvé toute une fédération de la ruine. Mais il a également joué dans mi-temps au mitard, et on l'oublie trop souvent.

 

 

Les dix catcheurs les plus influents de la WWE (1/10) :

Stone Cold Steve Austin

 

 

Avant-propos :

Le principe de ce concours, car c'est bien de cela dont il s'agit, est on ne peut plus simple. Nous avons défini une liste de dix Superstars incontournables, depuis la genèse de Stamford jusqu’à aujourd’hui (voir ci-dessous). Durant quelques semaines, nos rédacteurs, béni soit leur nom et pavé de fleurs et d’amour leur destinée, nos fidèles soldats graphomanes vous proposeront tour à tour une présentation de leur favori et tenteront de vous convaincre que l’élu de leur cœur est LE catcheur qui aura le plus influencé la WWE depuis sa création. Il ne s’agit donc pas d’un concours de popularité de plus, l’idée n’étant pas que l’on choisisse l’athlète que l’on préfère, qui réalise les plus belles prises, parle le mieux dans un micro ou est le plus titré, mais bien de distinguer celui qui aura eu le plus d’impact sur le business. À l’issue de cette série d’articles hagiographiques, nous solliciterons votre vote, car à la fin, il ne devra en rester qu’un, mais il faudra bien classer les neuf autres. Des questions ? Des doutes ? C’est en commentaires que cela se passe.

 

 

The Fucking Alphabetic List :

 

Stone Cold Steve Austin
John Cena
André le Géant
Bret Hart
Triple HHH
Hulk Hogan
Shawn Michaels
The Rock
Bruno Sammartino
The Undertaker

 

Fin de l’avant-propos, place à la…

 

Présentation de Stone Cold Steve Austin

 

 

Juin 1996 : Alors que les audiences de la WWF sont au plus bas et que la WCW attire toujours davantage de public et de grandes stars, Stone Cold Steve Austin remporte le King of The Ring, et livre une promo mémorable à l'encontre du finaliste malheureux, Jake Roberts. Austin 3:16 est né, et avec lui l'Attitude Era, qui allait marquer toute une génération de fans et permettre à la fédération de VKM de gagner la Monday Nights War.

 

Des visages de la compagnie sur une période déterminée, des mecs qui ont porté la WWE sur leurs épaules au point qu'ils pourraient presque accoler leur nom à l'ère dans laquelle ils ont évoluée, il n'y en a qu'une poignée dans la liste qui vous est proposée (indice : ils se comptent sur les quatre doigts de la main). Mais il n'y a qu'un seul catcheur dont l'importance dans l'histoire de Stamford va jusqu'au point qu'on pourrait penser que, sans lui, nous pourrions bien être en train de regarder quelque fédération concurrente à l'heure qu'il est. Cet homme, je vous le donne en mille, c'est Steve Austin.

 

 

Chaque année, en période de week-ends d'intégration, les bizutages se multiplient. Ici des images tirées d'une vidéo amateur de la faculté de médecine de Lille.

 

 

Pourtant, tout ne s'est pas fait facilement pour celui qui a commencé sa carrière à l'aube des années 1990. Lui n'a pas traîné toute son enfance dans les jambes d'un père ou d'un grand-père catcheur. Stone Cold s'est fait tout seul, au talent, et est d'ailleurs l’unique de notre liste à être passé par les trois principales promotions américaines de la décennie : la WCW tout d'abord, où il remporta un certain succès comme midcarder (deux fois champion tag team, deux fois champion des États-Unis, deux fois Television Champion), puis à la ECW, où il boit ses premières bières devant un public captif, et enfin à la WWF, où il doit se sortir du gimmick sans intérêt du Ringmaster pour imposer son idée à Vince McMahon : ce redneck sans foi ni loi, ce badass ultime, ce tweener si important qu'on l'utilise encore comme référence pour toute Superstar souhaitant s'aventurer dans le no-mans land qui sépare les gentils des méchants.

 

 

– Ça va, là ? J'ai l'air sympathique ?

– Euh… ouais Steve, très bien, t'as absolument pas l'air d'être un psychopathe échappé de l'asile !

 

 

Résumer l'importance de Stone Cold sur la WWE à ses trois Royal Rumble Matchs (un record !), ses 529 jours comme champion du monde ou ses trois main events de Wrestlemania serait réducteur : il a tout simplement amené le catch vers un produit jusqu'alors inédit, à destination de fans plus adultes, avec davantage de rebondissements, de violence et de blagues graveleuses, devant des stades prêts à exploser chaque semaine. Qu'on soit client ou pas de ce qui était proposé à cette époque, qu'on pense ou non que l'ère Attitude représente l'âge d'or de la discipline, on doit au moins lui reconnaître qu'elle a permis à la WWF de subsister, puis d'entamer sa reconquête auprès d’une assistance de plus en plus nombreuse, lui attirant même une visibilité grand public jamais vue depuis la Rock'n'Wrestling Era, et jamais entraperçue depuis.

 

 

Le passé, le présent, et le mec qui s'est fait virer et dont personne ne se souvient.

 

 

Certes, d'autres catcheurs ont participé à cette période bénie de l'histoire de la WWF : The Rock, Triple H ou Mick Foley ont tous leur part de responsabilité dans ce que certains appellent encore le Golden Age. Mais l'homme à la base de tout, celui sans qui rien n'aurait été possible, celui qui incarne plus que quiconque l'Attitude Era, c'est bien Austin : sa rivalité avec Vince McMahon fut la locomotive qui poussa des millions de personnes à zapper sur Raw is War, à rugir de plaisir devant le tout premier Stunner infligé au patron, ou à attendre avec impatience la grande révélation de l'identité du type qui avait roulé sur l'icône lors des Survivor Series 99. Son influence sur les revenus de la compagnie et sa popularité devinrent d'ailleurs tellement importantes que son heel turn en 2001 fit perdre à la fédération des millions de dollars, créant une jurisprudence qui interdit aujourd'hui à un certain Johnny d'aller faire un tour du côté obscur de la force.

 

 

– Dis Steve, c'est vrai que c'est à cause de toi que je suis obligé de me coltiner les visites chez les gamins leucémiques toutes les semaines ?

– Euh, ben ouais !

– Enfoiré. Pour la peine, maintenant je vais t'appeler Stone Bold ! Haha, bien trouvé non ?

 

 

Indispensable jusque dans sa retraite (au sommet, après un troisième match contre le Rock à Wrestlemania), l'omniprésence de Stone Cold et son emprise sur la compagnie se fait toujours sentir aujourd'hui. Qui fut General Manager de Raw jusqu'en 2004 ? Qui a été le retraité le plus vu comme arbitre spécial depuis, et fait une apparition à chaque Wrestlemania ou presque ? De qui CM Punk porte-t-il le tee-shirt lors de son fameux shoot à Las Vegas en 2011 ? Qui fut nommé le tout meilleur de l'histoire au micro par WWE.com en 2012 ? Qui vend, encore actuellement, davantage de merchandising que 90 % des catcheurs de la fédération ? La réponse est simple : Austin, à chaque fois.

 

 

En vrai, j'ai acheté le sien que parce qu'ils avaient plus celui de Sin Cara à ma taille.

 

 

Il y a bien d'autres raisons pour lesquelles Stone Cold Steve Austin est l'athlète qui a le plus apporté à l'histoire de la WWE, et ses performances dans le ring ont dans cet article à peine eu le temps d'être évoquées (il n'y a pourtant que Shawn Michaels et lui dans notre liste qui ont deux matchs ***** à leur actif). Le personnage est d'ailleurs bien plus complexe que la version un peu neuneu qu'aime à nous ressortir la WWE ces temps-ci, mais l'important est ailleurs : plus que la Superstar la plus populaire de l'histoire, plus encore que l'homme qui a fait entrer la fédération dans une nouvelle ère, Austin n'est rien moins que le sauveur de la WWF, celui sans qui le produit actuel tel que nous le regardons chaque semaine, ces Raw ou Smackdown qui nous tiennent aussi occupés à essayer d'en décortiquer les moindres détails, tout ceci n'existerait probablement plus. Comment imaginer catcheur plus indispensable, plus influent sur sa compagnie que celui qui a permis à cette dernière d'être toujours à flot quinze ans plus tard en lui évitant une ruine certaine ?

 

 

Et si vous ne votez pas pour lui, il viendra faire un petit tour chez vous, refaire un peu le mobilier.

11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut