Catch

Bonjour TNA, enchanté

J'espère juste que ça va pas être trop storytelling comme épisode et plus catch haha sinon je suis dans la merde.

Jyskal, juste après avoir accepté de couvrir l’épisode, et donc officiellement dans la merde.

 

Bienvenue à toutes et à tous pour cette édition un peu spéciale de votre rendez-vous catchesque préféré de la semaine : IMPACT WRESTLING !! Encore tout rubicond suite à la nalyse de l’infâme maître du houblon Latrell, mettant à mal la motivation de la Rédac’ toute entière, Jyskal a décidé de prendre les choses en mains. Il est temps de prouver au CDC Universe qu’il n’en est rien et que tout le monde se serre les coudes au siège social des Cahiers. Un expert TNA passe la main, un autre expert prend le relai ! Ouep, un expert j’ai dit.

 

 

Oh mon Dieu, mais… mais où est John Cena ?!!

 

 

Nalyse d'Impact Wrestling du 21 mars

 

 

Du haut de mon expérience de cinq épisodes de TNA à tout péter, je pense être le plus à même de vous décrire les péripéties de cet épisode clé revenant abondamment sur les dénouements de LockDown et mettant en place les pièces du puzzle de la route vers Slammiversary en juin prochain.

 

En même temps, si je peux analyser RAW et SmackDown, je peux très bien m’occuper d’un de ses shows annexes. Hein ? Comment ça ? Impact n’est pas un show produit par la WWE ? Bah y a Hulk Hogan, Angle et Jeff Hardy dans le ring ! Un gros titantron au-dessus de la rampe ! Un show qui commence par une promo dans le ring ! Pourtant c’est bien ça d’habitude…

 

– Et si j'appuie là, ça fait quoi ?

– Rien.

 

 

 

My name is Jeff Hardy, I love drugs. But hey, you already knew that !

 

Hulk ouvre le bal ce jeudi, il s’avance vers le ring, en béquilles, pour donner suite aux évènements de LockDown et de la semaine dernière. Premier bémol, les stagiaires du son ont merdé d’entrée de jeu en jouant un vieux rock tout bidon down-tempo pour l’arrivée du Hulkster. Hey les jeunots, il n’a qu’un seul thème d’entrée le roi des Hulkamaniacs ! Et c’est pas cette merde !

 

Enfin bon, tout le monde fait des erreurs. À commencer par Hulk lui-même, avec une grossière faute de goût ce matin en se levant, puisqu’il porte un des derniers t-shirts de la collection Lawler & Friends, si je ne m’abuse. Une belle horreur. Mais passons.

 

Hogan n’est pas content, car il est en mauvais état, tout comme la TNA. Les motards de Aces & Eights font la loi, parait-il depuis des mois dans la fédé d’Orlando, et ils viennent de choquer le monde en volant la ceinture suprême des mains de Hardy et en dévoilant leur leader, Bully Ray, alors que celui-ci avait enfin la confiance du Hulkster, ainsi que la main de sa trainée de fille.

 

 

Quoi V comme Magnus ? Tu veux que je te dévonce la vachoire connard ?

 

 

Mais il reste un espoir, car le vestiaire de la TNA est rempli de valeureux combattants, dont les membres les plus impressionnants sont à présent appelés sur le ring !

 

Deuxième boulette du stagiaire du son, entrée générique de merde pour les quatre superstars (Kurt Angle, Jeff Hardy, Samoa Joe et Magnus). Quelqu’un peut m’expliquer pourquoi on ne leur met pas leur musique d’entrée à chacun ? Non parce qu'à part les faire passer pour des clowns et tuer la pop du segment, je ne vois pas encore l’intérêt de la manœuvre.

 

M’enfin ! Tout le monde est dans le ring et le sexagénaire péroxydé demande à Jeff, visiblement membre de sa fratrie, comme les trois autres d’ailleurs, et comme pas mal de personnes dans le public (quelle grande famille), s’il est chaud patate pour aller magnifier son art du Swanton sur le grassouillet Bully Ray. Ceci afin de reprendre la ceinture de champion du monde, sauvant ainsi la compagnie, et par extension le monde, de la destruction.

 

Et pour ça Jeff il a un plan infaillible…

 

 

… pisser dans tous les verres de martini, car Bully, il adore le martini.

 

 

Jeff est fatigué. Il ne se sent pas au top du top en ce moment, sans doute la faute de son nouveau dealer. Du coup, il s’auto booke dans un Fatal 4 Way pour déterminer l’aspirant numéro un pour le titre avec Magnus, Angle et Joe. Rien de tel pour reprendre des forces.

 

Hulk il aime la bagarre. Donc il accepte. Et nous avons notre Main Event ! Blague à part, le segment a du sens dans une certaine mesure. Les gentils veulent envoyer le plus à même d’être capable de battre Bully Ray pour le titre. Et puis ils sont gentils, donc le code de l’honneur, tout ça, tout ça.

 

Note segment : 2,5 pots de peinture fluo sur la gueule sur 5

 

 

Oh non tu sais, je me suis maquillé en vitesse, je voulais rien faire de trop compliqué pour ce soir.

 

 

Ah oui, au fait : si j’ai bien compris, Taz fait partie des Aces and Eights et dans le même temps est commentateur. Donc en fait, il est sagement assis à quelques mètres des mecs qui veulent péter la gueule de son gang et les trashe pépèrement à l’antenne. J’ai cru voir dans une récap qu’il avait une histoire de contrat en béton. Soit, c’est génial, il a le même avocat que le Big Show. Mais je crois aussi que les loubards agressent des catcheurs de la TNA depuis des mois en toute impunité, hackent le site de la compagnie, victimisent les figures d’autorité et j’en passe. Donc si je comprends bien, à ce jour, personne n’a eu envie de dire « Oh fuck logic » et d’aller lui baiser ses couronnes dentaires au Taz ?

 

 

– Ouais et puis lui là bas, tiens, tuez-le les gars.

– Hoho non Taz, tu exagères un peu là quand même hein.

– Ta gueule connard.

 

 

 

Je suis Bully Ray, bienvenue à Storyline 101.

 

Le fil rouge de la soirée a commencé juste après le segment d’introduction et a consisté en une série de vidéos, commentées en voix off par Bully Ray, retraçant les neufs derniers mois et l’histoire des Aces & Eights pour arriver jusqu’à aujourd’hui et au grand choc de la révélation de leur leader.

 

Ray, très fier de lui, explique méthodiquement comment il a sodomisé toute la compagnie avec du gravier. Je n’ai rien suivi de cette histoire donc je ne sais pas si tout cela fait vraiment sens. Mais une chose est sure, c’est toujours plus simple de débarquer après coup et de lier des évènements les uns aux autres d’une manière choisie pour donner du sens. Ca fait très révisionniste comme approche, limite sauvetage de meubles.

 

Mais bon, le gros Bully est tellement bon et on aimerait tellement croire à tout ce qu’il raconte que cela fonctionne plutôt bien. Et puis, ne faisons pas nos fines bouches, on ne va pas se plaindre d’avoir de la logique dans le catch de temps en temps.

 

 

Jeannine, tu te souviens y a trois mois et demi, quand je t’ai dit que j’étais allé acheter du pain ? Et bah ça faisait partie de mon master plan depuis le début pour m'acheter ce macaron pistache qui me faisait tant envie !

 

 

L’ancien membre de Team 3D a donc manigancé toute cette histoire depuis le début. Il raconte en détail comment chaque membre a été recruté, traine dans la boue Hogan et sa fille, puis conclut sur l’apogée de LockDown, il y a presque deux semaines.

 

Habile. Reste maintenant à savoir où tout cela va mener. Même si c’est un peu tiré par les cheveux, et comme je disais, un poil révisionniste sur les bords, ça n’en reste pas moins intrigant, même pour un non initié comme moi. Objectif atteint, donc, pour les scénaristes qui ont quand même un beau bébé sur les bras  à gérer pour que tout ne tombe pas à plat.

 

Note segment : 5 caméscopes mieux que ceux du Shield sur 5

 

 

Episode 1, Juin 2012, planque des A&8.

Bon les gars, l’heure est grave. Hulk Hogan a piqué notre décapsuleur fétiche et je pense qu’on est tous d’accord pour dire qu’on a super soif. Il faut le récupérer !

 

 

 

Ouuuuuuuh, Chavo !

 

On continue cet épisode de Thursday Night RAW avec l’entrée de Chavo Guerrero ! Il est flanqué d’un monstre stéroïdé qui visiblement s’appelle Hernandez. Apparemment un texan qu’on surnomme Super Mex. Paye ton personnage.

 

 

Quoi ? Un problème ?

 

 

Le match qui suit est pour les ceintures de champions par équipe ! Wouhou ! Ça fait plaisir, ils ont une division tagteam dans laquelle on défend les titres. En face d’eux, une équipe composée d’Austin Aries et Bobby Roode. Pas dégueu. Les deux étaient champion du monde poids lourds il y a peu non ?

 

Match enlevé avec beaucoup de belles actions de Chavo. Hernandez est un monstre de puissance, je suis bluffé. Ses shoulder tackles feraient passer ceux de Cena pour des petites poussettes dans une queue de supermarché. Et j’aime également beaucoup les interactions entre Roode et Aries.

 

Le match avance bien quand soudain, un chauve avec un t-shirt bleu horrible et un mec sans style débarquent. Le chauve demande à l’arbitre ce qu’il a fait ce week-end, tandis que son pote balance Chavo du haut du turnbuckle alors qu’il se préparait au Frog Splash. L’arbitre finit de raconter son week-end et compte le tombé comme si de rien était sur le pauvre Chavo pris dans un roll-up de Roode, qui lui tenait de façon ostentatoire le slibard.

 

Note segment : 4 arbitres qui nous prennent pour des jambons sur 5

 

 

Ecoutez Monsieur Carlito, j’essaie juste de faire mon travail. Tant que personne ne sera venu me distraire à un moment critique, je ne pourrai pas compter votre tombé.

 

 

Cette fin de match bidon mise à part, nous avons eu une belle défense de titre et une intervention qui ne devrait pas rester sans suite, visiblement motivée par l’absence des deux vilains (Kazarian et Daniels) dans le match. Ça se bat autour des ceintures, la scène tag team est vivante, les matchs sont bons. Take that WWE !

 

 

Ce mois-ci en EPS, les enfants, c’est gymnastique rythmique!

 

Deuxième match de la soirée, et déjà deuxième match pour une ceinture ! On ne s’emmerde pas à la TNA ! Cette fois-ci ce sont les voltigeurs de la X Division qui sont de sortie, et ce pour le premier match de la « nouvelle ère » de la X Division. Si j’ai bien tout suivi, à partir de maintenant, tous les matchs labellisés avec le gros X rouge seront des Triple Threat. Et si tu te fais pin ou soumettre, tu es hors de la title picture et des hyènes viennent te bouffer les couilles une fois que le champion a fini de célébrer.

 

Ecoutez, pourquoi pas. Je crois que les gars de cette division sont des fous furieux qui excellent dans les matchs à plusieurs donc je suppose que cela ne peut être que bénéfique. En attendant, je n’ai pas du tout apprécié ce match, mais je pense que je ne suis tout simplement pas client. Tout semble forcé, chorégraphié et incohérent. Franchement, le mec là, Kenny King, il a ses deux adversaires K.O et aculés contre les barricades à vingt centimètres du bord du ring. Des bonnes droites dans la gueule ? Il en ramène un sur le ring pour l’isoler et tenter un tombé ? Oh bah non, on va plutôt claquer un moonsault depuis le tablier du ring.

 

 

Bonjour à tous, c'est Kenny King, et bienvenue dans Jackass.

 

 

Et tout est comme ça. On a l’impression que les mecs remplacent les droites par des backflips et les coups de la corde à linge par des huricanranas. C’est très plaisant pendant une ou deux minutes, mais ça devient franchement impossible à suivre au bout de cinq-six.

 

En revanche, que grâce leur soit rendue pour ce finish, notamment à Sonjay Dutt pour ce move absolument incroyable, une sorte de Warrior’s Way (à la Kaval, c’est ça, hein ?) au sortir d’un Moonsault depuis la troisième corde. Impression visuelle extraordinaire, surtout que le bon Sonjay est directement cueilli à froid par le champion Kenny King qui l’enchaine avec une sorte de springboard neckbreaker somptueux. Kenny bat Sonjay. Donc si j’ai tout suivi, le troisième larron de l’histoire, Zema Ion, est sauf dans cette affaire, tandis que Kenny conserve son bien et Sonjay retourne à la case en dessous des challengers.

 

Note segment : 2,5 triple sauts carpés vrillés à l’aveugle sur 5

 

 

Ah c'est quoi cette clé de bras horrible que tu fais là, mec ?! Pourquoi tu tentes pas un Corskcrew 480° Shooting Star Press pour te chauffer peinard ?

 

 

Tout s’enchaine super vite, les segments s’emboitent à la suite des autres sans aucune transition, c’est assez déroutant. Je ne pensais pas que les « RAW Facts » et les séquences débiles ou tu vois un mec marcher dans un couloir avec écrit « Next » en dessous me manqueraient ! Même s'ils jalonnent l’émission d’annonces pour les matchs restants, on n’a pas franchement le temps de suivre et il faut s’accrocher, surtout sur une version sans les pubs.

 

Du coup tout de suite après le match, on nous a envoyé un clip tourné plus tôt dans la journée de Brooke Hogan arrivant dans l’arène. Elle cale un vent à l’interviewer en lui disant qu’elle emmerde ses questions et qu’elle était là pour faire son job de VP des Knockouts. Suspense.

 

Et puis paf ! Voilà qu’on est avec Sting dans le bureau de Hulk. Telle fille, tel père, le vieux Hogan envoie chier son ancien pote en lui disant que partout où il passe, il sème les emmerdes et qu’il ferait mieux de disparaitre un moment, ça fera des vacances à tout le monde, notamment au mec qui est en charge de lui peindre la gueule.

 

 

– Désolé m’sieur Sting, j’ai plus assez de peinture blanche pour vous faire le bouc…

– …

 

 

 

Les meufs sont dans la place

 

Ô stupeur, les filles jouent un vrai rôle à la TNA. Incroyable ! Désolé mais c’est nouveau pour moi. Donc en fait, la succulente Taryn (putain, elle est bonne elle, non l'UGM ?) est une jeune arbitre qui se fait victimiser par Gail Kim, qui est une sale méchante tepu.

 

Sauf que Taryn elle n'en peut plus, donc elle pète son câble et cale des baffes et des spears à Gail. De très beaux spears d’ailleurs. Mais comme c’est une arbitre, elle se met dans la panade et Brooke, la chef des Knockouts, est obligée de lui donner un averto comportement. Mais ça ne suffit pas et Taryn remet le couvert. Du coup, cette semaine, la charmante arbitre est de sortie pour expliquer qu’elle assumera toutes les conséquences, mais qu’avant cela elle veut que Gail vienne la voir dans le ring.

 

La pétasse débarque, se fout allègrement de la gueule de sa jeune rivale et appelle Brooke pour que tout se règle une bonne fois pour toute. La fille Hogan débarque, dans une robe moulante orange assez sexy. Elle annonce que Taryn ne lui laisse plus le choix et la vire sur le champ. Gail exulte, cette tepu. Sauf que Brooke embauche dans la foulée la blondinette en tant que membre active du roster Knockouts. Arroseur arrosée, Kim reprend un spear dans le buffet et la foule exulte. Apparemment, les filles suscitent même des réactions du public là-bas.

 

Note segment : 5 univers parallèles sur 5

 

 

Reste maintenant à savoir si elle sera autorisée à garder sa tenue actuelle pour combattre. Ils ont pas une app iPhone pour voter pour ce genre de choses ?!

 

 

 

Y’a un gars du public qui se bat là !

 

Ohé ! Faites gaffe ! Y’a un des gars du stand hot dogs qu’est dans le ring face à Matt Morgan. Non, personne ne fait rien ?

 

Bon visiblement il est normal à la TNA de faire se battre des vieux en tracksuit contre des forces de la nature au top de leur forme. Paye ta fédé de glandus.

 

 

Au moins nous on fait ça comme des gentlemen, à base de gros souflets dans la gueule.

 

 

Segment pénible dans un show qui tournait bien jusque-là. Cependant, je tiens à souligner que je suis agréablement surpris de voir que tous les segments micro et les matchs ont visiblement à la TNA un but et une raison d’être. Pas de random match Star #24 contre Jobber #65, pas de promo dans le vent. Du concret, ancré dans les histoires du moment avec des conséquences pour les semaines à venir.

 

Sinon Matt Morgan a battu le drôle de type qui s’appelle Joseph Park apparemment.

 

Note segment : 1 empreinte de pied bleue sur la face sur 5

 

 

YES ! YES ! YES ! Héhé.. YES ! YES ! YES !

 

 

 

Sweet à capuche + veste en cuir = mec méchant

 

Donc AJ Styles est de retour. Ce qui implique qu’il était parti. Hmmm. Alors, comme j’ai lu les nalyses du Panda volant pour l’occasion, il semblerait que ce bon AJ soit revenu en agressant son ancien pote, James « HBK baraqué » Storm, réalisant du même coup un heel turn.

 

Mike Teenay était dans le ring hier soir pour tenter de soutirer des informations de AJ qui n’a jusqu’ici pas pipé mot. Ca n’a d’ailleurs pas évolué de ce côté-là, puisque le bonhomme est resté totalement silencieux. Pas folichon me direz-vous, mais il s’est tout de même passé des choses intéressantes.

 

A commencer par l’intervention de Taz. Estimant que Teenay ne savait pas conduire une interview, il prend le relai et propose ouvertement à AJ d’intégrer le gang des Aces & Eights en tant que gars « à l’essai ». Alors, il devra porter quelques bières, nettoyer quelques selles de motos et gratter quelques couilles, mais à terme il deviendra un vrai loubard et aura sa bécane à lui !

 

 

Et c'est pas un, ni deux, mais TROIS tours de jardin que t'auras le droit de faire avec, gamin.

 

 

Offre alléchante, néanmoins AJ reste muet, le regard sombre. C’est ensuite au tour de Storm, l’agressé de la semaine dernière, de faire son apparition. Le jeu entre les deux est intrigant, Storm a envie de parler, ne tient pas en place et lui tourne autour. Tandis qu’AJ continue de se terrer dans le silence, sans même esquisser le moindre geste pendant tout le segment. Le Cowboy tentera bien la carte de la provocation en disant qu’il se ferait une joie de lui péter les gencives après le coup d’il y a sept jours. Mais rien n’y fait et tout ce beau monde se sépare là-dessus.

 

Intrigant à souhait, ces quelques minutes n’auront pas nécessairement fait avancer les choses mais auront ouvert un paquet de portes. Quel rôle va jouer AJ dans la  « metastoryline » mettant aux prises la TNA et les motards qui jouent aux cartes ? Quelles sont les vraies raisons de son retour-surprise ? Pourquoi est-il si sombre, si triste ? Pourquoi s’attaquer à son ancien ami ? Encore une fois, la TNA développe ses histoires et elle le fait plutôt bien.

 

Note segment : 5 mecs dépressifs sur 5

 

 

Depuis qu'on lui a dit qu'il ressemblait à Orelsan, AJ n'est plus le même homme…

 

 

 

DA MAIN EVENT : OK les mecs, en fait c’est bien moi le plus fort, je voulais être sûr.

 

Et c’est parti ! Après deux matchs pour la ceinture, des videos en pagaille pour faire avancer le plus gros angle de ces derniers mois, des segments micro intéressants et fouillés, voici un Fatal 4 Way pour la place de challenger au titre suprême de la fédération. Quel épisode !

 

Le match était bon sans atteindre des sommets. Personne n’a été oublié et les temps forts étaient bien répartis entre les quatre hommes. J’ai personnellement beaucoup aimé la prestation de Samoa Joe, impressionnant pour son gabarit improbable.

 

Au final c’est l’instigateur du match, Jeff Hardy, qui voulait à la base que celui-ci ait lieu pour envoyer le meilleur gars face à Bully Ray, car il ne se sentait pas au top, qui remporte le match. Donc désolé Kurt, Joe et Magnus, mais vous n’êtes pas assez bons pour battre un mec qui se sentait pas au top de sa forme en début d’émission.

 

Note segment : 3 twists of fate sur 5

 

 

Les gars, j'ai trouvé une "stable" là bas, je vous pose ça où ?

 

 

Outre ce micro-reproche, Jeff reste tout de même l’adversaire le plus naturel pour aller prendre la ceinture, dans un match revanche de LockDown. Et mine de rien, cet épisode m’a plutôt accroché pour la suite, en tant que suiveur novice.

 

À l’heure où beaucoup critiquent une Road to WrestleMania qui patauge chez le concurrent de Stamford, la TNA semble actuellement proposer, sur le rapide aperçu que j’ai pu avoir, un produit cohérent et équilibré.

 

Les lacunes telles que le rendu d’ensemble et les moyens engagés, que je mets en avant habituellement pour afficher mon rejet d’un autre produit que la mégaproduction WWEsque, n’étaient pas si apparents cette semaine. Notamment avec une délocalisation à Chicago, une très belle scène avec un titantron majestueux et un public impliqué, autant d’éléments rendant le spectacle beaucoup plus travaillé et professionnel.

 

Je vais mettre un like d’encouragement sur leur page facebook tiens.

 

 

Ils sont cools en plus. Quand je ne connais pas leur nom, ils se déguisent.

12 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut