Catch

Entre les rebonds

J'espère que vous appréciez le comique de répétition.

J'espère que vous appréciez le comique de répétition.

J'espère que vous appréciez le comique de répétition.

J'espère que vous appréciez le comique de répétition.

Philippe Geluck

 

Vous avez des problèmes de mémoire ? Le week-end arrivant vous avez déjà du mal à vous souvenir du lundi précédent ? La WWE est là pour vous, avec son Raw Rebound géant du vendredi soir ! Il y avait quand même de bonnes choses à dénicher, c'est parti pour le slalom.

 

 

Le meilleur moment de l'émission ?

 

 

Nalyse de Smackdown du 19 avril

 

 

On commence par un petit aperçu général ? Ça va être rapide :

 

* Fandango bat Santino Marella

 

* Kofi Kingston bat Wade Barrett

 

* Alberto Del Rio bat Jack Swagger

 

* Great Khali, Hornswoggle & Natalya vs The Colons & Rosa Mendes (je ne sais plus qui a gagné et je m'en fiche)

 

* Mark Henry & Big Show battent Sheamus & Randy Orton

 

 

C'est Fandango qui a ouvert le bal (ah ah). Le bellâtre avait visiblement jeté son dévolu sur Lilian Garcia, surprise autant que le public : fallait-il rire, se moquer, huer ? Un moment de flottement qui s'est vite dissipé quand Fandango a conclu la séquence en mode franchement heel, avant d'être interrompu par Santino Marella. Ce dernier a dansé avec son Cobra sur le ChaChaLaLa, et les deux hommes ont enchaîné par un match pendant lequel Fandango a été très agressif et vicieux, heel en somme. Je ne sais pas si c'est le début d'une feud mais que ce soit contre Santino ou un autre, Fandango semble remisé en midcard – au moins pour un temps.

 

Passons ensuite à la seule feud du soir où nous avons eu droit à une évolution de l'histoire, Teddy Long vs Booker T. Bon d'accord je m'avance un peu et ce n'est pas encore une feud en bonne et due forme, mais Teddy a nettement sympathisé avec le Big Show ce soir, qui l'a remercié de lui donner un partenaire et pas un nouveau match à handicap. Un check du poing pour finir, ce n'est qu'un début mais j'avoue que par exemple voir Long transformé en manager heel au bord du ring m'amuserait assez.

 

 

Lui-aussi !

 

 

Certes, on peut débattre du rôle des deux protagonistes. Long n'est pas forcément le méchant de l'histoire, l'attitude de Booker n'est pas franchement positive. Je vois cependant mal ce dernier turner, il vient d'entrer au Hall of Fame, est un des visages « corporate » de la compagnie ; Long de son côté tient son personnage depuis si longtemps qu'un changement serait rafraîchissant et plein de possibilités.

 

Affiche de prestige pour le deuxième match, en tout cas sur le papier : un « champion vs champion », Kofi Kingston contre Wade Barrett. Les ceintures secondaires n'ont guère la cote mais j'aime bien les matchs entre ces deux hommes, complémentaires et toujours spectaculaires. Nous avons eu un match serré, engagé, et en toute logique c'est le champion tout juste couronné, Kingston, qui l'a emporté – histoire de consolider son nouveau statut. Cela dit ce n'était pas nécessaire, on a tellement l'habitude de voir Kofi porter une « petite » ceinture qu'il n'y a guère à insister. Néanmoins je le sens bien ce nouveau règne, je sens que cette fois ça va lui servir de tremplin et que très vite il va pulvériser le plafond de verre et décrocher, enfin, un titre majeur.

 

 

– Super! Tu le penses vraiment ?

– Non.

 

 

Après avoir revu dans les grandes largeurs les événements de Raw, retrouvons Del Rio et Swagger pour de vrai, dans un match à un contre un en attendant le triple threat de Dolph Ziggler pour le titre à Extreme Rules, désormais officiel. C'est une situation un peu étonnante : il y a deux semaines c'était un match de championnat du monde à Wrestlemania, ce soir c'est un match de weekly presque anonyme. Mais dans son déroulement il ne le fut pas !

 

Pendant plus d'un quart d'heure les deux hommes ont livré un excellent match, qui tient nettement la comparaison avec leur affrontement précédent d'ailleurs. Pas d'avancée narrative mais du spectacle : classic Smackdown ! Les bookers n'ont pas négligé les détails pour autant : Alberto a remporté le match, mais il a gagné de peu, sur un petit paquet en contre et pas sur une soumission par exemple. Ainsi les deux challengers restent très forts, et le match d'Extreme Rules très ouvert. On prend !

 

 

Danse Jack, de toute façon c'est Smackdown personne regarde !

 

 

Un nouveau petit coup de slalom entre les rebounds, et tiens, une petite séquence inédite du Shield, qui nous explique qu'ils ont vu de la peur dans les yeux de l'Undertaker. Mouais… C'était pas plutôt un début de cataracte ? Je plaisante, je reste fan du Deadman (comme vous le verrez dans notre article de la série des dix plus grands catcheurs qui lui sera consacré) et j'ai hâte de voir le match 3 vs 3 de lundi ! Qui n'a été qu'annoncé dans ce Smackdown, évidemment… Tout comme la réponse de HHH à Lesnar, mais là bizarrement j'ai moins hâte. Quant à Punk nous avons revu sa promo de lundi mais il n'y a aucune annonce le concernant, son avenir immédiat reste incertain. Une pause ne serait sans doute pas une catastrophe, en espérant qu'elle ne s'éternise pas, snif.

 

Je demanderai maintenant aux âmes sensibles de sauter directement au paragraphe suivant, car mon professionnalisme jamais pris en défaut m'oblige à m'aborder la scène tragique qui a marqué ce Smackdown. Le Great Khali, Hornswoggle et Natalya sont apparus en haut de la rampe et… ce qui devait arriver est arrivé. Affreux. J'en ai profité pour zapper, je suis tombé sur une passionnante séquence consacrée à la reproduction du doryphore commun dans les champs de patates du bas-Poitou, c'était sûrement mieux que ce match. Sans déconner, quelle partie du public est visée là ? Y a-t-il vraiment des fans indiens flattés de voir cet automate mal articulé s'ébattre péniblement dans le ring ? Il y a eu une scénette censée justifier l'affrontement mais elle ne l'a en réalité que discrédité encore un peu plus ; que devait-on comprendre, que les six zigotos sont allés voir Booker en leur expliquant qu'ils s'étaient disputés sur le parking et qu'ils voulaient un match, et que le manager de l'émission a accepté parce que, justement, il y avait des trous dans son show ? Beurk.

 

 

Quand vous voyez cette image sur votre écran, une seule solution : RUN, YOU FOOLS!

 

 

Après toutes ces péripéties (hum), nous arrivons donc au main event annoncé : les deux gros vénères contre les deux un peu moins gros mais vénères aussi. Plus tôt dans l'émission nous avions eu droit à une petite séquence qui interrogeait les motivations des protagonistes de ce match – après qu'on ait revu Mark Henry défoncer Sheamus dans les émissions précédentes, c'est Sheamus qui est venu défoncer Henry, reprenant à son compte le « that's what I do » du big chocolate. Encore une fois on voit un face se comporter comme un heel, après qu'on ait vu le Show endosser le mauvais rôle sans vraiment mal se comporter. Ce pourrait être intéressant mais comme souvent ce n'est pas vraiment exploité, Sheamus restera un gentil même en se comportant comme un voyou.

 

Il faudra attendre un peu pour voir si Long s'implique davantage dans l'affaire, nous avons donc eu un « simple » match, mais qui fut le deuxième gros match de la soirée, un vrai main event aussi costaud que ses participants. Smackdown a au moins cet avantage sur Raw : l'émission se finit souvent par un vrai match qui va à son terme, alors que trop souvent le lundi un affrontement prometteur se finit en eau de boudin à cause de moult événements et interventions diverses. Après plus d'un quart d'heure de pugilat acharné c'est le Big Show qui a conclu les débats, par un Chokeslam porté sur Randy Orton – Sheamus et Henry étant donc préservés pour une confrontation individuelle éventuelle.

 

C'est tout pour Smackdown, pour qu'il se passe des trucs il faudra regarder Raw. Ou le Smackdown suivant…

 

 

À lundi !

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut