Catch

Debout les morts!

Parfois, insurrection, c’est résurrection.

Victor Hugo, Les Misérables

 

Qu'on se le dise: Smackdown n’est pas mort! Si nous avons pu remarquer avec consternation  que Raw avait supplanté le show bleu dans l’avancée des storylines, le grand rendez-vous du mardi/vendredi a eu cette semaine un beau sursaut d’orgueil.

 

 

 Well… It’s the B-Show!

 

 

Nalyse de Smackdown du 7 juin

 

 

Nous commençons notre périple par le commencement (logique and so obvious) de notre fil rouge. Nous voici dans le show le plus controversé (doit-on l’annuler ou pas ?) de la WWE, Miz TV. Ce soir, trois invités de prestige, Randy Orton, Kane et Daniel Bryan.

 

Tout d’abord, Bryan veut faire amende honorable, excuse Randy de son geste malheureux qui leur a couté la victoire lundi et admet être allé trop loin avec son Kane adoré. Randy et Kane lui pardonnent, ils sont prêts pour les calinous. Mais, le Miz, en bon face qu’il est, vient briser cette harmonie si difficilement retrouvée et fait régresser Bryan qui repart dans son trip de weak link. Chapeau bas Mizou, après des semaines où Kane encaisse sans broncher, tu brises tout son boulot.

 

Du coup, Randy aussi s’énerve et Kane demande à la Vipère de ne plus répondre aux questions du présentateur. Mal lui en prit, D-Bry lui reproche de le protéger encore une fois, lui signale qu’il est en équipe avec lui par défaut  et non par choix, que le démon aurait choisi n’importe qui d’autre sinon… Bref, pour faire court, Kane en a sa claque et dit que tout, tout, tout est fini entre nous, et que Bryan aille faire équipe avec Randy, avant de quitter le ring.

 

 

La semaine prochaine dans « Stamford, cœurs à vif », Kane empêchera le mariage entre la chèvre et la vipère, tout en gardant sa relation avec le Miz secrète.

 

 

Bref, le Miz vient de faire voler en éclats la meilleure équipe du roster depuis plusieurs années, et semble faire dans l’Obvious en demandant si on a vu la fin des Hell No.

 

Devant tant de signes de l’Obviousité, tel un bat-signal dans la nuit, Capitaine Evidence en profite pour apparaitre. Et la sentence sera………. un Iron Man Triple Threat Tag Team Match entre les champions par équipes, the Shield, et Bryan en association avec Orton, et devinez quoi, ça sera le Main Event.

 

 

Ce fut tellement facile que je n’ai pas eu besoin de sortir ma main de ma poche.

 

 

Bref ce premier segment apporte un peu de vie dans la marque bleue, la scission n’a jamais été  aussi proche, Kane ne voulant plus faire d’efforts. Par contre, nous pouvons toujours nous interroger sur l’intérêt de Miz TV. Car le présentateur fut encore une fois tertiaire (oui même pas secondaire), sa présence étant dispensable au final, les interventions d’Orton auraient suffi.

 

Mais on enchaine très vite sur le match de Chris Jericho et un redoutable adversaire, le futur de la WWE.

 

 

Tant d'éloges… Paul n’est pas le seul à reconnaitre mon talent ?

 

 

Je reste convaincu que Curtis Axel n’est qu’un bouche-trou pour occuper Paul Heyman tant que Punk et Lesnar ne sont pas dans le roster. Mais si jamais le bonhomme arrive à convaincre… Bref on nous rappelle sa série de victoires sur HHH et Cena (et Sin Cara, ils en font quoi, non mais ?).

 

Personnellement, j’ai eu du mal dans ce match avec le selling de Mc Guiliguili 2.0: ppar moments, il m’arrivait de revoir le selling de HHH et ses malaises, mais ce n’est que mon avis, ce type est le futur Main Eventer, je suis sûr d’être le seul sceptique. Le match est pas mauvais, sans être exceptionnel, et dominé par Jericho. Lorsque Curtis parvint douloureusement à s’échapper des Walls of Jericho (et qu’Heyman rappelle les victoires sur Sin Cara, justice est faite !), Paul monte sur la table des commentateurs, regarde sa montre, hurle « it’s Cloberring time », et la musique de CM Punk retentit.

 

CM Punk est là, prêt à en découdre ! Le temps de changer mon slip et mon pantalon, Curtis Axel l’emporte sur rollup et pas de Punk à l’horizon. Quelle fourberie de ce génie de Paul et nouvelle victoire de son poulain ! Un match ronronnant mais dont le final rehausse un peu le niveau, grâce aux talents de manipulateur du plus grand cerveau de l'univers. Ce qui n'empêche pas Jericho de rentrer dans le ring pour porter un Codebreaker à son vainqueur.

 

 

Manuel du Face, leçon 34 : ne jamais revenir après une défaite légitime massacrer le vainqueur.

 

 

Petit segment backstage entre Kane et Ryback, où Kane rappelle qu’il reste le partenaire de Bryan et que si le #1 contender veut tenter de faire passer le démon à travers la table, il l’attendra sur le ring. Du très classique, si ce n’est que Kane rappelle son pédigrée et se moque du Ryback Rules.

 

On va passer le Raw Rebound sur les MacMahon, sinon je vais être vulgaire.

 

Attardons-nous donc sur le match entre Albert de la Rivière et Heath Slater. Avant la cloche, les 3MB attaquent le Mexicain, je vais attendre la cloche pour commencer à commenter……..

 

Finalement le match n’a jamais commencé. Ricardo Rodriguez faisant fuir le groupe d’air guitar en sautant de la troisième corde.

 

 

Quel dépush pour Ricardo, être obligé de côtoyer Mahal et McIntyre.

 

 

Tout le monde est content, tout le monde applaudit, même Dolph Ziggler. Dolph Ziggler est à Smackdown! Ou plutôt parle par satellite, et annonce son retour pour lundi. Une grosse annonce de celui qui est censé régner sur le roster bleu (des chercheurs affirment que la WWE n’a pas encore totalement achevé la Brand Separation).

 

Apres Punk, voici le faux retour de Ziggler: Long Island est verniniveau ascenseur émotionnel.

 

 

T’inquiète Coco, après cette troisième montée au septième ciel le retour à la réalité arrive.

 

 

Mais d’abord, nous avons le match Kane vs Ryback. Avec l’arrivée de Ryback en ambulance, et une table cassée au final, car au cas où certaines personnes ne l’ont pas encore compris, ce sont 2 matchs du 3 Stages of Hell. Pour le Lumberjack, on remarquera que JTG est présent sur l’affiche de présentation du Lumberjack Match, un bel argument pour acheter le PPV, bien joué de la part des marketeux.

 

Concernant le match, Ryback put montrer sa force grâce à un porté de plusieurs secondes et à un dégagement d’un Chokeslam, Kane a montré qu’il avait de beaux restes et le public a pu chanter son désir des tables.

 

 

Manuel du Heel, leçon 27 : ne jamais faire ce que le public demande.

 

 

Victoire de Kane par DQ, vu que Ryback jugea bon de le faire passer à travers la table, dans un match trop court pour être bon et trop long pour être mauvais.

 

Du bon bourrin bien débile de la part de Ryback, qui ne sait plus comment gagner un match, mais fort heureusement Damien Sandow va rattraper le coup et rehausser le niveau.

 

Pour montrer son génie, ce dernier va défier THE Supercomputer, l’ordinateur qui a battu Kasparov aux échecs, DeepBlue. Après avoir déplacé son pion en E4, un move qui lui permet de gagner la partie en 156 coups (sauf si DeepBlue déplace son fou en C5, on sait tous ce qui en découle), Sheamus rapplique.

 

Le bourrin rusé affirme pouvoir gagner en un seul move, et balance le Brogue Kick à l'ordinateur. Qu’il est rigolo ce Sheamus, après une minute à démontrer clairement qu’il ne sait pas jouer (il veut battre les noirs et fait semblant de jouer ces mêmes noirs…), il vient détruire un ordinateur représentant des années de labeur et un gros investissement financier. Heureusement, Sandow est moins con et reconnait la valeur du Supercomputer, et venge ce dernier en massacrant cet arriéré d’Irlandais.

 

A part cette domination inhabituelle du sauveur intellectuel, encore un segment qui n’apporte pas grand chose à la relation entre lui et son rouquin d'adversaire.

 

 

Le cousin de l’Anonymous General Manager est vengé!

 

 

Retour dans les vestiaires où nous assistons à une petite discussion entre l’équipe qui affrontera le Shield. Les esprits s’échauffent et Randy quitte les vestiaires après avoir signalé qu’il n’aimait pas avoir un partenaire (c’est d’ailleurs pour ça qu’il a tout fait pour que le Big Show et Sheamus arrivent à s’entendre) et qu’il n’aimait pas Bryan. Ca ne sent pas bon cette histoire.

 

Mais avant leur match, nous aurons droit au match du régional de l'étape, Zack Ryder face à Fandango. Après l’entrée que je trouve encore plus calamiteuse que d’habitude de Fandango et Summer Rae, et où je constate avec désarroi que la popularité du thème de l’ex-Curtis est en hausse, le match commence. Le plus intéressant reste les commentaires du Miz qui reproche la désinvolture de son futur adversaire pour l’Intercontinental Title. Fandango l’emporte clean dans un match quelconque.

 

Affaire à suivre, mais entre un Miz face insipide, un Fandango et un Barrett sous-utilisé, j’ai du mal à me passionner pour cette rivalité.

 

Passons sur le Raw Rebound sur les tables pétées par Ryback, attardons nous sur la prochaine grosse annonce du show.

 

KOVAX fera ses débuts lors du prochain RAW!

 

C'est Kaitlyn qui l'annonce à Natalya, toute frétillante. Mais la Canadienne s’inquiète pour son amie, et la met en garde contre potentielle déception que pourrait provoquer cette rencontre imminente. Car imaginons que notre Koko national ne puisse pas venir à Raw, qui pourra le remplacer ?

 

 

Suivez le regard de Natalya pour avoir un début de réponse !

 

 

Kaitlyn le prend mal et rembarre son amie. L'amour rend con, c'est bien connu.

 

Nous voici au Main Event de la soirée, le meilleur match aussi. Orton joue le face en péril, Bryan continue de carburer à 200%, Rollins est toujours aussi bon et Reigns fait aussi une bonne prestation. Un très bon match, comme on pouvait s’y attendre, avec un hot tag faisant entrer un Bryan exalté. Orton vient faire le ménage en sortant un RKO sur Reigns, mais se prend un Dropkick de Bryan que Reigns a esquivé. Ce dernier trouve piégé dans le No Lock, mais Ambrose vient le libérer, entrainant la défaite du Shield.

 

Bryan, énervé fait fuir le Shield, tout seul comme un grand, puis se fait RKOutofnowhere par Randy, qui a sa tête des mauvais jours. Et le show s’arrête sur ce regard noir de l’Apex Predator.

 

Et tout le monde s’interroge sur les raisons de ce RKO. Heel Turn ? Simple réponse au Dropkick reçu accidentellement ? Autant de questions sans réponse, mais que votre serviteur va essayer d’analyser, vu que de toute façon, c’est ma nalyse, je fais ce que je veux, et vous subirez mon argumentaire basé sur rien si ce n’est mes avis.

 

 

Je sais mettre les pieds dans le plat moi aussi.

 

 

Tout d’abord, partons sur l’hypothèse du turn.

 

La cible

La cible de cette agression est idéale. Nous avons tous pensé que Randy s’en prendrait à Sheamus, mais l’Irlandais n’est pas aussi over que notre Chèvre favorite. L’impact est plus retentissant sur Daniel Bryan, encensé dans tout ce qu’il fait, dit… C’est le seul face à faire l’unanimité, la victime idéale pour un turn de ce calibre.

 

Pourquoi Orton doit turner ?

Orton fut le gros méchant de la WWE il y a quelques années. Depuis son turn (et ses non-respects de la Wellness Policy), son personnage descend dans la carte et semble plus très loin du plafond de verre. A l’instar d’Henry, un heel-turn le ramènera sur le devant de la scène.

 

Ensuite partons de l’hypothèse plausible que Cena triomphe de Ryback. Quels heels pouvons-nous lui opposer ? On doute encore du retour de Punk (et de son possible alignement), Henry et le Big Show sont au repos. Il y a actuellement une pénurie de top heels sans ceinture (ce qui élimine Ziggler, The Shield et dans une moindre mesure Barrett). Faire monter un mid-carder ? A l’approche de Money in the Bank, cela semble peu probable.

 

Il ne reste que 2 choix: Jack Swagger et le turn d’un face important. Le 1er choix est kayfabement parlant dur à installer, Cena étant un symbole des USA et du patriotisme. Reste l’option d’un turn et Randy peut être parti pour.

 

L’hypothèse du non turn-reste cependant plausible. Randy n’est pas un face conventionnel, et il n'a fait que se venger d’un geste malencontreux de Bryan. Dois-je vous rappeler ses débuts en face, où il s’amusait à coller un RKO à tous les guests de RAW? Cela n’avait eu aucune incidence sur son alignement. De plus, les alignements Heel/Face tendent à disparaitre, nous avons récemment eu des Heels Fair-plays (Henry), des faces tricheurs (Sheamus – Del Rio)…

 

Mais dans ce cas la, ou nous mene ce RKO ? Une rivalité entre Orton et Bryan ? Ou un Orton vs Big Show qui commenterait l’ironie de la situation (peu probable) ? Un tag team championship match face au Shield qui apportera la réponse sur l’alignement d’Orton ? Smackdown laisse la porte ouverte sur plusieurs possibilités.

 

 

Manuel du Face, leçon 97, ne jamais attaquer par surprise son coéquipier.

 

Ce Smackdown fut en tout cas le meilleur des ces derniers mois. Des annonces, un avancement dans les stoyrlines sont venus renforcer ce show, traditionnellement pourvu de bons matchs. Les bookers ont finalement décidé de ranimer leur marque bleue, ce qui n’est pas pour me déplaire.

 

 

Toi aussi, poste ton analyse du RKO dans les commentaires, en t’appuyant sur ton intelligence.

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut