Catch

Agence Thesz Press, épisode 3

Les sages émettent les idées nouvelles, les sots les répandent.

Heinrich Heine

 

Le catch, c’est nawak. La vraie vie aussi. Ils devaient bien finir par se rencontrer.

 

 

Et ça donne du nawak!

 

 

Agence Thesz-Press, communiqué n°3

 

 

Les invités déçus par le mariage de Tyson Kidd et Natalya

 

ATP, Sarasota, 28 juin

 

Le mariage de Tyson Kidd et Natalya Neidhart, célébré mercredi dernier à Sarasota, Floride, n’a pas été à la hauteur des espoirs suscités. C’est ce que révèlent plusieurs invités ayant pris part à la cérémonie. En dépit de la présence de nombreux catcheurs, les événements ont suivi leur cours normalement, sans la moindre interruption. Le couple a échangé ses vœux à l’église méthodiste St Joseph, avant une soirée festive émaillée de danses et de discours. Les convives se sont séparés aux petites heures du matin.

 

 

La déception est d’autant plus grande que le faire-part laissait augurer une soirée inoubliable.

 

 

Présent sur place, notre reporter a pu recueillir les propos de divers invités. « J’ai vainement attendu que quelque chose se passe », confie Vanessa Hart, 18 ans, cousine de la mariée et du marié. « Daniel Bryan étant là, j’étais sûre que Kane allait se montrer, mettre le feu à l’église, tombstoner le prêtre et kidnapper Nattie… Mais j’attends toujours. » Frankie Hart, 12 ans, neveu du marié et de la mariée, abonde dans son sens. « Hornswoggle s’est parfaitement tenu toute la soirée. Il n’a jamais cherché à balancer un gâteau à la crème sur quiconque. Ni à s’introduire sous la robe de Natalya. Je n’en croyais pas mes yeux. »

 

Chuck Hart, 37 ans, lui aussi cousin du marié et de la mariée, regrettait pareillement la platitude du mariage : « Je me suis tenu près de Natalya toute la soirée… Pas un pet! Ah, si Owen avait vécu, il aurait au moins amené un coussin péteur… »

 

 

Tyson Kidd a réussi à ne pas se blesser en effectuant cette manœuvre délicate.

 

 

Bret « The Hitman » Hart, oncle du marié et de la mariée, se montrait le plus virulent : « Alors c’est comme ça, maintenant, les mariages de catcheurs? Le virage PG est vraiment une catastrophe. Je m’attendais à un screwjob, mais quand le prêtre leur a demandé s’ils acceptaient de s’unir par les liens sacrés du mariage, Daniel Bryan ne s’est pas mis à crier « No! No! No », Vickie Guerrero n’est pas apparue avec un « Excuse Me », personne n’a diffusé de vidéos compromettantes… ils ont simplement dit oui. Lamentable ». Témoin du marié et de la mariée en sa double qualité d’ancien petit ami des deux, DH Smith ne pouvait que soupirer : « J’ai bien essayé d’expliquer à Khali qu’en tant que boyfriend à l’écran de Natalia, il devait venir écrabouiller Tyson, mais il a confondu Sarasota et Saskatoon, au Canada, et n’a pas pu être là. »

 

Tous nos interlocuteurs placent maintenant leurs espoirs dans le mariage d’AJ Lee et Dolph Ziggler qui devrait se tenir à Raw dans quelques semaines. « J’espère que Tyson et Natalya regarderont ça, depuis leur lune de miel en Alberta », a soupiré Bret. « Pour qu’ils comprennent ce qu’est un vrai mariage conforme à la tradition. »

 

 

Comme du temps de leur association dans le ring, Tyson Kidd fait tout le boulot pendant que DH Smith attend sagement le tag.

 

 

 

La vraie raison de la suspension de Ricardo Rodriguez dévoilée

 

ATP, Stamford, 30 juin

 

L’annonceur personnel d’Alberto del Rio, Ricardo Rodriguez, a été suspendu pour trente jours par la WWE, officiellement pour entrave à la wellness policy. Mais la version officielle, postée sur wwe.com jeudi dernier, serait très éloignée de la réalité, à en croire des sources internes à la fédération. « Ricardo a été suspendu à cause d’un courrier que nous venons de recevoir de la part d’un club de soccer européen », explique sous le sceau de l’anonymat un membre de la creative team. « Je crois que c’est l’équipe nationale de Monaco, ou du Vatican, je ne sais plus. Ces gens nous assurent avoir recruté Ricardo Rodriguez, et font état d’une no-compete clause qui l’empêche de se produire à la WWE à présent qu’il doit rejoindre leur camp d’entraînement », continue notre interlocuteur. Interrogés par l’ATP, les services de l’AS Monaco se montrent embarrassés. « Les Russes étaient bourrés, ils regardaient les contrats des joueurs qu’on venait de faire signer, et celui de Ricardo Carvalho s’est retrouvé posé sur celui de James Rodriguez. Et d’un coup, le big boss, qui avait un sacré coup dans le nez, s’est mis à gueuler que c’était un scandale, qu’il avait vu Ricardo Rodriguez à la télévision la veille en train de sauter de trois mètres de haut sur un catcheur. Il a exigé qu’on se porte en justice contre son ancien employeur. Comme personne n’ose le contredire, on a envoyé un courrier », confie J. Petit, l’intendant du club monégasque.

La confusion a également poussé le club du Rocher à poster un message comminatoire sur le mur Facebook d’un certain James Carvalho, sommé de rejoindre l’équipe dans les plus brefs délais.

 

 

Le paradoxe étant que le dénommé James Carvalho préférerait sans doute une carrière de catcheur.

 

 

 

Vickie Guerrero se montre combative avant son évaluation prévue à Raw

 

ATP, Stamford, 3 juillet

 

General Manager par intérim de Monday Night Raw, Vickie Guerrero s’apprête à subir une évaluation de son travail à la tête de l’émission du lundi soir de la WWE. Alors que de nombreuses rumeurs font état de son limogeage imminent, la responsable a pris les devants en déclarant publiquement que son budget était « mauvais ». « Mon budget est en baisse de 7%, alors même que la direction affirme que Raw est sa priorité! », a-t-elle déploré lors d’une conférence de presse. « Cela implique un recul en termes de qualité du travail fourni, des économies sur le repassage des pantalons de Fandango et la pyro de Kane… Comment peut-on me demander de fournir un show de trois heures de grande qualité tout en me coupant les ailes? », s’est-elle étonnée. Mme Guerrero affirme qu’en haut lieu, « on veut [sa] tête » : « Il y a plusieurs semaines, Triple H, qui se trouve être l’époux de la directrice de la creative team Stephanie McMahon, a déclaré lors d’un dîner en ville que j’allais bientôt perdre mon poste. Est-ce normal? Je pose la question! », a lancé celle qui se définit comme une « lanceuse d’alerte ».

 

« Il y a un népotisme à l’œuvre à la WWE, qui me semble très dangereux pour le bon fonctionnement de l’entreprise. Quand on sait que M. HHH, qui estime que seuls ses intérêts devraient être pris en compte à Monday Night Raw, est marié à une personne de l’importance de Mme McMahon, on ne peut que se poser des questions », a-t-elle renchéri. Triple H, qui ne cache pas son irritation face au cours actuel des programmes de Raw, a déclaré à plusieurs reprises que l’émission devrait tourner exclusivement autour de sa personne. « Je peux facilement faire trois heures d’antenne chaque semaine. Une heure d’Iron Man contre un balai, puis une heure de best of de mes combats d’antan et une heure de promo bien virile, c’est de cela que la WWE a besoin! Ceux qui s’y refusent sont des passéistes rétrogrades », a-t-il affirmé en marge d’une rencontre avec des partenaires étrangers de la WWE. L’avenir de Mme Guerrero à la tête de Raw semble douteux, mais elle ne baisse pas la tête : « On peut me limoger. Mais je préfère attirer l’attention de Vince McMahon, dont j’ai toujours été un soutien indéfectible, sur ce qui ne marche pas dans son entreprise, plutôt que de jouer les chiens-chiens obéissants. » Présent à ses côtés, son assistant Brad Maddox a commenté cette tirade d’un « Wouf! » qui laisse toutes les supputations ouvertes.

 

 

Madame Guerrero évolue dans un environnement hostile et pourrait bien tomber du bateau.

 

 

 

Un retraité belge ne comprend pas l’engouement qu’il suscite auprès des touristes américains

 

ATP, Bruxelles, 4 juillet

 

Guy Heyman, 70 ans, résident du quartier d’Anderlecht, à Bruxelles, s’étonne de l’étrange culte dont il fait l’objet de la part de touristes américains visitant la capitale belge. Depuis que son adresse a été divulguée sur Internet, il ne se passe pas une journée sans que des grappes de jeunes Américains se réunissent sous ses fenêtres, multipliant génuflexions et chants à sa gloire. L’étiquette à son nom sur sa boîte à lettres a été volée et mise en vente sur Ebay pour la somme de 5000 dollars. « Vous vous rendez compte! », s’écrie James O’Hara, 23 ans, qui dort en compagnie de quelques amis devant la porte du modeste immeuble bruxellois où vit le retraité. « Chez moi, à New York, on veut tous être des Heyman Guys… mais lui, c’est carrément l’original! Heyman Guy, c’est écrit sur sa porte! » M. Heyman, ancien fonctionnaire des postes, est escorté par une foule joyeuse mais envahissante à chaque sortie. « Au début, j’ai trouvé ça marrant, hein », admet-il. « Mais à force, c’est un peu pénible, une fois. Quand je suis allé acheter mes frites au marché, dimanche dernier, ils m’ont carrément porté en triomphe sur le chemin du retour jusqu’à chez moi! Moi j’étais content, parce qu’à mon âge, on fatigue vite, dis, mais ces cons ont bafré toutes mes frites! »

 

Le phénomène ne cesse de croître, si bien que plusieurs agences de voyages proposant des tours à Bruxelles incluent désormais dans leur programme une visite à l’adresse de M. Heyman. Ce dernier commence à saisir les implications que recèle son nom: « Ils m’ont expliqué que y avait un certain Broque Laissenard qui dit qu’il est le seul Heyman Guy. Paraît qu’il s’en prend à tous les autres et qu’il pourrait se pointer ici, une fois. Je le préviens, il n’a pas intérêt à me chercher des noises, j’ai fait de la savate, moi! »

 

Mais la période de gloire de M. Heyman pourrait toucher à sa fin : un site de fans américains de catch a récemment découvert qu’il existait à Paris une avenue Mac Mahon, et certains adorateurs de M. Heyman ont déjà pris la route de la capitale française avec le ferme dessein de s’installer à jamais à cette adresse.

 

 

Des fans de M. Guy Heyman le saluent depuis la rue alors qu’il ouvre sa fenêtre pour arroser ses fleurs.

5 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut