Catch

Smackdown vs Raw 2013

La fatalité triomphe dès que l'on croit en elle.

Simone de Beauvoir

 

Cela fait plusieurs mois que nous nous interrogeons sur la place du show bleu face au produit rouge. Est-ce une émission de même importance, un B-show, un « NXT before Raw ? » Aujourd’hui, la WWE nous apporte une nouvelle preuve flagrante de la supériorité de Raw.  C’est parti pour cette nalyse où l’on parlera de Benny Hill, Speedy Gonzales, malette rouge, Captain Obvious et d’histoire d’amour.

 

 

– Les mecs, on a pas oublié de parler d’un truc important ?

– Bah ca devrait avoir aucune incidence sur Smackdown dans les prochains mois.

 

 

Nalyse de Smackdown du 5 juillet

 

 

« Salut ! Je passais dans le coin ! » 

 

CM Punk, ex-membre éminent du roster de Smackdown, maintenant dans l’effectif rouge, lance le show par un discours quelque peu repentant. Il aime faire le contraire de ce qu’on lui demande, mais là il veut juste taper Brock et remporter la mallette rouge. Bref, il aurait pu continuer longtemps son speech, mais le personnage le plus important de Smackdown, le WHC lui-même, interrompt ce monologue pour un duel au micro épique ! Enfin, c’est comme si on mettait un bègue face à n’importe quel spécialiste du débat. On l’aime bien Bébert, dans un ring, mais le mettre en face d’un des meilleurs orateurs de la WWE ne permet que de montrer ses lacunes dans le domaine micskillesque. Bref, Alberto lance de pauvres chants USA, et rappelle que les Etats-Uniens ne sont que de grosses poches à graisse, une obsession des heels ces derniers temps. Puis, parce que c’est son show, il demande  à Punk de partir, ce à quoi ce dernier rétorque qu’il n’a qu’à le faire partir lui-même.

 

 

M’enfin je doute que tu y arrives, je suis à Raw et tu n’es que champion du monde poids lourds.

 

 

Et là paf, Captain Obvious surgit, organise un tag team match un Punk vs Del Rio en Main Event. Voila le show lancé de manière classique, mais on a quand même eu le temps de voir les différences entre un World Heavyweight champion faisant à peine réagir, et un Top guy de Raw le surclassant dans tous les domaines de ce segment.

 

On enchaine sur un petit segment entre Paul Heyman et CM Punk, où Paulo déconseille « en toute amitié » ce match car, à quelques jours de Money in the Bank, le natif de Chicago ferait mieux de conserver ses forces. Mais Punk, il est logique, s’il dit qu’il fait le contraire de ce qu’on lui demande, ben c’est forcément vrai. Du coup, il ignore Paulo, rajoute même qu’il ne veut pas de son pote autour du ring ce soir. Affaire à suivre donc.

 

Et maintenant place au premier match de la soirée, Rhodes Scholars vs The Uso. Le but de ce match est surtout de nous rappeler qu’il y a un autre Money in the Bank en jeu, et que les deux Samoans auront aussi un match. Donc les frangins ont gagné, JBL et Cole étant plus occupés à tabler sur le fait que l’amitié entre Sandow et Rhodes va voler en éclats. On sait qu’on pourra s’attendre à un segment où les deux seront de chaque coté de l’échelle. Sinon le Shield est apparu à l’écran pour dire qu’ils attendaient les #1 contenders au titre de champions par équipes. Voila, voila, retournons au show rouge.

 

 

NINJA !

 

 

Ta-tatatata (notes de Benny Hill pour ceux qui ne reconnaissent pas)

Si vous voulez votre pause pipi, les divas sont en action. Vous savez, ce regain d’espoir pour le renouveau de la division violé avec du verre pilé lundi ?

 

Aujourd‘hui, ce fut plus soft : AJ, avec un t-shirt de Ziggy, s’amusa à gambader autour du ring, coutant la victoire à sa challengeuse au profit d’Alicia Fox. Au moment où la championne allait ramasser son titre, elle prit la fuite en quatrième vitesse, poursuivie par une Kaitlyn furieuse, elle-même poursuivie par Layla (venue la soutenir). Il ne manquait que la musique !

 

On retrouve AJ backstage, effrayée, qui demande à Big E de partir vite, peu importe Ziggler, sa vie est en danger ! La seule nouveauté de cette rivalité réside dans la peur qu’éprouve la dingo. A-t-elle conscience d’avoir poussé le bouchon trop loin ? Est-ce qu’elle prépare un turn repentant, précisant que Ziggler lui a ouvert les yeux ? Je n’attends rien des Divas, mais une bonne surprise peut toujours survenir. Ah au fait, les Bellas sont aussi apparues à l’écran pour dire que le titre les intéressait.

 

 

La prochaine fois, je montrerai mes deux nibards, ça pourra rameuter des types, enfin au moins un.

 

 

 

Souviens-toi l’été (avant) dernier

 

Après une interview entre Christian et Orton, dans un style de ki-ki-pisse-le-plus-loin, après une vignette sur la famille Wyatt, il est temps de reparler du Money in the Bank All Stars (ca fait bien cinq minutes qu’il n’a pas été mentionné). Randy et Cricri (grosse pop pour lui) se sont affrontés.  Leur rivalité en 2011 fut excellente, les matches d’excellente facture, et ce fut encore le cas aujourd’hui. Christian sut briser la mécanique routinière dont peut abuser la Vipère, mais finit tout de même par se prendre un RKOutofnowhere-vintageOrton, et perdit le match.

 

Pour moi, Orton est un favori pour le match de dimanche. Christian, Kane, Bryan et Punk semblent avoir des rivalités qui se profilent, ce qui les élimine de mon esprit. De plus, Randy n’est plus titré depuis deux ans bientôt, peut casher comme un heel sans modifier son alignement, ou casher en faisant enfin son turn. Bref, Orton a pris un petit avantage dans ce bon match.

 

 

Puis c’est le seul à s’entraîner au Air-Montée d’échelle.

 

 

De retour backstage où Long s’est amusé avec Paul Heyman. Vu que Punk ne veut pas de lui en ringside, Paul sera alors à la table des commentateurs. Fini les sourires niais, les décisions obvious, place au manager qui innove, sans forcément handicaper les faces. Ce Teddy là est bien plus intéressant.

 

 

 

MATCH 4

 

Si vous n’avez pas encore le WWE App, ce n’est pas grave, Smackdown vous permet de vous rattraper. Le show bleu est devenu tellement insipide qu’il sert maintenant de WWE App rebound. On voit donc la raison de l’éloignement entre Ziggy et AJ, Dolph reprochant à sa petite amie son comportement inadéquat en tant que championne.  Ensuite, nous le vîmes en « live», vêtu du T-shirt de sa copine (oui oui, le fameux LOVE BITES), indice nous rappelant qu’ils sont quand même encore ensemble. Puis il dut faire face à la terrible menace Drew McIntyre. En bon underdog, l’ex-champion du monde eut une période où l’Ecossais le domina, mais le résultat était écrit à l’avance. Puis il s’amusa à slalomer entre les membres des 3MB, puis revint sur le ring pour leur remontrer qu’ils sont trop lents pour lui. Del Rio doit connaitre la souris ultrasonique, j’espère pour lui qu’il a vu les épisodes où cette dernière se faisait attraper.

 

 

– La prochaine fois, on l’attrape avec du fromage et une tapette.

– Monsieur est commissaire de police !

– Arrêtez de citer ce film, vous me rendez sikh.

 

 

 

Ta-tatatata (Musique de Fandango, faites un effort voyons !)

 

Fandango a terrassé Justin Gabriel, permettant à Cole de signaler qu’une mallette bleue était en jeu. Après tout, cette dernière ne concerne que la ceinture la plus prestigieuse du show. Une mention par un  commentateur suffit. Donc Fandango a gagné, dans un match oubliable où Gabriel nous proposa une prestation entre la Tektonik et la corde à sauter. Mais bizarrement il dansait mieux que l’homme au pantalon épileptique.

 

 

– Ils me saoulent les CDC à me descendre constamment, je vais les défier et rira bien qui rire le dernier.

– Ne fais pas ça malheureux, et s’ils te défient dans un concours de danse ?

 

 

Paul Aimant

 

Nous voici au fameux Main Event de la soirée. Le match fut relativement court, les deux lutteurs purent à peine monter leurs arsenaux de prises. On sentait qu’on préservait ces deux-là pour leurs matchs respectifs de dimanche. Paul Heyman commenta ce match, expliquant la situation et humiliant Michael Cole qui tentait de lui poser quelques questions embarrassantes. Bref, ce ne fut pas le meilleur combat de la soirée, qui se termina par un double décompte à l’extérieur. En effet, le Mexicain préféra attaquer l’ex-promoteur de l’ECW sous les yeux du natif de Chicago au lieu de remonter sur le ring. Punk activa son mode Super Sayen et passa à tabac le champion, avant d’aller secourir son ami.

 

Et c’est sur cette image que le show se conclut.

 

 

Son tacos était empoisonné ! J’aurais dû me méfier.

 

 

Nous avons un champion du monde poids lourds, le cador de Smackdown, qui, en une semaine, a montré toute son impuissance face aux monstres de Raw.

 

De plus, nous avons un Money in the Bank Ladder Match spécial Smackdown vendu du bout des lèvres par rapport à celui de RAW (bien plus vendeur certes). Ce show ne fut pas mauvais ou bon, ce fut surtout pour moi l’occasion de voir l’écart se creuser encore plus. Après ce show, nous avons la preuve indubitable que Smackdown ne sert plus à rien, le show de vendredi n’étant qu’un go-home show pour préparer RAW ou rappeler ce qui se passe dans les RAW précédents. Arrêtons l’hypocrisie et balançons un RAW Rebound d’une heure trente à la place. Car, à ceux qui rétorquent que c’est à SD que les bons matchs ont lieu, nous avons eu un très bon Orton-Christian, et… c’est tout.

 

Bref un Smackdown très moyen, voire mauvais dans sa construction mais avec des segments divertissants tout de même.

 

 

Pendant les vacances, choisissez bien votre triplette pour le tournoi de pétanque.

 

 

11 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut