Catch

Rien de nouveau sous le soleil

I'm sure I've been in worse situations… But right now, I'm kind of drawing a blank.

Sterling Archer, Swiss Miss

 

Partir en vacances, c'est bien. Mais qui va à la chasse perd sa place : la preuve, je profite de l'absence de mes collègues pour prendre possession des nalyses de Smackdown pour tout l'été ! Et c'est aussi ce qui s'est passé cette semaine dans le show bleu, comme nous allons le voir dans cette première nalyse "express", car après Vickie Guerrero à Raw, c'est au tour de Booker T d'être sur la sellette…

 

 

Comment ça, mon poste est en danger ? Je ne peux pas avoir mal fait mon travail, j'étais même pas là !

 

 

Nalyse de Smackdown du 19 juillet

 

 

Un nouveau manager général à Smackdown

 

Teddy Long annonce la venue de Vince McMahon, qui a décidé de nommer un nouveau patron pour le show bleu. Captain Obvious y voit l'occasion de se débarrasser enfin de Booker T, ce dernier espère conforter sa position de patron. Surprise, même Brad Maddox débarque et demande au président de la WWE de lui confier Smackdown en plus de Raw ! Il y en a qui doutent de rien… Remarquez, les cons, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît comme chacun sait.

 

 

– Je suis sûr que Vince va me nommer manager de Smackdown, parce qu'il a dit que j'étais celui que vous méritiez tous !

– Incroyable : il est encore plus bête qu'il en a l'air ! Je ne pensais pas que ça pourrait être possible pourtant !

 

 

Vince déclare que le nouveau manager général de Smackdown est… Vickie Guerrero ! Le président de la WWE se venge ainsi de son gendre et de sa fille en replaçant la Cougar dans un rôle important. Cette dernière, après une tentative de Face-turn ratée, consolide son statut de Heel suprême en rejetant les fans, responsables de son renvoi de Raw. Plus tard, Vickie savoure sa revanche en giflant un Maddox faux-cul venu la féliciter, et en expulsant définitivement Teddy Long manu militari. Que la Cougar Era commence !

 

 

– Je suis la patronne maintenant, alors dégage Teddy, et ne reviens pas !

– Même pas un petit tag team match avant de partir, playas ?

 

 

Le segment inutile de la semaine

 

Comme d'habitude à Smackdown, c'est la rubrique Miz TV. Le Miz recevait Paul Heyman, qui après l'attaque de Brock Lesnar sur CM Punk à Raw, conseille au straightedge de ne plus revenir à la WWE sous peine d'être détruit. Un discours intense et bien interprété par Heyman, mais qui n'apporte rien de nouveau pour qui a vu Raw. Néanmoins, le segment a été agréable à suivre, car le Miz n'a strictement rien dit, à part à la fin de la promo, où il s'est déclaré choqué et dégoûté de l'attitude de Paul Heyman, ce dont tout le monde se fout éperdument. Le Miz a aussi fait les gros yeux à Curtis Axel, qui faisait son entrée pour son match contre Chris Jericho qui suivait le segment, ce qui fit ni chaud ni froid au champion Intercontinental.

 

 

Le moment où le Miz s'est rendu compte que son émission marcherait bien mieux… sans lui.

 

 

Une amitié brisée

 

Damien Sandow est venu faire une discours, suite à sa victoire à Money In The Bank et à l'attaque de Cody Rhodes sur l'homme à la mallette bleue cette semaine à Raw. Grand seigneur, Sandow invite Rhodes sur le ring et lui montre qu'il est supérieur à lui : en effet, Damien pardonne à Cody son accès de colère et lui propose même d'être le protecteur de la mallette. Bizarrement, cela ne suffit pas à calmer Cody Rhodes, qui se servit de l'attaché-case pour exploser la face de Sandow, contraint à battre en retraite.

 

 

Voilà Cody, comme tu es mon ami, je te nomme dès cet instant Grand Protecteur du Bagage Sacré !

 

 

Mais j'en veux pas de ta merde, reprends-la ! Je veux juste que tu me rendes le contrat que tu m'as volé, enfoiré !

 

 

Joli segment, simple et efficace, qui lance sur de bons rails la rivalité entre les deux hommes, avec peut-être à l'avenir une remise en jeu de la mallette entre eux, qui sait ? Seul bémol : Cody Rhodes a lancé avec rage la mallette sur Sandow une fois celui-ci sur la rampe d'accès aux coulisses. J'aurais été à la place de Cody, Face ou pas Face, j'aurais profité de la fuite de Sandow pour garder la mallette qu'il m'a volé pour ma pomme, quitte à m'attendre à me faire attaquer à tout moment par Sandow qui ferait alors tout pour la reprendre… Mais je pinaille, et j'ai hâte de voir la suite de cette histoire !

 

Et sur le ring ?

 

Six matchs à l'affiche, même si on a eu en réalité seulement cinq combats officiels. En effet, le Seth Rollins & Roman Reigns / The Usos a dégénéré avant même que la cloche sonne en une bagarre entre les trois membres du Shield (Ambrose étant venu aider ses collègues) et les jumeaux, ces derniers recevant l'aide de Mark Henry. Le Shield, débordé, s'est rapidement enfui de l'arène. Personnellement, je ne suis pas très fan du Face-turn de Henry, l'excuse du Shield me semblant assez légère (s'ils veulent vraiment se débarrasser des vieux qui volent la lumière aux jeunes, RVD me semble le choix le plus évident), mais je dois avouer que l'idée de voir ces deux trios s'affronter me plaît, aussi fais-je contre mauvaise fortune bon cœur, sur ce coup.

 

 

– Ne crains rien Mark ! Jimmy et moi, on va t'aider !

– Barrez-vous, je vais tous vous exploser, bande de tocards !

– Mais pourquoi tu es aussi méchant avec nous ?

– Because THAT'S WHAT I DO !

 

 

À part le main event, les autres matchs ont été corrects, mais trop courts pour que je m'y intéresse vraiment. Dolph Ziggler a vaincu Jack Swagger, malgré une tricherie de Cesaro qui se conclut par une exclusion du vrai américain suisse et de Zeb Colter. Après le match, Ziggler s'excusa auprès du public de ne pas avoir quitté AJ Lee plus tôt, ce qui est très dommage et trop démago je trouve : OK, elle lui a coûté la victoire dimanche dernier, mais de là à la traiter comme une moins que rien comme le premier Cena venu, il y a un pas que j'espérais que Dolph ne franchirait pas. AJ, dans les coulisses avec Big E Langston, craqua fort logiquement en entendant ça. Langston la consola, la prit dans ses bras… Et alors qu'on pensait qu'il allait l'embrasser, il se contenta de lui faire une bise sur le front avant de partir, sans doute en direction des toilettes pour se masturber.

 

 

– AJ, je suis désolé que Dolph te traite comme ça.

– Merci, Biggie… *snif*

 

 

– AJ, je…

– Oh, Biggie…

 

 

– Je… dois y aller, faut que je pousse de la fonte !

– Hein ? Ah, OK…

 

 

Bon, là, c'est clair : il est pédé.

 

 

Pendant ce temps, Daniel Bryan triomphait très rapidement de Wade Barrett avec son Yes Lock dans un match qui me rappela la première saison de NXT. Dire que le premier éliminé de ce show est devenu champion du monde et un main eventer de la fédération tandis que le vainqueur de cette saison végète en milieu de carte ! Autant je suis ravi pour Bryan, autant ça me chagrine toujours un peu pour Barrett…

 

 

Putain, mais pourquoi c'est pas moi qui ai étranglé Justin Roberts avec sa cravate !

 

 

Après Miz TV, Curtis Axel défendait donc son titre Intercontinental contre Chris Jericho. Ce dernier faisait alors son dernier match télévisé avant de partir en tournée avec son groupe, et c'est donc logiquement que le champion conserva sa ceinture au terme d'un match court, oubliable mais sans vrai défaut. Ryback débarqua ensuite pour passer à tabac un Jericho déjà affaibli : tu parles d'une machine de guerre impressionnante, réduite à frapper un adversaire déjà à terre… Je suis certain en plus qu'il avait beau faire le malin, mais si le Miz avait débarqué, il aurait pris ses jambes à son cou (si je puis dire) en hurlant de peur, comme Sammy et Scooby-Doo quand ils tombent sur le monstre qui hante le parc d'attraction de la région. Tu ne fais plus peur à personne, Ryback, c'est fini.

 

 

Aïe ! Je me suis fait mal au bras en frappant Jericho ! MAMAN, FAIS-MOI UN BISOU MAGIQUE !

 

 

Darren Young, quant à lui, a eu l'honneur de se faire battre par Rob Van Dam dans un match que je résumerai en un seul mot : mouais. Ce qui est bien quand des légendes reviennent à la WWE, c'est que c'est l'occasion d'affiches de rêve, de matchs de gala : RVD / Y2J, c'est cool, mais qui veut voir le clone de JCVD contre le clone d'ébène de John Cena, sérieusement ?

 

 

– C'est sympa de me laisser te prendre le championnat de la WWE, John !

– Heu… Moi, c'est Darren, des Prime Time Players…

– Et merde ! Je savais que j'aurais pas dû fumer avec Swagger avant de signer le booking de cette semaine !

– Chassez le naturel…

– Ta gueule, faux John.

 

 

Enfin, le main event, dernière décision de Booker T en tant que manager général avant son renvoi, voyait s'affronter le champion du monde poids lourds Alberto Del Rio contre le porteur de la mallette contenant un contrat pour un match de championnat pour la ceinture WWE, Randy Orton. Les deux hommes livrèrent un beau match, avec une belle domination de Del Rio qui s'acharna sur le bras d'Orton. Mais bien évidemment, la Vipère reprit le dessus et remporta la victoire. Cette défaite de Del Rio respecte finalement la logique qui veut que le titre WWE est supérieur au titre poids lourds, et on pourrait s'en plaindre… Ou alors, on considère que Del Rio a quand même été montré très fort, mais qu'il est un champion illégitime et donc "prenable", qu'Orton, de son côté, est plus motivé que jamais à remonter en haut de la hiérarchie grâce à sa mallette et que cette hargne lui donne les moyens de battre n'importe qui. Et puis de toute façon, tout le monde sait qu'il n'y a rien à faire une fois que Randy a sorti un RKO de nulle part !

 

 

Comment voulez-vous que je gagne sans Ricardo, aussi ? Je dois tout faire moi-même maintenant, mais les tricheries pendant le match ! C'est pas une vie, ça !

 

 

Verdict

 

À part l'arrivée de Vickie Guerrero en tant que nouvelle patronne de Smackdown, rien de neuf à signaler dans les histoires en cours. Tous les segments ou presque ont commencé avec un rappel de ce qu'il s'est passé à Raw, et les promos et/ou les matchs qui ont suivi ces rappels n'ont jamais bouleversé le statu quo. Les Real Americans sont toujours des pitres, Ziggler a définitivement rejeté AJ, Bryan est très fort, Heyman veut détruire Punk, Ryback est nul, Sandow est d'une mauvaise foi géniale et n'a aucun remords face à un Cody adoré du peuple, une légende a battu un jobber et un futur champion de la WWE a disposé du champion poids lourds actuel. La routine, quoi. Finalement, la seule nouvelle qui change un peu la donne… concerne Raw, qui verra le retour du Big Show dès lundi sur le ring, un comble !

 

 

Il paraît même qu'il en profitera pour faire un turn, autant dire que c'est un événement à ne surtout pas manquer !

 

 

16 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut