Catch

Touché, coulé !

De la musique pour se noyer, c'est là qu'on voit qu'on est en première classe !

Jack Dawson, Titanic

 

Quand j'ai décidé de me charger de Smackdown tout l'été, je me suis dit après coup que je m'étais imposé une sacrée corvée… Et si finalement, j'avais repris mon visionnage régulier du show bleu au bon moment ? Parce que cette semaine, on a eu droit à un très bon spectacle !

 

 

Bon, là, vous aurez sûrement compris pourquoi j'ai aimé ce show… Mais promis, elle n'est pas la seule raison de mon enthousiasme envers cet épisode !

 

 

Nalyse de Smackdown du 26 juillet

 

 

Une mallette à la mer !

 

 

Le fil conducteur de la soirée a été le développement de cette formidable rivalité qui oppose Damien Sandow et Cody Rhodes. Le propriétaire de la mallette bleue ouvrit le spectacle dans un match contre le possesseur de la mallette rouge, Randy Orton. Le match fut long, sans aucune surprise dans son déroulement, mais réussit à établir deux choses : la Vipère est très forte (Randy a dominé la plupart du temps pendant le combat), mais Sandow est très résistant et n'a pas du tout démérité. On ne le dit pas assez souvent, mais qu'on aime ou pas Randy Orton, il est parvenu depuis quelques mois à mettre en valeur tous ceux qu'il a rencontré sur le ring, c'est tout à son honneur et ça explique pourquoi selon moi il mérite sa mallette pour remonter vers le titre suprême.

 

 

Et en plus, il fait super bien le grand écart, quand même.

 

 

Le combat se déroula donc tranquillement, et j'attendais patiemment que Randy colle son RKO réglementaire pour la victoire histoire de respecter la hiérarchie entre le titre WWE et le titre mondial, quand la rivalité des Rhodes Scholars s'accéléra tout à coup. Cody Rhodes débarqua en plein match, tout sourire, et profita de l'occasion pour aller prendre la mallette de son ex-meilleur ami. Sandow, distrait par le forfait du moustachu le plus classe depuis Thomas Magnum, se mangea le RKO tant attendu avant de partir dans les coulisses du bâtiment à la recherche de son bien volé.

 

 

Et ouais, c'est uniquement grâce à moi que Randy a pu gagner, Legacy-style !

 

 

La quête de Damien Sandow fut l'occasion de plusieurs segments assez drôles, où ce dernier demanda à tous ceux qu'il croisait s'ils avaient vu Rhodes et la mallette bleue. Après les réponses négatives de Sin Cara (qui de toute façon ne comprend pas un mot d'anglais), de Booker T (que Sandow se permit de provoquer) et de Mark Henry, monsieur "devise monétaire déposée au sein d'un établissement financier" finit par aller se plaindre à la nouvelle patronne de Smackdown, Vickie Guerrero, prévenant celle-ci qu'il comptait bien porter plainte à la police pour vol et exigeant que Cody Rhodes soit renvoyé.

 

 

– J'exige que Cody Rhodes soit renvoyé de l'entreprise ! Ce criminel a volé mon bien, il faut appeler la police !

– Damien, tu n'as pas l'impression d'exagérer un peu ?

– Pas du tout ! Ce qu'il a fait est horrible, en plus d'être illégal ! Il mérite une forte amende ! Non, de la prison ! Non, il mérite LA PEINE DE MORT !

– Je t'assure Damien, tu prends tout ça un peu trop à cœur…

– PAS DU TOUT ! AU BÛCHER !

 

 

Évidemment, rien de tout ceci n'arriva, et c'est un Sandow totalement frustré qui termina l'émission sur le ring juste après le main event pour faire un ultimatum : si Rhodes ne se présentait pas derechef, Sandow promettait qu'il mettrait ses menaces à exécution. C'est alors que le moustachu apparut sur l'écran géant : il était hors du bâtiment, non loin de là… Près du golfe du Mexique (l'épisode de cette semaine étant tourné à Corpus Christi, au Texas), fanfaronnant avec la fameuse valise.

 

 

– Cody, ne commets pas cet acte inconsidéré ! Si jamais je perds ce bagage estampillé du blason de ma victoire, comment pourrais-je revendiquer une rencontre contre le champion du monde et ainsi m'adjuger son titre ?

– Ben… Tu pourrais juste demander une autre valise, non ?

– J'aimerais que cela soit aussi simple que tu le suggères, mon pauvre ami, mais tu ne réalises pas à quel point c'est loin d'être le cas !

 

 

Sandow se précipita pour le rejoindre, et malgré ses supplications, Rhodes réalisa sa vengeance en jetant la mallette à la mer, le précieux sésame de Damien pour un titre mondial coulant dans les abysses… Le barbu plongea pour tenter de récupérer son bien, avant de se rappeler qu'il ne savait pas nager, et finit donc par revenir sur la terre ferme bredouille, ou plutôt broucouille comme on dit dans le Bouchonnois.

 

 

– Que l'on vienne me porter assistance ! Je n'ai pas la capacité de me déplacer en milieu aquatique !

– Euh… Vous avez pied, là, monsieur Sandow.

– Ah. Sacrebleu.

 

 

J'ai beaucoup ri pendant ce segment, surtout grâce à Sandow qui a un vrai don comique dans son interprétation. Je suis aussi content de voir la rivalité entre lui et Rhodes s'intensifier, et je me suis pris à rêver d'un match entre les deux hommes à Summerslam, avec peut-être la mallette en jeu si jamais elle finit par être repêchée. Dans les commentaires de ma nalyse de la semaine dernière, j'ai beaucoup discuté avec Pehennji le bien nommé sur ce qui peut être perçu comme un renversement des alignements entre le statut officiel des deux hommes et la nature de leurs actes : sur ce coup, ce qu'a fait Rhodes n'est pas très Face il est vrai… Mais qu'est-ce que je me suis marré pendant cet épisode avec toute cette histoire !

 

 

J'ai failli passer de vie à trépas et j'ai perdu l'objet qui aurait pu me permettre de devenir le plus grand champion de tous les temps… Effectivement, c'était très drôle ! Ah ah ah, je me gausse !

 

 

"I'm fine !"

 

 

L'autre grand moment de la soirée, ce fut le discours d'AJ Lee à l'univers de la WWE. La championne des Divas voulait prouver que malgré sa rupture avec Dolph Ziggler, elle n'avait pas craqué cette fois-ci, et qu'elle allait bien, puisqu'elle avait la ceinture au papillon pour lui rappeler à quel point elle était au-dessus d'une simple déception amoureuse. Mais bien sûr, le vernis de ce calme de façade craqua rapidement, quand Dolph apparut pour lui dire que ça ne servait à rien de garder les clés qu'il lui avait donné, vu qu'il avait changé les serrures depuis longtemps.

 

 

Non mais tu peux tout garder AJ, pas de souci : les clés de chez moi, les fringues que tu m'as offertes, ton herpès génital… Garde tout, j'en veux plus !

 

 

AJ tenta alors de déstabiliser son ex en amenant sur le ring une valise contenant les affaires de Dolph, et entreprit de détruire son permis de conduire, son passeport, sa carte de crédit, ses t-shirts… Tout cela ne fit que glisser sur Dolph comme l'eau sur les plumes d'un canard, ce qui fit exploser la championne, mais là encore le train des insultes et autres hurlements d'AJ ne fit que rouler sur les rails de l'indifférence de Ziggler.

 

 

C'est toujours un de ces bordels dans les sacs des filles…

 

 

Poussée à bout par un Dolph très à l'aise au micro et semblant adorer son nouveau statut de favori de la foule, AJ décida alors de sortir du ring et de foncer sur son ex-pudding (que j'ai aimé cette référence à Harley Quinn placée par une AJ habillée ce soir-là de la même façon que la fiancée du Joker !) bien tranquille sur la scène, en haut de la rampe… ET BIM ! La pauvre AJ se mangea un énorme Spear de la belle Kaitlyn, venue rappeler à sa copine qu'elle aimerait bien récupérer sa ceinture. Pour faire bonne mesure, Ziggler colla ensuite un Zigzag à Big E Langston venu un peu tard aider son béguin. Doit-on y voir le début d'une rivalité mixte, AJ et Biggie contre Kaitlyn et Dolph ? Personnellement, je signe tout de suite ! C'est certes un peu dommage pour Ziggler, qui retombe un peu dans la carte du coup, mais en termes d'histoire, c'est un programme passionnant, dont j'ai hâte de connaître la suite !

 

 

Tiens, c'est marrant, c'est comme ça que commençait mon rêve la nuit dernière…

 

 

Un pogo et puis s'en va

 

 

C'était Noël avant l'heure à Smackdown, car cette semaine, nous avons également eu l'honneur de voir CM Punk ! Pas de match pour le straightedge cependant, "juste" un discours similaire à celui qu'il a tenu à Raw quelques jours plus tôt sur comment il allait vaincre Brock Lesnar à Summerslam avant de s'occuper du cas de Paul Heyman. Du réchauffé donc, mais Punk fut cette fois interrompu par Fandango, qui avec ses apparitions impromptues répétées est l'auteur d'un gag à répétition que j'aime beaucoup. Quelle inconscience pour notre danseur favori de sans arrêt couper la parole de tauliers du main event, dans l'espoir peut-être de taper l'incruste au sommet de la pyramide ! J'ai bien ri à la conclusion de ce segment, où après la (longue) entrée de Fandango, CM Punk le remercia d'un bon gros GTS avant de partir. Même s'il m'a fait peur à Raw dans son match contre Rhodes quand il a failli ne pas réceptionner Cody lors de son Moonsault, je trouve qu'il s'est amélioré globalement, et c'est grâce à ce genre de délire que j'accroche à nouveau à Fandango, qui comme tout le monde m'avait vite lassé. Là, le côté nawak du personnage me plaît, espérons qu'il continue dans cette voie.

 

 

Faaaaaaan… Daaaaaan…

 

 

Go to sleep !

 

 

Et sur le ring ?

 

 

Il me reste à parler de quatre matchs, ce que je vais faire par ordre croissant d'importance. D'abord, Mark Henry et les Uso ont battu Wade Barrett et les Prime Time Players dans un match sans grand intérêt et qui m'a apporté deux déceptions : la confirmation du Face-turn de Mark Henry, qui se déroule un peu vite et sans raison vraiment valable à mes yeux, et la suite de la descente aux enfers de Barrett, qui a été pour ainsi dire invisible dans ce match de bas de carte… Histoire de garder une note positive, je vais signaler la bonne cohésion entre Henry et les jumeaux, ce qui promet un futur match intéressant contre le Shield, mais bon…

 

 

– Mark, pourquoi ton Face-turn a été si rapide ?

– Because THAT'S WHAT I DO !

– Ben non, d'habitude, c'est ce que fait le Big Show…

– Vous voulez que je vous aide à détruire le Shield ou pas ? Alors vos gueules.

 

 

Erick Rowan et Luke Harper, les disciples de Bray Wyatt, ont explosé les Tons of Funk dans un squash sans intérêt. Contrairement à beaucoup, la Wyatt Family ne m'impressionne pas. OK, ils ont la meilleure entrée du monde (encore qu'éteindre une torche électrique en soufflant dessus me fait toujours sourire quand je vois Bray débarquer) et le meilleur thème musical depuis celui de Christian, mais à part ça, on n'a rien de vraiment consistant à se mettre sous la dent. Les deux géants se ramènent, défoncent leur proie, Bray Wyatt arrive, embrasse le front de sa victime et lui colle son finisher avant de rire, et on continue comme ça toutes les semaines, super… La seule chose qui a changé cette fois, c'est que Rowan et Harper étaient dans un match officiel, finalement. Après le sacrifice rituel de Sweet T, Wyatt a annoncé que la cible de sa famille est Kane, comme on le sait depuis qu'il a débarqué à Raw. Du coup, on attend, et je reste encore dubitatif sur cette "révolution".

 

 

C'est le problème quand on emballe en boîte en fin de soirée : on se retrouve avec celles que tous les autres n'ont pas voulu. Mais comme on dit, faute de grives, on mange des merles.

 

 

Même le main event ne m'a pas fait rêver plus que ça : Christian affrontait Jack Swagger après un discours du toujours aussi inutile Zeb Colter. Cesaro n'était pas là pour soutenir son pote, ce qui m'empêche de me moquer de Zeb qui a recruté un Suisse pour son équipe constituée de "vrais Américains", et finalement je viens de le faire en écrivant cette phrase, donc ça va. En un mot, je résumerais ce match par "mouais", mais je vais quand même faire preuve de positivité en reconnaissant à Swagger le talent qu'il a de rester crédible en tant que menace malgré le nombre de défaites qu'il se prend depuis des mois, et en espérant que la victoire de Christian lui permettra d'avoir "one more match" (que de souvenirs…) pour devenir champion du monde poids lourds…

 

 

Un match de championnat entre un Mexicain et un Canadien ? Mais vous voulez ma mort ou quoi ?!

 

 

Encore faudra-t-il que Captain Charisma soit désigné comme challenger, et pour ça, il faudra peut-être convaincre le champion en titre, Alberto Del Rio. En effet, ce dernier est allé se plaindre à Vickie Guerrero et a réclamé avoir le droit de choisir son adversaire à Summerslam pour le titre. Après tout, Maddox a accordé ce privilège à Cena pour le titre WWE, donc il serait logique que l'autre champion suprême de la fédération (en théorie) dispose de cette faveur lui aussi… Mais Vickie a besoin de temps pour réfléchir à cette idée. En attendant, Del Rio a été obligé de se coltiner Rob Van Dam. Mais le champion triompha rapidement de la légende, en truandant bien sûr, en bon Heel. Del Rio a tout fait : il a joué la montre en se réfugiant en dehors du ring, il a simulé une blessure pour gagner du temps… Et il a créé ainsi l'ouverture qu'il lui fallait pour neutraliser Van Dam d'un coup de pied à la tempe aussi soudain que décisif. Espérons que cela mettra RVD hors de portée d'un match pour le titre à Summerslam, mais j'ai comme l'impression que ce ne sera pas le cas, hélas…

 

 

¡ Madre de Dios ! Son souffle est encore plus chargé en beuh que celles de Kofi Kingston, Jack Swagger et Evan Bourne réunis !

 

 

Verdict

 

 

Contrairement à la semaine dernière, cet épisode de Smackdown a été beaucoup moins Raw-dépendant que d'habitude. À l'exception du segment de CM Punk, la seule invasion du show rouge fut l'annonce du double main event de lundi : Daniel Bryan contre Kane et un Tables Match entre John Cena et Ryback (un seul de ces matchs est intéressant, sauras-tu le retrouver ? Indice : Ryback n'est pas dans le match intéressant).

 

Tout le reste de l'émission était ce que j'attends d'un vrai bon épisode de Smackdown, un show de qualité et qui ne fait pas que nous rappeler ce qu'il s'est passé à la WWE le lundi soir. La rivalité des Rhodes Scholars s'est très bien développée et me passionne un peu plus chaque semaine, on se dirige vers une bataille entre deux couples, AJ et Biggie contre Kaitlyn et Dolph, qui s'annonce bien intense. Et je suis curieux de voir comment va être désigné le prochain challenger de Del Rio : Vickie lui laissera-t-elle le choix ? Si non, sélectionnera-t-elle un adversaire dangereux pour le champion, ou une proie facile ? Booker T va-t-il tenter de reprendre sa place de manager général ? Toutes ces histoires ont été très bien racontées, si bien que j'ai hâte de voir le prochain épisode de Smackdown, ce qui ne m'était plus arrivé depuis un bail !

 

 

Je souhaite juste que mes espoirs ne tombent pas à l'eau ! Ah ! Ah ! Ah !

 

 

22 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut