Catch

Un grand coup d’accélérateur

– Oups ! J'ai tiré trop vite…

– OK, bien… On peut toujours juste faire un câlin, Castle !

– Oh, très drole ! Et avec un sourire en plus, c'est bien !

Richard Castle et Kate Beckett, Castle

 

Oublié la déception de la semaine dernière : l'épisode de vendredi a su corriger le tir et fournir un bon spectacle. On a eu de très bons matchs, des segments micro qui ont très bien vendu le pay-per-view à venir… Bref, dans l'ensemble, j'ai passé une heure et demie des plus agréables en visionnant cet épisode !

 

 

D'autres n'ont pas cette chance, comme Latrell, condamné à regarder The Marine 3 dans la cave de l'immeuble des Cahiers du Catch…

 

 

Nalyse de Smackdown du 9 août

 

 

Un échantillon gratuit de Summerslam

 

 

Le main event de la semaine était formidable, même si sur le papier, j'étais très dubitatif devant l'idée qu'ont eu les bookers. Le clou du spectacle était en effet un match entre Alberto Del Rio et Christian, ni plus ni moins ! Étonnant de se voir offrir un match entre le champion et son challenger alors que les deux hommes s'affronteront en pay-per-view neuf jours plus tard… Del Rio semblait pensait la même chose que moi, si bien qu'il alla se plaindre auprès de Vickie Guerrero. Cette dernière lui répondit que ce match était une façon de punir le champion de son attaque de fourbe sur Captain Charisma la semaine dernière, et de donner ainsi la possibilité au challenger de se venger du comportement d'Alberto. Mouais…

 

 

Et donc, pour me punir d'avoir attaqué par surprise mon challenger et essayé de le mettre hors d'état de nuire avant le pay-per-view, tu me donnes un match contre lui pour que j'ai légalement l'occasion de le neutraliser pour de bon et risquer de faire disparaître de la carte un des matchs les plus importants du plus gros événement de la saison pour la WWE ? C'est Teddy Long qui te conseille pour organiser le show ou quoi ?

 

 

Cela dit, le combat en lui-même fut très bon, long et a permis aux deux hommes de briller. Il y a eu du suspense, de beaux mouvements, si bien que le seul regret que j'ai eu se manifesta lors des entrées, en constatant la disparition de Ricardo Rodriguez, apparemment viré après le passage à tabac que Del Rio lui a infligé à Raw cette semaine. Mais sur le ring, ce fut un vrai régal ! Et je dois avouer avoir bien ri quand le public, pour déstabiliser Del Rio, s'est mis à chanter "U-S-A !", ce qui dans le cadre d'une rivalité mexicano-canadienne est d'une absurdité hilarante ! C'est Colter qui doit être déçu d'avoir manqué ce beau moment de patriotisme crétin…

 

 

C'est Sandow qui a raison : Dieu que les fans de catch sont cons…

 

 

Le combat s'est terminé par une victoire de Christian, sur un contre du terrible Cross Armbreaker de Del Rio transformé en roll-up favorable au meilleur ami d'Edge. Le champion n'apprécia pas cet affront (même si après coup, la victoire de Christian fait sens puisqu'elle lui donne l'image d'un challenger capable de prendre le titre), et tenta d'attaquer une nouvelle fois son rival dans le dos, mais l'homme qui a une musique d'entrée présente dans mon top 5 personnel ne se fit pas avoir cette fois, et colla un Killswitch à Del Rio pour sa peine.

 

 

– Super, j'ai battu le champion ! À moi le titre !

– Pas tout de suite, Christian : pour prendre ma ceinture, tu dois gagner one more match !

– J'ai vraiment eu une idée de merde avec ce gimmick.

 

 

Et là, vous vous dites très justement, parce que vous êtes très intelligents (la preuve, vous lisez cet article) : le champion est à terre, complètement sonné ? Mais c'est l'occasion rêvée pour utiliser une mallette magique ! Et ça tombe bien, vu qu'un peu plus tôt dans la soirée, on a vu Damien Sandow en coulisses, révéler à un monde émerveillé sa toute nouvelle mallette de Monsieur "Devise monétaire placée au sein d'un établissement financier", en cuir s'il vous plaît, et surtout contenant un tout nouveau contrat, remplaçant le précédent transformé en serpillière après son plongeon dans le golfe du Mexique.

 

 

– À présent que je dispose de cet élégant bagage à la hauteur de mes ambitions, je vais enfin pouvoir réaliser mon rêve !

– Devenir champion du monde poids lourds ?

– Non, pitoyable créature écervelée : parcourir le pays pour relever le piètre niveau intellectuel de mes concitoyens en leur vendant des encyclopédies !

 

 

Et c'est donc fort naturellement que Sandow fonça sur un Del Rio affaibli pour utiliser sa toute nouvelle mallette… Mais il avait oublié Cody Rhodes, déterminé à mettre des bâtons dans les roues de son ancien partenaire ! Le moustachu explosa le barbu, empêchant l'utilisation de la mallette et sauvant le couillu. Après la promo décevante de Rhodes la semaine dernière qui avait un peu plombé mon enthousiasme devant cette rivalité, ce segment a remis les choses à leur place et remis les choses sur de bons rails : certes Sandow a récupéré sa mallette (et le relooking personnalisé de celle-ci est très bien vu), mais pour l'utiliser, il devra non seulement attendre que le champion soit prenable, mais également neutraliser Rhodes, ce qui sera loin d'être évident, mais apporte du piment à la mécanique de l'utilisation de la mallette qui, depuis que la WWE en distribue deux par an, ronronne un peu trop. Là, les bookers, après s'être égarés la semaine dernière, ont repris un bon cap et ont fait de nouveau de la rivalité des Rhodes Scholars la meilleure histoire de Smackdown, bravo à eux ! En attendant peut-être un match entre les deux hommes avec la mallette pour enjeu pour régler toute cette affaire ?

 

 

Ça t'apprendra à prétendre que Nietzsche est supérieur à Schopenhauer, connard !

 

 

Teddy Long réincarné !

 

 

La nature a horreur du vide, aussi, quand notre Captain Obvious préféré a disparu du paysage de Smackdown, il était plus que probable de voir la malédiction partir hanter un autre personnage du show bleu. Et le blitz de l'évidence est tombé cette semaine sur le Miz, atteint de teddylonguite aiguë pendant son émission. Miz TV était effectivement à l'antenne ce soir, et le futur hôte de Smmerslam accueillait AJ Lee et Big E Langston, pour les questionner sur leur relation et sur la guerre qui les opposent à Dolph Ziggler. Après que la championne eut définitivement enfermé le pauvre Biggie dans la Friend Zone (je sais ce que c'est, mec, désolé), AJ se défendit des attaques d'un Mizanin moqueur en déclarant que le problème ne venait pas d'elle, mais de tous ces ex qui l'avaient traité comme un jouet avant de la jeter, ainsi que Kaitlyn également, son ancienne meilleure amie qui plutôt que de la soutenir pendant ses déboires sentimentaux avait choisi selon elle de lui tourner le dos comme John, Cihaime, Daniel, Kane (qui d'après AJ fait tout avec son masque, si vous voyez ce que je veux dire) et Dolph…

 

 

– J'aime Biggie, c'est le meilleur ami que j'ai jamais eu !

– Bon, ben j'ai plus qu'à me la prendre et me la mordre…

– Qu'est-ce qu'il y a, mon pote ?

– Rien, AJ… Je suis juste tellement content qu'on soit seulement amis, c'est super. Youpi.

 

 

Évidemment, quand on parle du loup, il sort du bois, et Ziggler débarqua pour en rajouter une couche et s'en prendre tant à son ex qu'à son ancien garde du corps. Ma dulcinée rejoint Dolph pour soutenir ce dernier et équilibrer les choses. C'est là que le Miz fut contaminé : voyant la tension qui régnait entre les deux duos, le futur hôte de Summerslam déclara que pour régler la situation une bonne fois pour toutes, il allait organiser un match mixte par équipes entre Dolph et Kaitlyn d'un côté et AJ et Biggie de l'autre. Et comme d'habitude, l'annonce fut entérinée par une bagarre générale qui éclata sur le ring et se conclut à l'avantage des Faces, Ziggler étalant Langston d'un Zigzag et Kaitlyn disposant AJ d'un bon gros Spear. On s'attendait tous à ce que ces quatre-là allaient s'affronter à Summerslam, mais il était quand même important d'officialiser les choses, et si ce segment était sans surprise, il était très bien joué de la part de tous les acteurs. Pour une fois que Miz TV était intéressant, on ne va pas se plaindre !

 

 

– Je te hais, Kaitlyn !

– Ah ouais ? Je t'éclate quand tu veux, tarée !

– Alors Biggie, pas trop dégoûté de t'être pris un râteau devant des millions de gens ?

– T'inquiète, ça va aller, je vais me passer les nerfs sur toi, blondinet…

– Attendez ! J'ai une idée de match pour Summerslam, vous allez tous être sur le cul, playa ! Holla holla holla !

 

 

Et sur le ring ?

 

 

Eh bien on a eu de très bons matchs ! Dans l'opener, Randy Orton et Rob Van Dam ont livré un combat sans enjeu qui a enflammé l'arène par exemple. Malgré tout le mal que je pense du retour de RVD, je dois avouer qu'il a livré jusqu'à présent de belles performances, et qu'il jobbe comme un malade depuis son arrivée à la WWE, comme cette semaine contre la vipère, où il s'est incliné après un RKO contrant son Frog Splash au terme d'un match des plus plaisants. Reste à savoir ce que la fédération de Stamford va faire de Van Dam : c'est bien joli la nostalgie et les matchs de gala prestigieux, mais RVD aura-t-il droit à une vraie rivalité avant de repartir ?

 

 

– Ça va Rob ?

– Ouais… C'est juste que je bougeais pas autant à la TNA, j'ai un peu perdu l'habitude !

 

 

Le match suivant, s'il n'a pas l'éclat du précédent, m'a quand même lui aussi beaucoup plu. Il s'agit du grand retour de Kofi Kingston à Smackdown (qui a troqué le slip de combat pour le pantalon), et qui a affronté Fandango, dans une revanche après leur précédent affrontement cette semaine à Raw. Là encore, j'ai passé un bon moment en voyant Kofi virevolter (il m'avait manqué, le bougre) et Fandango confirmer le bien que je recommence à penser de lui depuis quelques semaines (son match contre CM Punk la semaine dernière était vraiment très bon). De plus, les choses ont pris une tournure un peu plus personnelle cette fois, Summer Rae ayant servi de distraction pour permettre à notre danseur de prendre l'avantage sur un Kingston jusque là dominant, et de remporter la victoire d'un Leg Drop depuis la troisième corde. J'aime l'idée d'une rivalité entre Kofi Kingston et Fandango, au point que je prends le pari que ces deux-là feront le Kickoff Match de Summerslam. Si vous pensez le contraire, lancez-moi un PMC dans les commentaires !

 

 

Un Kickoff Match sur YouTube ? Génial, enfin la fin du plafond de verre pour moi !

 

 

Swagger étant absent cette semaine, il nous fallait un jobber, et c'est Wade Barrett qui prit cette place ingrate. Rasé de près depuis sa mésaventure à Raw (lisez la nalyse de mon estimé collègue Bastoune pour savoir de quoi il retourne), l'Anglais dont la montée est bloquée par son propre barrage servit de pâture à un Daniel Bryan qui marche sur l'eau en ce moment, déterminé à battre Cena à Summerslam. La promo du beau-frère du champion de la WWE en coulisses plus tôt dans l'émission était d'ailleurs très drôle car parfaitement dans le style de Cena, Bryan concluant par un "the beard is here !" (la barbe est là !) du plus bel effet qui m'a bien fait rire. Et c'est donc sans surprise que Daniel disposa rapidement de Barrett, remportant la victoire grâce à son Yes Lock.

 

 

T'es nul Daniel, tu n'arrives même pas à faire le STF aussi bien que Cena, j'ai même pas mal là !

 

 

Le dernier match dont je dois encore vous parler est également un squash, mais à trois contre un cette fois : Kane a mis en pièces le meilleur groupe de rock du monde, j'ai bien entendu nommé les 3MB. Le gros monstre rouge a été impressionnant de puissance, badass comme c'est pas permis, terminant sa démonstration de force en chokeslammant Jinder Mahal après avoir disposé de Drew McIntyre et Heath Slater. Ce match avait évidemment en ligne de mire la future rencontre entre Kane et Bray Wyatt à Summerslam dans un ring en feu, et comme de juste le gourou en rocking-chair apparut à la fin du match sur l'écran géant pour déclarer que malgré sa victoire contre les 3MB, Kane ne lui faisait pas peur, pas plus que la stipulation brûlante de leur match de dimanche prochain. Car Bray Wyatt a un secret : il est déjà mort ! Bonne promo de celui qui fut dans une autre vie Husky Harris, qui est parvenu à enfin commencer à m'intéresser à son personnage et à cette rivalité que, je l'avoue, je suivais jusqu'à présent d'un œil aussi distrait que lointain. Bien joué Bray !

 

 

Ce dangereux individu ayant réussi à berner les agents de sécurité, les 3MB doivent eux-mêmes le chasser de la scène pour pouvoir reprendre leur concert devant des millions de fans en délire.

 

 

Verdict

 

 

L'épisode de cette semaine a donc été de très bonne facture : on a eu de très bons matchs (le Del Rio/Christian et le Van Dam/Orton valent le coup d'œil), et tous les segments, que ce soit sur le ring ou uniquement au micro (comme la vidéo où Brock Lesnar explique très bien pourquoi il est certain de battre CM Punk dimanche prochain en mettant en avant son palmarès et son gabarit supérieur sans pour autant enterrer le straightedge, tu devrais essayer un jour Trips, c'est pas mal comme méthode pour vendre un match), ont très bien vendu le pay-per-view à venir, ne me donnant qu'une hâte : voir Summerslam ! Ce Smackdown a donc été un excellent spectacle, et aurait été un parfait go-home, mais il reste encore une semaine avant le blockbuster estival de la WWE, alors espérons que les bookers n'ont pas utilisé toutes leurs cartouches, et qu'ils serviront un spectacle tout aussi bon la semaine prochaine pour nous mettre dans les meilleures dispositions avant Summerslam !

 

 

– N'insiste pas Dolph, je ne veux pas coucher avec toi ! Si tu continues, j'appelle Kovax et tu t'expliqueras avec lui !

– OK, OK ! Pas la peine de s'énerver, désolé…

 

 

21 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut