Catch

Une vision du futur

– Alors dites-moi, visiteur du futur, qui est président des États-Unis en 1985 ?

– Ronald Reagan.

– Ronald Reagan, l'acteur ? Ah ! Ah ! Ah ! Et qui est vice-président ? Jerry Lewis ?

Emmett Brown et Marty McFly, Retour vers le futur

 

Les épisodes de Raw et de Smackdown qui précèdent les pay-per-view sont souvent l'occasion de chercher des signes sur le déroulement des matchs prévus le dimanche. Et grâce au show bleu cette semaine, j'ai pu découvrir ce qui allait se passer à Summerslam, grâce à la loi infaillible du booking inversé. Donc, si vous ne voulez pas vous gâcher la surprise, ne lisez pas cet article avant de regarder le pay-per-view ! Ou plutôt si, faites-le, sinon vous ne pourrez pas faire un perfect au concours de pronos !

 

 

Un perfect ? On parle de moi ?

 

 

Nalyse de Smackdown du 16 août

 

 

Le booking inversé, c'est très simple : il s'agit de donner une victoire éclatante ou une défaite importante à un catcheur juste avant le pay-per-view, pour mieux "surprendre" le public le dimanche en faisant l'inverse de ce qu'il a vécu à Raw ou à Smackdown. L'avantage, c'est que ça peut marcher pour tout : par exemple, la victoire du Miz sur le jobber en chef du show bleu, j'ai nommé Jack Swagger, a donné au futur animateur de Summerslam l'occasion de briller. Du coup, dimanche, il n'aura pas besoin de prendre trop d'exposition et pourra faire ce qu'il fait de mieux, c'est-à-dire rien.

 

 

Tu dis ça parce que j'aurai des places au premier rang pendant que tu seras devant ton écran, jaloux va !

 

 

Juste avant dans la soirée, c'est le sort de la ceinture de champion des États-Unis à Summerslam qui nous était dévoilé. Dimanche, Dean Ambrose défendra son titre contre Rob Van Dam, et donc le match de Smackdown à six, avec le Shield tout entier d'un côté, et RVD flanqué des deux derniers Face-turns les plus ratés de l'année, Mark Henry et Big Show, de l'autre. Henry m'a bien fait marrer en balançant Roman Reigns sur Michael Cole, et l'équipe Face a facilement disposé du Shield, RVD remportant le tombé sur Ambrose après un combo K.O. Punch / Frog Splash. Le champion des États-Unis ayant perdu ce soir, on peut logiquement penser qu'il aura sa revanche contre Rob Van Dam à Summerslam et conservera ainsi son titre, d'autant que cette fois le challenger ne pourra pas compter sur l'aide des Big Mark. Et même si les géants viennent aider RVD (mettons pour équilibrer les débats en cas d'intervention de Seth Rollins et de Roman Reigns), les complices d'Ambrose devraient trouver le moyen de les contrer, car comme dirait Seiya une même tactique ne marche jamais deux fois contre un chevalier !

 

 

– Tout le monde s'attend à ce qu'on l'aide pour son match dimanche… Et si on en profitait pour faire un Heel-turn et le laisser se démerder contre le Shield pendant qu'on se fout de gueule depuis la rampe d'accès au ring ?

– OK, deal ! Ça fait longtemps que j'avais pas turné…

– Et moi donc !

– Plaît-il ?

– Laisse Rob, c'est une discussion de géants.

 

 

Le seul match féminin de la soirée quant à lui donnait des indices pour le déroulement de deux combats prévus à Summerslam. En effet, Natalya, qui affrontera Brie Bella dimanche, faisait équipe avec Kaitlyn contre l'équipe composée d'AJ Lee (adversaire de ma dulcinée pour le pay-per-view dans le match mixte qui inclura Dolph Ziggler et Big E Langtson) et sa nouvelle meilleure copine Layla. Cette dernière a coûté la victoire aux gentilles en empêchant Kaitlyn de coller un Spear à AJ, qui en profita pour étendre ma douce pour le compte après un joli Shining Wizard. Cette victoire des vilaines filles, qui met Kaitlyn et Natalya en position de faiblesse à l'approche de Summerslam, est donc la preuve irréfutable que Nattie explosera Brie et que Kaitlyn aura le dernier mot face à AJ, qui se prendra le Spear qu'elle n'a pas eu ce soir. CQFD.

 

 

Et ça, c'est pour avoir rendu les vestiaires invivables pendant ta période pétomane !

 

 

La règle du booking inversé marche évidemment même s'il n'y a pas eu de match à proprement parler. Prenons l'opener : Bray Wyatt est apparu sur le ring après avoir soufflé dans sa lampe électrique (ce qui me fera toujours rire) pour une petite promo dont il a le secret nous expliquant que loin d'être un monstre ou un démon, Kane, son adversaire pour Summerslam, n'est qu'un petit garçon effrayé avec un masque. Le frère de l'Undertaker décida de faire payer cet affront à Wyatt, et fort logiquement, une bagarre démarra sur le ring. Hélas, Kane, submergé par les "frères" de l'homme qui suit les busards, fut rapidement neutralisé… Mais à Summerslam, le ring sera entouré de flammes, l'élément naturel de Kane, et Luke Harper et Erick Rowan ne pourront pas intervenir sans se brûler les ailes. La victoire du gros monstre rouge dimanche semble donc évidente… Sauf qu'au-delà du booking inversé, si on regarde la rivalité dans son ensemble, il serait dommage de faire perdre la famille Wyatt dès son premier pay-per-view, et surtout lors du premier match de son leader. Voilà pourquoi une victoire de Bray me semble plus probable malgré la loi du booking inversé. Après tout, toutes les règles ont au moins une exception qui les confirment, non ?

 

 

Étrangement, à ce moment précis, Kane sentit que Daniel Bryan lui manquait.

 

 

Plus difficile à déchiffrer fut la rencontre entre Damien Sandow et Christian. À Summerslam, le barbu sera opposé à Cody Rhodes, tandis que Captain Charisma tentera de prendre le titre de champion du monde poids lourds à Alberto Del Rio. La victoire de Christian, certes sur un petit roll-up, mais accompagné d'un Spear calmant les ardeurs d'un Sandow mauvais joueur, semble sceller le destin du Canadien et lui assurer une victoire pour le pay-per-view. Mais les choses se compliquèrent à l'arrivée de Del Rio, qui tenta de passer à tabac son challenger. Mais Christian avait encore de la ressource, et parvint à contrer le Cross Armbreaker du champion et d'étendre ce dernier avec son Killswitch. Du coup, le résultat du match et le signe qu'on pourrait y voir est brouillé par ce triomphe de Christian sur le champion. Difficile du coup de dégager un pronostic clair, net et précis, et dans le doute, l'avantage va au tenant du titre.

 

 

Et concernant ma propre personne, alors ? Si Christian est destiné à perdre malgré sa victoire contre moi, cela annule-t-il le funeste sort qui est censé s'abattre sur moi à Summerslam ? Voilà la seule chose importante, sapristi !

 

 

Le match de dimanche entre CM Punk et Brock Lesnar n'a pas donné lieu à un combat du straightedge à Smackdown, mais le poulain de Paul Heyman, le champion Intercontinental Curtis Axel, a battu (assez difficilement) Zack Ryder dans un match dont le monde se fout, la rencontre servant surtout de prétexte à Heyman de prendre le micro juste après la victoire d'Axel pour dire que Punk court vers sa propre perte dimanche en affrontant Lesnar. Le strict minimum quoi. Si on veut à tout prix voir les choses par le prisme du booking inversé (ce qui tombe bien, vu que c'est l'idée de départ de cet article), on peut essayer de déduire que c'est Punk qui gagnera à Summerslam, étant donné que le protégé de son ennemi juré a gagné à Smackdown. Mais sur ce match, je n'ai pas vraiment besoin de m'appuyer sur une règle de booking pour choisir mon camp : quand on vous demande qui est le meilleur entre le meilleur et une bête, la réponse est dans la question…

 

 

Ouais : le meilleur, c'est moi ! La preuve, personne n'essaie de me prendre mon titre tellement je suis impressionnant !

 

 

Il me reste à évoquer le main event de la soirée, un match sans disqualification entre le challenger pour le titre de champion de la WWE, Daniel Bryan, et l'autre jobber en chef de Smackdown après Swagger, Wade Barrett. La rencontre servait à conclure la mini-rivalité en mode barbier des anciens camarades de promotion de NXT, ainsi qu'à donner une idée de la montée en puissance de Bryan avant son match contre John Cena à Summerslam. Hélas, si le combat était de belle facture au début, le match fut rapidement submergé par une pluie d'interventions, peut-être un présage de ce qui nous attend pour le pay-per-view. Vince McMahon est venu assister au match et a lancé un "Yes ! Yes ! Yes !" hilarant quand Barrett avait l'avantage, et profita d'un bump de l'arbitre pour invoquer Brad Maddox pour prendre la place de l'officiel hors-jeu. Contrairement à ce qu'il s'est passé à Raw, Bryan parvint néanmoins à ne pas se faire compter jusqu'à trois au sol, si bien qu'après un nouveau bump qui mit Maddox hors d'état de nuire, Vince décida de venir arbitrer lui-même ! Mais il en fut empêché par Triple H, qui vint à la rescousse et donna une victoire méritée à Bryan qui reprit le dessus malgré la confusion.

 

 

– Heureusement que j'étais là !

– C'est clair, jamais je n'aurais pu battre le "terrible" Wade Barrett sans toi, Trips…

 

 

Que dire d'une telle pagaille ? Déjà, elle confirme ce qu'on pouvait craindre pour le match de dimanche soir : Bryan contre Cena était déjà en soi une affiche de rêve, qui n'avait pas besoin d'autre chose pour fonctionner. La présence de Triple H en tant qu'arbitre ne se justifie pas, dans la mesure où jusqu'à présent l'arbitrage n'a jamais été un problème au sein de la rivalité : et non, ce qui s'est passé à Raw ne compte pas, puisque Maddox n'est pas un vrai arbitre. Et non seulement la présence du gendre de Vince ne sert à rien, mais elle indique également que comme on vient de le voir à Smackdown, elle ne peut que mener à une fin de match totalement chaotique, dont personne ne ressortira satisfait.

 

De deux choses l'une : soit Triple H est à l'origine d'une erreur d'arbitrage qui rendra le résultat du match injuste et ce dans un sens comme dans l'autre (même si une victoire de Cena semble pointer le bout de son nez, vu que Bryan a gagné ce soir), volontairement ou non d'ailleurs, Vince pouvait causer un sacré bordel de son côté pendant le match aussi, et les forums hurleront à l'overbooking et descendront le match ; soit Trips arbitre tout à fait normalement, et quel que soit le résultat final sa présence aura été inutile, si bien qu'on se demandera pourquoi ce n'est pas Charles Robinson qui était sur le ring pour faire son travail à la place de Gros Pif. Je comprends qu'il est compliqué de monter une rivalité entre deux Faces, et dans ce sens l'intrigue de fond de la guerre des McMahon était une bonne idée, mais là, c'est clairement trop, et ça me fait craindre le pire pour le main event de Summerslam. Parce que là, plutôt que de se focaliser sur le déroulement du match, le main event repose sur le comportement de Triple H, car au final, c'est sur sa décision et la légitimité de celle-ci que se terminera le match.

 

 

Par exemple, si Triple H fait gagner Cena et que Randy Orton utilise sa mallette sur le Marine, la Vipère sera encore plus populaire que jamais. Par contre, si Bryan gagne grâce à Trips malgré l'opposition de Vince et devient champion, si Orton utilise sa mallette juste après et lui prend le titre, il sera enfin redevenu le Heel le plus détesté de l'univers de la WWE !

 

 

Vous l'aurez compris, comme souvent dans les cas des shows précédents un pay-per-view, cet épisode de Smackdown était des plus classiques. La carte de Summerslam a été bien vendue, mais sans grande originalité, le spectacle de cette semaine semblant avoir été écrit en pilotage automatique. Et je n'ai même pas parlé du segment inutile de la semaine, où le méchant Ryback (qui était en coulisses sans avoir de match pour autant, que ce soit à Smackdown ou à Summerslam) a cassé la gueule d'un assistant comme ça, pour le fun. Si on suit aveuglément la règle du booking inversé, les résultats de dimanche soir nous donneront donc les victoires de Dean Ambrose, Natalya, Damien Sandow, Dolph Ziggler et Kaitlyn, Kane, CM Punk, Alberto Del Rio et John Cena. Mais comme je l'ai dit un peu plus tôt, cette règle n'est pas infaillible, et heureusement d'ailleurs (surtout que comme beaucoup, j'ai voté pour Cody Rhodes, Bray Wyatt et Daniel Bryan !), du coup rien n'est vraiment joué d'avance. Alors oublions vite cet épisode de remplissage de Smackdown, et préparons-nous à passer une soirée d'enfer devant Summerslam, le vrai événement de cette fin de semaine !

 

 

Puisqu'on n'est pas invités, les vrais Américains, eux, regarderont Total Divas !

 

 

7 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut