Catch

L’empire du mal

– Dis, Cortex, tu veux faire quoi cette nuit ?

– La même chose que chaque nuit, Minus : tenter de conquérir le monde !

Minus et Cortex, Les Animaniacs

 

Toutes les ceintures de champion au sein de la WWE sont aux mains des personnages les plus diaboliques que la fédération emploie. Et c'est tout compte fait une très bonne chose, car on n'a qu'une hâte : voir le Bien triompher et assister à la victoire salvatrice des héros de notre univers favori ! Et cette reconquête est des plus passionnantes à suivre, ce qui nous donne des émissions captivantes, comme le Smackdown de cette semaine !

 

 

Bad is good.

 

 

Nalyse de Smackdown du 23 août

 

 

Par la barbe du Prophète !

 

 

Il y a quelques semaines, lorsque Vickie Guerrero s'est opposée au champion du monde poids lourds Alberto Del Rio quand il avait choisi Ricardo Rodriguez comme challenger pour SummerSlam, j'avais encore la faiblesse de croire à un éventuel Face turn du Cougar. Faiblesse en effet, car l'épisode de cette semaine est sans appel : Vickie est toujours Heel, et ne risque pas de changer de camp de sitôt. Depuis la reprise en main de la famille McMahon autour du titre suprême de la fédération, Vickie s'est clairement rangée du côté de ses patrons, comme en témoigne le petit discours qu'elle a adressé au public au début du spectacle à la gloire du nouveau champion de la WWE, Randy Orton.

 

 

– Randy, mon ami, dans mes bras !

– Mais qui diable êtes-vous ?

 

 

La Vipère est venue justifier son cash-in, ce qui à la limite peut se défendre vu qu'après tout, la mallette est faite pour profiter d'un moment de faiblesse du champion en place. Par contre, Randy nia avoir été au courant du plan de la sainte famille, et déclara ne pas savoir que Triple H allait coller un Pedigree à Daniel Bryan, ce qui a bien facilité la tâche d'Orton. Évidemment, le petit dragon débarqua pendant la séance d'auto-satisfaction du champion, afin de dire les deux choses qu'il n'avait pas eu l'occasion de dire lundi à Raw : remercier John Cena pour l'avoir choisi et s'être battu jusqu'au bout, et surtout exiger un match pour le titre contre Orton, le plus tôt possible. Randy accepta de donner une chance à Bryan de lui prendre sa ceinture, mais pas ce soir bien sûr. Rendez-vous est donc fixé à Night of Champions pour un combat qui s'annonce d'ores et déjà explosif. Et pour faire bonne mesure et montrer que Bryan n'est pas homme à sous-estimer, ce dernier contra un RKO et envoya Orton hors du ring d'un dropkick bien senti.

 

 

Dropkick from out of nowhere ! Vintage Bryan !

 

 

Dany la Barbe gâchant la célébration du champion de la corporation, et invité au prochain pay-per-view qui plus est, voilà qui avait de quoi mettre hors d'elle Vickie Guerrero, qui voulut trouver au plus vite un moyen de neutraliser Bryan. La chance sourit à la patronne de Smackdown en la personne de Wade Barrett, qui se porta volontaire pour mettre l'ancien champion hors d'état de nuire une fois pour toutes. Le plan est simple : l'Anglais propose d'être sans pitié envers Bryan, au point que ce dernier ne puisse pas être apte à combattre quand viendra Night of Champions. Et pour faciliter la tâche de Barrett, Vickie décide d'organiser ce soir un match en cage !

 

 

– Je veux vous aider madame Guerrero, moi seul peut vous débarrasser de Daniel Bryan !

– Ah ! Ah ! Ah ! Très bonne vanne Wade !

 

 

Si le choix de cette stipulation est une bonne idée pour bien montrer que Bryan n'a aucune alternative et risque de passer un sale quart d'heure, la cage a été hélas assez mal utilisée. Bon, déjà, je dois avouer ne pas être fan de cette stipulation : à choisir, je préfère un Hell in a Cell, le match en cage étant quand même une stipulation idiote où on peut gagner non pas en battant son adversaire, mais en fuyant comme un gros lâche (surtout que la porte n'est même pas fermée à clé). Mais ce qui m'a sorti du main event de cette soirée, c'est le comportement de Barrett. Le mec propose ses services à Vickie pour détruire Bryan au point de l'empêcher de participer à un pay-per-view qui a lieu dans trois semaines : on pourrait s'attendre à un déchaînement de violence, non ? Alors pourquoi ce gros pitre de rosbeef a-t-il essayé de gagner en escaladant la cage pour tenter une sortie, alors qu'il avait l'avantage sur un Bryan alors à moitié dans les vapes, sans défense, allongé au sol ?

 

 

Ce n'est pas moi qui suis enfermé dans cette cage avec toi, Wade, c'est toi qui est enfermé avec moi !

 

 

Daniel, de son côté, a beaucoup mieux utilisé son environnement, n'a jamais essayé de s'enfuir, et a fini par exploser la tête de Wade Barrett d'un Running Knee épatant, au terme d'un match que Bryan remporta en faisant le tombé. Ce n'est qu'après avoir disposé de son adversaire que le dragon à face de chèvre sortit de la cage pour célébrer sa victoire… et se prendre un RKO venu de nulle part, histoire de rappeler à Bryan que le champion de la WWE est une menace bien plus sérieuse que ce pitre de Wade Barrett. L'affiche principale de Night of Champions est lancée, et la rivalité part sur des chapeaux de roues !

 

 

J'ai perdu le titre mondial en dix-huit secondes, j'ai été champion de la WWE pendant moins de cinq minutes… Bon sang, j'espère que Brie saura tenir sa langue, sinon ça va commencer à jaser…

 

 

Mexican Standoff

 

 

Parce qu'il n'y a pas que le titre WWE dans la vie, intéressons-nous au championnat du monde poids lourds. Christian affrontait une nouvelle fois Alberto Del Rio dans un match où la ceinture n'était pas en jeu cette fois. Captain Charisma s'est présenté à la foule avec un nouveau t-shirt où les célèbres mots "one more match" sont inscrits, provoquant chez moi une irrépressible envie de l'acheter… Quant au combat en lui-même, il fut très bon, comme souvent avec ces deux-là sur le ring, pas au niveau d'un grand match de pay-per-view mais pas loin. Del Rio a gagné grâce à une sorte de Super Cross Armbreaker lancé depuis la deuxième corde, anéantissant ainsi les espoirs du Canadien au thème d'entrée le plus cool du monde.

 

 

Ou d'un Yes Lock, je ne sais pas trop : en ce moment, je vois Daniel Bryan partout !

 

 

Le match a été suivi d'un nouveau concept de la WWE : le Raw Rebound rejoué à Smackdown ! En effet, comme lundi, Ricardo Rodriguez est venu interrompre le discours prétentieux du champion, avant de présenter son nouveau patron, Rob Van Dam, déterminé à devenir le prochain challenger de Del Rio et à mettre un terme au règne du Mexicain. Seule différence avec le segment de lundi : Christian a profité de cette distraction pour coller un Missile Dropkick au champion, qui reçut en plus un Rolling Thunder de la part de RVD pour la peine. Doit-on y voir le signe d'un match triple menace à Night of Champions : Del Rio contre non seulement Christian qui aurait droit à "one more match" encore une fois, mais aussi contre un RVD qui semble devoir partir à la chasse de tous les titres disponibles de la WWE ? Ce serait intéressant, même s'il est difficile d'imaginer une stipulation aussi défavorable à un champion Heel, surtout quand les figures d'autorité sont elles aussi du côté obscur de la Force…

 

 

– Qui a deux pouces et va jobber pour un titre mondial ?

– Bob Kelso ?

– Non, Ricardo…

 

 

La bande-annonce de la semaine

 

 

Parce que Smackdown sert aussi à faire la promo de Raw, le match impliquant le champion Intercontinental Curtis Axel et l'ex-moustachu Cody Rhodes fut le prétexte tout trouvé pour enfin mettre un peu de lumière sur cette ceinture un peu oubliée. C'est le poulain de Paul Heyman qui a remporté la victoire grâce à une distraction de son mentor dans un match correct sans être inoubliable. Mais l'important s'est déroulé après le combat, au micro : Heyman s'est plaint du comportement de CM Punk, qui l'a blessé tant dans sa chair que dans son cœur, et a vanté les mérites de Curtis Axel, qui selon lui est tellement fort que personne n'est capable de lui prendre son titre de champion. Moi, je pensais qu'en fait, tout le monde s'en foutait de Curtis Axel, au point d'oublier qu'il a une ceinture, ce qui expliquerait pourquoi personne n'est parti en chasse du titre Intercontinental, j'ai loupé le passage où il est très très fort…

 

 

Tu parles d'une incarnation de la perfection : il n'est même pas foutu de copier convenablement le Cross Rhodes !

 

 

Toujours est-il que Curtis Axel a alors commis l'impensable : il a pris le micro des mains de Paul Heyman et a livré une promo ! Bon, je suis mauvaise langue, parce que Perfect Junior s'est plutôt bien débrouillé dans cet exercice. Il déclara que Punk n'était même pas digne de le défier pour la ceinture intercontinentale, mais qu'il allait malgré tout l'affronter sur le ring pour finir le travail de destruction que Brock Lesnar a commencé. Rendez-vous est donc pris lundi prochain pour un duel Axel / Punk. Cela dit, ce segment pose une bonne question : avec Night of Champions qui approche, qui se dévouera pour partir à la chasse de la ceinture blanche et or ? L'évidence désigne CM Punk, histoire de le mettre sur la carte du pay-per-view où seuls des matchs de championnat sont admis (normalement), mais si ce n'est pas le cas, qui verriez-vous pour défier Axel et livrer un match intéressant ?

 

 

Oublié de tous, Curtis Axel est contraint de se défier lui-même pour le titre intercontinental pour tenter de redonner un peu d'intérêt à son personnage.

 

 

Et sur le ring ?

 

 

Le duo Big Mark a squashé les 3MB. On s'en fout, certes, mais ça permet d'installer Big Show et Mark Henry comme une équipe soudée, d'autant que les champions par équipes Seth Rollins et Roman Reigns ont interpellé les géants après le match sur le titantron, pour leur dire que malgré leurs gabarits, les lieutenants du Shield n'avaient pas peur d'eux et qu'ils conserveront leurs ceintures de cuivre. Ce qui nous fait une affiche de plus pour Night of Champions : le titre WWE verra s'affronter Orton et Bryan, Alberto Del Rio sera sans doute contre RVD, Curtis Axel contre Punk si tout se passe bien… Reste à trouver des adversaires pour le titre de champion des États-Unis et pour la ceinture des Divas : personnellement, je verrais bien Dolph Ziggler affronter Dean Ambrose. Pour les filles, Natalya sera sans doute de la partie, mais je rêverais d'un match à quatre avec Kaytlin et Layla en plus, histoire que ça fasse plein de points à gagner pour Feud of the Year !

 

 

Youpi, dansons la carioca…

 

 

AJ et Dolph étaient là d'ailleurs, Ziggler devant affronter Big E Langston cette semaine. Malgré une grosse beigne collée par la championne sur le Show Off pendant que l'arbitre regardait ailleurs, Dolph parvint à résister face à la puissance de Langston, qui finit par s'incliner après un Zigzag fatal, dans un petit match sympa mais sans conséquence.

 

 

Dolph en a assez : depuis leur rupture, AJ n'arrête pas de lui chercher dans poux dans la tête.

 

 

Enfin, dans le dernier match qu'il me reste à traiter, Darren Young a vaincu Antonio Cesaro, le sosie de John Cena poursuivant sa bonne lancée contre les Vrais Américains (Cesaro, "vrai" Américain, il n'y a que moi que ça fait doucement rigoler ?) depuis le Face turn aussi soudain qu'inexpliqué des Prime Time Players, si on s'en tient au kayfabe en tout cas. Victoire donc de Young grâce à son Gutcheck, bien plus agréable à regarder que le segment du même nom à la TNA. Et en plus, Colter n'a pas eu le temps de déblatérer ses conneries habituelles, rendant l'ensemble du segment très agréable à regarder !

 

 

Y a pas à dire : la politique, c'est quand même vachement plus sympa à suivre en regardant du catch !

 

 

Histoire d'être exhaustif, terminons avec le point Ryback de la semaine : cette fois, notre bully préféré s'en en pris à un fan venu en coulisses (faudra qu'il m'explique comment il a fait, d'ailleurs) lui demander un autographe pour son fils. Étonnamment, Ryback accepta, mais l'homme ne connaît pas la WWE et voulait juste une signature pour son fils, si bien qu'il ne savait pas quel était le nom du golgoth qui lui signait son poster… Vexé, Ryback déchira alors le papier et chassa l'importun. Pour une fois, je suis plutôt du côté de l'ex-Skip Sheffield : un mec assez idiot pour demander son nom à quelqu'un qui a celui-ci inscrit en gros sur sa veste mérite de se faire engueuler… Pour le coup, je lui aurais même mis un pain, à cet imbécile !

 

 

Nouvel échec pour Ryback : après le mort de faim et le "bully", c'est la gimmick de Port-Salut qui ne prend pas auprès du public.

 

 

Verdict

 

 

Smackdown nous a servi un bon petit épisode cette semaine, même s'il avait malgré tout un arrière-goût de réchauffé. La rivalité principale du soir se déroule essentiellement à Raw, si bien qu'en termes d'histoire, on n'a pas avancé, mais en contre-partie on a eu droit à un match en cage très enthousiasmant, si on ferme les yeux sur la tentative d'évasion d'un Barrett censé détruire Daniel Bryan. Le match de Curtis Axel, s'il fut lui aussi tout à fait convenable, n'a été finalement qu'une bande-annonce pour le prochain épisode de Raw. Quant au reste de cet opus du show bleu, il est tout à fait recommandable, mais ne contient pas de coups de théâtre qui bouleverse les histoires en cours. Si en temps normal ce n'est pas très grave, cet épisode souffre de la comparaison avec un Raw en pleine ébullition (même si, contrairement à mon formidable collègue amateur de jeu de mots Henri Death, je ne pense pas qu'on puisse y voir le début d'une nouvelle ère pour autant), faisant passer Smackdown pour un show un peu plus léthargique. Néanmoins, je n'ai pas boudé mon plaisir, et rien que pour le match de Daniel Bryan, je suis content d'avoir vu cet épisode !

 

 

La semaine prochaine, c'est la quille ! Yes ! Yes ! Yes !

 

 

14 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut