Catch

Photo Obsession

All I did was take pictures…
Sy Parrish

Faisons fi du suspense et disons-le tout net : la tendance à la qualité remarquée depuis quelque temps se confirme à la WWE. Oublions le mauvais souvenir de Night of Champions, considérons le Raw qui le suivit immédiatement comme il se doit, c'est-à dire un chapitre de transition destiné à remettre sur pied des storylines quelque peu gâchées par ce mauvais PPV ; et ne boudons pas notre plaisir devant ce très bon Smackdown qui, exploit rare, réussit même à faire preuve d'une certaine finesse dans la gestion du personnage de Triple H. C'était tellement bien que votre serviteur a décidé de faire une nalyse en images, parce que quand tout est parfait, il n'y a rien à dire.

 

 

Il est vrai que la perfection est une notion toute relative.

 

 

Nalyse roman-photo du Smackdown du 27 septembre

 

 

Youpi bonjour !

 

 

Alors, tout le monde dit que je suis un gros bâtard mais bordel, il était pas bien mon match à onze contre trois que j'ai organisé à Raw ? Hein ?

 

 

Nan mais c'est vrai, quoi ! Ça vous arracherait la gueule de l'admettre, bande de cons ?

 

 

Tiens ? Mais quelle est donc cette musique qui se fait ouïr tout inopinément ?

 

 

C'était celle du Miz.

 

 

C'est celle du Miz !

 

 

Triple H, tu as beau t'en défendre avec la plus résolue véhémence, tu n'es toujours rien qu'un vilain !

 

 

C'est faux, et je m'en vais le prouver de ce pas  : ce soir, Miz, tu auras à nouveau l'occasion de te faire défoncer la gu… d'affronter Randy Orton, prouvant ainsi que dans ton cœur bat la force vitale qui illumine le bois dont on fait les guerriers les plus farouches !

 

 

Je soupçonne un piège, car je suis d'un naturel méfiant… Mais quand bien même, qu'il en soit ainsi ! Après tout, peut-être Triple H est-il devenu honnête et impartial ? Alea jacta est, et les moutons seront bien gardés.

 

 

Olé !

 

 

Cet Alberto Del Rio et ses grosses couilles commencent à m'échauffer les oreilles ! Je m'en vais te me lui rabattre le caquet que ça va pas traîner !

 

 

Olé ! Cette victoire fut facile pour le champion que je suis, dont les qualités athlétiques et la grosseur des couilles font la fierté de tout le peuple latino dont je suis l'humble représentant. Olé !

 

 

Au catch, il est important de toujours avoir les règles en tête.

 

 

Je vais maintenant m'acharner quelque peu sur le corps inanimé de mon malheureux adversaire, tiens… Mais ? Qui donc s'en vient vers moi, animé d'une démarche où la célérité le dispute à une altière élégance ?

 

 

C'était Rob Van Dam.

 

 

Je ne souffirai plus longtemps le spectacle désolant de cette orgie de violence, car mon sens de la justice est blessé, ainsi que l'est l'oisillon tombé du nid dont les frêles ailes ne lui permettent point d'éviter d'atteindre le sol et de s'y écraser tel un étron canin sur le trottoir d'une métropole ! Ricardo, passe-moi une chaise, que je lui éclate sa gueule, à cet enculé !

 

 

Souffrance, vengeance et courroux dévastateur !

 

 

Bientôt cette ceinture sera mienne, car ma détermination est au catch ce que le béton armé est aux travaux publics !

 

 

Dites donc, chef, tout le monde critique cette feud sur le net. Ne craignez-vous point que les gens ne s'emmerdent comme des rats crevés lorsqu'ils assisteront au match qui verra s'affronter Alberto Del Rio et Rob Van Dam à Battleground ?

 

 

Tu dis vrai, Vickie. Aussi une idée a-t-elle germé dans mon esprit toujours en alerte. Ce match sera un match hardcore. Exactement. Ainsi ai-je dit. Et ce match portera un nom. Un nom très particulier. Un nom propre, oserai-je dire.

 

 

Et quel sera-t-il ?

 

 

Ce combat sera un "Battleground Hardcore Rules Match" ! Parfaitement !

 

 

Ça, patron, c'est un nom qui envoie du mascarpone dans le cul des vaches !

 

 

Oui, sans fausse modestie, je le confesse : j'ai le sens de la formule.

 

 

Mais non, Titus, ça n'a rien de compliqué ! Vois-tu, mon bon Titus, l'homosexualité, c'est comme le vélo : il suffit de s'y mettre. 

 

 

Je m'en vais te le prouver avec ces deux gars de la technique.

 

 

Et voilà !

 

 

Dehors, les nègres, les bougnouls et les niakoués !

 

 

Messieurs, le plus cinglant démenti à vos théories xénophobes sera facile à mettre en oeuvre. Nous vous prouverons ce soir que les Noirs sont largement aussi intelligents et raffinés que les Blancs. Wouf wouf wouf !

 

 

Et on fait tourner les O'Neil…

 

 

Alors, petit pédé, je croyais que tu aimais qu'un homme te fasse crier en te tordant dans tous les sens !

 

 

Certes, mais la douleur est par trop insoutenable et je me vois contraint d'abandonner bien à regret. Mais n'allez pas y voir la preuve de la supériorité de la race blanche.

 

 

Dites, vous avez remarqué à quel point je suis un garçon étrange et inquiétant ?

 

 

Si si. Regardez bien mon regard.

 

 

Et je suis aussi très fort.

 

 

La preuve en est, s'il en était besoin, que je viens de battre Zack Ryder.

 

 

Je possède également une grande maîtrise de mon corps, grâce à laquelle je suis à même d'adopter des positions viscéralement iconiques.

 

 

Un jour, Bray finira par me rendre chèvre.

 

 

Voici venue l'occasion pour Dolph Ziggler d'ajouter un titre prestigieux à son palmarès.

 

 

Ah oui, c'est vrai, Dean Ambrose est venu avec ses copains du Shield…

 

 

Qu'à cela ne tienne ! Je m'en viens moi aussi avec deux compères qui sont aussi valeureux combattants que bons camarades et sauront m'apporter le soutien logistique dont je ne manquerai pas d'avoir besoin, la fourberie du Shield étant proverbiale.

 

 

– Nom d'un petit bonhomme ! Il est venu avec des copains ! Quoi faire ?

– C'est très simple : nous allons intervenir pendant le match, causant ainsi ta disqualification et le titre tu conserveras !

 

 

Non, messieurs ! Le représentant de l'autorité honnête et impartial que je suis ne peut souffrir davantage le sinistre spectacle de vos sournoises manigances ! Puisque c'est comme ça, ce match va se transformer par ma volonté en un "Six Men Tag Team Match" ! Voyez comme j'ai le sens de la formule !

 

 

Oh ben si vous voulez. De toute façon nous on s'en fout, on triche.

 

 

Ils trichèrent ! Et nous vainquirent ! Désespoir et stupéfaction !

 

 

Dites, Big Show, comment vous sentez-vous en ce moment ?

 

 

Je suis un homme brisé. Les collègues ne m'adressent plus la parole à la machine à café, les gens m'insultent dans la rue, les enfants me lancent des chocolatines, les chiens m'urinent dessus et chaque jour que Dieu fait, mes voisins font caca dans ma boîte aux lettres. Et tout ça par la faute de Triple H ! Sois maudit, Triple, toi et ton engeance abjecte ! Et ta femme, aussi.

 

 

Je comprends, mon bon Show. Et mon cœur ouvert te le dit avec la franchise qui sied à l'indéfectible amitié qui nous lie : peut-être devrais-tu envisager une réorientation professionnelle. Que dirais-tu de livrer des pizzas ?

 

 

Quoique… Ton gabarit hors du commun te permet-il de tenir sur une mobylette ? Et n'aurais-tu pas l'air d'un con avec un casque ? Peut-être après tout te faut-il te rendre à l'évidence : le métier de catcheur est le seul dans lequel tu possèdes quelque compétence.

 

 

Alors tu arrêtes de faire chier, et tu fais ce qu'on te dit si tu ne veux pas qu'on te foute à la porte !

 

 

D'ailleurs, pour te montrer qui c'est le patron, je vais te prouver que s'il existe un art dans lequel j'excelle encore plus que celui du sens de la formule, c'est bien celui du sarcasme.

 

 

Tiens, là, par exemple, je t'imite en train de chialer comme une fillette. Et tu as beau lever le poing, tu sais que tu ne peux rien contre moi. Je te parie que tout ce que tu pourras faire, c'est extérioriser ta frustration en un cri qui renverra tout ton être à sa plus primaire animalité. Mais jamais tu n'oseras lever la main sur moi. Jamais jamais jamais.

 

 

Vous n'osez pas sourire ? Vos dents sont tachées par le tabac, le tartre ?

– Aaaaaaaaaarrrgll !

– Tiens, qu'est-ce que je disais ?

 

 

Jamais il n'osera. Jamais.

 

 

Un peu de grâce féminine ne faisant jamais de mal, nous allons frotter nos culs l'un contre l'autre.

 

 

Je suis la championne et je vais gagner.

 

 

Et bim.

 

 

Je suis la championne et j'ai gagné.

 

 

Au fait, vous ai-je dit tout le mal que je pense de CM Punk ?

 

 

Ryback, lui, c'est un mec bien. Pas comme CM Punk.

 

 

D'ailleurs, c'est bien simple : CM Punk, je ne l'aime pas.

 

 

Et je suis bien content de vous dire que lui et Ryback auront un match à Battleground.

 

 

Messieurs, Santino Marella représente une menace de toute première importance. Mais ne vous inquiétez-pas, Jinder Mahal, qui est un fin stratège, a un plan.

 

 

Au terme d'un combat sans pitié, je m'apprête à porter à mon adversaire Heath Slater ma prise dite du "Cobra". Elle est très dévastatrice.

 

 

Hi hi hi ! Quoi de mieux pour charmer un cobra qu'une flûte jouée en play-back ?

 

 

Damned ! Le… Le Cobra ! Il ne m'obéit plus !

 

 

Sois sans crainte, mon ami, j'ai moi aussi pris soin d'apporter une flûte dont je vais jouer en play-back pour contrer le sortilège de ce maudit Jinder Mahal !

 

 

Horreur ! Ce con de Great Khali ayant arrêté de jouer de la flûte pour casser la gueule à Drew McIntyre, il s'avère que la magie de Jinder Mahal est en train de contraindre le Cobra, bien malgré lui, à se retourner contre ma personne !

 

 

 

Me voilà, Santino ! Soulignant la sagesse de l'adage de Jean de la Fontaine, je prouve que l'on a toujours besoin d'un plus petit que soi !

 

 

Et moi, ayant terminé de casser la gueule à Drew McIntyre, je reprends mon instrument et je t'envoie des effluves surnaturelles qui feraient pâlir de honte l'insignifiante urne de l'Undertaker !

 

 

Merci, mes amis ! Grâce à votre concours, j'ai pu remporter la victoire contre les serviteurs des Ténèbres éternelles !

 

 

Alors, monsieur H, il paraît que vous avez des choses à dire à la famille Rhodes ?

 

 

Absolument. Figurez-vous que j'invite Dusty, Cody et Goldust à venir me rencontrer, car j'ai une offre fort intéressante à leur soumettre. Cette rencontre aura lieu lors de ce que j'appellerai modestement "le Raw de lundi". Vous avez remarqué à quel point j'ai le sens de la formule ?

 

 

Triple H, nous acceptons et nous viendrons avec notre papa.

 

 

Il est temps de rappeler au Miz à quel point je suis un être vil.

 

 

Il est temps de montrer à Randy Orton à quel point je suis un homme courageux.

 

 

Arrêtez, monsieur Orton ! Cet homme est blessé ! Si vous lui portez votre DDT, je me verrai dans l'obligation de prononcer une sentence disqualificatoire à votre encontre !

 

 

– Eh ben je m'en fous, je lui porte quand même.

– Vous l'aurez voulu ! Vous voilà disqualifié ! J'espère que vous êtes content !

 

 

Je vois clair dans ton jeu, Randy ! C'est un peu facile de te faire disqualifier volontairement afin de rentrer chez toi plus tôt pour écouter l'émission de Laurent Ruquier ! Eh bien non ! Le représentant de l'autorité honnête et impartial que je suis décide que ce match doit continuer !

 

 

Mais ?

 

 

 

Et pour être sûr que tu comprendras la leçon, je déclare avec toute la solennité dont l'aura nimbe mon auguste fonction que ce combat que tu t'apprêtes à livrer conte un homme blessé et insconscient sera "sans disqualification". Tu as vu, j'ai le sens de la formule, hein ?

 

 

Ah bon ? Ben alors ça va.

 

 

On continue, du coup.

 

 

Tac, comme ça j'ai gagné.

 

 

Je ne sais pas vous, mais moi je commence à me demander si Triple H est bien aussi honnête et impartial qu'il le prétend.

14 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut