Catch

Battlegrognon

Mieux vaut se disputer autour d'une table que sur un champ de bataille.

Jean Monnet

Battleground arrive, et avec lui son lot de nouvelles questions. Dolph Ziggler remontera-t-il la pente ? Rob Van Dam est-il l'homme qui mettra fin au règne de Del Rio ? Dixie Carter a-t-elle bien fait de passer du côté obscur de la force ? Autant d'interrogations qui aujourd'hui ne seront pas débattues par nos valeureux rédacteurs, Big Botch Man et Axl.

 

 

Ne croyez pas un mot de leurs réponses, ce n'est que du pipeau.

 

 

Gros oui ou grognon, épisode 16

 

1) Battleground sera un meilleur PPV que Night of Champions.

 

Big Botch Man : Gros oui !

Enfin je l'espère, pour l'instant la carte de Battleground n'est pas beaucoup plus alléchante que celle de Night of Champions. Mais comme NoC avait tout du mauvais PPV de transition et que les feuds deviennent plus prenantes (la feud principale surtout, mais aussi la bonne idée de la stipulation hardcore pour le match WHC), je suis raisonnablement convaincu que ce PPV sera pas mal. Pas forcément génial, mais toujours mieux que cette purge que fut NoC. Et si j'ai tort, je me coupe une burne !

Axl : FERME TA BRAGUETTE MAJOR TOM ! Merci. Oui donc : Gros oui.

D’entrée de jeu, les exigences concernant NoC étaient élevées. Notamment parce que ce ppv venait après un excellent Summerslam… et a énormément souffert de la comparaison. Battleground, lui, suit NoC, c’est-à-dire le pire ppv de l’année, comme notre bulletin de notes l’atteste de façon incontestable. On sera satisfaits dès lors que le show ne sera pas tout pourri. Et le fait est qu’il s’annonce meilleur, avec un Orton-Bryan qui ne pourra plus se permettre un booking aussi foireux que celui de NoC, un ADR-RVD auquel la stipulation « torture encouragée » offrira peut-être un regain d’intérêt, un Punk-Ryback qui ne sera pas aussi bancal que Punk – Heyman & Axel, et probablement une undercard sympa avec les Rhodes Brothers en trublions. Pour résumer, le ppv qui suit un ppv pourri peut se permettre d’être juste correct pour être meilleur que son prédécesseur. Et Battleground devrait se révéler sacrément décevant pour que la réponse à cette question soit autre qu’un oui franc comme Daniel Bryan et massif comme le Big Show.

 

Fun Fact : tous les PPV à titre unique ont été des moments de grâce, remplis de matchs inoubliables.

 

 

 

2) Triple H se dirige tranquillement vers un faceturn.

 

 

Big Botch Man : Grognon !

Certes le personnage de HHH est assez ambigu car il souffle le chaud et le froid ces derniers temps (c'est d'ailleurs un gros plus pour la storyline), mais je suis persuadé qu'il va rester une fumerolle bien pourrie encore quelque temps. Et c'est tant mieux, car il est très bon dans ce rôle, comme il l'a montré dans le smackdown de vendredi en torturant cette grosse fiotte de Big Show. Je trouve d'ailleurs que dans le catch les seules figures d'autorité intéressantes sont heel, la preuve en est pour moi le rôle imbuvable de HHH en gentil COO durant le Summer of Punk. Plutôt me la mettre dans un mixer que de revivre ça.

 

Axl : Grognon.

C’est toi qui te diriges tranquillement vers un fist fuck ! Loool. Ahem. Non, non, non, HHH ne va pas face turner. Parce que dans la storyline présente LE POUVOIR est si abject qu’il a besoin d’une incarnation physique concrète sur laquelle les top faces, spécialement le top face, pourront cogner, et ça ne peut être ni Vince ni Steph, ni même Orton, qui n’est ici qu’un factotum. Parce que HHH n’a pas annoncé la fin de sa carrière de catcheur, donc on le reverra encore sous les projos, et ça sera pas pour mettre over des Fandango, y a pas écrit Chris Jericho là. Donc il catchera de nouveau, et comme il a déjà affronté les plus grands en mode « face » depuis que ses apparitions en slip sont devenues rarissimes (Sheamus, Taker, Nash, Punk, Lesnar), son prochain rôle sera sans doute en heel, probablement pour taper clean sous le Yes Lock. Parce que, enfin, si HHH turne face, ça sera dans le cadre d’une guerre de pouvoir avec Steph la heel, et ça me semble peu probable. Il va rester heel (quand bien même ça ne sera pas un heel tout à fait classique) jusqu’à la conclusion logique de la storyline, qui le verra, je le répète, taper comme une chienne sous le Bearded One ou au pire sous Cena. Parce que c’est bon pour le business.

J'ai pris ma décision : Dolph, tu obtiens un match pour le titre US. Bryan, tu pourras tenter de reconquérir le championnat du monde. En échange, le Shield viendra ce soir chez vous violer vos mères respectives. Qu'on ne vienne pas après me dire que je ne suis pas équitable !

 

 

 

3) Ryback comme nouveau Paul Heyman Guy était le bon choix.

 

 

Big Botch Man : Grognon.

Il y avait tellement de meilleurs choix possibles, que ce soit à NXT (kassius Ohno aurait bien collé), dans le roster (il est temps de sortir McIntyre de la lowcard, et Cesaro des Real Americans) ou bien chez les indépendants (pitié ramenez-moi Morrison). Ryback commençait à avoir un personnage auquel j'accrochais, ce bully qui humiliait les gringalets dans les coulisses, avec notamment son interview d'un catcheur local que j'avais trouvé assez drôle. Là j'ai l'impression que la WWE veut nous faire bouffer du Ryback à toutes les sauces, et ça risque fort d'être indigeste. Surtout que Punk/Ryback c'est du déjà vu, et c'est très loin d'être inoubliable. Je veux le revoir en bully des bacs à sable, et forcer un catcheur rachitique de Wichita à lui sucer la bite, avant de se moquer de lui parce que c'est un pédé qui suce des bites.

 

Axl : Gros oui.

Absolument. On l’avait sous les yeux, mais on le voyait pas, alors que c’était l’évidence. Il fallait à Paulo un catcheur vraiment intimidant, et Ryback a cette aura. Il a aussi la soif de gloire propre à ceux dont le palmarès est totalement vierge (c’est le premier mec depuis Sheamus qui a été plusieurs fois First Contender au titre WWE alors même qu’il n’a jamais ne serait-ce que concouru pour un pauvre titre secondaire auparavant), et il a bien plus de personnalité et de charisme qu’on ne veut bien lui en accorder. Je pense que faudrait matérialiser la nouvelle assoce par quelques détails, genre un changement de look (la grenouillère là, bof bof, il serait mieux en jean-marcel noir), et là, le ciel est la limite.

 

 

They see me rollin'. They hatin'.

 

4) La Wyatt Family est, jusque là, la plus grosse déception de l'année à la WWE.

 

 

Big Botch Man : Gros oui.

Enfin la plus grosse, je ne sais pas (même si Bray se porte bien), mais une déception, ça oui ! Pourtant ce clan était prometteur : une gimmick sympathique et bien glauque, des vidéos de présentation réussies, de bonnes promos, deux big men (dont Luke Harper qui n'est pas manchot dans un ring) au look élégant, une musique et une entrée qui déchirent… mais à coté de ça, que dalle. Une mini feud face à Kane, avec en point d'orgue un mauvais match à Summerslam et des matchs suivis de beatdowns sans intérêt, tout cela est très léger. Malheureusement la Family souffre de la comparaison avec le Shield, qui pour le coup à un rôle majeur dans la storyline majeure du moment.

Il faut une feud aux Wyatt, et rapidement. Je propose les Tons of Funk comme adversaires, et j'espère que durant cette rivalité les Funkadactyls vont se faire violer dans une cabane dégueulasse au fin fond du bayou, et que Cameron sera donnée en pâture à un alligator.

 

 

Axl : Gros non.
C’est une bonne question, elle m’a forcé à réfléchir pas mal à cette année 2013. Bon, et aussi à la formulation : la plus grosse déception pour les fans ? Pour les catcheurs concernés ? Pour les big boss ? C’est pas forcément la même réponse chaque fois. Mais chaque fois, la réponse est probablement non. La plus grosse déception pour les fans en 2013, jusqu’ici, c’est probablement le main event de Mania, un match prévisible et sans âme entre Cena et le Rock, venu clore une feud qui fut bien moins vibrante qu’elle aurait dû l’être. Ou bien la redescente dans la carte de Ziggler. Ou le face turn moisi de Mark Henry. Ou les blessures de Mysterio ou Christian. Ou le sort réservé à Wade Barrett. Les fans, avant 2013, ils n’avaient pas entendu parler du concept de Wyatt Family… Donc la déception a été forcément légère quand les rednecks ont montré que le gimmick n’était pas encore vraiment rôdé.

Les trois gugusses eux-mêmes, quant à eux, doivent être plutôt contents de s’être fait une place dans le roster, d’autant qu’ils ont gardent toujours l’arme Kane toujours en réserve et que leur gimmick n’est donc pas mort — n’oublions pas qu’à ce jour ils restent tous invaincus.

Enfin, les scripteurs et ceux qui leur soufflent dans l’oreillette et dans les bronches n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes : on ne balance pas un tel gimmick dans le grand bain sans avoir un projet établi pour lui. S’ils sont déçus par les Wyatt et cherchent des responsables, qu’ils regardent dans le miroir. Et s’ils veulent absolument chercher des catcheurs à qui faire des reproches, qu’ils regardent plutôt du côté du Miz, dont les deux ou trois dernières apparitions ne suffisent pas à effacer un run face bien terne, ou du côté d’un Curtis Axel qui a eu énormément de mal à imposer son nouveau personnage malgré une grosse exposition télévisée.

– Salut, vous venez pour la remise de Ceinture de Plomb, comme chaque année?

– Heu…

– Je vous en prie, passez donc avant moi.

 

 

5) Vous êtes intéressé par un retour de l'Undertaker avant Wrestlemania.

 

 

Axl : Grognon.
Je ne vois pas à quoi ça servirait. J’imagine que ça se ferait dans une storyline liée aux Wyatt et à Kane, mais étant donné que le Taker est invincible, les bouseux finiraient la tête enfoncée dans leur propre cul, et ça n’apporterait rien. A part ça, il n’a aucune raison de revenir en temps normal : les dernières années nous ont bien montré qu’il ne vit que pour la Streak et par la Streak. Un retour anticipé ne rimerait à rien : il viendrait tenir tête au méchant COO ? Soutenir le gentil Bryan ? Donner une leçon à l’arrogant Orton ? Ca serait injustifié à tous points de vue. Il est bien au-delà de ces viles querelles humaines. Je veux bien qu’il réapparaisse en février pour sa routine, mais pas avant, merci bien. Ah, et je kifferais par-dessus tout qu’il se fade un Cena heel à Mania XXX, ça serait énorme et pour une fois, le nombre de pronos se portant sur lui serait peut-être inférieur à 90%. Je sais, je sais, je rêve, mais c’est à ça que me sert le catch aussi.

 

 

Big Botch Man : Gros non.

J'aurais trop peur qu'il se blesse et qu'on ne puisse pas le voir affronter HHH à Wrestlemania ! Ou alors Brock Lesnar, c'est selon. Mais dorénavant je ne veux le voir que pour défendre la streak, ça la rendrait encore plus mythique.

On avait dit revenir pour la streak, Mark ! Pas le steak !

 

 

 

6) Étant donné les sommes que perd la TNA en enregistrant ses shows sur la route, la compagnie devrait revenir à l'Impact Zone.

 

 

Axl : Gros oui.
On ne met pas la charrue avant d’avoir tué l’ours. 1) Assurez-vous que votre show est vraiment enthousiasmant (c’est-à-dire cohérent, dynamique, bien pensé, bien tourné, rempli de matchs impressionnants ; mais aussi suffisamment distinct de celui de la concurrence pour qu’on sente toujours la « touche TNA »). 2) Menez une grande campagne de publicité sur votre super produit de la mort ; c’est à ça que doit servir Hulk Hogan, courir tous les plateaux télé où l’on veut de lui et crier haut et fort que la TNA est le meilleur show de catch de la planète. 3) Après une étude de marché poussée, organisez des tournées pensées au poil (salles, dates, horaires, prix des billets, coûts des installations et des déplacements, etc.), en vous assurant que le public visé soit amplement au courant de votre venue et de vos avantages comparatifs par rapport à la WWE (stars plus accessibles, visites des vestiaires, que sais-je). Je n’ai pas suivi cette expérience de la TNA de très près, mais de ce que j’ai lu, y a eu pas mal d’impro à tous les niveaux. L’idée, en soi, est bonne, mais elle aurait dû être ciselée avant d’être mise en œuvre. Donc aujourd’hui, il faut replier tout ça, le repenser et repartir sur la route avec un plan plus clair et mieux foutu. Et peut-être qu’une fois Hogan dehors, la TNA aura plus de moyens à consacrer au reste de son fonctionnement…

 

 

Big Botch Man : Gros oui. C'est clair qu'ils ont l'air de perdre un fric monstre à cause de ça, et les coupes budgétaires le prouvent : pas mal de catcheurs on quitté la compagnie, on peut lire de ci de là que les salaires tardent à arriver… C'est bien dommage car d'après ce que j'ai compris l'ambiance dans l'Impact Zone est à peu près aussi gaie qu'un enterrement chez les amish, mais les images de salles à moitié vides font peine à voir. Un conseil pour faire des économies : virez cette grosse merde fluo de Hogan.

 

 

– Dixie, je crois qu'ils en ont après moi, brother. Alors, watcha gonna do ?

– C'est ennuyeux ça. Hmm, je sais. On va relancer l'intérêt que le public a pour toi en faisant revenir Nash et Hall pour reformer la nWo !

 

7) A.J. Styles est le bon catcheur pour mettre fin au règne du top heel de la TNA, Bully Ray.

 

 

Axl : Gros oui.
La TNA doit se mettre clairement à jour. Qui sommes-nous, que faisons-nous, quel est notre message ? Eh bien, il s’agit d’une compagnie de catch qui produit un spectacle de très haut niveau grâce à un roster pléthorique, et dont le message est « Wrestling Matters ». Styles, catcheur surdoué à l’aise dans tous les types de combat et face naturel, est le visage de la TNA depuis sa naissance (de la TNA, pas de Styles). J’aimerais que le départ de Hogan soit le prétexte à une storyline exubérante, peut-être work-shoot — et de ce point de vue la récente « altercation » Dixie-AJ est un bon début. AJ Styles EST cette fédération idéaliste, qui défie l’ogre kid-friendly en offrant au public adulte et adolescent la quintessence du catch tel qu’il doit être. C’est le message, et Styles en champion est l’homme qui doit le porter au premier chef.

 

 

Big Botch Man : Gros oui. Pour moi AJ Styles devrait être the Face of TNA, de la même manière que R Truth sera the Face of WWE (c'est ma prédiction de l'issue de Battleground). Il est sans doute l'un des meilleurs au monde dans un ring et il bouffe de la vache enragée depuis quelques années à la TNA. Il est grand temps que son jour de gloire arrive. Il est également temps que le règne de Bully Ray se termine. Je n'ai pas tout suivi, mais les Aces & Eights semblent être passés de grosse menace à grosse merdasse, avec les gros noms qui ont quitté le clan (voire la compagnie) et les gros nuls qui sont restés.

 

 

 

+

 

 

+

 

 

=

 

 

TADA !

 

 

8) Catcheur à la WWE, en indépendant ou au Japon est le même métier

 

 

Axl : Gros oui.
Si tu formules les questions comme ça, nain, tu peux obtenir n’importe quelle réponse, tant le sujet est vaste. Qu’est-ce qu’un métier ? Qu’est-ce qu’un catcheur ? Cristiano Ronaldo fait-il le même métier que Drago Minkovic, stoppeur en division 2 serbe? Brad Pitt fait-il le même métier que Fatima Diakité, actrice de publicités au Burkina Faso ? John Cena fait-il le même métier que Hooligan Beef ? Oui, non, crève Major Tom ? Bon, la réponse basique, grammaticale, dirais-je, est oui. Les gens qui gagnent leur vie en faisant du catch sont des catcheurs, où qu’ils se produisent.

Mais évidemment, on ne fait pas exactement la même chose selon les compagnies pour lesquelles on turbine. D’ailleurs, « indépendant » et « Japon » ne sont pas des ensembles uniformes, loin de là : un Kevin Steen, star de la ROH, ne fait pas exactement la même chose qu’un type qui court le cachet au fin fond du Midwest dans des foires. Reste que oui, si les exigences diffèrent en fonction des employeurs, c’est tout de même le même métier : partout on incarne un personnage qui fait mine de se battre contre un ou plusieurs autres dans un ring. Les passerelles innombrables qui existent entre « WWE », « indépendants » et « Japon » le démontrent sans la moindre ambiguïté. Si demain, la WWE ferme, ben Randy Orton, Mason Ryan et Tyson Kidd iront chercher du boulot du côté des fédés de catch indépendantes ou des fédés japonaises. Ils n’iront pas demander à Pôle Emploi une formation d’opérateur de saisie, de pizzaiolo ou de grutier, quoique Triple H puisse dire au Big Show.

Je vais même en ajouter une touche, parce que je sens que Major cherche un peu la polémique. Pour moi, les différences entre les fédés sont finalement minimes. Au contraire d’une certaine mythologie qui veut que travailler à la WWE, en indy ou au Japon n’ait « rien à voir », je pense que tout cela se ressemble énormément. Des mecs qui semblaient complètement calibrés WWE ont eu, après avoir quitté Stamford, des parcours tout à fait honorables ailleurs : je pense à des mecs comme MVP, DH Smith ou Chris Masters, pour les plus récents. Des types estampillés « indy darlings » ont cartonné à la WWE : CM Punk, Daniel Bryan, Seth Rollins, Dean Ambrose, et ainsi de suite. Des catcheurs gaijin ont fait merveille au Japon : Chris Benoit, Chris Jericho, Giant Bernard (Albert/Tensai), liste non exhaustive, loin de là. Les liens entre la ROH et le Japon sont nombreux et anciens, et Takeshi Morishima (je fais semblant de le connaître) a même été champion à la ROH. La dernière passerelle pas encore vraiment franchie est celle qu’emprunteraient les étoiles japonaises pour se rendre à la WWE, mais depuis Bull Nakano, les Nippons n’ont plus vraiment envoyé de stars, c’est le moins que l’on puisse dire. Parce qu’ils sont très bien lotis au pays, où ils sont bien payés et respectés, et n’ont d’aucune raison d’aller faire les cakes chez Vince. Mais si un jour la situation économique l’impose, on se rendra compte que ces gars-là peuvent parfaitement réussir à Stamford. Comme toujours, tout ou presque dépend de la qualité du travail des bookers : le problème de la langue peut être contourné en collant à un super catcheur japonais un manager, ou en faisant une silencieuse machine à tuer, peu importe. C’est le même taf, à quelques variations près.

 

 

Big Botch Man : Gros oui. Fondamentalement c'est pareil, il s'agit de faire le con en slibard dans un ring. Bien sûr il existe des différences : pour moi les indépendants sont des catcheurs "purs", c'est à dire qu'il sont simplement payés pour faire des matchs. Mais à cause du rythme des shows WWE, j'aurais tendance à comparer les Cena, Punk et compagnie à des acteurs de soap à la puissance 10. Ils doivent, en plus de catcher, tenir leur rôle dans les storylines (même s'ils ne sont qu'en coulisse et pas dans le ring) et parfois même en dehors : il n'est pas rare de voir un employé de la WWE rabroué pour son comportement en dehors du cadre du travail. Je connais mal le puro, mais dans mon idée les shows sont également basés sur les affrontements dans le ring, et non pas sur les interactions backstage qui donnent ce coté feuilleton à la WWE.

C'est tout pour cette fois, à bientôt pour un prochain…

Gros oui…

 

 

…ou grognon !

 

5 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut