Catch

La tournée des arènes en images

Le poids des mots, le choc des photos

Paris Match

Pour illustrer l’article à venir sur la tournée des arènes de la FFCP, nous avons reçu quelques photos des galas qui se sont déroulés cet été dans le sud de la France. Plutôt que de les garder pour nous, c’est avec plaisir que nous les partageons avec nos lecteurs. Ceux qui ont parfois des préjugés sur la valeur du catch français comprendront peut-être que la qualité technique n’est pas l’apanage des Anglo-saxons. Et toc.

Suivez-moi, c'est par ici que cela se passe.

Le roman-photo de la tournée des Arènes de la FFCP

 

L'entrée d'Artémis d'Ortygie dans les arènes, avant celle des catcheurs. On l'entend d'ici déclarer "entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège."

 

 

 

 

Le stagiaire de la rédac' avait titré "renversant", du coup, on l'a viré.

 

 

 

 

Contre Jefferson, White Storm semble prendre son pied. Moi je peux, je ne suis pas stagiaire.

 

 

 

 

Pas facile de faire le décompte de VinceNT vs Marvelous Michel quand on a une mèche qui tombe dans les yeux.

 

 

 

 

White Storm, Champion FFCP, et sûrement charmeur de jeunes femmes dans le civil.

 

 

 

 

Contre Turuani, White Storm semble prendre son pied. Ah ah!

 

 

 

 

Rey Mysterwho?

 

 

 

 

Alberto Del White Storm en action

 

 

 

 

Artémis, toujours à l'aise même quand elle pose avec un Norbert au regard de psychopathe.

 

 

 

 

L'entrée en scène en mustang des Gangbangers. Si, si, c'est leur vrai nom.

 

 

 

 

J'ai déjà vu ça quelque part, mais où…

 

 

 

 

Lumberjacks Rules, Baby!

 

 

 

 

Ludovic Vaillant, le nom de scène le plus ouf de tout le milieu du catch.

 

 

 

 

Artémis est formelle : les aisselles de Jefferson sont nickel. Lisses comme un cul de bébé.

 

 

 

 

GénoCyd ne sait pas se tenir. Alors on l'attache pendant les matchs.

 

 

 

 

A cause de GénoCyd, Damien Devel en a plein le dos. Mwahahahaha.

 

 

 

 

On sent que les Gangbangers maitrisent à fond leur gimmick.

 

 

 

 

Non, pardon. On se demande si c'est vraiment un gimmick.

 

 

 

 

Non, Artémis ne refait les lacets de Damien Devel, elle vérifie qu'il ne dissimule aucune arme.

 

 

 

 

Coquette, Artémis se recoiffe toujours avant la photo du décompte de trois. Sinon la mèche, elle tombe devant.

 

 

 

 

Avec Marc Mercier, la ceinture est bien gardée.

 

 

 

 

Quand elle n'a pas le temps de se recoiffer, elle fait moins la maligne.

 

 

 

 

RVqui?

 

 

 

 

Les petits drapeaux, ça signifie que Caribe est Champion du monde.

 

 

 

 

Le sourire, ça signifie qu'il est très content.

 

 

 

 

Laquelle des deux brille le plus? La ceinture ou Artémis?

 

 

 

 

Ah ben c'est Artémis!

 

 

 

Un grand merci à Artémis d'Ortygie, à la FFCP, son photographe et à tous les autres auteurs des photographies si j'en oublie.

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut