Catch

Les promesses de l’oubli

Il venait de se passer tant de choses bizarres, qu'elle en arrivait à penser que fort peu de choses étaient vraiment impossibles.
Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles
 
J’ai oublié de faire la nalyse de Raw. C’était mon tour et j’étais là, pimpant, à patienter devant un épisode de la saison 2 de The West Wing, un œil distrait sur la tribune des Cahiers… Puis, j’ai lu cet échange :
 
Bastoune: Henri Death< et la nalyse de Raw ou qu'elle est donc ?
Henri Death: quelle nalyse de Raw ?
Bastoune: celle du raw du 21 octobre !
Henri Death: Il faut demander à Latrell.
 
“Sainte mère de Dieu! Je l’ai complètement zappée !” me dis-je !
 
 
Ce comportement nous déplait violemment et nous tenions à le faire savoir.
 
 
Nalyse du Raw que j’aurais aimé voir le 21/10
 

 
Les plus doués en vignettage se lanceraient sans hésiter dans une nouvelle fournée de nalyse en images mais je n’ai pas le temps d’être drôle en cinquante-cinq vignettes. D’autres prendraient un alias et feraient un article “à la façon de…”, mais je n’ai pas le talent des grands maîtres d’ici.
 
Que faire alors? Une rétrospective par match du pay per view à venir et ce qu’on aurait dû voir à Raw! Hell Yeah!
 
Curtis Axel vs Big E Langston
 
Langston est devenu un gentil, il affronte le méchant enfant cicatrisé de Paul Heyman et va gagner. 
 
C’est assez rapide comme booking. Comme une impression que le roster et les alignements actuels ne plaisent à personne. Je n’ai rien contre Langston mais je pense qu’on aurait pu lui envoyer un autre face lambda dans la tronche. Ryder tiens, vu qu’il ne fait rien.
 
De même, pour Raw, au lieu d’un match tag team sûrement dégueulasse, on aurait du voir Langston apporter son soutien à un Punk réfractaire et lui proposer son aide en special enforcer pour le Hell in a Cell Match. Pareil pour Curtis Axel avec Heyman. Je doute que le monsieur reste en coulisses à soulager sa peine.
 
 
Dis donc mon tout beau, il est bien mignon ton petit copain, j'ai envie de lui faire des bisous doux et de lui enlever sa ceinture pour le bichonner tendrement.
 
 
CM Punk vs Ryback & Paul Heyman
 
Dans la suite logique, on enlève le tag team et on préfère un long discours de Paul Heyman, accompagné de son buffle de compagnie, évoquant son passé avec les Hell in a Cell et surtout comment un de ses premiers et plus fidèles poulains, BROCK LESNAR, a vaincu le terrible Undertaker. Et, que DIMANCHE, ce sera LUI qui triomphera dans la maudite cage métallique !
 
Le theme song de CM Punk résonne, la foule est en transe. Heyman et Ryback se regardent comme deux cons, Punk entre en scène et calme Paul Heyman par un “Woaw Woaw Woaw.. Paul… Paul, listen to me…” blablabla. Il est le meilleur du monde, il va botter le cul de Paulo ce dimanche, etc. Bref, de quoi nous bien faire comprendre que le match en question sera le point final de ce long et palpitant chapitre digne d’un bon épisode de Scoubidou (c’est-à-dire que la fin est toujours chiante).
 
 
Je vais vous dévoiler un truc, les monstres et les fantômes n'existent pas, c'est toujours un mauvais coup de l'architecte, du châtelain ou du maire de la ville. Désolé, les kids.
 
 
Los Matadores vs The Real Americans
 
Bah non. Là c’est du classique. Les heels ont battu les gentils dinosaures. Je pense que les toréadors étaient aux commentaires. Le booking est logique et, vu qu’on s’en tape complètement d’eux, il n’y avait rien à faire d’autre. Peut être voir Tororigolo montrer son cul à Zeb Colter.
 
 
Je ne vous écoute pas monsieur, je promène mon chien invisible.
 
 
AJ Lee  vs Brie Bella.
 
Je n’ai aucune envie de parler de ce match. Désolé.
 
 
C'est exactement ça, les filles.
 
 
Cody Rhodes and Goldust  vs The Usos vs The Shield
 
L’ajout des Uso dans la storyline est un peu sorti de nulle part mais on se souvient qu’ils avaient gagné le droit d’un title shot il y a quelques semaines, avant que Triple H ne joue avec les nerfs de la famille Rhodes. La mauvaise idée était peut-être de leur refaire poinçonner leur ticket contre les anciens tenants du titre. Je ne suis pas fan mais c’est logique.
 
C’est tout le problème de la gestion des hommes à la WWE. Les title shots sont souvent remis en cause. Les Usos sont considérés en mode alternatif. Soit ils sont explosifs et paraissent imbattables et redoutables, soit ils sont de gros clowns.
 
 
Alors que nous, on est et on sera toujours des gros violents qui font peur à tout le monde, hein Seth?
 
 
Selon moi, ce match arrive bien trop tard, mais c’est dû à l'enchaînement massif des pay per views, et aurait mérité que les Samoans soient un peu plus impliqués et même au delà. Étant donné que le Shield sera soutenu par le troisième membre, que les Rhodes auront leur papa mal habillé dans leur coin, pourquoi les Uso n’auraient pas quelqu’un eux aussi? Et il est tout trouvé, c’est Papa Uso aussi ! Mais oui ! Qu’ils nous foutent Rikishi !
 
Et de là, découle ce que j’aurais aimé voir. Partant du principe que le match qui a eu lieu ce lundi devait se passer il y a deux, trois semaines, un segment micro entre le gros en string et Dusty Rhodes aurait été le plus efficace, histoire de montrer que les Uso ne sont pas là par hasard, et que même s'ils sont alliés contre le Shield, ils seront adversaires ce dimanche. 
 
 
Ah non Dean, c'est à moi de subir le stinkface du gros tout nu, j'insiste.
 
 
Alberto Del Rio vs John Cena
 
Autant dire qu’on ne peut être que déçu de cette histoire. Je l’ai déjà dit dans Feud of the Year (visionnable sur ce lien) mais n’y avait-il pas quelqu’un d’autre pour titiller le champion? Pourtant Del Rio n’a pas fait le tour de tous les faces possibles et disponibles, on aurait pu organiser une battle royale pour désigner le first contender et, par la même occasion, rassurer tous les catcheurs sur leur statut.
 
Là, John Cena, avec sûrement un bras mécanique digne de Terminator, c’est un peu la confirmation pour tous les Kofi Kingston du roster que leur heure ne viendra jamais. Quand on pense que le poster boy du pay per view, R-truth, a eu le droit d’affronter le Marine il y a dix huit mois !
 
 
Et constate aujourd'hui qu'il n'est toujours pas considéré par les équipes commerciales et marketing de la WWE
 
 
De même, on n’a même pas eu droit à une interaction entre les deux catcheurs. le fait d’être blessé au coude n’interdit pas de se déplacer. Sa présence live ou sur le Titantron n’aurait été que bénéfique. Même la blessure aurait pu jouer un rôle actif. On connait l’arrogance du mexicain et la fierté du gars du Massachussets. Rien n’a été fait dans ce sens. 
 
Daniel Bryan vs Randy Orton
 
Ou comment ruiner quelque chose de fantastique en un truc limite pathétique dont on commence à se contrefoutre parce qu’on voulait que le Big Show traîne dans le coin ! Ah, et on a aussi Shawn Michaels, parce qu’il était cool dans les années 90.
 
Donc, Randy Orton et Daniel Bryan ont affronté tous deux de forts adversaires, Dean Ambrose et Dolph Ziggler, mais le principal n’est même plus dans leur rivalité. C’est l’impartialité de Shawn Michaels. Dites la WWE, vous nous prenez pour des andouilles?
 
 
– On a été démasqués par plus malin que nous, les mecs. Nous allons devoir renoncer à nos plans et la jouer à la finaude.
– C'est à dire? À la régulière?
– On est complètement baisés.
 
 
Je pense qu’on a du se taper un de ces moments grotesques où Triple H vante les mérites de son ami de toujours et qu’il fera ce qui est GOOD FOR THE BUSINESS durant le maint event d’HELL IN A CELL parce que c’est MY LONGTIME FRIEND. Et forcément, on le croit.
 
À coté de ça, le parasiteur de storyline cool, le Big Show, à la recherche d’un nouveau sens à sa carrière, vient faire chier tout le monde. 
 
Honnêtement, tout est logique ici aussi. Du coup, autant faire un saut dans le temps et dévoiler ce qu’il va se passer lors du main event de Hell in a Cell. Oui, je vais vous pourrir la vie.
 
Dans la cage, ça fait vingt bonnes minutes que Randy Orton et Daniel Bryan s’affrontent. Le front du barbu est entaillé et le sang coule et teint sa barbe. La vipère projette un marche-pied dans la gueule de Daniel Bryan mais ce dernier l’évite et c’est Shawn Michaels qui se le prend dans la gueule. Boum, l’arbitre est mort. Et, après un abracadabrantesque revirement de situation, Orton fait le tombé sur Daniel Bryan après un RKO out of nowhere comme d’habitude. 
 
 
C'est pas con ça, un RKO. En plus, c'est mes initiales !
 
 
Vous le comprenez, Randy peut râler. Vince Mc Mahon arrive et envoie un nouvel arbitre, mais ce n’est ni Booker T ni Bob Backlund mais LE BIG SHOW ! Rooh, tout le monde est surpris. Sauf moi. Évidemment tout ne se passe comme prévu et aucun tombé ne sera compté. Triple H, en coulisses, devient fou et entre dans la cage,  tentant de réveiller son ami barbu mais le Big Show, voulant garder son autorité, en profite pour KO puncher le cerebral assassin. 
 
Là vous vous dites “mais il est con Vince, pourquoi il propose ce rôle secondaire au Big Show alors qu’il sait très bien qu’il est en situation conflictuelle avec sa fille et son beau-fils ?” Eh bien, pour faire chier. 
 
 
Moi, j'aime chier dans les bois en attendant que le cerf vienne se désaltérer à la rivière, ça éloigne les fouines et les renards.
 
 
Merci Shawn de cette anecdote peu intéressante. Mais revenons à notre fin de pay-per-view : que se passe-t-il après ? Eh bien Shawn Michaels se réveille, sort son sweet chin music sur le géant et le terrasse grâce a la loi du “le gentil est le plus fort” et donne la victoire à Daniel Bryan sous les "Yes ! Yes ! Yes !" de Miami.
 
Avouez que ça a de la gueule, hein ? Bon, ben je retourne à la Maison Blanche suivre la présidence de Jed Bartlet. Promis, la prochaine fois, je regarderai le planning d'analyse.
 
– OK
– OK
– OK
5 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut