Catch

Un samedi soir sur la terre !

C'est un grand art que de vendre du vent.

Baltasar Gracian y Morales

 

Mes amis, je vous le dis tout de suite, j’ai trouvé ce go-home très divertissant ! Je l’ai regardé samedi soir, à l’heure où "Danse avec les stars" côtoie "Patrick Bruel, le grand show" et une énième rediffusion de l'épisode 12 de la saison 11 (ou n'importe quel autre, on a arrêté il y a bien longtemps de chercher une logique aux diffusions des aventures d'Homer, Bart ou Flanders sur W9), et ce show a rempli son but, me faire passer un bon moment tout en laissant de la place disponible dans mon cerveau  fécond (fait con ?) pour les messages publicitaires (que je n'ai pas eus, tel le Barbe-rouge que je suis) !

 

 

Cette nalyse vous est présentée par les joints d'étanchéité de conduits d'évacuation de climatiseurs de morgue Alphonse Robichu !

 

 

Nalyse de Smackdown du 25 octobre 2013

 

 

D'abord, par quoi commençons-nous lorsque que l'on veut vendre un PPV? On fait un résumé sous forme de bande-annonce des événements de lundi qui vont permettre de lancer le premier entretien du soir, Michael Cole va devoir affronter une adversité plus rude et difficile que lors de ses années de reportage en zones de guerres puisqu'il interroge l'Homme aux trois initiales identiques, celui qui est en charge, et qui sait ce qui est bon pour le business, j'ai nommé Triple H. Le boss déclare donc qu'à cause des actions du Big Show, six personnes ont été licenciées (de la production à la sécurité) et qu'au vu de l'action en justice, il ne peut en dire plus.

 

 

Non, Cole, je ne peux pas te parler du Big Show, mais je peux te dire que le protège micro WWE, c'est celui qu'il te faut !

 

 

Il est aussi content du retour de John Cena qui continuera à tout donner, comme il l'a toujours fait. Vient ensuite la question que tous se posent (non, pas "qui a volé l'orange ?") : y aura-t-il un champion Vévéheu à la fin du Hell In A Cell (surtout qu'il y a deux L à Cell, alors on prend lequel ? Le premier, le deuxième ? On fait un no constest ?) L'assassin cérébral assure que oui, parce que son meilleur ami, un autre homme à trois initiales est arbitre spécial du match éponyme au PPV de dimanche. HBK saura de quel côté se tourner car il a toujours su ce qui était bon pour les affaires.

 

 

Attends, Hunter, tu parles bien du mec qui pêche avec Moulinot, vendeur d'articles de pêche sur la place du marché à Cajarc ? "Un article de pêche de qualité s'achète chez Moulinot ?"

 

 

Bryan arrive alors pour l'interrompre. S'en suit une joute verbale qui amène à l'annonce du Main-Event de la soirée, un match à huit (parce que les matches à six, ça suffit) qui opposera l'équipe composée de Randy Orton et du Shield à l'équipe de Daniel Bryan, le Miz (dont on se demande ce qu'il fout là) et des deux frères Rhodes.

 

 

Rhodes, c'est bon ça, ça ramène les musiciens !

 

 

Passons aux matches de la soirée, qui furent tous globalement assez bons et qui firent avancer les intrigues de manière simple et efficace, comme par exemple le premier match qui opposa les Usos à la Wyatt Family (Luke et Rowan) et qui vit la victoire des Samoans, aidés par l'attaque du Miz sur Bray qui détourna l'attention des deux allumés du Bayou et les deux frères peinturlurés purent porter le tombé. Par la suite, on retrouva le Miz inanimé dans les coulisses, attaqué par les suiveurs des busards. Profitant de cette opportunité, Big E. Langston provoqua sa chance en allant voir Vickie pour lui demander de remplacer le natif de Cleveland dans le Main-Event. En face intelligent, il força la main de la cougar en la comparant à Brad Maddox, ce qui ne manqua pas de l'énerver.

 

 

Un noir plus intelligent qu'une latino, tu penses pas qu'on y va un peu fort pour la ménagère de moins de cinquante ans ?

 

 

Les autres matches se justifièrent aussi par l'apport d'éléments extérieurs qui permirent de finir la construction des rivalités pour la soirée de dimanche, sauf peut-être pour le match des Divas ou la sémillante AJ vint très rapidement à bout de l'autre Bella (celle qui ne combat pas ce dimanche) et pour le comedy-match opposant Fandango à l'Homme sans genoux (même si on vit l'attaque de Summer sur Natalya qui inaugura peut-être une future rivalité entre les deux blondes)

 

 

Summer Rae est une femme Barbara Gourde !

 

 

On vît aussi Los Matadores venir à bout des 3MB (mais qui en aurait douté ?) et après le match les Real Americans se présentèrent en haut de la rampe pour se vanter de battre les mauvais étrangers à Miami. Puis Paul Heyman, qui vint accompagné de son cerbère Ryback, se délecta à l'idée de montrer à la foule de Birmingham (dans l'Alabama) ce qu'il allait infliger à CM Punk. Et pour cela, il obtint l'autorisation de Vickie Guerrero d'affronter dès aujourd'hui CM Skunk. Le beatdown fut rapide et douloureux pour le pauvre jobber qui put réfléchir à sa condition de sac de sable.

 

 

Notez que le sac de sable CM Skunk fait aussi un très bon paillasson !

 

 

Finalement, nous en arrivâmes à la touche finale du soir, le Main-Event. Une opposition qui réveilla le public qui chanta de plus en plus fort au fur et à mesure du déroulement de la partition des huit hommes. Goldust fut parfait dans le rôle du face en péril (à l'image de son maquillage qui s'étiola tout au long du match), Big E. mit une bonne intensité dans ses interventions afin de contrer le colosse ennemi (car si à Rouen les églises sont gothiques, à Cologne les Romanes règnent). Bryan et Orton s'opposèrent finalement en fin d'un match qui se conclut par la victoire des quatre fantastiques après une série d'interventions toutes plus spectaculaires les unes que les autres, un suicide dive de Bryan, un magnifique Crossbody de Goldust, de beaux contres du Shield.

 

 

Venez essayer le nouveau shampoing Petrol Hahn.

 

On a donc eu un bon Smackdown dont la principale qualité est de ne durer qu'une heure vingt-cinq, et d'être monté (au contraire de Raw). À noter l'apport considérable des promos vidéos et autres teasers (d'une qualité toujours exceptionnelle) qui aèrent le show, comme par exemple ce clip retraçant la carrière de Cena. Après c'est vrai que ce show ne m'a pas plus donné envie qu'avant de regarder Hell In A Cell (que je verrai dans la semaine), j'ai passé un bon moment et je n'ai pas regretté de ne pas avoir dansé avec les stars, ou d'avoir passé la soirée au café des délices, ce qui n'est déjà pas mal.

 

 

Yalil yalil habibi yalil yalil yalil habibi yalil

3 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut