Catch

CDC Awards 2013 : Meilleur rookie

Je m'voyais déjà en haut de l'affiche

En dix fois plus gros que n'importe qui mon nom s'étalait

Je m'voyais déjà adulé et riche

Signant mes photos aux admirateurs qui se bousculaient !

Charles Aznavour, Je m'voyais déjà

 

Le bal des débutants, cette année, a une gueule de Mardi Gras : on y a rencontré des toréros et leur proie, un danseur de salon et sa partenaire, un haltérophile, un épigone de George Clinton, une pute, une fillette, trois malades mentaux du bayou et… Bo Dallas.

 

 

Yes ! Ils avaient envisagé de me mettre dans la Family de mon frangin, mais j’ai eu la bonne idée de refuser ! Je vais avoir un push de folie pendant qu’ils moisiront à NXT !

 

 

CDC Awards 2013 : Meilleur rookie

 

 

Nous avons déjà abordé la question dans l'article consacré à l’Award de la meilleure progression, mais le concept de « rookie », à la WWE, est relativement flou. Nous nous en sommes tenus à l’histoire telle que nous la conte la fédération : selon elle, nous n’avons jamais vu avant 2013 Fandango, Bray Wyatt et les Matadores — et si votre mémoire vous rappelle leurs précédents avatars, il est temps de vous faire lobotomiser. Nous avons également inclus dans la liste Langston, qui était certes apparu dans le roster principal en décembre 2012, mais qui n’avait jamais catché avant Wrestlemania XXIX (on connaît pire contexte pour débuter, même avec une défaite à la clé). En revanche, vous ne trouverez pas ici les habitués de NXT n’ayant jamais franchi le seuil de Raw, Smackdown ou d’un PPV : malheureusement, ce programme n’est suivi que par une poignée de fans, et il sera bien plus logique d’inclure Paige et compagnie dans notre liste de rookies une fois qu’ils auront ébloui le monde sous les projecteurs des grands shows.

 

Voici donc, par ordre alphabétique, la liste des douze candidats de 2013, que nos quatorze rédacteurs ont classés pour votre bon plaisir et pour la postérité : Bo Dallas, Eva Marie, Fandango, Luke Harper, Jojo, Big E Langston, Los Matadores (proposés comme une option unique vu qu'on ne sait jamais qui est qui), Erick Rowan, Summer Rae, Tororigolo (aussi connu sous le nom d’El Torito, paraît-il), Xavier Woods, Bray Wyatt. Autant vous prévenir tout de suite, ils n’ont pas tous obtenu des points.

 

 

– Allez Eva Marie, montre-leur de quoi tu es capable dans un ring !

– C’est fait, Jojo.

– Moi aussi !

 

 

Le coup d’œil sur nos top 5 précédents vaut le détour, notamment pour le facepalm sidéral que constitue la liste de 2011.

 

 

2012

1) Antonio Cesaro, 63 points sur 75 possibles

2) Damien Sandow, 62

3) Dean Ambrose, 40

4) Seth Rollins, 27

5) Roman Reigns, 16

 

2011

1) Hunico, 28 points sur 30 possibles

2) Brodus Clay, 17

3) Sin Cara, 11

4) Epico, 10

5) Jinder Mahal et Kharma, 8

 

2010

1) Daniel Bryan, 17 points sur 25 possibles

2) Wade Barrett, 15

3) Alberto Del Rio, 11

4) Kaval, 8

5) Naomi, 6

 

2009

1) Drew McIntyre et Sheamus, 27 points sur 35 possibles

3) Alicia Fox, 15

4) David Hart Smith, 12

5) Tyson Kidd, 10

 

 

– Je suis le rookie de l’année 2011 ! Je suis super fort ! Je suis un badass !

– Et t’as une moto !

Ouais ! Vroooum !

 

 

Palmarès 2013

 

 

Non classés : Bo Dallas, Eva Marie, Jojo, Los Matadores

 

S’il est plus que normal que personne n’ait songé à placer dans son top 5 l’épiphénomène Bo Dallas ou les starlettes Eva Marie et Jojo, il est plus surprenant de constater que les Matadores restent fanny, eux qui sont pourtant des catcheurs plus que respectables, propres, voltigeurs et spectaculaires. À croire que leur gimmick trop enfantin a laissé de glace les sinistres adultes que nous sommes…

 

 

Mais on ne demande qu’à marker le jour où ils décideront d’essayer de toréer Brock Lesnar, par exemple.

 

 

8. Xavier Woods, Tororigolo,  2 points sur 70 possibles

 

Si l’ancien champion par équipes de la TNA arrache un point à Kovax et Spanishannouncetable, qui l’affuble d’un affectueux « Isaac, notre barman », c’est la présence du nain qui frappe ici, d’autant plus que ses deux camarades, eux, n’obtiennent pas une seule mention. Laissons l’explication à She Mamuse, qui lui octroie royalement les deux points attribués par une quatrième place : « Sérieusement. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir une dotation généreuse de mère nature et de faire 1m80. Certains en profitent pour faire des farces de primaire (Hornswoggle), d'autres font des Hurricanrana sur Heath Slater. OK, c'est pas spécialement extraordinairement bon, mais ça n'en est pas moins une prestation à saluer avec plus de verve que le single de Passe-Partout. »

 

 

Mais arrêtez voyons ! Ce n’est pas une maladie horrible, c’est Tororigolo !

 

 

6. Erick Rowan, 15

 

Probablement le plus inquiétant de sa bande de tueurs dégénérés, ce qui en dit long. L’immense Rowan fait encore plus peur quand il enlève son inquiétant masque de mouton, révélant une physionomie qu’on croirait sortie d’un cauchemar de viking, avec son crâne interminable et sa longue barbe rousse. Dans le ring, après des débuts un peu timides, il a trouvé son rythme, bien aidé par ses matchs contre Punk et autres Bryan, au point d’apparaître désormais comme une vraie menace pour n’importe quel adversaire. Qui sait jusqu’où ce gimmick de brute décérébrée mènera ce big man encore jeune (32 ans) ?

 

 

Post coïtum, animal triste.

 

 

5. Summer Rae, 33

 

En voilà une qui a rapidement généré un bon petit following dans nos rangs, comme l’attestent les six points récoltés dans l’Award du catcheur le plus sous-utilisé. Il est vrai qu’elle danse bien, qu’elle catche plutôt correctement, qu’elle est tout sauf désagréable à regarder et qu’elle bénéficie, à NXT, d’une excellente école où elle affine un personnage bitchy très prometteur pour la suite.

 

Really ? Ils ont donné son nom au plus grand PPV de l’été ? Really ?

 

 

3. Bray Wyatt, Luke Harper, 34

 

Il est assez significatif de retrouver ensemble ces deux-là, n’est-ce pas ? S’ils sont étroitement associés depuis leurs débuts communs, leurs rôles sont pourtant très différents. Alors que Bray ne s’aventure qu’exceptionnellement sur le ring (où il se signale surtout par son baiser pre-mortem et sa curieuse façon de se promener), Luke bataille chaque semaine, et de la façon la plus convaincante qui soit (son coup de la corde à linge est d’ores et déjà à ranger parmi les plus violents de la WWE, aux côtés de la Clothesline from Hell de JBL et du Meathook de Ryback). En revanche, on ignore toujours si Luke sait articuler autre chose que son terrifiant « yep yep yep », tandis que Bray a livré cette année une tripotée de promos surréalistes incroyablement casse-gueule et qu’il a pourtant su exprimer avec une conviction qui force le respect. Pour résumer, le gourou illuminé et son sombre adepte sont tous deux parfaits dans leur rôle, ce qui est d’autant plus remarquable que le gimmick qui leur est conféré les fait en permanence évoluer aux frontières du grotesque.

 

 

Et après sœur Abigail elle coupe la tête du veau, elle prend le serpent et… Oh là là, attends, faut que je cache mon érection.

 

 

2. Fandango, 35

 

Si les Wyatt sont arrivés à la WWE avec un gimmick casse-gueule, celui de Faaaaandaaaaaango ne l’était pas moins. Un danseur de salon, sans déconner ? Incarné qui plus est par ce type qui avait fait un four auparavant ? Eh bien, le miracle s’est produit. Comme Wyatt et sa famille, le bellâtre croit à fond à son personnage et nous le fait ressentir à chaque pose, à chaque œillade, à chaque rictus. Il se meut avec grâce, il ondule des hanches, il fait jouir les femmes en relevant sa mèche, il volète sur le ring comme sur la piste de quelque dancing suranné, et la magie opère. Les spectateurs américains, plus habitués au rock FM sans imagination qu’au rythme ternaire du chachacha, entrent dans la danse et voilà des salles entières qui se dandinent maladroitement tandis que le paon de ces dames fait valser sa mère raie. Ce n’est pas un gimmick qui le mènera à la couronne suprême, mais c’est un incroyable hommage au catch gimmickisé à outrance d’il y a vingt-cinq ans, et rien que cela constitue déjà un exploit en cette époque « réaliste ».

 

 

– T’as vu ça ? Pour mon premier Wrestlemania, je vais affronter Chris Jericho !

Oh oui tu es merveilleux. Rien qu’à te regarder je me liquéfie, Fandingo.

T’as mal prononcé mon nom, greluche. T’es virée.

 

 

1. Big E Langston, 47 points sur 70 possibles

 

Eh bien il semble que nous avons bien fait de donner une seconde chance au pousseur de fonte, après l’avoir stupidement inclus dans la liste des rookies de l’année 2012 (où il avait réussi à décrocher deux points alors qu’on ne l’avait vu que pendant deux semaines dans un simple rôle de garde du corps). C’est bien 2013 qui aura été la première année de Big E, et quelle année ! Alors que la fédération s’apprête à opérer la transition entre une génération de big men proche de la fin (Show, Henry, Kane, sans même parler du Taker), Langston est un candidat naturel à la succession. Malgré une taille plus que modeste (le site officiel de la WWE, pourtant prompt à grandir démesurément ses Superstars, ne lui accorde qu’un pauvre 1m80 !), il rivalisera sans doute, dans les années à venir, avec les Ryback, Reigns, Brodus et autre Harper et Rowan pour le rôle de Monsieur Muscle en chef de la seconde moitié des années 2010. Haltérophile de calibre mondial, celui qui est IRL un grand pote de John Cena (ça ne lui fera pas de mal) a affiché en 2013 une vraie maîtrise dans le ring, passant sans souci le cap toujours épineux du face turn et gagnant tout naturellement une ceinture Intercontinentale qu’il ne lâchera pas si facilement. Il s’est également distingué par quelques interventions décalées au micro, a bien géré le segment tragi-comique qu’il a eu à jouer avec Kaitlyn et s’est imposé sans à-coups dans l’upper-midcard, en attendant probablement mieux — Big E (pour… Ettore, si si) n’a que 27 ans. Cité par les quatorze rédacteurs (six fois premier, quatre fois deuxième), il domine cette promo, dont on a envie de croire qu’elle sera plus à rapprocher de celles de 2010 (Bryan, Del Rio et le Nexus) ou 2012 (Cesaro, Sandow et le Shield) que de celle de 2011 (Hunico, Mistico, Clay, Mahal, Ryan…).

 

 

Je vais te donner un conseil, gamin. N’écoute jamais les conseils des vieux cons qui croient tout savoir.

Merci, mais je n’écouterai pas ce conseil.

Bravo, t’apprends vite.

 

 

Et toi ? Toi là, qui n’es pas un rookie de la vie, toi qui en as vu d’autres, toi, t’aurais fait quoi comme classement ? Hein ? Hein ? Réponds !

 

 

Sic transit gloria WWEi.

 

 

6 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut