Catch

Et le dernier entrant est…

Tu vois, le monde se divise en deux catégories : Ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui aiment le bulletin de notes. Toi, tu aimes le bulletin de notes.

Jyskal, Le Bon, la Brute et le Truand. Mais si, j'étais celui avec le chapeau, la moustache et le regard perçant ! 

 

La tension est à son comble. Après Big E Langston en 29, qui va être le dernier entrant dans ce Royal Rumble 2014 pour une place dans le Main Event de WrestleMania XXX ?! 10… 9… 8… Le public est debout, qui est notre mystérieux numéro 30 ?! 7… 6… 5… Doit-on s’attendre à un retour surprise ? La foule semble avoir sa préférence, plus que quelque secondes !! 4… 3… Michael je ne tiens plus en plus en place ! Comme j’aimerais que le soutif d’AJ Lee soit dans le même état que moi ! 2… 1… Un peu de retenue Jerry… 0 !!!!!!!!!!!!!!

 

 

Le champion est ici !

 

 

Le bulletin de notes du Royal Rumble 2014 et le récapitulatif des notes de 2013 !

 

 

Eh oui ! Après deux mois d’absence, j’ai décidé de soigner mon retour comme toute top star qui se respecte et me préserver pour un retour surprise au Royal Rumble ! Mais l'attente valait le coup.

 

Voilà donc le grand retour du bulletin de notes, rubrique consacrée à célébrer les étoiles de la WWE. Mais pas seulement ! En effet, l’année 2013 s’est achevée sur la formidable série de CDC Awards décernés par votre Rédaction adorée, et il n’est que justice de compléter ce prestigieux palmarès avec un grand récapitulatif chiffré des notes données sur tout l’exercice précédent. Alors trêve de palabres, attaquons, attaquons !

 

 

Putain merde on est en février déjà là ?!

 

 

Commençons par expédier les affaires courantes avec ce Royal Rumble qui a déjà fait couler des litrons de e-encre à commencer par notre forum. Cette cuvée 2014 récolte la note de 12,0 tout pile ! Fort de notre historique de maintenant deux années complètes, sachez que ce Rumble récolte la même note que celui de 2012, mais reste bien en dessous du 13,5 de l’édition 2013 qui avait vu le triomphe de Cena et du Rock ! A l’échelle de l’ensemble des PPVs, c’est d’ailleurs une déception (moyenne de 12,5 en 25 évènements couverts), d’autant que les PPVs dit du Big Four sont habituellement mieux notés que le reste (12,6 en moyenne).

 

Amateurs de chiffres, sachez que selon les chronos trouvés par-delà l’insondable Internet, le match du Royal Rumble a duré autant de temps à une seconde près (55:06 !) par rapport à l’année dernière et 13 secondes de plus qu’en 2012. Quand on parle de précision, on parle Royal Rumble. Le pay-per-view a lui proposé 1h46 d’action dans sa globalité, ce qui est parfaitement respectable.

 

Concernant les matchs, le meilleur affrontement a été sans surprise Daniel Bryan contre Bray Wyatt avec un excellent ***3/4, manquant de peu la barre symbolique du **** du fait d’un Kovax un poil moins en phase que nous sur le sujet, puisqu’il est le seul à avoir donné moins de ***3/4 sur ce match. Pour lui, ce match était « bien, sans plus » et il ajoute que « la rivalité avec Bryan aurait logiquement dû se terminer après le formidable match en cage de Raw qui avait mis le feu à la salle. Du coup, cette victoire de Wyatt n'a pas beaucoup de sens, ou plutôt n'en a qu'à posteriori, en donnant une bonne raison à Bryan de ne pas être dans le Rumble et pour faire de Wyatt une menace crédible pour Cena ». Et s’il ajoutera que sa note est « à mettre essentiellement au crédit de Daniel Bryan », c’est pourtant bien le joyeux Bray Wyatt qui décroche notre premier titre de MVP de l’année 2014 !

 

 

Marre de ces cheveux dans la gueule tout le temps…

 

 

Haha j'ai trouvé la solution !

 

 

Putain c'est pas viable en fait..

 

 

Loin des plebiscites habituels, ce vote aura été serré, puisque Bray l’emporte quatre votes à trois contre Roman Reigns, qui l’emportait pourtant sur les votes secondaires (chaque rédacteur ayant la possibilité de nommer un second MVP pour départager les égalités). Le chef des bouseux empêche donc celui des commandos du Shield de faire le doublé après son triomphe unanime aux Survivor Series.

 

De manière générale, Bray a été récompensé pour son interprétation dans ce match, plus que pour la prestation technique, qui a été assurée par son adversaire. Tant bien même il a voté pour Roman, Axl a aimé le fait qu’il soit « Habité par son personnage comme peu d'humains avant lui (Idi Amin Dada comes to mind) ». Henri également a été surpris par « l'intensité qu'il dégageait dans son match. ». Latrell se félicite enfin devant la prestation du barbu : « Il devient vraiment intéressant et j'ai de grands espoirs! ». On peut parler d’une prestation référence.

 

Reigns n’est pas en reste avec donc ses trois voix et ses nombreuses nominations secondaires consécutives à son cassage de record en règle du nombre d’éliminations dans un Rumble avec 12 adversaires sortis PAR-DESSUS LA TROISIEME CORDE !!! Mais encore une fois, c’est sans doute Axl qui en parle le mieux : « Il est super sexe. J'ai envie de lui. Vous aussi. Ne dites pas le contraire. ».

 

 

Je n'aurai certainement pas assez de lub' pour tout le monde.

 

 

Soulignons le clin d’œil à Alexander Rusev signé lecharentais. Pour ses débuts, il a tapé dans l’œil de notre ogre bourru qui lui prête des airs de « Samoa Joe » et qui le considère sur ce qu’il a vu comme « une menace crédible ». Boulot réussi donc.

 

Enchainons immédiatement sur le GR8-K-LI de la soirée qui aura quant à lui fait une unanimité presque totale avec huit voix. Tout simplement le plus haut total pour la récompense la moins honorifique du business (la ceinture du plomb conserve un certain panache). Et comble du comble, ce vilain petit canard n’est autre que le vainqueur du Royal Rumble himself, superstar ayant récemment fait son retour sous une fanfare qu’il espérait sans doute plus vocale : Batista !

 

Comme The Rock en son temps au (GR8-K-LI ex-aequo avec Bo Dallas notamment au Royal Rumble 2013), la Rédaction dans son ensemble n’a que peu gouté au retour d’une ancienne gloire qu’on tente de nous enfourner tout au fond du gosier avec une soudaineté bien mal venue quand on prend en compte le contexte. Big Botch Man, laconique de profession, a donné tout ce qu’il avait pour s’épancher sur le cas Batista : « C’est une merde. ». Henri Death a lui préféré retenir le spear de l’Animal : « Faire un spear à Roman Reigns, c'est souligner sa propre inanité. ». Julius regrette quant à lui qu’on ne sache pas vraiment « s'il est face ou heel et apparemment les bookers non plus, et en plus il n'est plus au niveau ». Mais la réaction la plus virulente est à chercher chez Kane&Barbu qui considère que le bestiau « n'a rien à foutre là. Ce n'est pas une star mainstream, ce n'est pas une ancienne légende, ce n'est pas un bon catcheur actuel, c'est simplement une erreur de casting. Grosse perte niveau physique, sa seule qualité, il se retrouve aujourd'hui devancé par Kane dans ce domaine. ». Même notre Silver national ne trouve rien à sauver et s’avance même vers un pronostic pour 2014 : « Batista : franchement zéro impact, un pétage de plomb, un spear moisi avec l'humiliation de recevoir un excellent spear dans la foulée, un vainqueur qui ne fait plaisir à personne. Premier pas vers la ceinture de plomb 2014 ? ».

 

 

– Hey nabot, je suis le mec le plus costaud de la compagnie, je vais rouler sur tout le monde en 2014. Et toi t'es qui ?! Dégage de mon ring.

– Je m'appelle Batista monsieur, pitié frappez pas.. 

 

 

Même si on peut penser que Batista fait les frais de sa victoire qui aurait dû revenir de plein droit, selon l’opinion générale du tout puissant internet, à Daniel Bryan, la virulence des réactions à son égard témoigne tout de même d’un mal plus profond concernant son retour.

 

Un vainqueur qui ne fait plaisir à personne et qui vient donc pénaliser la note générale du Royal Rumble Match qui ne s’élève qu’à ***1/2, alors que cette stipulation avait toujours reçu ***3/4 auparavant.

 

Pas de parole donnée au CDC Universe cette fois ci, faute de temps et de place car il faut maintenant attaquer le plat de résistance. Mais la rubrique reprendra sa place pour Elimination Chamber avec en invité SharpshooterCA si il me fait l’amitié de se prêter à nouveau à l’exercice. Chose qu’il avait fait avec brio pour Survivor Series mais je n’avais finalement pas pu publier le bulletin pour raisons médicales ! Les inscriptions pourront reprendre donc pour faire un gros splash directement à WrestleMania chers lecteurs !

 

 

Et c'est tout le CDC Universe qui se presse dans la tribune "commentaires" pour savoir qui va être tiré au sort pour WrestleMania !

 

 

 

Le Grand Récapitulatif des Etoiles de 2013

 

 

Et c’est donc parti pour cette année en chiffres, en étoiles et en anecdotes. Lisez cette seconde partie avec les CDC Awards imprimés à côté de vous, vous risquez d’y trouver des similitudes trahissant ce que nous savons déjà tous, les statistiques ne mentent jamais !

 

Commençons par le PPV d’Or 2013 !

 

1. Summerslam 16,1

2. Payback 14,7

3. Royal Rumble 13,5

4. Elimination Chamber 13,4

5. WrestleMania XXIX/ Money in the Bank 13,3

 

Summerslam est le grand vainqueur de cette brillante année 2013, que dis-je, du brillant premier semestre 2013, puisque vous constaterez que le TOP 5 est composé de l’intégralité de la Road. Pire ! (Ou mieux, c’est selon). Hormis Extreme Rules donc, ce sont six des sept premiers PPV de 2013 qui se trouvent dans ce classement.

 

PPV de Plomb 2013

7. Extreme Rules 2013 12,8

8. TLC 2013 12,4

9. Hell in a Cell 11,7

10. Battleground 11,1

11. Survivor Series 8,7

12. Night of Champions 8,4

 

Le trou d’air post-Summerslamesque est ici devant vos yeux. Quand bien même TLC a sauvé les meubles, le reste n’est qu’un marasme déprimant, couronné par un Night of Champions insipide qui récolte la pire note depuis la création du bulletin. Je vous mets au défi de me reconstituer la carte sans Google ! Vous serez surpris de la pauvreté en allant y jeter un coup d’œil. Les plus nostalgiques d’entre nous verseront sans doute une petite larme devant la note des Survivor Series, mais il est probablement temps de se faire une raison.

 

 

Eat. Sleep. METTRE UN REVEIL. Conquer. Repeat. 

Non parce que sinon ça n'a pas de sens.

Sauf si tu comptes conquérir le lendemain matin.

Enfin en tout cas, en ce qui me concerne, je suis incapable de me réveiller seul, surtout après avoir bien mangé.

 

 

Les PPVs en chiffres cette année !

 

– Ce sont 12 évènements faisant culminer le total d’action catchesque à 21 heures et 16 minutes pour 99 matchs ! Pour une moyenne par émission de 1h46, moyenne que WrestleMania (show durant une heure d’antenne de plus) ne bat que de huit minutes.

– Une carte de PPV en 2013, c’est huit matchs en moyenne, dont la moitié pour un titre.

– La plus mauvaise moyenne de matchs est bien celle du PPV de Plomb Night of Champions avec **1/2, néanmoins c’est le Rumble qui aura proposé la carte avec le plus de match de qualité avec ***1/2 de moyenne.

– Si les gentils avaient écrasé 2012 de leur suprématie (58 victoires pour 37 défaites), avec une Road à sens unique, la part du lion a été nettement plus disputé en 2013 avec un bilan de 52 triomphes pour 45 matchs finis sous les hués du heel victorieux (il y’a eu deux nuls, pour les rigolos qui vont faire la somme !).

 

 

Un jour mon entrenador m'a dit dé porter mes cojones. Madre dio qué c'était doure.

 

 

La construction d’un PPV est cruciale et les places sur la carte joue un rôle primordiale. Jetons un rapide coup d’œil sur les emplacements clés de chaque émission payante du dimanche soir en commençant par le preshow.

 

Initialement lancé à WrestleMania 28, puis rebaptisé « Kick-off » à Payback en juin 2013, le preshow est devenu une place à part entière « sur » la carte d’un show. Parfois considéré comme une mise au placard déguisé pour ceux dont on ne sait quoi faire, il peut se révéler être le théatre de joute pour une ceinture, comme cela a été le cas quatre fois cette année (US x2, IC et TagTeam). Presque toujours remporté par le favori des foules pour des raisons évidentes de lancement de show (sept fois sur les neuf premiers), la tendance s’inverse étrangement fin 2013 avec trois victoires de heel consécutives, quatre si on ajoute le récent Rumble 2014. 

 

Si il n’a duré en moyenne que cinq minutes sur les quatre premiers PPVs de 2013, on observe à présent une moyenne de dix minutes sur le reste de l’année, le plaçant au niveau du reste des matchs de la carte et laissant donc tout loisir aux « placardisés » de s’exprimer. Chose qu’ils font plutôt bien puisque le preshow décroche en moyenne une note de **1/2, la moyenne donc, avec des pointes ***1/2 quand le Shield s’y invite contre les Usos à Money in the Bank, ou à ***1/4 quand Cesaro vient défendre sa ceinture US au Rumble contre le Miz.

 

Au jeu des preshow, les rois sont The Miz et Damien Sandow avec quatre apparitions chacun, mais jamais l’un contre l’autre. Et si le Miz en a gagné trois, Sandow ne repart de ces occasions qu’avec un seul triomphe contre Kofi à Hell in a Cell.

 

 

Ca n'a démangé personne de le pousser là ?

 

 

Passons à l’opener si vous le voulez bien. Si le preshow n’a généralement pour objectif de ne mettre que les spectateurs sur place dans de bonnes dispositions (ce qui est déjà essentiel), l’opener doit lui le faire également pour les téléspectateurs. Sous-estimé par le passé, il revêt une importance de plus en plus capitale pour les lutteurs ayant la tâche d’y catcher. Sur les douze openers de 2013, six l’ont été pour un titre (dont le WHC par trois fois !) et huit ont fait l’objet d’une stipulation. C’est également une place sur la carte où les superstars ont du temps pour s’exprimer avec quatorze minutes en moyenne, dont dix minutes garanties sauf à de rares exceptions.  

 

Et généralement, nous sommes gâtés, car la moyenne des notes reçues est de ***1/4, ce qui est par exemple identique aux Main Event comme nous le verrons plus loin. Et si cette moyenne est identique à 2012, sa composition diffère avec des perles comme les **** du Ladder Match pour la malette bleue à Money in the Bank ou du Triple Threat par équipes entre les Rhodes Brothers, le Shield et les Usos à Hell In A Cell. Il serait injuste de ne pas mentionner également le ***3/4 glané par le Survivor Series Match mettant aux prises les frères Rhodes et le Shield en fin d’année.

 

 

Et ils peuvent remercier Goldust, tout ce qu'il touche se change en or.

 

 

Mais la place reine, cela reste encore et toujours le Main Event. Se partageant toujours au minimum 17 minutes (sauf pour la farce entre Orton et le Big Show aux Series…), c’est un créneau qui affiche une moyenne de 22 minutes ! Même si le spectacle n’est pas jour au rendez-vous, comme en témoigne la moyenne de ***1/4, qui recèle des notes aussi variées que le **1/4 du sus-cité Orton/Show à Survivor Series ou un ****1/4 de rêve entre Bryan et Cena à Summerslam.

 

Mais c’est dans la composition de ces matchs que l’analyse devient intéressante. Car si les CDC Awards ont couronné Daniel Bryan et CM Punk au panthéon de 2013, c’est bien Randy Orton, numéro six du classement, que la WWE a tenté par-dessus tout de nous vendre en 2013 avec six apparitions en Main Event ! Non, les Cahiers du Catch ne se laisseront pas mater par Stamford !

 

 

Et ce n'est pas au vieux Henri Death à qui tu apprendras à faire la grimace.

 

 

Daniel Bryan et John Cena se partagent la deuxième marche avec quatre Main Events chacun, celui en commun restant comme le plus mémorable de toute l’année. CM Punk arrive ensuite avec trois apparitions, comme le Rock. Les autres (Triple H, Brock Lesnar, Sheamus, Christian, Van Dam et Show) ne sont qu’anecdotiques.

 

Et si le Main Event a été composé de si peu d’individus cette année, c’est en grande partie car c’est quasi systématiquement le titre suprême qui a été mis en avant sur ce créneau, puisque la ceinture a été l’objet du débat dix fois sur douze ! Chose qui n’avait été le cas que trois fois l’année passée malgré le règne historique de Cihaime.

 

 

Vous pouvez foutre vos statistiques dans vos culs d'alcoolique, je pars pioncer tout 2014.

 

 

Une petite observation au passage : le Main Event n’aura été nommé qu’une seul fois meilleure match de la soirée sur notre bulletin. C’était à Night of Champions avec Randy Orton contre Daniel Bryan, premier volet d’une trilogie qui avait récolté ***1/2. Ce constat vient confirmer que bien souvent, le meilleur est à chercher ailleurs dans la carte, et pas dans ce que la WWE et les boys de Vince McMahon cherchent à nous proposer.

 

 

– Mais calme toi, je ne te veux aucun mal voyons..

– AHHH IL EST ROUX !! AU SECOURS !!

 

 

Passons maintenant aux statistiques sur les matchs et voyons voir si le CDC Award du meilleur match se traduit en étoiles !

 

Comme nous avons pu le dire précédemment, 99 matchs ont eu lieu à la WWE cette année. Avec une répartition du temps qui est grossièrement de 13-14 minutes pour l’opener, 22-23 minutes pour le Main Event et une douzaine de minutes pour un match de midcard.

 

Les matchs pour un titre ne sont bien évidemment pas tous égaux en temps (les ceintures majeures ramassent une moyenne de 18 minutes tandis que le titre Intercontinental peine à dépasser les 8 minutes par exemple, ne parlons pas des Divas), mais les notes moyennes sont intéressantes. On observe ainsi que si les matchs pour la ceinture US décroche une moyenne plus qu’honorable de ***, le titre Intercontinental n’obtient que **1/2 sur l’année ! Big E Langston et Curtis Axel ne seraient pas des champions flamboyants ? Ce n’est même pas mieux que la ceinture papillon et sa moyenne de **1/2 également.

 

 

– Ok les filles vous êtes prêtes ? A trois on tente un dropkick. Un… Six….Tro.

– STOOOP PUTAIN !

 

 

Les Tag Team explosent tout avec ***1/2 et sont loin devant la compétition grâce au Hell No, au Shield, aux Rhodes Scholars, aux Rhodes Brothers et j’en passe. Même le titre poids lourds (***1/4) et le titre WWE unifié ou pas (***1/4) ne tiennent pas la cadence sur l’année. On comprend mieux pourquoi nous avons décidé cette année de créer un nouvel award rien que pour eux.

 

 

Non msieur c'est très gentil mais je ne peux pas accepter, ça fout en l'air notre catch phrase vieille de plusieurs années.

 

 

Mais passons au palmarès de l’année. En commençant par le Match de Plomb 2013, une sélection à vous dégouter du catch à tout jamais :

 

5. The Miz vs. Fandango – Night of Champions*3/4

4. Ryback vs. Mark Henry – Survivor Series *3/4

3. Kaitlyn vs. Tamina Snuka – Elimination Chamber *3/4

2. PTP vs. Tons of Funk vs. Real Americans vs. 3MB – Night of Champions*1/2

 

….

 

Les graines pour Tororigolo vs. CM Punk dans un Corrida Match (No DQ) sont plantées. Le classement 2014 frémit déjà.

 

 

1. Bella Twins, JoJo, Eva Marie, Naomi & Cameron vs. AJ Lee, Alicia, Aksana, Summer Rae, Tamina et Natalya pour un 6 contre 6 de légende aux Survivor Series – *1/2

 

Et celui-ci à la limite je le conseillerais, pour la barre de rire qu’il peut susciter. Autant de talent réuni sur un ring, ça rend tout chose.

 

 

– Bon on se reprend, allez, à trois on tente un petit paquet toutes ensemble ! Douze…. cinq…. Tro.

– MAIS STOP PUTAIN !

 

 

Embrayons sur la liste des matchs qui ont récolté le plus d’étoiles de la part de vos serviteurs. Les matchs qui ont sublimé les PPVs de l’année 2013 et justifient pourquoi nous aimons suivre le catch à la WWE. Et à bien y regarder, on se dit qu’on a été plutôt gâté cette année ! (La liste complète des matchs est disponible ici)

 

10. Le Rumble Match – Royal Rumble***3/4 (15,22)

9. Bryan vs. Kane vs. Swagger vs. Jericho vs. Henry vs. Orton – Elimination Chamber***3/4 (15,25)

8. Rhodes Bros, Mysterio & The Usos vs. Shield & Real Americans – Survivor Series – ***3/4 (15,27)

7. Ryback, Cena & Sheamus vs. The Shield – Elimination Chamber***3/4 (15,38)

 

 

– Bon alors John, Sheamus et Daniel, je vous explique. Les règles sont simples, les vainqueur gagnent leur place dans l'Elimination Chamber le mois prochain.

– Ah ouais ? Je pensais qu'on était contre eux pour la place dans le classement du meilleur match 2014 !

 

 

Attention on continue avec du lourd.

 

6. Goldust & Cody Rhodes vs. The Shield vs. The Usos pour le titre par équipes – Elimination Chamber**** (16,18)

5. Goldust & Cody Rhodes vs. The Shield – Battleground**** (16,30)

 

Je ne pense pas que la présence de quatre catcheurs identiques dans les deux matchs ait quelque chose à voir.

 

 

Il dit qu'il ne voit pas le rapport.

 

 

4. Fandango vs. Ambrose vs. Sandow vs. Rhodes vs. Cesaro vs. Barrett vs. Swagger pour la malette WHC – Money in the Bank**** (16,33)

3. The Undertaker vs. CM Punk – WrestleMania XXIX****1/4 (16,56)

2. John Cena vs. Daniel Bryan pour le titre WWE – Summerslam****1/4 (17,36)

 

 

Ah ce parfum d'awesomness…

 

 

Et enfin…

 

 

Match d’Or 2013 : CM Punk vs. Brock Lesnar – Summerslam****1/2 (18,09)

 

Match phénoménal, déjà titré dans le CDC Award consacré, qui a joui d’un plebiscite sans précédent avec comme note la plus basse le **** de Henri Death et pas moins de quatre ****3/4. On frise la perfection. Le match reste derrière l’historique Shield vs. Hell No & Ryback (****3/4 et 18,4) qui avait notamment récolté deux *****, mais restera gravé dans les mémoires au même titre c’est certain.

 

D’ailleurs, niveau *****, seules deux occurrences sont à noter en 2013 (alors que la note avait été donné six fois en 2012). Elles ont été décernées par Kovax au Taker-Punk de Mania et moi-même au Bryan-Cena de Summerslam.

 

 

– Et là je vais faire mon You Can’t See Me !

– THIS IS AWESOME !! THIS IS AWESOME !!!

– Euh.. merci Jyskal.

 

 

Autres chiffres et observations sur les matchs :

 

Le match le plus long hors Royal Rumble : L’Elimination Chamber entre Bryan, Kane, Orton, Henry, Jericho et Swagger pour une chance pour le titre poids lourds (31 :18)

Le plus court ? Kaitlyn et Tamina à l’Elimination Chamber également avec 03 :16… De manière générale sachez que sur les 11 matchs impliquant des donzelles, seuls trois ont eu plus de sept minutes.

– Un seul et unique DUD (ou zéro) a été à déplorer en 2013 et il est à mettre à l’actif de l’incontournable Major Tom pour le Brodus Clay vs. R-Truth de pas plus tard que TLC. Alors qu’il y’en avait eu douze (!!!) en 2012 ! La grande majorité avait été décernée aux squashs de Ryback à ses débuts ou au Tuxedo Match entre Santino et Ricardo. Plus de bullshit de ce genre en 2013 donc.

31 matchs sur 99 ont été disputés avec une stipulation. Pas d’avantage spécifique vu que le bilan est très équilibré, 16 victoires heel, 14 victoires face et 1 nul.

– La stipulation la plus utilisée est le match Handicap avec quatre recours à ce format sur l’année, essentiellement sur le pauvre CM Punk. Nous aurions pu regrouper toutes les formes de NO-DQ (No Holds Barred, Extreme Rules, Hardcore, etc…), mais ce serait faire injure au talent créatif de la WWE sur ce sujet !

 

 

En 2013, il y’a eu 43% de slips, 37% de pantalons, 12% de grenouillères et 8% d’autres tenues. Statistique Jyskal Approved ©. Je vous mets au défi de prouver que c’est faux !

 

 

Enfin, c’est l’heure de s’attaquer au gros morceau, les superstars de la Vévéheu ! Autant la qualité des matchs, leur durée, leur place, le nombre de titres… tout cela vous pouvez le voir en lecture directe dans nos chers bulletins. Mais la performance d’un catcheur sur l’année ? Voici maintenant les retranscriptions scientifiques des réussites et des années ratées de chacun sur l’exercice écoulé !

 

Commençons par tenter de décerner d’entrée de jeu le trophée de meilleur catcheur 2013 !

 

Mais ce trophée, est-il vraiment possible de le décerner au vu des seules statistiques. Car vous allez le voir, en haut de l'affiche, tout a été très équilibré. Je vous laisse seul juge CDC Universe, en vous brossant le portrait étoilé des principaux animateurs de l’année passée.

 

Daniel Bryan : D-Bry en 2013, c’est 12 matchs de qualité. Il est d’ailleurs le seul à avoir participé à tous les PPV. C’est aussi une moyenne de ***1/2 (incapable de faire moins bien que ***) pour des matchs d’environ 18 minutes. Et même si il n’en aura gagné que cinq pour six défaites et un nul), il a été au cours de l’année une fois champion par équipes et deux fois champions WWE, ce qui restera donc pour le moment bien évidemment de très loin sa meilleure année dans la fédération de Stamford.

 

CM Punk : Le dauphin de Bryan pour le titre de meilleur catcheur aux CDC Awards, son année 2013 se résume à 11 matchs (il a manqué Extreme Rules), pour une moyenne de ***1/2 également et des joutes de 19min30 en moyenne. Il compte pour lui deux des trois meilleurs matchs de l’année contre Brock et l’Undertaker. Et tant bien même il n’aura pas marqué l’année par une nouvelle ligne à son palmarès ou bien un ratio victoire positif (5 victoires, 6 défaites), il n’en reste pas moins un élément incontournable du haut de la carte et a su rendre toutes ses rivalités intenses et prenantes. Il laisserait indéniablement un grand trou derrière lui s’il venait à quitter le navire en 2014…

 

 

Préparez les mouchoirs bande de branleurs, Daniel Bryan est le prochain sur la liste.

 

 

John Cena : Indéboulonnable. Alors que Punk et Bryan lui volent les cœurs des CDC, il n’en reste pas moins fidèle à ses standards d’excellence avec une moyenne de ***1/2 lui aussi en 9 matchs (dont 5 victoires, 1 nul et 3 défaites). Il aura agrémenté son palmarès d’un titre WWE et d’un titre WHC, en attendant certainement de conquérir le titre unifié en 2014. C’est lui qui a la plus haute moyenne en longueur de matchs, plus de 20 minutes, nous confortant dans l’idée qu’il reste une valeur plus que sure aux yeux des décideurs malgré les montées fulgurantes d’autres excellents éléments en 2013.

 

Randy Orton : Une fin d’année en boulet de canon avec deux titres WWE et un titre unifié WWE/WHC ! Dix matchs, dont six Main Events, pour cinq victoires et une moyenne de ***1/4 ! Légèrement en retrait sur la qualité des matchs par rapport aux très sus-nommés, Orton est un des plus constant et compte en moyenne des joutes de 19min30 comme Punk. Avec un tel bilan, on peut s’étonner de ne le vois qu’à la sixième place du CDC Award.

 

 

A vrai dire, j'en ai rien à foutre.

 

 

Mais que dire de la meilleure progression de l’année à en juger par notre panel : Cody Rhodes !

 

Présents dans 9 PPVs sur 12 (il est un des six catcheurs seulement à réussir cela cette année), il n’affiche que quatre victoires au compteur mais une pléthore de matchs de folie avec son frère ! Une moyenne de ***1/4 à égalité avec Orton et surtout il apparait dans trois matchs **** ! Si on y ajoute un formidable titre par équipes glané avec Goldust, je pense qu’on pourra tous dire que les sages du conseil CDC ne s’y sont pas trompés cette année.

 

 

OK donc non, me jeter de l'eau bénite dans la gueule ne me fera pas disparaitre…Connard.

 

 

Le rookie de l’année Big E a également un profil intéressant. En huit matchs (c’est énorme), le petit nouveau aura réussi à l’emporter trois fois, dont une fois pour le titre Intercontinental et à maintenir une moyenne de **3/4 sur l’année avec 7 minutes de matchs.

 

C’est d’autant plus intéressant que sa gestion rappelle celle d’un autre rookie de l’année, celui de 2012 : Antonio Cesaro. Ce dernier avait alors cumulé cinq victoires en cinq matchs en 2012 pour une moyenne de **3/4 et une durée d’environ 7 minutes également, ainsi qu’un premier titre mineur (US) touché lors de sa première année lui aussi.

 

Pour continuer sur Cesaro en 2013, il confirme sa progression par les chiffres avec 4 victoires en 7 matchs. Sa moyenne passe à *** et la durée de ses matchs est en hausse également avec 13min30. 2014 s’annonce donc radieux pour l’ex-Castagnoli, surtout qu’il devrait démarrer par un match pour le titre à l’Elimination Chamber. Quand on vous dit que les chiffres ne mentent jamais !

 

 

En tout cas, il devrait continuer à faire tourner pas mal de têtes en 2014 ! Badum tsss !

 

 

Au rayon des mecs sous-estimés, Alberto Del Rio est un sérieux candidat. Il est mine de rien présent dans 10 PPVs cette année et l’a emporté 8 fois, record pour 2013, avec des matchs en moyenne de 14 minutes et de fort belle facture (***1/4). Ajoutons qu’il a été une nouvelle fois champion poids lourd et ce pendant 9 PPVs sur 12 et nous avons un sacré mexicain couillu qui mérite peut être plus que… 0 point au classement du CDC Award !

 

 

Bon en tout cas 2014 commence bien. Il ne s'est absolument pas fait sortir en quelques minutes d'un match qu'il a gagné dans un format à 40 bien plus compliqué par le passé. Donc c'est un bon point. C'est surement son année.

 

 

Dolph Ziggler quant à lui affiche des statistiques en berne… En 2012 il affichait au compteur 10 PPVs pour une moyenne incroyable de ***1/2 et 17min30 !!! En 2013 ? Il reste présent dans 8 PPVs, mais dans des matchs de second rang avec certes un titre WHC bien mérité, mais des matchs de *** et à peine 9 minutes en moyenne… Si la récompense opposée à celle de la meilleure progression existait, nous aurions un lauréat tout trouvé.

 

Finissons par un petit coup de chapeau à AJ Lee. Les statistiques des Divas sont évidemment plus faibles mais la geekette s’en sort avec les honneurs et prouve qu’elle mérite son titre de meilleure catcheuse. Présente dans 8 PPVs, pour 6 victoires et 2 défaites, elle a porté la division à bout de bras et affiche au jour d’aujourd’hui le plus long règne de l’histoire de la ceinture papillon. Ses 7 minutes et **1/2 de moyenne sont plus qu’honorables quand on connait le profil de certains rédacteurs comme moi, peu généreux en étoiles quand il s’agit de la gent féminine. Bravo à elle pour cette belle année.

 

 

File moi l'appareil vite, les Divas ont un paragraphe dans un article de Jyskal.

 

 

Personnellement je n’en peux plus ! Et bravo à tous ceux qui arriveront jusqu’ici ! Alors pour vous récompenser, et pour finir sur une touche rigolote et personnalisée, voici divers classements sur vos rédacteurs que vous chérissez tant.

 

Le Silvernights d’Or ?

1. Axl !! 12,79

Son meilleur match : Punk/Lesnar et Cena/Bryan ex-aequo à ****1/2

2. Julius Ostermark ! 12,76

Son meilleur match : Punk/Lesnar à ****3/4

3. Silvernights bien évidemment ! 12,29

Son meilleur match : Punk/Lesnar et Cena/Bryan ex-aequo à ****1/2

 

Mention spéciale à McOcee, qui n’a noté qu’une seule fois à Extreme Rules cette année, mais n’a mis moins de 14 à personne avec une moyenne de 15,67 ! On aimerait la voir plus souvent, cette vieille peau !

 

Le CharenTom d’Or ?

1. Major Tom, indétronable ! 10,12

Son meilleur match : Cena/Bryan à ****3/4

2. Lecharentais ! 11,10

Son meilleur match : Punk/Lesnar à ****3/4

3. Latrell ! 11,20

Son meilleur match : Punk/Lesnar et Cena/Bryan ex-aequo à ****1/2

 

– C'est bon Major, le tabouret est bien reglé ?

– Ta gueule !

 

 

Le mec chiant pour faire un TOP 5 à la fin de l’année :

Jyskal : Avec 19 matchs notés à **** ou plus.

 

Celui pour qui c’est plus simple :

Lecharentais : 3 matchs au dessus de ****

 

 

Ouais non c’est vraiment pas mal. Bonne technique. L’histoire est belle et bien exécutée, je pense qu’on est dans le vrai là. 7.

 

 

Celui qui aimait les femmes :

Kovax : 11,27 de moyenne sur les matchs féminins ! Le fait qu’il n’ait jamais donné moins de *** à un match de Kaitlyn est fortuit dans ce résultat.

 

 

Kovax non arrête ! Non je ne suis pas… ! AAAAAH!

 

 

Celui qui aimait plus les hommes :

Major Tom : 5,30 pour les filles. Non lui ce qu’il aime, c’est les pecs huilés vous voyez.

 

Le fan de youtube :

Julius Ostermark : 12,67 pour les preshow, heureusement qu’on l’a.

 

 

Il parait que Charles Robinson a remporté les ceintures en preshow l'autre jour, je vous jure vous devriez regarder les mecs ! – Julius Ostermark

 

 

Le classement de la CeNation !

1. Jyskal : 15,33

2. Axl : 14,56

3. Henri Death : 14,40

4. Julius & Silver : 14,22

739. Lecharentais : 10,50

 

 

Quel salaud ce charentais.

 

En conclusion, merci à mes cinq fidèles lecteurs qui recevront chacun une édition reliée sur papier glacé des bulletins de 2013. Aux autres, merci aussi de suivre ce projet qui compte aujourd’hui après le Rumble 2014 pas moins de 201 matchs dans la banque de données ! Et sur ces 201 matchs, la Rédaction a donné 1 772 notes ce qui correspond à 5 103 étoiles et demie distribuées (oui ce chiffre ne sert à rien !). Et merci à la Rédaction des Cahiers, sans qui bien évidemment je ne prendrais aucun plaisir à compiler toutes ces données sans importance !

 

Sur ce, je pense que Dave Meltzer peut aller se rhabiller.

 

 

– Roh trop bien t'as vu ils ont mis quatre étoiles à John Cena ! J'espère qu'ils noteront bien le prochain match de Sheamus aussi, c'est mon préféré !

– Ouais les CDC c'est vraiment les meilleurs ! Je suis d'accord avec leur super note pour pour Daniel Goatface aussi, lol, et je suis bien content ils ont saqué ce nul de méchant Del Rio ! 

– Ouais mais il a qu'à aller niquer sa race sa mère la pute qui suce des troncs d'arbre !

30 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut