Catch

Le grand frisson !

I got chills, they're multiplying ! And i'm losing control !

Grease, You're the one that I want

 

Ca y’est ! On le tient ! Chaque année pendant la « Road », chaque show tente de voler le titre de « coup d’envoi » de WrestleMania ! Même si le Royal Rumble peut se targuer d’être le début plus ou moins officiel  des hostilités, nous avons définitivement assisté ce 24 février à un épisode charnière et au dernier grand virage vers un WrestleMania 30 qui s’annonce très excitant. Profitons de ce show historique pour dresser un état des lieux et se projeter dans six semaines à base de spéculations rocambolesques qui ne reposent sur rien et d’enflammades incontrôlées !

 

OMG WTF Hulk Hogan thought he was dead lol.

 

 

Nalyse de RAW du 24 février

 

 

Alors oui la nalyse de ce show magique arrive tard, très tard. Mais après tout, quoi de mieux qu’une bonne nalyse de RAW  pour bien finir le week-end et conjecturer à fond les ballons pour celui du lendemain !?

 

Entrons tout de suite dans le vif du sujet avec la première info blockbuster de la soirée, Hulk Hogan est de retour ! Hulk Hogan !  Non mais oh les gars Hulk Hogan !!!! Ralala entendre cette musique me ramène vingt ans en arrière. Alors que du haut de mes cinq ans, je bondissais sur le canapé de mes parents les bras en l’air, absolument euphorique après la victoire de Hogan contre Yokozuna  à WrestleMania 9 et la fameuse scène où le Hulkster célèbre son titre en distribuant les billets dont la malette de Money Inc. (Ted DiBiase et IRS) était remplie. Probablement un de mes plus forts souvenirs de « très » jeune fan de catch lorsque celui-ci était diffusé sur Canal.

 

 

Merde quoi, on parle quand même du sidekick de Barracuda!

 

 

Hulk Hogan, c’est comme le Taker, c’est celui qu’on vous citera systématiquement quand on demande à quelqu’un le nom d’un catcheur. Une légende, une icône dans le monde entier ! Quel plaisir de le revoir après toutes ces années.

 

Et le mieux dans tout ça, c’est que la WWE a laissé le « moment » vivre en tant que tel. Pas d’intervention heel, pas d’Authority accompagnant Hogan, pas même ne serait-ce que la mention au micro d’un autre catcheur. C’était juste Hulk Hogan et le public. Un public heureux de retrouver l’idole de toute une génération. Un très beau moment de communion j’ai trouvé. Et peu importe si il bafouillait, peu importe si le bagout n’est plus forcément là. Nous n’attendons pas de lui des pipebombs punkiennes. Me concernant, son retour, sa présence, sa musique, ses poses avec le public sont tout ce qu’il me faut pour me donner le sourire et l’œil brillant de nostalgie.

 

 

Quelle émotion, Line Renaud est toujours en pleine forme!

 

Si je redescends deux secondes de ma douce lévitation, je dois bien évidemment admettre que le retour du grand Hulk n’est pas un simple cadeau à nous, WWE Universe. Nous sommes en lourde période d’opération marketing pour révolutionner le business du catch. Je veux bien évidemment parler de la deuxième énorme info blockbuster de la soirée : Le lancement du WWE Network !

 

Après des semaines de teasing, il est enfin là, et c’est Hogan en personne qui nous l’a annoncé en ouverture d’émission. Malgré un lapsus dont on ne lui tiendra pas rigueur, le chef de file des Hulkamaniacs a proclamé la mise à disposition au grand public nord-américain de la plate-forme WWE Network. Les pros des médias 2.0 pourront me contredire en commentaires mais si je résume bien l’offre, nous avons pour 9,99$ un accès total et illimité à tous les futurs PPV et shows de la WWE, ainsi qu’une passerelle vers une véritable mine d’or : les archives complètes de toutes les émissions diffusées par la WWE depuis sa création.

 

Holy shit.

 

 

WE, THE PEOPLE!

 

 

Pour tout fan de catch qui se respecte, qu’il soit jeune, vieux, pas vieux, hardcore, totalement mark, ou amateur de quenelle, cette offre est un cadeau du ciel. Bien évidemment, il conviendra de suivre attentivement sa mise en route, sa stabilité, l’ouverture au marché mondial et les autres contraintes qui pourraient fleurir le long du chemin, mais m’est avis que nous assistons à une vraie révolution.

 

Aucun sport ou divertissement ne peut se targuer de proposer à son audience la totalité de ses archives en streaming 24/7. Pas même les géants que sont la NFL, la NBA ou les grandes chaines de télévision américaines spécialisées dans le divertissement-spectacle. La WWE fait office ici de pionnier. Surfant sur le raz de marée qu’est devenu le streaming pour la population qui en consomme chaque jour toujours plus, la WWE pourrait bien une fois de plus paver le chemin comme elle l’a fait par le passé dans son domaine mais cette fois ci pour une cause bien plus globale inter-divertissements.

 

En tant que fan de football par exemple, n’aimeriez-vous pas un service vous permettant de revisionner à n’importe quel moment vos matchs préférés, revoir des compétitions entières en quelques clics ? Vince McMahon et ses boys nous ont pondu une sorte de fusion de la VOD, de Youtube et de Twitch ensemble.

 

 

Retrouvez sur le WWE Network des documents rarissimes comme ce jour où Hulk Hogan a été invité chez les Deschiens!

 

 

Et c’est également toute l’écriture des shows qui peut à plus ou moins long terme se retrouver métamorphosée. Car si Stamford usait allègrement de Youtube, de sa WWE App et des réseaux sociaux afin de proposer de plus en plus de contenu exclusif depuis quelques années, l’utilisation restait encore trop cantonnée aux utilisateurs avertis que nous sommes, les grands consommateurs d’Internet, avides de la moindre petite promo backstage bonus.

 

Mais avec le Network, c’est le « monde » qui va pouvoir profiter de ce surplus de storyline. S’invitant sur nos téléviseurs, tablettes, consoles de jeux, la WWE fait ici irruption dans nos salons 24 heures sur 24. Il devient à présent possible de consommer WWE sur sa télé non-stop ! L’impact d’une telle assertion est énorme. Si le contenu multimédia était avant cantonné à internet et par définition donc à un public plus spécifique, quand bien même la WWE faisait tous les efforts du monde pour le rendre plus global, il s’attaque à présent aux outils quotidiens des parents et des enfants. Et tout ça pour « seulement » 9,99$.

 

 

Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible.

 

Bon et si on parlait de RAW ? Car outre ses deux séismes dans le monde du catch qui n’a pas fini de grandir, il y a eu un show, et un bon show !

 

Sauf que nous n’allons pas l’analyser de manière chronologique, mais plutôt au travers de la carte de WrestleMania qui semble faire plus que se dessiner suite au show de lundi dernier. En effet, après un PPV assez fou et trois heures de RAW mémorables, nous y voyons beaucoup plus clair dans le ciel de la Nouvelle-Orléans. Et j’aime ce que je vois.

 

On dira ce qu'on voudra, c'est quand même bien utile les indications "vous êtes ici" sur les plans de quartier.

 

Je trouve presque tous les matchs très alléchants et les oppositions plutôt bien réfléchies. A commencer par la possible officialisation de Triple H contre Daniel Bryan. Match de rêve me concernant, tant je suis fan du King of Kings, c’est aussi et surtout la potentielle conclusion d’une histoire qui dure depuis Summerslam maintenant et la trahision du Cerebral Assassin suite à la victoire de Daniel sur Cena en Main Event pour la ceinture WWE.

 

Suite à une énième intervention de Kane à Elimination Chamber, offrant la victoire à Orton sous les huées de la foule, Daniel n’en peut plus et s’en prend, sur le WWE Network ( !!!) à The Authority. Du coup Steph book un match contre Kane. Match plaisant au demeurant, mais qui avait pour but premier d’écarter le Big Red Monster de la route qui mène à Triple H. Objectif totalement assumé puisque Bryan profite après sa victoire, sur un coup de genou pleine poire, de sa présence au milieu du ring devant une foule lui mangeant dans la main pour ouvertement lancer le défi pour Mania. Mania sera le théâtre de Bryan contre H ou ne sera pas.

 

 

A Wrestlemania, je vaincrai Triple X! C'est écrit!

 

 

Et au-delà de ma préférence personnelle pour cette affiche, je trouve l’opposition vendeuse. Choc des générations, choc des styles que tout oppose, choc aussi de public. Vis-à-vis des gens de l’Internet, l’un est adulé, l’autre est abhorré, ce qui promet d’ores et déjà une ambiance absolument électrique. Vis-à-vis du grand public, Daniel a explosé depuis maintenant presque un an, tandis que Triple H reste terriblement over à mon sens. Il n’est pas ici question de faire profiter du spotlight de l’un à l’autre, les deux sont parfaitement bien lotis de ce côté.  C’est tout simplement l’occasion de proposer un vrai clash, une vraie histoire qui va chercher plusieurs mois en arrière, à laquelle les gens peuvent s’identifier facilement et qui met aux prises deux énormes stars de la fédé. Tout bénéf pour nous !

 

 

Tiens il est marrant ce petit balai.

 

 

Autre match qui sent bon après cette semaine, Bray Wyatt contre John Cena. Dans la Chamber, Bray et ses potes chèvres ont rendu une petite visite de courtoisie à Cena, lui coutant la possibilité de jouer le sacre. Ces enfoirés vont avoir ce qu’il mérite, foi de membre de la CeNation ! C’est donc fort logiquement que lundi, mon John a pris le micro pour dire que « if you want some » bah il suffit de « bring some ». Et les Wyatts comptaient bien bringuer ce soir en effet. A tel point qu’ils finissent par foutre le Cena et son genou en vrac et ce pauvre Marine doit finalement sortir sur civière sous le regard triomphant mais malsain des trois dégueulasses.

 

Et c’est aussi simple que ça. Maintenant la moitié du public veut voir John Cena foutre une dérouillée à Bray sur le Granddest Stage of Them All, tandis que l’autre veut voir Cena souffrir tout en buvant les paroles du sage Wyatt. Encore une fois, c’est une vraie opposition de styles que nous propose la vévéheu. Elle en appelle à plus ou moins toutes les franges du public tout en proposant de l’inédit aussi bien dans l’affiche que dans sa place sur la carte, puisque Johnny Boy semble terriblement loin du Main Event cette année. Surprenant, rafraichissant et surtout très habile. Car l’histoire racontée est suffisamment simple et poignante pour faire s’investir les fans de Cena, leur faisant oublier que leur héros ne jouera pas les premiers rôles cette année, et suffisamment poussée et revigorante de par le verbe léché de Bray Wyatt et le style peu conventionnel qu’il forme au sein son trio pour emporter le vote des fans les plus exigeants.

 

– Bon sang, mais que lui est-il arrivé?

– Il… Il a essayé de comprendre une promo de Bray Wyatt.

 

 

Cela nous amène au troisième match quasi signé pour Mania et pas des moindres : Undertaker contre Lesnar. Oui vous avez bien lu, le Taker est de retour lui aussi ! Mais Lesnar également, lui qui avait disparu après le RAW post-Rumble!

 

Tout commence avec le retour de Brock Lesnar, dont le spectateur avait été averti à l’aide de vignettes tout au long du show. Brock vient faire valoir le droit qu’il s’est auto-attribué de devenir le challenger numéro un au titre unifié. Qui oserait le contredire ?! Personne a priori, sauf que l’Authority ne l’a pas entendu de cette oreille et a refusé la requête du client de Paul Heyman et n’a offert à celui-ci qu’un spot à Mania (même si je pense que Ziggler le récupèrerait bien si personne n’en veut) contre un adversaire de son choix sauf pour le titre. Sauf que personne n’arrive à la botte de Brock, si ce n’est la botte de Brock, et Heyman et lui décident donc de s’en aller en clamant qu’il n’y avait aucune compétition valable cette année.

 

Et là…

 

 

Bon sang, un coup de gong! Sais-tu ce que ça signifie, Brock?

– Que la soupe est prête?

 

 

Ultime grand frisson de la soirée. Après la musique transcendante de Hogan, l’annonce du Network, la pelletée de bons matchs de lundi sur lesquels nous reviendrons et la promo de Heyman et Lesnar enfin de retour… Voilà que le Taker fait son grand retour annuel !

 

Evidemment on s’y attendait tous un peu, mais quelle émotion. Ce gong fait toujours le même effet et déclenche immédiatement un tremblement de terre de hourras qui s’estompe vite pour laisser place à un silence respectueux auquel se mêle le crépitement des flashs pour immortaliser cette entrée toujours aussi majestueuse.

 

 

Wesh gros, tranquille?

 

 

Encore une fois l’histoire est très simple, mais terriblement efficace et surtout le choix de l’affiche souligne encore une certaine intelligence m’est avis. On retrouve ce mix des générations mais aussi des publics visés. Si le Taker est universellement adulé par la planète catch, c’est avant tout aux plus anciens pour la nostalgie et aux plus jeunes, pour l’émerveillement qu’il suscite, qu’il parle le plus. Lesnar quant à lui inspire la crainte dans toutes les franges du public mais reste particulièrement apprécié des adolescents et jeunes adultes qui l’ont connu au début du millénaire ou qui l’ont suivi en MMA. Une fois de plus, deux styles très à part, deux cibles bien distinctes, deux objectifs assumés, le tout réuni dans une affiche de rêve qui devrait inévitablement envoyer du bois.

 

So… you wanna do it?

– Haha, cool, ça va lancer plein de spéculations dans l'IWC ça!

 

Mais comme rien ne peut être absolument parfait avec la WWE, il fallait bien un accroc. Et cet accroc on le connait depuis de nombreuses semaines maintenant. Je veux parler de Randy Orton contre Batista. Si rien n’est gravé dans la pierre concernant ce match non plus, on peut aisément supposer qu’il fera partie de la carte finale, venu avril prochain. Et là pour le coup, un truc m’échappe.

 

Autant les objectifs des trois premiers matchs évoqués semblent clairs et cohérents, autant là je ne pige pas. Qui la WWE souhaite viser avec ce personnage de Batista ? Et quand je dis ce personnage, je parle de celui qui semble être au bord de passer « heel », ce qui devrait arriver pas plus tard que lundi prochain à mon avis. Et encore, je dis passer  heel, mais a-t-il vraiment été face ? Des saillies sur Twitter à l’encontre de Del Rio plus que condescendantes avant son retour sur nos écrans, un discours agressif à l’encontre des autres catcheurs et du public lors de ses premières apparitions, clamant qu’il était de retour pour remporter le Rumble, faire le Main Event de Mania et gagner le titre, basta cosi.  Un langage corporel tendancieux vers le public après ses victoires. Pas franchement la panoplie du parfait petit face.

 

Alors à quoi joue la WWE ? Car voilà, Batista n’est pas une mégastar comme le Rock ou Hogan. Son retour seul ne peut pas suffire à faire vendre. Il a fait ses armes à une période où les plus jeunes fans actuels n’ont pu le connaitre ou alors vraiment sur la fin et c’était en heel, pas forcément la meilleure manière d’ancrer un personnage de gentil à présent dans leur esprit. Les fans plus âgés retiendront eux qu’il a été en effet un multiple champion du monde (six fois), mais ils retiendront aussi que Batista était avant tout un bon upcarder mais pas le main eventer incontestable qu’on souhaite nous vendre.

 

C'est quoi ce rose de pédé là! Vous êtes tous devenus pédés depuis mon départ ou quoi? Bande de pédés va!

– Super Dave, t'as rien perdu.

 

Et en ce qui concerne le public le plus dur à convaincre, la frange grandissante de l’Internet, on peut d’ores et déjà affirmer sans risque que c’est raté. Un heel turn pourrait-il changer la donne ? Si c’est pour en rester à un simple 1v1, je ne vois pas en quoi cela enrayerait l’accident industriel vers lequel ce match nous envoie. Si c’est pour y intégrer un nouveau favori de la foule, alors là c’est très différent et cela peut transformer la carte de Mania en un triomphe total. Mais qui serait ce mystérieux élu ? Daniel Bryan semblait le candidat idéal, mais c’est à présent hors de propos. John Cena aurait pu être la carte « sécurité » à jouer mais il est également pris ailleurs. Un retour du tout-puissant CM Punk ? Personnellement je n’y crois pas, mais cela serait absolument idéal.

 

La WWE reste pour le moment dans une impasse scénaristique majeure si elle souhaite réellement ajouter un troisième larron. Un gars comme Sheamus serait un parfait candidat, mais comment le justifier ? En se servant de Hulk Hogan par exemple ? Pourquoi pas. Sheamus pourrait donner le coup de fouet et l’attrait grand public nécessaires à faire de match une affiche pour laquelle les gens seraient enclins à donner de la voix.

 

Et puis Sheamus champion contre Daniel Bryan le lendemain qui aurait obtenu son title shot suite à sa victoire contre Triple H… Souvenirs souvenirs…

 

Ah, Wrestlemania, ça c'est un ppv que j'aime bien! C'est là qu'on devient champion du monde en quelques secondes!

 

En parlant de Sheamus, celui-ci est actuellement aux prises avec Christian, homme avec lequel il a eu un match lundi dernier. En effet, suite aux évènements survenus l’intérieur de l’Elimination Chamber, les deux sont rentrés dans une mini rivalité de transition qui peut s’avérer plaisante. Ils nous ont d’ailleurs livré quinze minutes de catch de très belle facture avec en point d’orgue le finsih voyant Christian du haut du turnbuckle se jeter tête première dans un Brogue Kick du plus bel effet. Difficile de dire si ils en resteront là mais nous pouvons déjà en conclure qu’il y’a peu de chance de voir cette feud continuer jusqu’à Mania compte tenu du match 1v1 longue durée déjà offert à RAW.

 

Quel rôle à Mania pour Christian ? Car il serait dommage qu’il n’en ait aucun. Surtout que la WWE semble avoir totalement confiance en ce vétéran encore capable de nous surprendre comme à Elimination Chamber. Alors qu'on l’imaginait premier éliminé en deux coups de cuillère à pot, voire carrément assommé avant même d’entrée dans la cage, Captain Charisma a fait mentir tout le monde et a sorti une des meilleures prestations de la soirée.

 

Alors quoi de beau ? Une petite descente du côté du titre Intercontinental n’est pas impossible et pourrait servir la cause de Big E. Mais plusieurs solutions existent autour de cette ceinture, à commencer par une unification Big E vs. Dean Ambrose qui pourrait être pas mal, surtout à Mania pour redonner de l’importance à l’éventuel nouveau titre. Mais soyons fous et overbookons ! Ladder Match pour l’unification avec Big E, Dean Ambrose, Christian, Cesaro, Swagger, Rollins, Reigns, Harper et Rowan. Et là je peux vous dire que celui qui sortira champion unifié de tout ça aura de la gueule !

 

– 295, 296…

– Heu, on n'a pas une échelle à escalader des fois?

– Ah ça? Non, le match est fini depuis longtemps, les autres sont partis, on a le ring jusque pour nous deux. 297…

– Super…

 

Pour boucler la boucle, Cesaro a eu un match lundi avec Big E, plutôt cool, au cours duquel ils ont teasé encore et toujours la scission entre les Real Americans. J’ai du mal à le voir véritablement arriver car un match entre deux anciens équipiers pourrait déjà avoir lieu avec Cody et Goldust, donc cela ferait sévèrement doublon. Ou alors continuez à faire monter la sauce et faites passer Cesaro face à Mania en lui offrant le titre unifié aux dépens de Swaggy, ce qui ferait une parfaite petite feud post-Mania, boom shakalaka !

 

– T'es même pas un vrai Américain, Cesaro! Les vrais Américains ils ont un nom ET un prénom!

– Comme Pocahontas? Ou Géronimo?

– Au secours! Un natif!!!

 

Sachez aussi que Del Rio et Batista ont eu un rematch lundi. Rematch au cours duquel les bookers ont cru bon de jouer la carte éculée de jouer la musique du mec en feud avec un des deux lutteurs pour le distraire et que le second fasse le tombé. Ouais comme en midcard.

 

 

I hear voices in my head? Ca me dit quelque chose… C'est pas la musique de… heu… Chris Masters?

 

 

Mais non, gros con, c'est Orton!

– Ah, je savais que c'était un mec en slip!

 

 

Du coup Orton est arrivé, a distrait Dave qui a été battu par Alberto. Tranquillou. Et c’est con parce que la victoire de Berti, qui est un sacré fait d’armes tout de même, a été complètement occulté par le fait que Batista et Orton ont immédiatement enchainé sur une promo, laissant Del Rio ramper jusqu’aux vestiaires au lieu de célébrer.

 

Certes Del Rio était censé servir de paillasson à l’Animal en vue de Mania, mais il a été tellement en dessous de ce dernier pendant toute la feud, qu’il semble désormais compliqué de le prendre au sérieux en cas de feud pour Mania. J’ai d’ailleurs du mal à lui trouver une place sur la carte. Alors autant faire du fantasy booking et lui envoyer ReyRey dans un Career Match. Je sais, ça n’arrivera probablement pas, mais bon je pense que ce match serait un très bel affrontement de midcard doublé d’une belle manière d’envoyer Rey vers d’autres cieux.

 

 

 

 

Il nous reste trois matchs à couvrir lors de l’émission de lundi à commencer par une autre revanche de la veille, les New Age Outlaws contre les Usos, sans la ceinture en jeu. Et match il n’y a pas vraiment eu puisque pendant l’intro micro du Road Dogg, Jimmy ou Jey, peu importe, en a profité pour lui balancer un superkick dans le dentier. Un splash plus tard et pouf victoire des frangins Samoans. La rivalité continue donc et il est aisé d’imaginer une redite à Mania avec la victoire des Usos cette fois ci. L’histoire s’écrit toute seule, rien de bien fou, et ça me va perso. On est loin de l’effervescence autour des ceintures de cuivre de la fin 2013, notamment quand les Rhodes Brothers les détenaient, mais ça reste assez efficace, les Outlaws et les Usos sont over et devraient donner dix bonnes minutes en avril prochain.

 

Et concernant les Rhodes Brothers, il serait de bon ton de commencer à booker leur split si c’est l’histoire qui est amenée à être choisie pour Mania. Tout va bien, cela reste une feud de midcard et il reste donc largement assez de temps. Mais faire qu’ils soient carrément absents de ce RAW historique est quand même un signe fort…

 

Deux solutions les concernant en tout cas, soit ils participent au match pour le titre par équipes, pour en faire un Triple Threat, soit ils se font un petit 1v1 bien sympatoche. Dans les deux cas ça me va, mais j’ai du mal à voir ce qui s’est passé depuis le triomphal Battleground pour qu’ils disparaissent à ce point de nos radars.

 

– Les Rhodes ont disparu parce que Goldust était trop vieux!

– Hahaha! Aïe, ne me fais pas rire, ça réveille mon lumbago!

 

Autre match lundi soir, Emma contre Summer Rae. L’entrée de Emma est… spéciale. Son côté maladroit doit en attendrir certains mais bon… ! Soit ! En tout cas elle bouge pas mal dans un ring et c’est déjà ça, jolie prise de soumission pour finir la compagne de Fandango. Souhaitons-lui le meilleur pour la suite. Hop j’ai parlé des filles.

 

 

Inquiétude chez les divas de la WWE: les filles en provenance de NXT ont l'air capables de finir leurs matchs autrement que par rollup!

 

Et enfin, dernier match au programme lundi et pas des moindres étant donné que c’était le Main Event : Bray Wyatt contre Roman Reigns ! Vous avez bien lu, les deux jeunes leaders des stables les plus chaudes du moment clashent en live pour clore ce RAW historique. Un signe très fort envoyé par les décideurs pour nous montrer qui seront les stars de demain.

 

Cela faisait suite comme pour quasiment tout le reste de ce RAW aux événements de la veille. Le Shield et la famille Wyatt avaient combattu à Minneapolis dans ce qui sera indéniablement un très sérieux candidat au titre de match de l’année 2014, et la victoire avait choisi le camp du bayou suite notamment à la disparition mystérieuse de Dean Ambrose en plein combat.

 

Dès lors nous attendions des explications, et Rollins et Reigns également. Nous les retrouvons donc backstage entrain de s’engueuler, Seth jouant une fois de plus le médiateur de fortune. Nous n’en apprenons pas franchement plus si ce n’est que Ambrose semble de plus en plus à l’écart du groupe. S’en viennent alors des Wyatts tout goguenards qui en profitent pour charrier leurs victimes de la veille. Roman Reigns prend les choses en main et défie Bray en un contre un. La foule rugit de plaisir, moi aussi, en avant !

 

Ah, Roman, tu crois maîtriser ton destin, mais c'est ta peur qui te réveille la nuit et qui décide de ton sort, et tu sais que personne ne viendra t'aider, et tu sens que la télévision ment, que les gens mentent, qu'il n'y a plus d'espoir et tu es prêt à sombrer dans la terreur et c'est au fond de ce puits de noirceur que tu me découvriras, riant à gorge déployée, avec ma soeur, la Dame du Lac, elle qui m'a pris la main et…

– Jamais tu fermes ta gueule, sérieux?

 

C’est probablement la plus belle trouvaille de la WWE niveau ratio temps d’écriture sur kiff suscité. Cette rivalité est un succès total et pourtant elle est d’une simplicité enfantine. Deux groupes heels dominants se rentrent dedans après s’être soigneusement évités pendant des mois, donnant à tout le monde l’envie urgente de savoir qui sont les meilleurs.

 

Bon le match de lundi n’a pas vraiment été à la hauteur de nos espérances à tous, ni de l’incroyable trois contre trois de la veille, mais nous avons tout de même eu un bon quart d’heure de catch qui devrait nous permettre de voir la guerre continuer puisque Bray l’a emporté par DQ suite à l’intervention de Ambrose dont Roman se serait bien passé. Intéressant !

 

Personnellement je ne pense pas que la feud continuera jusqu’à WrestleMania et j’imagine plus Harper et Rowan se tenir aux côtés de leur mentor contre Cena plutôt que d’avoir un nouveau match avec le Shield, que j’espère ne pas voir se dissoudre dans l’immédiat également. Comme je l’ai dit plus haut, je verrais bien Ambrose se retrouver dans un gros match d’unification de son titre US et ses comparses du Shield s’y inviter pour l’aider. Ce sera ensuite peut-être l’occasion de proposer un split en vue d’Extreme Rules.

 

– Dean, Seth… vous savez quoi? J'ai l'impression que ce mec, Bray, il est pas net.

– Sans déc, Sherlock?

– Non mais sérieux. Je crois qu'il se tape sa soeur.

 

Nous avons donc enfin fait le tour de cette émission qui marquera d’une pierre blanche l’histoire de la compagnie avec le lancement du Network, mais aussi la Road de cette année avec les retours combinés du Taker et de Hulk Fucking Hogan ! Ajoutons à cela une carte qui se dessine assez précisément maintenant et vous avez le RAW charnière que nous attendions pour lancer les hostilités en vue d’un WrestleMania que j’attends avec une impatience follle.

 

Juste pour mon plaisir personnel, résumons la carte idéale Jyskalienne de WrestleMania que j’imagine suite à ce RAW :

 

 

* Preshow : Dolph Ziggler vs. The Miz

Vainqueur : The Miz

* Unification US&IC Title Ladder Match : Big E © vs. Ambrose © vs. Swagger vs. Cesaro vs. Christian vs. Rollins vs. Reigns
Vainqueur : Cesaro

* Goldust vs. Cody Rhodes
Vainqueur : Cody Rhodes

* John Cena vs. Bray Wyatt (w/ Rowan & Harper)
Vainqueur : John Cena

* Career Match : Alberto Del Rio vs. Rey Mysterio
Vainqueur : Alberto Del Rio

* No Holds Barred (si Bryan gagne il a le droit à un title shot clean) : Daniel Bryan vs. Triple H
Vainqueur : Daniel Bryan

* Divas Title : AJ © vs. Tamina
Vainqueur : AJ Lee

WWE/WHC Title : Randy Orton © vs. Batista vs. Sheamus (w/Hogan)
Vainqueur : Sheamus

* Streak : The Undertaker vs. Brock Lesnar
Vainqueur : The Undertaker

 

 

Vivement demain pour le prochain RAW, pour que nous en apprenions toujours plus sur la carte du prochain Mania ! Mais aussi pour voir le Taker et Hogan ! Pour suivre les folles histoires entre Bryan, Cena, Wyatt, HHH et consors ! Pour assister à la revanche Shield-Wyatt ! Et surtout pour kiffer la Road bien entendu !

 

 

Hit the Road Jack!

10 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut