Catch

They’ve got two words for ya : « plug it ! »

Aujourd’hui, une génération ne connaît rien d’autre que ce qui sort de la télé. La télé, c’est la parole divine. L’ultime révélation. Elle fait élire ou chuter des présidents, des papes et des premiers ministres. La télé est la plus incroyable force qui puisse exister dans ce monde sans dieu !
Howard Beale (The Network, 1976)         
 

Le mois dernier, la WWE lançait en grande pompe son WWE Network. Kesako? Pourkoi? Keske ça change? L'UGM, spécos es-Network, nous dit tout sur le réseau. Et même un peu plus.


Vince McMahon a beau vieillir, il est toujours fourré dans les bons coups.

Il y a d’abord les Divas… et puis les affaires ! Respect, mec ! #MerciMan

                 
 

WWE Network, la nalyse

 

Howard, la télé, elle est dans la merde ! Pas encore morte, mais pas loin de l’extinction. Un tube cathodique, c’est un dinosaure de salon. Les bêtes de son ère comme le magnétoscope et le lecteur DVD sont déjà des objets de collection. Faut bien se rendre à l’évidence. Dans ma chambre à coucher, j’ai une étagère de DVD et de VHS WWE, TNA, RoH et WCW. Je songe à m’en débarrasser. Ça prend de la place pour rien. Ça encombre. M’en fous de ne plus pouvoir tripoter un boîtier K7 conçu dans les années 90. M’en contrebranle de feuilleter le livret bonus d’un coffret DVD sur Ric Flair. Je ne suis pas assez matérialiste pour vouloir tout garder au propre façon antiquités. Et quand j’assiste au lancement du WWE Network, le 24 février, je me dis que si j’étais un Amerloque, tout mon bordel de fanatique autiste disparaîtrait aussitôt après avoir souscrit à un abonnement.

 

1 – American fans only ! Fuck it ! 

                
Parce qu’il faut être Américain pour bénéficier de ce service novateur (d’autres pays anglophones seront connectés au Network à l’approche de 2015). Les Français peuvent se brosser, mais c’est normal. Un tel réseau exige une énorme gestion technique, et les États-Unis représentent déjà un paquet de boulot. Donc, il faudra peut-être attendre une éternité pour que les surfeurs du ch’Nord puissent en profiter ! Pour en revenir à l’aspect innovation, je crois bien qu’aucune fédération n’a jamais mis en ligne l’ensemble de sa librairie vidéo. Aucune. Pour 10 dolls (9,99 $) par mois, c’est le full access à un paquet d’archives. De quoi donner envie de déménager chez l’oncle Sam aux plus timbrés d’entre nous, juste pour se rincer l’œil du matin au soir.                   
 

 


Les fans américains ont besoin de prendre l’air, pas de squatter des jours entiers sur un réseau catch ! L’UGM ne changera pas le monde, il en est bien conscient, et ça lui bouffe la santé !
 

 

Ultimate Remarque of Shit : Je ne suis pas du ch’Nord, mais je n’en suis pas loin. La concentration de fanatiques de catch y est forte. Ch’Nord, ça sonne bien. Ça entretient les stéréotypes. Tout ce que j’aime ! Alors, je vous préviens : que les surfeurs du ch’Nord ne viennent pas me brancher pour défendre leurs origines ou je ne sais quoi dans l’espace commentaires, parce qu’au final, ils ne me procureront que du plaisir.            
 

2 – Tout est sur le réseau, guys !

 

 

Ouais bon, pas tout, mais presque. Pour résumer, depuis le 24 février, la WWE uploade le maximum de contenu sur son propre réseau catch. Tout ce qu’il y a sur mon étagère de chambre (à l’exception des shows RoH et TNA) se retrouve disponible en ligne sur le WWE Network. Comprenez tous les PPV WWE, WCW ou ECW. Trois-quatre clics et hop, le on demand opère. WrestleMania IX, Bash at the Beach 96, One Night Stand 2005, Survivor Series 2002, les deux dernières années de SmackDown et Raw et tout un tas d’autres shows sont disponibles. En gros, le Network rumine tous les galas que les plus dangereux des fans aiment regarder en boucle sur leur vieille téloche pourrav’ ou leur PC. Les formats .mkv, .avi, .divx, VHS, DVD Zone 1 ou 2, ce même Network les raille outrageusement. Les matchs qui bousillent les yeux sur YouTube subissent le même sort. Faut juste se connecter à WWE.com, s’inscrire au réseau (test d’une semaine gratuit) et savourer le stream en qualité HD ! Même les shows les plus old school bénéficient de ce ravalement de façade. Génial, non ?  
 

 


Amis américains, le contenu de ces boîtiers est accessible depuis votre PC, en HD ! Faites de la place dans votre bibliothèque pour de la littérature française. Une bio de Michel Drucker, par exemple.

 

 

Ultimate Remarque of Shit : Ce qu’il y a de fun avec le catch, c’est toutes les galères qu’un fan peut traverser pour voir un show ou un match ou une interview. Avec le WWE Network, nombre de jeunes passionnés passeront au travers de l’aspect quête du Graal, Indiana Jones du Squared Circle, qu’ont connu les amoureux d’antan. J’ignore si c’est un aspect regrettable ou pas. Au fond, je m’en tabasse le coquillard surtout si ça concerne la population américaine. Le confort du streaming HD n’est valable que pour le catch mainstream du Connecticut. Donc, rassurez-vous, ceux qui s’intéressent à l’indy, au puroresu ou à la lucha libre, vous en chierez toujours autant pour dégoter des perles d’autres fédérations. Petit hic pour les PPV, un internaute américain s’est plaint de l’absence des shows interfédérations WCW-NJPW. Pour l’instant, pas de Collision in Korea sur le Network, mais cela viendra sûrement un jour ou l’autre.

 

 

3 – « Où et quand ? »

 

   

Où et quand, c’est ce que me disait hier ma boulangère après que je lui ai lâché un pourboire de 50 dolls en achetant une baguette. Je lui ai répondu la même chose que les slogans publicitaires du WWE Network : « Quand tu veux, où tu veux, ma beauté ! » Parce que l’avantage du Network, c’est son interopérabilité. Il fonctionne sur tout type de support : mobile, tablette, PC, laptop, console de jeu (hors Nintendo, c'est ce qu'affirme un reporter américain) et écran de téloche si cette dernière est équipée d’un système approprié type Apple TV ou Roku (qui permettent à votre écran TV de streamer grave, ouais !).

 

À son lancement, de nombreux aboiements d'acheteurs enragés ont submergé l’Internet en raison de problèmes d’affichage, ou bien parce que les vidéos laggaient à mort. Quoi de plus normal pour les débuts d’un tel projet… Faut vraiment être stupide pour croire qu’un tel outil puisse fonctionner parfaitement dès sa venue au monde. Combien de PS2 et PS3 nous ont fait souffrir à leur sortie des usines ? Le Network est en rodage, mais quoi que les plus exigeants en disent, c’est une machine de fou qui tourne partout et ça, c’est beau ! D’ici quelques mois, ces troubles seront de l’histoire ancienne.           
 

Tyler ne se prend pas en photo, contrairement aux idées reçues. Il regarde le Network du soir au matin. Je m’excuse auprès de ceux qui espéraient une photo de ma boulangère.  

     

 

Ultimate Remarque of Shit : Ma boulangère n’a pas eu le courage d’assumer les conséquences de sa question. Ma réponse lui donnait pourtant une marge de manœuvre assez large. Il y a des filles comme ça. Elles en font des tonnes et puis au moment d’assurer, ben plus rien ! Tout est plus facile quand un comptoir vous sépare du monde extérieur. Il y a des discours qui font tomber les barrières. Bientôt, le mien fera tomber les comptoirs. Demain, j’irai voir mon épicière ! Je lui demanderai quel shampooing elle me conseille pour que mes cheveux repoussent enfin. Je suis chauve… si vous saisissez la blague…

                 

4 – NXTouz

 

Je plaisante. NXT n’est pas un show de PD ! Au contraire, il est plutôt bien équipé pour captiver les fans qui veulent prendre l’air sans quitter les alentours de la WWE. Avec le Network, NXTouz chope une place de choix dans les plannings de diffusion de la fédération. Le jeudi, sur le Network, c’est NXT live. Les Américains n’auront plus forcément besoin de télécharger le show à droite à gauche. En outre, NXT Arrival s’est avéré être le premier live event diffusé par la WWE en streaming. Des problèmes techniques ont quelque peu entaché cette première, mais le bébé se tient déjà sur ses deux pieds. Vaudrait mieux pour lui, parce que WrestleMania XXX arrive et qu’il passera, en complément du câble (PPV), par le streaming aussi.                 
 

 


NXT trouve toujours la bonne position. Sportivement, esthétiquement, et en terme de business.
 

 

 

Ultimate Remarque of Shit : NXT Arrival constitue un exemple concret de ce que la WWE peut pondre de mieux sans débourser des moyens pharaoniques de production. Je crois que dans ce show, tout son savoir-faire s’est exprimé : des gimmicks sympas mises sobrement en avant, des matchs très solides, du rire, une stipulation populaire en main event et un opening mémorable. Tout ça pour 400 personnes conscientes qu’elles regardaient du catch, de l'art, et qu’il leur fallait donc s’impliquer pour que le show vive pleinement. Je deviens trop sérieux là…              
 

5 – WrestleMania XXX, le kick off d’une nouvelle ère économique

            

 

L’argument publicitaire défonce tout. Souscrivez au Network et la WWE vous permettra de voir WrestleMania XXX via votre abonnement. Six mois de WWE Network = le prix d’un PPV sur le câble, soit 60 dolls. Le choix est vite fait, car il est question d’économies. Nos amis Ricains ne sont pas vraiment pétés de thunes, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Du coup, la formule a de quoi séduire les acheteurs potentiels. « Aucun frais supplémentaires » a annoncé Vince McMahon. Les seuls à faire la gueule sont les réseaux câblés qui estiment être roulés dans la farine. Dish Network par exemple, a refusé de diffuser Elimination Chamber (23 février) en apprenant que ce PPV serait accessible le lendemain sur le Network (le 24, jour du lancement). La crainte des groupes télévisés est de subir une perte en terme d’achats de PPV dû à l’écart phénoménal des tarifs entre les deux médias. En tout cas, le paysage du divertissement est sur le point de prendre une énorme claque. Et c’est la WWE qui est à l’origine de ce phénomène. Ce n’est pas de l’iPPV qu’elle propose, mais de l’appât à souscripteurs.

 

 

Les réseaux câblés s’inquiètent, car un business plan énorme s’apprête à les laisser sur le carreau. Ça va faire : « Cruuuuuush ! »

 

 

Ultimate Remarque of Shit : Le PPV est également une formule en voie de disparition. Même si tout n’est pas terminé pour ce format, Vince McMahon jette un pavé dans la marre en proposant une nouvelle façon de vendre du catch. La WWE atteint encore un autre niveau par rapport à toutes les autres fédérations du globe. Le Network est un filet commercial dont personne n’aura plus envie de sortir.

 

 

6 – 24/7

 

De nombreux fans se félicitent du 24/7 streaming. En gros, peu importe le moment où les internautes se connectent sur leur compte, la WWE diffuse toujours un show en live streaming. Ceux qui s’emmerdent et ne savent pas quoi choisir dans la bibliothèque on demand peuvent toujours prendre en cours un WrestleMania ou un vieux match de Sammartino au Madison Square Garden. Le Network est comme une chaîne de télé qui diffuse ses propres programmes, avec un planning défini et consultable en ligne. Panne d’inspiration du consommateur, pas de souci, la WWE est force de proposition. Il y a toujours un moyen de garder le public rivé devant son écran.      

     
 

Le 24/7, c’est la roulette russe du catch. À n’importe quelle heure, les Américains peuvent tomber sur des moments merdiques comme le main event entre Flair et Hogan à Uncensored 99 ou au contraire, sur des morceaux d’histoire qui ont forgé la réputation des vétérans d’aujourd’hui.
 

 

Ultimate Remarque of Shit : La WWE cherche à aliéner ses fans les plus barjots. J’ai l’impression que le Network est un espace où il y a toujours une vidéo qui tourne, comme ces disques qu’utilisent les magiciens pour hypnotiser leurs cobayes.

                

7 – La banlieue du Network

 

Ouaich, nigga ! Tu crois que le Network c’est que des matchs et rien d’autre, ben tu fais fausse route, man ! Le Network est en effet un monde immense avec une variété de rubriques phénoménales. On peut y découvrir quantité d’émissions. Comme la Legends House, for instance, un show de télé-réalité qui réunit des catcheurs de légende et les propulse dans diverses situations inintéressantes. Il y a également WrestleMania Rewind qui développe toute une recherche contextuelle sur les grands matchs du Granddaddy of Them All. Interviews de catcheurs, images d’archives et réflexion smart pour satisfaire les mecs qui croient s’y connaître, ou qui aimerait croire qu’un jour ils s’y connaîtront autant que… que moi, tiens ! Il y a aussi Beyond the Ring, qui repompe les documentaires des meilleurs DVD WWE. Plus tout un ensemble de vidéos d’avant et après shows pour SmackDown et Raw, ou encore The Vault et Old School qui, vraisemblablement, fouillent le passé avec des shows Capitol Wrestling ou World Class Championship Wrestling. J’oublierais presque Total Divas, qui ne fouille rien, malheureusement. Enfin, il y a Countdown qui est une mini émission avec des classements bidon du type : « Les 5 plus belles moustaches de l’Attitude Era »… C’est riche, très riche, à tel point que ça en devient saoulant. J’en ai même plein le fion de vanter le Network. La WWE devrait me payer pour écrire un tel ramassis de conneries !    
 

 


La téléréalité WWE, en mode gériatrie !

Legends House, mieux que les Ch’tis à Los Angeles.   

       

 

Ultimate Remarque of Shit : Z’aurez remarqué que j’ai éludé le sujet de l’Attitude Era. Que je ne vous rabâche pas qu’enfin les Américains peuvent revivre ces grandes années de la WWE… Pour être franc, je n’ai jamais aimé l’Attitude Era et c’est aisément la période que j’évite le plus lorsque je mate des vidéos. Comme l’a très justement souligné mon ami Warrior31 dans un article d’une revue bien connue en France, la meilleure période WWE est peut-être celle de la Ruthless Agression. Je ne cherche pas à rentrer dans les débats, mais fouiller le Network pour du contenu Attitude Era, je considère que cela revient plus à chercher des « segments » et promos que des matchs. Le Network permet de se balader dans tout ce que la fédération comporte d’overrated et underrated. Pour moi, sur le plan in-ring, l’Attitude Era est overrated, même si elle constitue une période de profit extraordinaire pour la WWE. J’irai même plus loin en affirmant que ce n’est pas forcément en rebouillant le passé que vous trouverez les meilleurs matchs de catch de la WWE tant ce qu’elle propose aujourd’hui est bon.                
 

Bilan of Shit :      
Ce que le Network change pour les fans

 

Rien. Les fans américains seront toujours fauchés comme les blés. Ne soufflez pas, c’est la vérité ! Peut-être que le Network est un moyen de soulager leurs étagères. Puisque les shows sont dispos en ligne, les docs aussi ; puisque le moteur de recherche intégré permet de retrouver des matchs, promos ou vidéos oubliées ; puisque tout est en HD, à quoi bon payer des DVD et des VHS ? Foutez-moi tout ça en l’air, chers amis américains, il y aura moins de bordel chez vous. L’oxygène circulera mieux !
Le Network représente cependant un espace privilégié, bien plus complet qu’un simple site Internet. Les souscripteurs profitent déjà de nombreuses faveurs qui échappent aux non-abonnés. J’ajouterai que cette plateforme multimédia est, à bien des égards, une incitation à la curiosité. Plus il y a de choses qui s’affichent sur l’écran, plus on a envie de cliquer. Si bien que quantité de fans « de base » vont parcourir des vidéos qu’ils n’auraient sans doute jamais pu voir en suivant uniquement Raw ou SmackDown à la TV. Sans affirmer que les smarts vont connaître une croissance exponentielle, je pense que le Network est un bon outil pour approfondir sa connaissance de la discipline et éventuellement dériver vers d’autres types de catch, de fédérations. Avec le Network, un fan va s’aventurer plus loin qu’avec un simple DVD. Il est dans la jungle et prend le risque de s’approcher de jolies plantes qu’il n’aurait jamais considérées en demeurant dans son appartement sans balcon. C’est une vision ultrapositiviste pour l’avenir de ce sport, mais j’y crois vraiment. La WWE, en acceptant le passé, en le dévoilant (WCW, ECW ainsi que tous les autres reportages qui abordent a fortiori la richesse du catch en dehors de ses frontières) contribue d’une certaine façon à fidéliser les souscripteurs à son produit, mais aussi à la discipline. Le Network est un grand pas pour le catch moderne, même si, au premier abord, il semble arroser seulement Stamford. Enfin, les publicitaires n’ont pas manqué de souligner l’aspect non censuré des contenus diffusés.

 

   

Si cette déclaration est véridique, les Américains verront du nichon… Du vrai, du beau !

                

 

À croire que la WWE pousse la porte d’une nouvelle ère, au sens du divertissement proposé. L’accessibilité au Network s’adresse à un public large, mais majoritairement averti. Par conséquent, nous sommes en droit d’attendre une évolution des programmes. Le WWE Network met un terme à l’amnésie latente de la fédération quant à son passé. L’histoire de la compagnie est en ligne dans son intégralité. Les Américains ne se laisseront plus bassiner avec des aventures family friendly. Qui plus est, les formidables outils d’analyse web permettront aux dirigeants d’adapter leurs programmes à leur public.

                 
 


Si l’Amérique aime Ziggler, le Network sera peut-être l’outil statistique qui permettra au blondinet de sortir du terrain boueux dans lequel il patauge…

 

 

Il y aura toujours la politique et les contrats télévisuels et publicitaires comme garde-fous, mais le Network représente un instrument de mesure hyper complet pour que Vince et consort répondent avec justesse aux attentes de la vox populi. Oui, oui, Vox populi, vox Dei, quoi qu’en pensent HHH et la famille McMahon. Le Network est en définitive l’ami des fans. Voilà pourquoi j’aurai si peu déversé ma bile au cours de cet article.                   
Je m’en veux déjà.          
Sur ce coup-là, je n’ai pas trouvé mes couilles.                  
Je vais me rattraper, et pour la peine, c’est Sébastien qui morflera…  

UGM

 

13 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut