Catch

La guerre des étoiles

Little rabbit man

Little rabbit man

Little rabbit man

Killing Switch, Last Lynx

 

Tremble CDC Universe ! Le bulletin de notes de la terrible Elimination Chamber est dans la place ! Et il y’a eu énormément d’étoiles ! Viens donc voir comment elles ont été réparties par tes rédacteurs préférés et connaître les forces en présence pour la dernière ligne droite avant WrestleMania XXX.

 

 

Et on sait déjà que Sheamus va nous jouer son entrée en live à Mania.

 

 

Bulletin de notes de Elimination Chamber 2014

 

 

Le bulletin de notes est déjà dans le module prévu à cet effet depuis quelques semaines, mais ce que vous attendiez tous, c’est bien évidemment de vous délecter, whisky japonais à la main, de l’article de décryptage mensuel. Et c’est finalement assez amusant de lire tout ce bazar après les événements de ces derniers jours à la WWE plutôt que la semaine suivant le PPV, car les choses ont bien changé depuis. Allez, on est parti.

 

Et on commence bien évidemment avec la note de cette cuvée 2014 qui a marqué nos grands esprits puisqu’elle s’élève à 13,6 ! Et avec cela, Elimination Chamber 2014 prend tout simplement la cinquième place des bulletins, coincé entre Mania 29 (13,9) et le Rumble 2013 (13,5).

 

Cet opus était également le mieux noté des trois derniers en date puisque le 2013 avait récolté un 13,4, notamment grâce au Rock/Punk pour le titre et au Ryback/Sheamus/Cena contre le Shield, tandis que le 2012 avait récolté un calamiteux 10,9 venant notamment sanctionner la purge Cena/Kane (Ambulance Match) en main event, malgré les deux super « Chambers » remportés par Daniel Bryan (***1/2) et CM Punk (***3/4) à l’époque…

 

 

Je. Euh. Où suis-je ?

 

 

Et contrairement au Rumble avec ses 5 matchs à tout péter, la configuration de l’Elimination Chamber se prête parfaitement au grand retour du KIFF-O-METER © ! Du coup, le voici.

 

 

Ah ça, il est beau mon kiffo. Il est beau.

 

 

Les fameux trois pics sont bien là, comme dans tout bon show qui se respecte, avec un opener correct, un showstealer en milieu d’émission et un gros main event qui renvoie le public sonné !

 

L’opener parlons-en, puisqu’il se voit couronné d’un plus qu’honorable *** compte tenu de l’affiche entre Big E et Jack Swagger qui pouvait ne pas faire rêver des masses. Mais les deux hommes ont parfaitement su chauffer la foule et profiter de cet emplacement stratégique. C’était un rite de passage crucial pour l’haltérophile au nom récemment tronqué, et à mon avis, le test a été passé avec succès.

 

 

C'est toujours après le O que ça coince pour Brock lorsqu'il s'agit de signer un contrat pour un match. Putain de C.

 

 

Le main event pour les ceintures unifiées, opposant dans la Chambre, Randy Orton, John Cena, Sheamus, Christian, Cesaro et Daniel Bryan, a tenu toutes ses promesses. Avec un flamboyant **** de moyenne (qui comprend des pointes à ****1/4 ou ****1/2 signées Major Tom et moi-même), nous avons assisté si l’on en croit notre système de notation infaillible au meilleur match de cette stipulation sur les trois derniers exercices.

 

Et l’on pouvait s’y attendre au vu des participants qui auraient tous pu être des candidats sérieux au titre de MVP de la soirée tant ils ont su briller à tour de rôle dans leur style respectif. Sauf que voilà, il y’avait un extraterrestre ce soir, et il se trouvait dans le véritable showstealer de la nuit : The Shield vs. The Wyatt Family !

 

Et ce mutant, c’est Seth Rollins ! M-V-P de l’édition, il a failli écrire l’histoire en étant le premier homme à faire l’unanimité sur la catégorie, puisqu’il remporte 8 voix sur les 10 rédacteurs ayant voté et que, pour la petite histoire, les deux voix allant à Dean Ambrose et Luke Harper ont été les derniers suffrages reçus !

 

 

QUI M'A PIQUÉ MON DÉMÊLANT !?

 

 

Et nos deux compères ont eu bien raison, respectivement Kovax et Latrell, car ces derniers méritaient également un vrai coup de chapeau pour ce match qui aura tenu en haleine pendant plus de vingt minutes les spectateurs de tous bords. Après un match comme celui-ci, difficile de détacher une individualité qui sort du lot tant la chorégraphie des six protagonistes était d’une maîtrise à toute épreuve.

 

Mais c’est le bon Seth qui s’est détaché, pour la seconde fois depuis Hell In a Cell 2013, en grande partie grâce à son enchaînement hallucinant du haut de la troisième corde quand Rowan tente de le projeter en arrière et qu’il retombe tel un félin sur ses pieds avant d’enchaîner sur un suicide dive du plus bel effet.  En témoigne le commentaire d’Axl, qui lui donne son vote du fait qu’il a été l’auteur des « plus gros spots du PPV avec Christian ». Ou BBM, qui l’a trouvé « magique dans l’agilité ». Lecharentais, qu’on aimerait lire plus souvent ici (!!!), concède également qu’il « est le plus performant entre les cordes » et lui donne son vote.

 

Concernant les deux autres votes, comme dit plus haut, Kovax a donc souhaité rendre hommage à Dean qui « a lui aussi délivré une belle performance, totalement dans son rôle de chien fou ». Tandis que Latrell a considéré que « Luke Harper a été le plus mis en valeur dans le meilleur match de la soirée » et lui a donc donné son suffrage.

 

 

C'est évidemment plus simple étant donné que son compère Rowan avait décidé de se toucher tranquillos dans le public.

 

 

Et en effet c’était bel et bien le meilleur match de la soirée, et pas qu’un peu ! Une note de ouf malade gueudin de ****1/2, égalant ainsi les deux derniers meilleurs matchs de 2012 et 2013 (Shield vs Ryback/Hell No à TLC 2012 et Punk/Lesnar à SummerSlam 2013. Ouais, rien que ça.

 

Nous avons d’ailleurs assisté au premier lâchage de FIVE FUCKING STARS avec BigBotchMan qui attribue la note suprême ! Tout le reste n’est qu’excellence avec des ****1/4 ou plus. Exception faite de Latrell, qui ne donne « que » ***3/4.

 

De là à dire que nous tenons déjà le meilleur match de 2014, il n’y a qu’un pas que même Tororigolo franchirait avec aise.

 

 

On voit d'ailleurs bien sur ce cliché la joie et l'admiration ressenties par Big, Botch et Man après ce match d'exception. 

 

 

Le moins bon match aura été pour la neuvième fois (sur 26, soit près de 35%) celui des filles avec un insipide AJ Lee vs Cameron noté *1/2.

 

Pour autant, ce n’est pas ici qu’il faut chercher le GR8-K-LI de la soirée. Oh non.

 

 

– Dave, tu fais quoi ?

– Rien.. Mais cette petite bouchée aux cinq légumes de saison est à peine cuite et je pense que je vais devoir DEAL WITH IT !

 

 

Car si Seth Rollins n’a pas réalisé le « perfect » historique, un homme l’a fait. Le perfect de la honte, ce triste sire réussit l’exploit retentissant de concentrer toute la haine de nos rédacteurs sur lui et de glaner TOUS les suffrages de cette terrible récompense. Cet homme, c’est l’Animal Batista !

 

Aussi fou que celui puisse paraître, la superstar annoncée, celle que la WWE veut nous enfourner dans le gosier à toutes les sauces, a accompli le fait d’armes retentissant de se faire nommer dix fois sur autant de possibilités (onze si nous comptons notre invité d’un soir qui lui non plus n’a pas dérogé à cette mise à mort).

 

Même s'il est probable qu’une partie de la réaction qu’il suscite au sein de la rédaction et auprès du public résulte avant tout d’un ras le bol du WWE Universe de voir encore et encore ses chouchous, Bryan en tête, se faire enfler chaque semaine, il n’en reste pas moins qu’il a sa part de responsabilités lui aussi, notamment pour Kane & Barbu, qui a trouvé Batista « absolument ridicule » et qui « a fait un total de cinq moves différents (je compte les coups de poing et les coups de pied hein) et qui a quand même réussi à être complètement crevé à la fin ». Il n’oublie d’ailleurs pas de tirer son chapeau à Del Rio « qui est un des meilleurs catcheurs du roster et qui mérite beaucoup mieux ».

 

 

Dans les cas de perfect au GR8-K-LI la sanction est très claire. Et ça ne fait plaisir à personne, pas même au bourreau d'un soir Del Rio, mais c'est la pichenette de la honte dans l'oreille de Batista.

 

 

Tout comme K&B, lecharentais met l’accent sur le physique de l’Animal qui n’est selon lui « plus du tout dans le rythme même après un mois de retour au plus haut niveau, limité au possible, et à qui on confie le main event de Mania », en regrettant également que la WWE lui « donne en pâture un catcheur aussi doué que Del Rio ».

 

Kovax préfère quant à lui se contenir devant tant de nullité « Un babyface tellement nul qu'il arrive à faire en sorte que le public prenne fait et cause pour le heel Del Rio, c'est bien la preuve qu'il y a un problème, non ? Et je préfère ne pas parler de ses capacités physiques sur le ring, sinon je vais être TRÈS grossier… » Tandis que son compère Latrell n’en a lui juste même plus la force : « C'est dommage mais c'est difficile de ne pas dire Baaaaahtista. Triste à mourir. »

 

Henri Death, lui, préfère jouer au jeu des comparaisons pour trahir un constat sinistre : « On attendait un Brock Lesnar, on a eu un Ric Flair. » Mais c’est bien Axl qui a le mot de la fin avec avec une supplique qui résume bien le sentiment qui semble traverser la totalité de la rédaction : « Faites-en un heel, et surtout un jobber, vite. ».

 

 

Ouais j'ai pété. Et ça pue grave. DEAL WITH IT !

 

 

On retiendra que si Batista a donc fait l’unanimité, nos chères têtes pensantes des Cahiers du Catch avaient également le droit à leur traditionnel second vote et que, même celui-ci, Julius a décidé de le foutre dans la tronche de Batista en précisant que « même s'il y avait une médaille de bronze, il la mériterait aussi. ».

 

Pour les autres, c’est Cameron qui en prend pour son grade avec quatre votes du pauvre. À commencer par Kovax qui regrette son manque d’implication : « parce qu'elle ne m'a pas donné l'impression qu'elle jouait un match super important : c'était quand même un match pour le titre, bordel, elle aurait dû être à fond, et pas catcher comme si on était à Main Event ». Même son de cloche chez Axl qui lui en veut pour le kayfabe en fait: « c'était la chance de sa vie, et elle a géré ça comme un match lambda à Superstars. » On notera au passage que l’un se tient à jour des changements de programmation de la WWE et l’autre non. Mais que voulez-vous, on ne peut pas s’occuper de la procréation des babouins au cul bleu de Patagonie et gérer un site de catch dans le même temps. Ou du moins, pas avec la même efficacité !

 

 

Bon les gars, qui prend la nalyse du ECW de cette semaine ? Et je rappelle qu’on a toujours personne pour le King of The Ring de dimanche dernier hein. Hein ?

 

 

Pour être bien complet, car on aime ça ici, sachez enfin que le PPV a bénéficié d'1h47 de sensations fortes et que cinq ceintures sur six ont été défendues (sans aucun nouveau(x) champions(s))

 

C’est à présent l’heure de VOTRE rubrique !

 

 

 

La parole est au CDC Universe !

 

 

 

Et notre invité est, chose promise chose due, celui à qui j’avais promis une tribune sur la célébrité, les putes et la coke à TLC l’année dernière, mais que j’avais malheureusement déçu pour des raisons de santé (et parce que les putes et la coke étaient à moi) : SharpshooterCA !

 

 

Il a quand même fini par mettre la langue dessus le salaud.

 

 

Preshow : Rhodes Family vs Curtis Axel & Ryback [**]Note Rédac : **1/2

Honnêtement, ce match m'est passé assez vite par-dessus la tête. Une opposition juste correcte, bonne pour ce qu'on lui demande, rien de plus. On aurait échappé à ce match, je ne pense pas qu'on s'en serait plaint non plus. Des Rhodes toujours aussi solides, une team Rybaxel toujours aussi insignifiante (malgré la présence de Larry "The Axe" et les premiers chants pro-Curtis ever)… Bref, rien de nouveau sous le soleil, même pas les prémisses d'un split entre les deux frères, ce qui semble éloigner la perspective d'un Cody/Goldust à WM.

Sévère notre ami CA. Mais rien de bien réjouissant à retirer de ce match en effet, surtout que même trois semaines plus tard, il n’y a toujours aucune trace d’un Cody – Goldust à WM…

 

 

IC Title : Big E © vs Jack Swagger [***1/4]Note Rédac : ***

Un bien bon petit opener rondement mené, pas flamboyant mais assez au-delà de mes espérances. Je suis assez fan du travail de Big E, on sent une volonté de progression chez lui et un potentiel assez supérieur à la moyenne des big men. En face par contre, Swagger m'a semblé par moments emprunté ou en dilettante, une tendance loin d'être isolée chez lui et qui le rend parfois agaçant. Cependant, lorsqu'on laisse à ces deux garçons un peu d'exposition in-ring, ils prouvent qu'on peut encore monter des matchs qui sans être innovants, garantissent la mise en avant d'une Midcard solide. J'ai peur que ce soit un coup d'épée dans l'eau, mais en l'état, la copie rendue par cet opener est de bonne facture.

Swagger est le Javier Pastore de la WWE somme toute.

 

 

– AAAAH voilà ma terrible double clé de bras ! Tu ne t'en sortiras jamais !! AAAAAH !

– Jack, je… Oh et merde.

 

 

Tag Team Titles : The New Age Outlaws © vs The Usos [**]Note Rédac : **1/2

Bien que je sois dans l'ensemble plutôt favorable à la décision de la WWE de laisser le titre aux NAO ce soir-là, l'exécution du match était assez frustrante. Les NAO ne sont sans doute plus capables d'assurer leur rythme d'antan, mais l'ensemble est trop mollasson pour qu'on puisse s'emballer de quelque manière que ce soit. L'angle de caméra était assez pourri sur le coup, mais il me semble que les champions conservent leur titre sur un roll-up "aidé" par un tirage de slip, donc je suppose qu'il y a de la revanche dans l'air. Et peut-être nous donnera-t-elle l'occasion d'un match plus enlevé et de meilleures conditions pour célébrer le règne tant attendu des valeureux Usos.

Quand on voit que les NAO gagnent sur un rollup en PPV et qu’on sait qu’ils perdent le lendemain en weekly, ça fait en effet cher le weggie.

 

 

Random Shitcard : Titus O'Neil vs Darren Young [3/4*]Note Rédac : **

Pour être direct, je me foutais royalement de la storyline, et je me suis royalement foutu de ce match. Je ne vois absolument aucun avenir à l'un comme à l'autre en solo, et encore moins à Titus, à qui je n'ai jamais vu aucun talent spécifique allant plus loin que le bout de son membre. Ça dure pas longtemps au moins, c'est l'essentiel, et la WWE a enfin enrayé sa streak de heel-turns pourris jusqu'à l'os. Mais était-on vraiment obligés d'en passer par un match en PPV?

Si d’autres personnes ont compris à la lecture du commentaire de Sharp que ce dernier voyait en Titus un talent spécifique dans la longueur de sa bite, venez partager votre confusion et votre malaise dans les commentaires.

 

 

Ouais. Je viens de me débarrasser une bonne fois pour toutes de la seule chose qui faisait que j'avais une place quasi assurée chaque semaine dans les programmes télévisés de la WWE. Youpi. Allons fêter ça. Yeah.

 

 

THIS IS SPARTAAAA : The Wyatt Family vs The SHIELD [****1/2]Note Rédac : ****1/2

Quand on se retrouve à assister en PPV à un heel vs heel où les deux teams sont acclamées avant même le début du combat, c'est qu'on se dit que la WWE est encore capable de vrais coups d'éclat en termes de hype de PPV. A peu près tout ce qui se fait de mieux dans les nouveaux visages de la WWE était réuni dans le même ring… Résultat : un classique instantané, à l'image des dix-huit mois prodigieux de ce clan parfait qu'est le SHIELD et du début d'année canon de la Family après des débuts plus hésitants. Que ce soit dans l'acting dément des six hommes, l'intensité de l'action in-ring, l'histoire racontée du démembrement progressif et minutieux du SHIELD, ce qui était pourtant sa grande force, la justesse des rapports de force (Reigns, le plus face du trio, est montré comme résilient mais pas invincible ; Ambrose jusqu'ici en retrait a beaucoup joué le chien de garde sauvant la mise dans les situations compliquées ; et Harper fut le véritable colosse de la rencontre), la puissance de certains passages (le Suicide Dive de Harper, l'échange de baffes Rollins/Harper, le double Chokeslam sur la SAT), tout a concouru à faire de ce match une rencontre immédiatement culte, dont les rares défauts (un creux vers la fin du premier tiers, la disparition d'Ambrose qui aurait gagné à être mise plus explicitement en images) ne l'empêchent pas d'être non seulement le match de la soirée mais aussi un très sérieux candidat au Match of the Year, du moins à la WWE.

On en a sans doute pas assez parlé mais en effet, réussir à faire chanter « This is awesome » à un public de smart juste en passant un video package pour faire monter la sauce d’un match opposant deux factions « heels », c’est un sacré tour de force.

 

 

– Ecoutez Monsieur Dave, ce qu'on essaie de vous dire ici, c'est que le public ne veut pas de vous sur ses écrans et qu'il va falloir que vous FASSIEZ AVEC !

– C'est mieux en anglais hein ?

– C'est mieux en anglais.

 

 

Divas Title – Stipulation «puisqu’il le faut » : Cameron vs AJ Lee © [DUD]Note Rédac : *1/2

Digne des meilleurs Melina vs Alicia Fox.

Tu peux pas gagner un Oscar avec Steven Seagal dans ton casting. Tu peux pas gagner un concours en t'inspirant de Guillaume Musso. Donc si on te met face à Cameron dans un ring, à part tortiller lascivement du derrière et multiplier les clins d'oeil au public, tu n'as pas grand-chose à faire. Coup de bol, même ça AJ sait parfaitement le faire. Pour le reste, autant oublier tout de suite que c'était une défense de titre.

Voilà de quoi réconcilier les amateurs de catch féminin avec la WWE!

 

 

S'il te plaît. Non mais vraiment.

 

 

DEAL WITH IT MATCH : Batista vs Alberto del Rio [*1/2]Note Rédac : *3/4

Ce match fut un aussi bon moment qu'il fut un mauvais match. Enfin, mauvais match, à vrai dire, je ne sais même pas tant le foutoir généralisé dans les tribunes m'a détourné du contenu (il est vrai loin d'être emballant) in-ring. Ce match valait moins pour ce qu'il allait nous offrir, à savoir une victoire expéditive de Batista cousue de fil blanc, que pour ce qu'il allait témoigner de l'attitude du public vis-à-vis du retour de l'Animal. Plus de Bryanmania comme cache-misère de la bronca du Rumble, face à un mec qui n'a jamais soulevé les foules malgré son immense talent. Et le résultat est implacable. Batista est à 20 sur l'échelle de Ryback : le rejet est massif, généralisé, comme le témoignage d'un certain ras-le-bol. The Rock avait pour lui un statut du superstar hollywoodienne, un charisme réel encore presque intact (on peut en débattre, mais même les haters de Rocky le placeront infiniment au-dessus de Tista) et quelques moves encore claquants. Batista n'a plus rien de tout ça : promos médiocres voire inexistantes, cardio encore pire que celle de Rocky, des Spears à s'en crever les yeux, shape pas au top de ses meilleures années… On a l'impression qu'il a tout perdu et qu'on se retrouve face à une contrefaçon de l'Animal que personnellement j'appréciais réellement avant son départ il y a deux ans.

Pour qu'une foule entière se mette à troller joyeusement le challenger face au titre mondial à WM et encourager un mec dont elle s'est presque toujours foutu (encore une fois je le regrette au vu du talent de Del Rio, mais c'est ainsi), c'est qu'il y a un problème grave et profond. Que la WWE peut clairement choisir d'ignorer en reculant le match dans la carte en risquant de foutre en l'air le prestige d'une ceinture récemment unifiée. Ou auquel elle peut remédier par l'ajout d'un troisième homme, un vrai face qui susciterait l'adhésion et partirait légitimement avec les encouragements de 80.000 personnes. Quel dommage qu'il n'y en ait aucun de libre dans le roster…

En tout état de cause, le principal enseignement que je retire de ce match, c'est qu'en l'état, un Batista/Orton en 1 vs 1 en main event de Wrestlemania, c'est la catastrophe assurée à l'écran.

Sois rassuré jeune Sharp, la WWE t’a entendu.

 

 

Ce slibard me compresse terriblement les testicules. Je suppose que je vais devoir DEAL WITH IT !

 

 

Elimination Chamber pour le WWE/WHC Title [****]Note Rédac : ****

Je diviserai ce match en deux phases :

– la première, jusqu'à l'élimination de Sheamus, est un joyeux foutoir assez réjouissant, bourré de moves à trois pas mal foutus et de séquences mettant en valeur les participants de la Chamber censément les plus faibles. Car au final, les trois qui se sont mis en évidence sont quasiment les trois premiers éliminés : un Christian qui a fait bien plus qu'acte de présence, mettant sa science du selling et du travail à deux au service de ses adversaires mais aussi de son heel turn avec un tombé obtenu sur Sheamus, un Irlandais qu'on a retrouvé assez agressif et s'écartant de son personnage face habituel beaucoup trop plan-plan (ce Brogue Kick qui défonce la chambre d'Orton, puissant!), et un Cesaro qui prouve qu'il mérite d'être le gros chantier sur lequel la WWE va se pencher après WM, avec Reigns.

– la deuxième commence pour moi moins avec l'intervention des Wyatt qu'avec les premières éliminations. C'est une bonne chose que les six soient montrés résistants et que les éliminations n'arrivent que tard dans le match. Malheureusement à partir de là, tu t'exposes à devoir renvoyer tes catcheurs en rafale pour rentrer dans les temps. Entre la sortie de Sheamus et celle de Cena (quatre en tout donc), il ne se passe que six minutes, c'est trop peu. J'aurais aimé un move couillu à la No Way Out 2009 où les champions Cena et Edge s'étaient chacun fait sortir en moins de trois minutes. Pour le reste, je trouve que les interventions font sens mais que leur exécution est parfois balourde et maladroite. Il n'en demeure pas moins que le face-à-face Orton/Bryan reste un modèle de hype face vs heel très efficace, même si j'ai finalement que trop peu espéré une victoire de Bryan.

En somme cette EC restera un bon cru par rapport aux éditions précédentes, pas forcément au niveau des toutes meilleures, mais à la hauteur du talent des six noms engagés.

Putain c’était plus simple quand j’invitais Latrell à commenter les matchs sur cette colonne avec ses « Bien, mais pas ouf, bons spots, **1/2 ».

 

 

Bon les gars, je pense qu'on est tous d'accord pour dire que si on veut avoir une chance dans ce match on se met tous sur le petit en t-shirt rayé là.

 

 

Au rayon des trophées individuels :

 

MVP du PPV : Luke Harper

De toute évidence ce sera forcément un des six engagés dans le Wyatt Family vs SHIELD qui décrochera la timbale, et ce sera mérité (j'ai même songé à faire un prix de groupe).

Mais au moment de départager le toujours formidable Rollins et Harper, ce dernier me semble avoir encore plus impressionné sur ce match. J'aimais déjà pas mal Brodie Lee à son époque indy, mais là en tant que Luke Harper… Le garçon vit autant son gimmick que Wyatt, impose une présence naturelle impressionnante et presque effrayante. Ses jeux de regard sadiques couplés à une omniprésence dans le ring en font la vigie du trio, celui qui vient tout nettoyer avec une efficacité dingue. Et plus encore que son Suicide Dive magnifique, je retiens ce spot assez génial et d'une simplicité élémentaire où il répond à un taunt de Rollins par une claque qui a dû envoyer sa mâchoire de l'autre côté de l'aréna. Si Wyatt est génial en chef de meute, Luke Harper fait un bras droit tout aussi merveilleux, et ce depuis les débuts du clan.

 

 

GR-8-K-LI du PPV : Batista

Pour toutes les raisons abordées dans la review du match, et parce que c'est parti aussi pour ce qu'il décroche le jackpot à nouveau à WM. Contender très sérieux à la ceinture de plomb d'ores et déjà.

Espérons que l'exemple de ce foirage dans les grandes lignes servira d'exemple et poussera la WWE à mieux planifier le retour de ses anciens à l'avenir

 

 

– Ma qué Khali tou as triché tou né pé pas faire ça avec les figourines !

– BWHEAL BWHITH BWHIT !

 

 

Merci à SharpshooterCA pour sa générosité dans ses commentaires fournis et plus qu’intéressants à la lumière des récents événements à la WWE. Il ponctue sa contribution en attribuant un 12/20 au PPV, ce qui est sans doute un poil sévère mais qu’il justifie par le commentaire suivant : « Des matchs de haut de carte solides, mais trop de superflu pour faire un PPV homogène et emballant de bout en bout. Ça reste quand même l'un des efforts les plus aboutis de la WWE depuis le dernier SummerSlam. ». Mais comme ça se tient, on ne lui en voudra pas.

 

Il ne me reste plus qu’à rendre l’antenne et à vous encourager à commenter ces notes tout en vous préparant comme moi à frémir de plaisir devant WrestleMania ! Jusque là, portez-vous bien et que les statistiques soient avec vous.

 

 

– Et attention, si comme Randy vous avez du mal avec les bonbons têtes brûlées ! Car une fois une en bouche, vous n'aurez plus qu'à DEAL WH…

– Oui bon ça va on a compris !

9 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut