Catch

Orchies… We’re here.

Chouchou, on se fait une soirée en amoureux mercredi ?

Ma meuf, deux jours avant le WWE Live à Orchies

 

Pour les soirées romantiques, certains pensent bougies, musique d'ambiance et petit repas en amoureux. Ceux-là ne savent pas ce qu'ils ratent ! Ma moustachette et moi avons préféré nous rendre au grand rassemblement des consanguins de la Cenation du Nord-Pas de Calais, à l'occasion du passage à Orchies de WWE Live Tour.

 

 

I'm afraid I've got some bad news. Your girlfriend is a member of the Cenation.

 

 

Récit du house show de la WWE à Orchies, 21 mai 2014

 

 

Mardi soir, alors qu'on mate tranquilou le Raw de la veille avec les colocs et mon amoureuse, certains détails du décor me troublent. Cette cabine téléphonique rouge devant le Titantron, cet Union Jack un peu plus loin… la WWE serait-elle en Angleterre ? Genre pas loin de chez nous, à Lille ?

 

Un gougueulage plus tard, il semblerait qu'il y ait bien un show le lendemain soir, à trente petites bornes de chez moi. Ça tombe bien, j'ai déjà des plans avec la personne avec qui j'ai le plus envie de partager ce beau moment d'intimité.

 

« – Chouchou, on change notre programme pour demain soir ?

– Ouiiiiii !!! »

 

J'ai beau soupçonner que son enthousiasme a pour source la perspective de rencontrer le leader de la Cenation, je ne peux qu'être excité à l'idée de la soirée qui s'annonce. Quand bien même les affiches de l'événement (avec des photos d'AJ, Punk et Bryan) vendent du rêve et rien d'autre, le programme devrait être assez copieux, la moitié du roster étant présente (l'autre se produisant au même moment à Dublin).

 

Le show n'étant pas télévisé, le menu est assez basique : pas (ou très peu) de blabla, aucune avancée scénaristique, juste de la tatane, de la tatane, et encore de la tatane. Et puis des boobs aussi. Plein de boobs.

 

 

Des boobs.

 

 

 

RVD, Miz & Rhodes brothers VS Titus, Swagger, Gabriel & Kidd

 

Entrée du Miz qui se fait copieusement huer par le public. Pas pour très longtemps : il vient apparemment de repasser Face, vu que, quand même, ça faisait un bail.

 

Les Rhodes ont droit à un bel accueil, mais c'est bien RVD qui écrase tout à l'applaudimètre. 48 heures après son pathétique Beat The Clock (qui lui vaudra un énième title shot à Payback), le petit gros aux grenouillères immondes ne participera qu'à la fin du combat, le temps de passer un Five-Star Frog Splash à Titus et de donner la victoire à son équipe.

 

+ : le plaisir de mettre la main droite sur son cœur et de pousser un « We the people »  comme à la télé.

– : la sous-utilisation de Justin Gabriel, loin d'être le plus mauvais lutteur sur le ring mais clairement là seulement pour faire le nombre.

 

 

 

Miz a tourné Face ? Non mais quelle girouette…

 

 

 

Zack Ryder vs. Rusev

 

Voir les catcheurs de près est assez impressionnant, surtout dans le cas des big men. Prenons Big E par exemple : le mec est carré. Ce n’est pas une façon de parler pour dire costaud, non non, la moitié supérieure de son corps est vraiment carrée. Le mec ne juge même pas utile d'avoir un cou (Pius Ndiefi représente).

 

Rusev, lui, est rectangulaire. C'est pas croyable de voir une masse pareille, c'est juste proprement inhumain. Du coup, quand il rentre sur le ring avec se bonnasse de glace et les images de Poutine et des tanks russes sur le titantron, il faut bien avouer que ça claque.

 

On attend un affrontement express contre Woowoowoo, mais le combat est assez long (dix minutes, ce qui doit être un record pour le Bulgaro-Russe à la WWE). Ryder a même les honneurs d'un nearfall, mais le paye de deux Accolades successives (une pour la soumission, et l'autre juste comme ça, pour le kif).

 

 

Encore des boobs…

 

 

 

+ : Assez classe, ce remake russe de la Belle et la Bête.

– : Donner un quasi-moment de gloire à Zack Ryder dans un show non télévisé au fin fond du Nord-pas de Calais, c'est déjà trop.

 

 

 

Paige VS Natalya VS Tamina

 

Match pour la ceinture au papillon, et donc sans aucun suspense. Difficile en effet de penser qu'une ceinture peut changer de main à l'occasion d'un show non télévisé. L'affiche est assez alléchante, puisqu'elle oppose deux des seules vraies catcheuses de la fédé et Tamina, que j'aime bien malgré ses lacunes dans le ring. En effet, j'ai beau ne pas être fan des powerhouse en général, je trouve le profil intéressant quand il est utilisé avec parcimonie. Et puisque la fille de Jimmy Snuka est la seule dans ce registre chez les divas, je suis content de la voir graviter pas trop trop loin de la ceinture.

 

Quant au combat en lui-même, ce fut une vaste blague. Pas tant au niveau de la technique et du rythme (pas trop à s'inquiéter avec un casting pareil), mais au niveau de l'histoire et de la manière dont elle fut racontée. Deux Faces qui s'acharnent sur une Heel dans un Handicap Match officieux, jusqu'à un finish grotesque où Natalya place un coup décisif à Tamina pour mieux laisser la championne faire le tombé et finir le boulot. Vient alors le moment de la célébration du titre de Paige et Natalya. Flashnews : la Canadienne est officiellement complètement conne. Je sais bien qu'on n'est pas là pour faire avancer la storyline, mais merde quoi, depuis quand un catcheur est-il content de perdre un combat pour le titre et, pire, n'essaye même pas de le gagner ?

 

+ : Un match que j'aurais eu plaisir à regarder dans un PPV, une fois corrigées les aberrations scénaristiques.

 

– : Les putains d'aberrations scénaristiques.

 

 

 

Hein chouchou ? Oui oui, très impressionnant ce Rusev…

 

 

 

Kane VS Big Show (Last Man Standing)

 

Il y a deux façons de voir ce combat. D'un côté, ce fut indubitablement le plus mauvais match de la soirée. Les deux hommes, 90 ans et 350 kilos à eux deux, ont livré un combat que Khali n'aurait pas renié. Ma mamie pourrait passer une guillotine plus tranchante que celle de Kane et frapper plus fort avec une chaise ou un kendo stick que les deux hommes. Au final, le Big Red Monster passe au travers d'une table qu'il avait préparée pour son adversaire après avoir mangé un Chokeslam, l'arbitre compte jusqu'à 10, et le public applaudit bien fort. Mouais…

 

Mais en même temps, on peut également s'interroger sur les raisons qui nous poussent à aller voir du catch IRL. La storyline n'avance pas, les combats ne sont pas suffisamment longs pour qu'il y ait du suspense (le premier qui passe son finish gagne) et les catcheurs ne vont pas prendre des risques inconsidérés dans des affrontements non télévisés, on sait bien tout ça. Le combat a été mauvais, certes, mais les musiques d'entrées des deux hommes, leur présence, cette impression que le ring pouvait s'effondrer à tout moment sous leur poids, ont tout de même fait de cet affrontement médiocre l'un des beaux moments de la soirée.

 

+ : Les deux bonhommes sont aussi mauvais qu'ils sont charismatiques.

– : Les coups de chaise tellement mous que je prends un gros coup de vieux pour les deux colosses rien qu'à les regarder.

 

 

Ah, et au final, Kane s'est relevé et s'est vengé sur Brad Maddox, qui passait par là. Un Chokeslam plus tard, et l'entracte pouvait commencer.

 

On nous rappelle alors qu'on peut aller claquer 30 euros sur les t-shirts de Randy Orton, John Cena et Daniel Bryan. Des stands dégueulasses, des produits hors de prix et très peu variés, concernant essentiellement des superstars qui ne sont même pas présentes, merci mais on repassera…

 

 

Non mais chouchou, sérieux, qui va acheter du merchandising de catch ? Chouchou ?

 

 

 

Santino-Emma VS Fandango-Layla

 

Clairement LA bonne surprise de la soirée. Les matches comiques m'indiffèrent au plus haut point. Ils impliquent des catcheurs dont je n'ai strictement rien à foutre (Santino typiquement) ou pour qui j’espèrerais mieux (Sandow), ne font pas avancer la storyline, et sont essentiellement destinés à amuser les enfants.

 

Pourtant, dès lors que le scénar n'est pas destiné à évoluer et qu'on sait très bien qu'on va assister à un ou deux combats de low-carders dans la soirée, après tout, pourquoi ne pas donner sa chance à ce genre d’affrontement ? Le résultat fut une franche réussite, avec un humour « cour de récré » fonctionnant le plus souvent (Santino et Emma qui tagguent involontairement en se faisant des High Five, Santino qui galoche Layla), un combat bien rythmé et un finish sympa (double cobra, double tombé).

 

Un petit regret tout de même : je trouve Emma bien plus intéressante que le gros du roster meuf de la WWE (les Total Divas en tête), elle catche bien, n'a pas l'air d'une pute et a un gimmick simpliste mais assez chouette, même s'il ne prend pour l'instant pas aussi bien qu'à la NXT.

 

+ : Emma n'a pas fait trébucher Santino au moment de leur entrée, sans doute une première pour le duo.

– : le gag du High Five était drôle, mais de là à le placer cinq fois de suite n'exagérons rien.

 

 

 

Toujours plus de boobs !

 

 

 

Bad News Barrett VS Big E

 

Match pour l'IC Championship opposant l'homme qui n'a pas plus de prénom que de nom, au nouveau champion, lequel a, lui, l'honneur d'afficher son prénom sur son calbute.

 

Ça commence assez fort quand BNB s'empare du micro avant le match : « J'ai des mauvais nuvelles pur vuuuus! » Le public le hue, puis entonne la Marseillaise pendant environ dix secondes, tout juste ce qu'il faut pour que cette réaction soit drôle et pas écœurante de patriotisme. Le combat en lui-même n'est pas désagréable, mais pas fou-fou non plus. BNB est plein d'énergie, mais ce n'est pas le plus grand tacticien que la terre ait porté. Et puis Big E, je le préfère hors du ring que dessus, où ses combats sont toujours terriblement convenus, malgré des capacités physiques intéressantes. Mais bon, ça se saurait depuis le temps si la WWE savait exploiter ses big men. Au final, pas de grande surprise : Big E montre ses nichons, BNB échappe au Big Ending et lui colle son coude dans la gueule. One, Two, Three… Ding ding ding !

 

+ : le speech de BNB en français dans le texte. J'ai pas tout pigé mais c'était beau.

– : j'ai vu les nichons de Big E en vrai, je risque d'avoir du mal à trouver le sommeil pendant quelques jours.

 

 

On nous annonce alors que le match suivant sera notre Main Event. Dès lors qu'il faut faire mieux qu'un match pour la ceinture IC et qu'un Kane-Show, seules deux possibilités se dégagent : Cena-Wyatt et The Shield contre X.

 

« The following contest is a six man… » clameurs de la foule, on n'entend plus l'annonceur, mais on s'en fout, le Shield sera là ce soir et ça ravit le public qui le fait savoir. Arrivent alors sur le ring les Rybaxel et leurs immondes bonnets rouges. Eh merde ! Pourvu qu'ils aient un vrai équipier…

 

 

Retentit alors ceci.

 

 

Ouiiiiiii. Trop bien ! Le main event est sauvé, et pourtant l'accueil est étonnamment froid. Le public n'aime pas les heels et le fait savoir. Même mon amoureuse donne de la voix.

 

– Mais t'étais pas amoureuse de lui y a pas longtemps ?

– Oui mais à l'époque il était gentil.

 

Breeeef, passons, le plus important est à venir. Nous sommes à côté d'une des sept rampes d'accès, on trépigne, on se retourne, mais en vain…

 

 

Retentit alors ceci.

 

 

Vous attendiez quelqu’un d’autre ?

 

 

Stupeur à la Pevele Arena, alors que Jinder Mahal, Drew McIntyre et Heath Slater descendent la rampe.

 

Meuh non je déconne ! Les nouveaux copains de Hornswoggle étaient à Dublin, et c'est bien évidemment le bouclier qui a fait son entrée. Pas depuis notre tribune hélas, mais pas grave, le « Sierra Hotel India Lima Delta » donne la chair de poule quand même. Qu'ils sont beaux, qu'ils ont la classe, je me suis même habitué à la vilaine mèche blonde de Rollins depuis le temps.

 

 

 

The Shield VS Rybaxel & Orton

 

Me voilà en mode fan boy, devant l'une des rares configurations pouvant me faire très clairement supporter les faces. Le match se déroule comme convenu : Seth Rollins voltige, Ryback bourrine, Ambrose bastonne, Orton fait la vipère et Reigns se prend pour Superman aux dépens de la mâchoire de Curtis Axel. Un spear sur Ryback plus tard et l'affaire est dans le sac.

 

 

… un commentaire drôle? Pourquoi? La photo ne suffit pas?

 

 

Un sacré pied pour moi et pour ma moustachette, toute émoustillée de voir « Womaan Weiiigns » en chair et en os, même si le plaisir a été un peu gâché, puisqu'on a dû filer à la seconde où le combat s'est terminé afin de regagner le dernier train et la civilisation.

 

+ : Putain, j'ai vu le Shield !

– : Le départ en speed, à deux sur un vélo et sous la pluie pour voir que finalement notre train était en retard.

 

 

 

Bonus : la soirée de la moustachette

 

– Après l'entrée de RVD et du Miz : « Ils sont pas si balèzes que ça en fait les mecs. »

– Après l'entrée de Titus : « Oh putain en fait si. »

– Après l'entrée de Swagger et Zeb: « Mais mais mais chouchou! T'as pas le droit de faire "We the People!" »

– Pendant le combat de Rusev : « Mais il est pas humain, c'est pas possible! » J'acquiesce, ne comprenant pas qu'elle ne parle pas du boule de Lana qui retient davantage mon attention que la montagne de muscles bulgare.

– Après un nearfall de Barrett : « Bien sûr qu'il se relève à 2, Big E a pas encore montré ses nichons. »

– Pendant le Main Event : « Qu'est-ce qu'il est chaleur Womaan Weiiigns! »

 

 

En conclusion, messieurs, si vous ne savez plus quoi faire pour combler madame, amenez-la à Bercy le 12 novembre !

 

 

Comment ça tout le monde vote déjà Marine dans ce bled ? Tu peux me dire ce que je fous là alors ?!

 

10 commentaires

Copyright © 2011 — 2018 Kayfabe Media. Tout droits réservés.

En haut